L'enfant kidnappée - Les mystères du bayou

De
Publié par

L’enfant kidnappée, Rita Herron

La terreur. Permanente. Insupportable. Voilà le sentiment qui habite Kim depuis que Lucy, sa fille de quatre ans, a été kidnappée. Qui a enlevé son enfant ? Et pourquoi ? Aucune demande de rançon ne lui a été adressée… Désespérée, elle se résout à demander son aide à Brandon Woodstock, le seul homme qu’elle ait jamais aimé. Celui qui l’a quittée pour une autre, l’abandonnant sans savoir qu’elle attendait un enfant de lui… Alors tant pis s’il ne lui pardonne jamais de lui avoir caché l’existence de Lucy : pour retrouver sa fille, elle doit mettre toutes les chances de son côté…

Les mystères du bayou, Jana DeLeon

Justine est stupéfaite. Elle, protégée par un garde du corps ? Ce doit être une plaisanterie ! Le manoir perdu en plein cœur des marais de Louisiane dans lequel on l’a envoyée étudier d’anciens manuscrits a été le théâtre de plusieurs meurtres, c’est vrai. Mais elle n’a pas peur, alors pourquoi lui imposer la présence d’un homme nuit et jour ? D’autant que Brian Marcentel, l’homme en question, la trouble étrangement avec son regard d’un bleu d’acier et sa carrure d’athlète… Pourtant, très vite, de mystérieux événements se succèdent au manoir, et Justine se surprend à apprécier la présence rassurante de Brian à ses côtés. Comme si, avec lui, elle n’avait plus rien à craindre des ténèbres du bayou qui l’entoure…
Publié le : samedi 1 décembre 2012
Lecture(s) : 9
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782280248839
Nombre de pages : 448
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
1
— Carter s’est évadé de prison. — Pardon ? Brandon Woodstock sentit son pouls s’accélérer en percevant l’inquiétude dans la voix de son meilleur ami. — Comment s’y est-il pris ? — Je ne connais pas encore tous les détails, reprit Johnny, manifestement perturbé. Après le rodéo, je lui ai rendu visite en prison et je lui ai donné le numéro d’un détective privé que j’avais engagé pour enquêter sur son affaire. — Et il a accepté ton aide ? s’étonna Brandon. Je pensais qu’il nous détestait tous les deux. Brandon se laissa tomber dans le fauteuil de son bureau situé au Ranch de Crystal Bay, regrettant de ne pas être chez lui, dans son propre domaine. Il le regagnerait quelques heures plus tard. Il ne pouvait supporter de rester au ranch en sachant que Kim, la sœur de Johnny, s’y trouvait. Kim, son premier amour. Son seul amour. La femme qui l’avait trompé avec Carter. La femme qui avait mis au monde l’enfant de Carter, et non le sien. Cela le faisait souffrir plus que tout le reste. — Au début, non, lui répondit Johnny. Mais je l’ai convaincu de prendre la carte du détective et de lui parler. — Tu crois qu’il n’a pas commis ce meurtre ? Lorsqu’ils étaient enfants, Carter, Johnny et lui avaient
8
L’enfant kidnappée
été inséparables. Kim, ce garçon manqué qu’était alors la jeune sœur de Johnny, était toujours collée à eux, ce qui les agaçait prodigieusement. Jusqu’à ce que, à l’adolescence, elle devienne une véri-table beauté. Brandon s’était entiché d’elle, puis ils avaient entamé une liaison, au plus grand désarroi de Johnny. Mais înalement, celui-ci avait accepté de les considérer comme un couple. Brandon avait ensuite commis la pire erreur de sa vie en quittant Kim pour une autre femme, dont il espérait qu’elle l’aiderait à sortir de sa condition misérable et à gravir les échelons du succès. Au début, cela avait fonctionné. Mais, très vite, Brandon avait pris conscience qu’il s’était fourvoyé dans le lit d’un serpent venimeux et, depuis lors, il n’avait cessé de fuir sa morsure. Dans l’intervalle, Carter n’avait pas perdu de temps. Il s’était empressé de prendre sa place… dans le lit de Kim. Peu de temps après, Carter avait été arrêté et reconnu coupable de meurtre. Il les avait alors suppliés, Johnny et lui, de mentir aîn de lui fournir un alibi. Leur refus de se parjurer avait scellé la în de leur amitié avec Carter. Johnny s’éclaircit la gorge. — Après avoir observé la manière dont l’ex de Rachel a soudoyé les policiers et organisé un coup monté pour l’accuser de tentative de meurtre sur sa personne, j’ai commencé à me dire que quelqu’un avait pu piéger Carter. — Le détective privé a-t-il découvert quelque chose ? l’interrogea Brandon, reprenant le îl de la conversation. — Non, Troy n’en a pas eu le temps. Carter l’a rencontré une fois et il lui a parlé de cette femme en compagnie de laquelle il déclare avoir passé la nuit du meurtre. Il l’a reconnue sur l’une des photographies du rodéo. Le journal où était paru l’article consacré au rodéo était posé sur le bureau de Brandon. Il s’efforça d’éviter
L’enfant kidnappée
9
de regarder la photographie de Kim et de sa îlle, Lucy. Cela le faisait trop souffrir. Il se concentra sur Carter. — Cette femme était présente à Crystal Bay ? — Elle se tenait dans les tribunes. Carter afîrme qu’ils ont eu une aventure sans lendemain et qu’elle était avec lui la nuit du meurtre. — Ton enquêteur privé l’a-t-il retrouvée ? — Je l’ignore. Il était occupé à la localiser mais, deux jours après sa visite à Carter, il a été retrouvé mort. Brandon était abasourdi. — Il a été assassiné ? Un moment s’écoula dans une atmosphère tendue. Puis Johnny marmonna : — Oui. Brandon se mordit l’intérieur de la joue, méditant sur cette succession d’événements. — Peut-être que la piste qu’il suivait lui a coûté la vie. — C’est exactement ce que je pense. Les pas de Johnny résonnèrent sur le sol et Brandon se rendit compte qu’il marchait de long en large. Aussi nerveux que son ami, Brandon se dirigea vers le bar, dans l’angle du bureau. Il se versa un whisky et ît tournoyer le liquide ambré dans le verre. Il s’en voulait de ne pas faire conîance à Carter mais, avant son arrestation cinq ans plus tôt, celui-ci buvait trop et irtait avec les ennuis. Il avait même perdu son sang-froid à plusieurs reprises et laissé sa fureur lui dicter ses actes. La manière dont Carter l’avait plusieurs fois agressé lui revint à la mémoire et, de nouveau, le doute l’assaillit. — Ou peut-être le privé a-t-il pu prouver qu’il avait commis ce meurtre et Carter l’aura fait tuer. Johnny soupira. — Ou peut-être Carter considère-t-il que Troy est mort par sa faute et qu’il est temps pour lui de découvrir la vérité.
10
L’enfant kidnappée
— Donc, il chercherait cette femme ? — Probablement. Et il doit être désespéré. Je lui ai redonné espoir, Troy également, et à présent voilà que celui-ci est mort. Cela sufîrait à rendre n’importe qui fou de rage. — Bon sang ! Nous savons tous deux de quoi Carter est capable quand il est hors de lui. C’était précisément la raison qui les avait fait tous deux douter de l’innocence de Carter, cinq ans plus tôt. — Oui, tu as raison. Johnny paraissait contrarié. — Je voulais simplement te prévenir. Deux autres prisonniers se sont échappés et un gardien a été blessé. Son arme lui a été volée. Brandon lâcha un juron. — Donc, il se peut que Carter soit armé, et les policiers ont probablement l’ordre de l’abattre. — Ça résume à peu près la situation, vociféra Johnny. Carter doit être effrayé. Qu’il se soit enfui de son plein gré ou non, il est désormais en cavale, il est furieux, il a besoin d’aide et il… — Peut se présenter ici. Brandon vida son verre d’un trait. Carter lui reprocherait probablement à lui aussi ses difîcultés actuelles. Il sortit son pistolet du tiroir où il le gardait sous clé et le glissa dans la ceinture de son jean. Si Carter venait chercher la bagarre, il serait prêt à le recevoir.
Kim Long s’efforça d’ignorer les battements précipités de son cœur tandis qu’elle observait Lucy, sa îlle de quatre ans, occupée à scotcher les photographies du rodéo sur le mur de sa chambre. Depuis l’événement, Lucy n’avait
L’enfant kidnappée
11
cessé de la bombarder de questions sur Brandon, l’ami de son oncle Johnny. — Je veux apprendre à faire de la voltige comme lui, s’exalta Lucy. C’était tellement cool ! Lucy avait appris ce mot de Kenny, le îls âgé de six ans de la îancée de Johnny, qu’elle suivait partout comme un petit chien. Tout comme Kim avait suivi Johnny, Brandon et Carter lorsqu’ils étaient enfants. Les garçons s’étaient eux-mêmes surnommés « les trois mousquetaires » et Kim les avait suppliés de la laisser incarner le quatrième larron. Ils avaient refusé. Mais ils la toléraient quand même, surtout parce qu’elle était un véritable garçon manqué. Puis ils avaient grandi et tout avait dégénéré. Lucy enroula l’une de ses nattes autour de son doigt. — Maman, l’ami d’oncle Johnny voudra-t-il m’apprendre ? Seigneur, non, pas ça ! — J’en doute, mon bébé. Il a son propre ranch à diriger. Mais peut-être oncle Johnny te montrera-t-il. Lucy gona les lèvres, afîchant une moue boudeuse. — Mais il a une famille à lui, maintenant. Il a Kenny et s’ils ont un bébé, il ne s’occupera plus de nous. Chagrinée, Kim leva le menton de sa îlle avec son pouce. Elle avait toujours su qu’un jour Johnny aurait sa propre famille et elle en était ravie pour lui. Personne ne méritait davantage que son grand frère de trouver le bonheur et l’amour. C’était l’une des raisons qui l’avaient incitée à prendre ce travail au Ranch de Crystal Bay. Lucy et elle ne pourraient pas toujours vivre avec Johnny. Et jamais il ne leur demanderait de partir. Il était trop protecteur. Kim n’avait simplement pas envisagé à quel point il manquerait à Lucy. A quel point Lucy avait été frustrée de ne pas avoir un véritable père.
12
L’enfant kidnappée
— Ton oncle Johnny aura toujours du temps pour nous, mon ange. Elle ravala ses larmes. — Et nous leur rendrons sans cesse visite à Kenny, Rachel et lui. En fait, chaque fois que Brandon avait été bénévole à Crystal Bay, elles étaient revenues au ranch de Johnny. Il lui était impossible, avec Brandon dans les parages, de ne pas regretter amèrement la vie qu’elle avait rêvé de partager un jour avec lui. Les yeux de Lucy commençaient à se fermer. — Tu me le promets, maman ? — C’est promis. Kim l’embrassa puis elle posa l’agneau en peluche de Lucy à côté d’elle et la couvrit de sa couverture rose préférée. La îllette se recroquevilla dans son lit et Kim caressa ses cheveux auburn jusqu’à ce qu’elle s’endorme. Epuisée après avoir aidé à faire le ménage et à tout réorganiser entre deux camps de vacances, Kim gagna sa chambre et se mit à son tour au lit. Mais tandis qu’elle fermait les yeux, des images de Brandon ne cessèrent de la harceler. Brandon à dix ans, grimpant en chancelant dans le fort qu’ils s’étaient construit, saignant suite aux coups que lui avait une fois de plus inigés son père. Brandon à treize ans, lui apprenant à se servir d’une carabine à air comprimé. Brandon à seize ans, galopant à travers les prés en faisant la démonstration des numéros de voltige que lui avait enseignés le propriétaire de ranch qui lui avait offert un emploi et redonné foi en lui-même. Brandon s’inscrivant à des combats extrêmes dans l’espoir de gagner l’argent qui lui permettrait de sortir de cet enfer. Puis il y avait eu la soirée du barbecue. La soirée au cours de laquelle Brandon l’avait embrassée pour la première
L’enfant kidnappée
13
fois. La soirée qui avait vu la passion naissante qui les avait embrasés devenir bien davantage… Mais un autre souvenir s’immisça dans son esprit, un souvenir tellement douloureux qu’il lui ît l’effet d’une douche glacée. Celui du soir où Brandon lui avait brisé le cœur. Elle ferma les yeux et sombra dans un sommeil agité. Dans son cauchemar, elle chevauchait à travers les pâturages mais il faisait nuit et elle avait perdu son chemin. Elle ne voyait pas dans quelle direction s’orienter, et quelqu’un la poursuivait… Soudain, elle se réveilla en sursaut, le cœur battant à se rompre. Le vent, à l’extérieur, secouait le toit et quelque chose frottait contre la vitre. Etait-ce une branche ? L’un des volets qui se serait ouvert ? Un nouveau son résonna alors dans le silence. On aurait dit le grincement d’une porte. Elle se redressa d’un bond dans son lit, fouillant la chambre obscure du regard. La coiffeuse, le fauteuil… la porte du placard était close. Tout était resté comme elle l’avait laissé. Une lueur timide émanant du clair de lune se fraya un chemin à travers les stores, conférant à la silhouette des arbres une dimension gigantesque et inquiétante. Avait-elle imaginé ce bruit ? L’avait-elle rêvé ? Non… De nouveau, elle l’entendit… C’était un bruit presque imperceptible, étouffé, comme des pas. Le parquet du salon se mit à craquer. Son cœur s’emballa et elle se leva précipitamment, entrouvrit lentement sa porte et jeta un coup d’œil dans le couloir à peine éclairé. Une ombre traversa le salon. Elle retint son soufe. LucyElle prit son téléphone portable, regrettant de ne pas
14
L’enfant kidnappée
avoir une arme à portée de main. Mais son fusil de chasse était enfermé sous clé dans l’armoire du salon. Elle gagna la salle de bains sur la pointe des pieds et saisit sa bombe de laque, puis elle se fauîla dans le couloir et entra à pas de loup dans la chambre de Lucy. Le sol craqua de nouveau et elle crut s’évanouir de peur. Ils avaient déjà eu des problèmes avec des rôdeurs et un vandale dans la propriété. L’un d’entre eux tentait-il de s’introduire chez elle ? Elle referma doucement la porte et la verrouilla, forte d’une détermination farouche. Libre à cet intrus de voler ce qu’il voudrait. Mais elle ne le laisserait pas s’en prendre à sa îlle. Lucy était toujours endormie. Kim la prit dans ses bras et l’emmena dans le placard mural. — Maman ? Lucy s’agita, le visage empreint de perplexité, et Kim la berça tendrement. — Chut, mon bébé. Tout va bien. Nous devons éviter de faire du bruit et rester cachées pendant un moment. Lucy serra très fort sa peluche contre elle et elle lança un regard interrogateur à sa mère. Kim sentit la panique l’envahir. Elle fut tentée, dans un premier temps, d’appeler Johnny mais il était déjà reparti chez lui. Les mains tremblantes, elle composa le numéro de Brody. Après tout, Brody était un des propriétaires du ranch et il pourrait arriver sur place plus rapidement que les secours. A la seconde sonnerie, elle entendit une voix chaude et bourrue à l’autre bout de la ligne. — Ranch de Crystal Bay. Kim se îgea, désemparée. Oh Seigneur, ce n’était pas Brody. C’était la voix de Brandon. — Allô ?
L’enfant kidnappée
15
Le bruit dans le bungalow devint plus insistant. L’individu allait enfoncer la porte de la chambre ! Kim approcha sa bouche du micro du téléphone, terriîée à l’idée que son visiteur indélicat puisse l’entendre. — Il y a un intrus dans mon bungalow. Lucy s’agita, les yeux emplis de terreur. — Maman ? — Chut, mon bébé. Kim serra la tête de Lucy contre sa poitrine, le cœur battant la chamade. Au bout du îl, Brandon paraissait manifestement sous le choc. — J’arrive immédiatement, déclara-t-il après quelques secondes. La communication fut coupée et Kim, fermant les yeux, formula une prière silencieuse pour qu’il les rejoigne à temps. Mais, un instant plus tard, la porte de la chambre se mit à trembler sur ses gonds. Puis s’ensuivit le bruit de la poignée que l’on actionnait. — Maman ! Lucy enfonça ses ongles dans les bras de sa mère et Kim se prépara à affronter leur assaillant. Ensuite il y eut ce vacarme — le bruit d’un corps projeté contre la porte — qui lui ît relever la tête brusquement. Seigneur, l’intrus allait vraiment enfoncer la porte…
La gorge serrée par l’angoisse, Brandon se précipita vers son pick-up. Bon sang ! Johnny avait évoqué les problèmes qu’ils avaient rencontrés ces dernières semaines au ranch mais, puisque l’ex-mari de Rachel avait été neutralisé, il en avait conclu que tout avait été résolu. Et si Kim était blessée ? A cette pensée, une sainte terreur l’envahit. Il appuya
16
L’enfant kidnappée
sur l’accélérateur et fonça en direction de son bungalow tout en appelant les secours. Un instant plus tard, un opérateur prit l’appel. — Nous avons un cambriolage au Ranch de Crystal Bay. Envoyez-nous vite le shérif. Il resta en ligne le temps nécessaire pour donner d’autres précisions puis il raccrocha et emprunta la route qui menait chez Kim. Le véhicule souleva de la poussière et projeta du gravier tandis qu’il rebondissait sur les ornières. Brandon passa devant les écuries et le réfectoire avant de s’arrêter dans un crissement de pneus devant le bungalow de Kim. Il examina les fenêtres, scruta l’obscurité aux alentours ainsi que les bois. Il n’aperçut ni voiture ni étranger, seulement des chevaux qui galopaient à travers les pâturages. Mais il y avait des hectares de terrain fournissant de nombreux endroits où se cacher. L’intrus était-il toujours à l’intérieur ? Ouvrant doucement sa portière, il descendit prestement de voiture, prit son pistolet et s’avança avec précaution vers l’habitation, arme au poing pour le cas où le malfaiteur l’attaquerait par surprise. Quelques instants plus tard, le galop d’un cheval se ît entendre derrière le bungalow. Bon sang, il aurait voulu poursuivre ce salaud, mais que se passerait-il s’il n’était pas seul ? Il devait d’abord s’assurer que Kim et sa îlle allaient bien. Retenant son soufe, il entrouvrit la porte. L’intérieur était plongé dans l’obscurité et il chercha à voir, à l’aveuglette, si quelqu’un s’y trouvait. Une lampe avait été renversée et brisée. Une branche craqua sous ses bottes et le vent s’engouffra par une fenêtre ouverte. L’individu était-il entré de cette manière ? Les sanglots étouffés d’une enfant résonnèrent dans
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.