Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

L'Aurore de l'Aurore

De
114 pages
Kamga est le président de la République d'Aurore. Il veut se faire réélire par le peuple. Mais il est inquiet : il n'a réalisé aucune de ses promesses de campagne, la misère est endémique, il a beaucoup d'adversaires et, coup de théâtre, même son beau-frère se déclare candidat...Son propre frère fait de lui la cause de tous ses malheurs ! Du coup, il ne veut plus du mariage avec Mahamat... Parviendra-t-il à son but ?
Voir plus Voir moins

Vous aimerez aussi

Léonard Fokou
L’Aurore de l’Aurore Théâtre
Préface de Félix Ymele
LITTÉRATURES ET SAVOIRS
L’Aurore de l’Aurore
Littératures et Savoirs Collection dirigée parEmmanuel Matateyou Dans cette collection sont publiés des ouvrages de la littérature fiction mais également des essais produisant un discours sur des savoirs endogènes qui sont des interrogations sur les conditions permettant d’apporter aux sociétés du Sud et du Nord une amélioration significative dans leur mode de vie. Dans le domaine de la création des œuvres de l’esprit, les générations se bousculent et s’affrontent au Nord comme au Sud avec une violence telle que les ruptures s’accomplissent et se transposent dans les langages littéraires (aussi bien oral qu’écrit). Toute réflexion sur toutes ces ruptures, mais également sur les voies empruntées par les populations africaines et autres sera très éclairante des nouveaux défis à relever.  LacollectionLittératures et Savoirs estun espace de promotion des nouvelles écritures africaines qui ont une esthétique propre ; ce qui permet aux critiques de dire désormais que la littérature africaine est une science objective de la subjectivité. Romans, pièces de théâtre, poésie, monographies, récits autobiographiques, mémoires... sur l’Afrique sont prioritairement appréciés. Déjà parus Germain DONFACK,La paix à tout prix, 2013. Sosthène Marie ATENKÉ-ÉTOA,Les poèmes de la passion, 2013. AYANGMA-BONOHO,Noire cité, 2013. SALTAIRE,Judas de jadis – Judas d’aujourd’hui, 2013. Herbert MOFFO KAZE,La dent du coq, 2013. Léonard FOKOU,L’Odyssée d’un enfant dans un monde en dérive,2013. Sophie Françoise BAPAMBE YAP LIBOCK,Le dévoilement du silence, 2013. Pierre HINIMBIO TAÏDA, Sur le chemin de l’espoir. La colère des esprits, 2013. Leonard FOKOU, The Eventful Life of a Child in a Lost World, 2013. Cercle AFFO AKKOM,Nostalgiaques, précédé deManifeste Accomien, 2012.
Léonard Fokou
L’Aurore de l’Aurore Théâtre Préface de Félix Ymele
Du même auteur
L’Odyssée d’un enfant dans un monde en dérive,L’Harmattan, ParisThe Eventful Life of a Child in a Lost World,L’Harmattan, ParisTam-tam chauffé,LUPEPPO, YaoundéIllustrationde couverture de l’auteur. © L’Harmattan, 2013 5-7, rue de l’Ecole-Polytechnique, 75005 Paris http://www.harmattan.fr diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr ISBN : 978-2-343-01276-6 EAN : 9782343012766
SOMMAIRE
PRÉFACE ..........................................................................7
PERSONNAGES .............................................................11
ACTE I.............................................................................13 Scène 1. KAMGA, JOSPIN.........................................13 Scène 2. KAMGA, NSANG........................................17 Scène 3. KAMGA, NSANG, MAHAMAT.................19 Scène 4. KAMGA, NSANG,MAHAMAT, KEITA, LUKONG, SADI .........................................................22 Scène 5. LUKONG, MAHAMAT, SADI....................23 Scène 6. LUKONG, SADI...........................................28 Scène 7. LUKONG, NSANG ......................................31 Scène 8. LUKONG, NSANG, ZE ...............................33 Scène 9. NSANG, ZE ..................................................34 Scène 10. ZE, KEITA..................................................36 Scène 11. KEITA.........................................................38 Scène 12 : LUKONG..................................................39
ACTE II ...........................................................................43
Scène 1. NSANG, MAHAMAT..................................43 Scène 2. KAMGA, JOSPIN.........................................46 Scène 3. KAMGA, JOSPIN, LUKONG, SADI...........49 Scène 4. KAMGA, MAHAMAT.................................52 Scène 5. NSANG, ZE ..................................................54 Scène 6. ZE.................................................................56 Scène 7. ZE, LUKONG. ..............................................57 Scène 8. LUKONG, KEITA........................................59 Scène 9 : LUKONG....................................................62
ACTE III..........................................................................65 Scène 1. KAMGA, JOSPIN, KEITA...........................65 Scène 2. KAMGA, JOSPIN, LUKONG, SADI...........71 Scène 3. KAMGA.......................................................74 Scène 4. KAMGA, NSANG........................................75 Scène 5. KAMGA, NSANG, MAHAMAT.................83 Scène 6. MAHAMAT, ZE...........................................85 Scène 7. MAHAMAT, ZE, LUKONG, SADI.............88 Scène 8. ZE, LUKONG ...............................................91 Scène 9. ZE, LUKONG, SADI, MAHAMAT.............95 Scène 10. ZE, LUKONG,MAHAMAT, SADI, NSANG........................................................................99 Scène 11. ZE, LUKONG,SADI, MAHAMAT, KAMGA ....................................................................101
6
PRÉFACE
Kamga est le Président de la République d’Aurore. Il veut se faire re-élire par le peuple. Mais il est inquiet: il n’a réalisé aucune promesse de campagne, la misère est endémique…, il a beaucoup d’adversaires et, coup de théâtre, même son beau-frère se déclare candidat. Son propre frère fait de lui la cause de tous ses malheurs. Du coup, il ne veut plus du mariage avec Mahamat… Parviendra-t-il à son but ? Une intrigue politique On l’aura sans doute deviné,l’Aurore de l’Aurorenous plonge au cœur des manœuvres électorales. Toutes les stratégies, même machiavéliques, sont mises en œuvre pour rester l’homme fort des lieux. L’hypocrisie et la ruse sont utilisées pour endormir l’adversaire et le prendre de court le moment venu. Alors que le peuple croupit dans une misère sans nom, d’énormes moyens financiers sont versés dans l’achat des consciences. Des assassinats sont même envisagés: pour des raisons électoralistes ou pour sauvegarder son trône, on peut envoyer tout le monde au trépas, y compris sa fiancée et son beau-frère… Des conseillers, apparemment étrangers, qui font pratiquement main basse sur les richesses du pays en échange de leurs «conseils »,n’ont qu’un seul souci: le maintien aux affaires de l’homme de main afin de fructifier leurs propres affaires. Ce genre de personne ne saurait œuvrer pour la bonne gestion et la démocratie; il se sent plutôt à l’aise dans un contexte de favoritisme, de corruption et de concussion.
Des intrigues amoureuses Plusieurs intrigues amoureuses s’imbriquent dans l’intrigue politique. Si la position politique est au service de l’amour, l’amour est aussi utilisé comme une arme pour réaliser ses ambitions politiques. Dans un monde marqué par le désir d’ascension sociale et la recherche effrénée de l’argent, on peut abandonner son cœur (ou son soi-disant cœur) pour arracher celui de sa meilleure amie, afin d’assouvir l’ambition de devenir Première Dame. Le vent de l’amour change de direction selon que l’homme que l’on aime ou que l’on croit aimer est au pouvoir ou a perdu le pouvoir. Ainsi, l’on peut chercher à se rabattre sur celui que l’on vient de repousser sans ménagement s’il accède au pouvoir. Alors, l’on se rend compte avec beaucoup d’amertume, avec beaucoup de larmes que l’on est victime d’un retournement de situation, que l’on se retrouve dans la douloureuse situation de l’arroseur arrosé ! Des ressorts du comique Pour le lecteur sensible, cette pièce de théâtre sera l’occasion d’une véritable détente. Plusieurs procédés suscitent l’amusement du lecteur, même si le contexte est grave, pathétique. Le très sérieux, mais aussi très drôle Lukong crée la surprise en parlant de l’homosexualité, de laid-frère et de vrai jumeau respectivement lorsque le Président déclare adorer sa compagnie, lorsqu’il présente son deuxième beau-frère et lorsqu’il présente son ami e intime. Une série de quiproquos apparaît autour de la 2 personne «vous »,du nom «comédie »,et des verbes « accoucher »et «répondre ».D’autres quiproquos se succèdent notamment à propos des mots et expressions « amour »,« dieude l’amour», «enflammés »,« éros » « flèches »… Des situations comiques suscitent le sourire de satisfaction ou de moquerie. Le jeune Keita, étudiant de  8
son état, gâté par son frère de Président, fait pourtant de ce dernier le responsable de tous ses malheurs lorsqu’il échoue dans sa conquête amoureuse. Comble de l’ironie, c’est lui qui ourdit un complot contre celui qui a sacrifié tout un peuple pour lui ! Et c’est lui qui l’aurait assassiné n’eût été l’intervention de Lukong, celui que le Président considère comme son pire ennemi. Voilà un Président qui, par la faute de son propre frère, doit sa vie à son «pire ennemi ». En outre, Nsang, la couturière du Palais, met tout en œuvre – et elle le fait savoir à qui voudrait l’écouter – pour conquérir le Président, parce qu’elle veut la position de Première Dame, alors que, ironie du sort, elle est en train de perdre cette position! Elle croit arracher cette place à sa meilleure amie, alors que, comble de malheur, elle la lui cède – ou presque – par le fait même ! Pour le reste, la fin de la pièce ressemble, à bien des égards, au dénouement de la comédie classique: les vertueux connaissent la gloire tandis que les scélérats sont confondus. Félix YMELE
9