Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

L’espiègle ingénue

De
187 pages
La nouvelle et captivante série de Maya Rodale met en vedette les trois Jeunes filles les Moins Susceptibles de Londres — trois giroflées, autrement dit trois laissées pour compte, qui vont bientôt faire l’envie de tous. Lady Emma Avery a annoncé par erreur ses fiançailles — au meilleur parti de toute l’Angleterre. Dès qu’on découvrira qu’elle n’a même jamais rencontré le séduisant duc d’Ashbrooke, Emma perdra son statut de giroflée, de laissée pour compte; et elle deviendra un objet de risée. Mais voici qu’Asbrooke fait quelque chose d’inattendu. Il joue le jeu. C’est que ces fiançailles, temporaires il va sans dire, à l’irréprochable Lady Avery arrivent à point: Ashbrooke, un tombeur, un buveur et un fêtard, a besoin de se refaire une réputation. Séduire Emma n’est que la cerise sur le gâteau. Sauf qu’Emma fait quelque chose à laquelle il ne s’attendait pas le moindrement: elle repousse ses avances. Ce qui ne lui est jamais arrivé. Inconcevable. Et diablement attirant. Ce faisant, la Jeune fille la Moins Susceptible de Londres de Mal se Comporter excite la curiosité — entre autres choses — du plus charmant vaurien de Londres. Qui mettra tout en oeuvre pour éveiller la sensualité d’Emma et ainsi faire la preuve que deux inconnus peuvent fort bien déclencher un énorme scandale.
Voir plus Voir moins

Vous aimerez aussi

Le maître de la séduction
 Prétendez-vous être la jeune fille la moins susceptible de Londres de craquer pour moi ? demanda Blake en se dressant de toute sa taille au-dessus d’elle. Emma recula, jusqu’à ce que les étagères s’enfoncent dans son dos. Blake posa une main de chaque côté d’elle, la prenant ainsi au piège. — C’est en effet ce que je prétends, dit-elle. Le duc était si arrogant. Il la poussait à bout de nerfs. Il jouait avec ses sentiments et son sens de la réalité. Il faisait battre son cœur, lui donnait soif de baisers qui la faisaient grimper jusqu’à des sommets vertigineux de plaisir. — Et pourtant, ne dit-on pas que je suis un irrésistible séducteur, répliqua Blake d’une voix basse, sous la caresse de laquelle le dos d’Emma fut parcouru de frissons. — Et pourtant, je ne suis pas le moindrement séduite, répliqua Emma. D’une voix haletante. Zut de zut. — On peut y remédier, murmura Blake en traçant du doigt le bord de son corsage et le renflement de ses seins. Emma réprima un soupir et tenta vaillamment de se rappeler pourquoi il était impératif de ne passe laisser séduire.
Copyright © 2013 Maya Rodale Titre original anglais : The Wicked Wallflower Copyright © 2015 Éditions AdA Inc. pour la traduction française Cette puqlication est puqliée en accord avec HarperCollins Puqlishers, New York, NY. Tous droits réservés. Aucune partie de ce livre ne peut être reproduite sous QuelQue forme Que ce soit sans la permission écrite de l’éditeur, sauf dans le cas d’une critiQue littéraire. Éditeur : François Doucet Traduction : Janine Renaud Révision linguistiQue : Féminin pluriel Correction d’épreuves : Nancy Coulomqe, Catherine Vallée-Dumas Conception de la couverture : Matthieu Fortin Photo de la couverture : © Jon Paul Studios Mise en pages : Séqastien Michaud, Sylvie Valois ISBN papier 978-2-89752-521-7 ISBN PDF numériQue 978-2-89752-522-4 ISBN ePuq 978-2-89752-523-1 Première impression : 2015 Dépôt légal : 2015 BiqliothèQue et Archives nationales du uéqec BiqliothèQue Nationale du Canada Éditions AdA Inc. 1385, qoul. Lionel-Boulet Varennes, uéqec, Canada, J3X 1P7 Téléphone : 450-929-0296 Télécopieur : 450-929-0220 www.ada-inc.com info@ada-inc.com Diffusion Canada : Éditions AdA Inc. France : D.G. Diffusion Z.I. des Bogues 31750 EscalQuens — France Téléphone : 05.61.00.09.99 Suisse : Transat — 23.42.77.40 BelgiQue : D.G. Diffusion — 05.61.00.09.99 Imprimé au Canada
Participation de la SODEC. Nous reconnaissons l’aide financière du gouvernement du Canada par l’entremise du Fonds du livre du Canada (FLC) pour nos activités d’édition. Gouvernement du uéqec — Programme de crédit d’impôt pour l’édition de livres — Gestion SODEC. Catalogage avant publication de Bibliothèque et Archives nationales du Québec et Bibliothèque et Archives Canada Rodale, Maya [Wicked Wallflower. Français]
L’espiègle ingénue (Mauvais garçons et qelles ingénues ; 1) Traduction de : The Wicked Wallflower. ISBN 978-2-89752-521-7 I. Renaud, Janine, 1953- . II. Titre. III. Titre : Wicked Wallflower. Français. PS3618.O322W5214 2015 813’.6 C2015-940090-2
Conversion au format ePuq par:
www.laqurqain.com
À toutes les jeunes filles qui aiment lire. Et à Tony, qui m’a séduite avec son amour des livres et qui lit presque aussi vite que moi.
Remerciements
e pourrais être tentée de m’attribuer tout le mérite pour ce livre, mais c’est impossible. Je J suis immensément redevable à Sara Jane Stone, Amanda Kimble-Evans et Tony Haile, qui en ont lu les premières ébauches et m’ont fait part de commentaires très pertinents. Tous mes remerciements à l’équipe d’Avon, grâce à laquelle mes livres aboutissent entre les mains des gens et, plus particulièrement, à Jessie, Pam, Shawn et Dana. Merci également à Tom, qui a encore une fois conçu une superbe page couverture. Et surtout, surtout, merci à Tessa, ma charmante et talentueuse éditrice. Ma plus profonde reconnaissance à mes consœurs écrivaines, Caroline Linden, Miranda Neville et Katharine Ashe, grâce auxquelles je bénéficie d’amitiés et de conversations que l’on e ne peut avoir qu’avec d’autres romancières. Quand j’ai besoin d’échapper au XIX siècle, je me tourne vers mes amis et mes admirateurs sur Facebook, dont les propositions pour les noms de mes personnages et les titres pour mes romans ont été des plus utiles. Je tiens aussi à remercier ma famille, mon agent, mon mari et ma chienne adorée, Penelope.
Prologue
Londres, 1821
ans une minute, la vie de Lady Emma Avery allait enfin commencer. Réceptions brillantes, D voyous séduisants, marivaudages haletants… Toutes ces choses qui n’arrivaient que dans les romans lui arriveraient enfin,enfin, à elle. Dans une minute, on allait annoncer l’arrivée d’Emma à son premier bal londonien. La chasse au mari parfait allait enfin,enfin, commencer. Elle avait passé quatre ans à se préparer à ce moment à l’Académie pour jeunes filles de Lady Penelope. Elle avait passé tout l’après-midi à transformer ses cheveux bruns en boucles affriolantes en dépit de leur manque de collaboration et à supporter les derniers essayages de sa ravissante robe du soir, toute de soie et de dentelle ivoire, bien qu’elle eût nettement préféré lire un bon bouquin. Tous ses efforts allaient être récompensés quand un beau voyou viendrait lui ravir le cœur et l’entraîner dans une folle histoire d’amour, ce qui allait se produire, oh, dans une minute. — Lord et Lady Avery. Lady Emma, annonça le majordome de Lady Wrotham, l’hôtesse du bal. Nul n’en tint compte dans la salle de bal bondée. Emma garda la tête haute. Elle était encore une inconnue à Londres. Dès qu’elle en eut l’occasion, Emma alla retrouver ses deux amies les plus chères, rencontrées à l’Académie : Lady Olivia Archer et miss Prudence Payton. Elles s’étaient repliées dans un des angles de la salle de bal d’où elles observaient les couples danser, flirter et converser. — Mon carnet de bal est pour ainsi dire vide, dit Emma, un tant soit peu dépitée. Ce n’est pas ainsi qu’elle avait imaginé ses débuts dans le monde. — Il n’y a que quatre noms sur le mien, dit Olivia. Mais j’ai bien peur que ces types se soient inscrits dans le seul espoir d’échapper à ma mère. Ce dont je ne les blâme pas. — Je n’en ai aucun, répliqua Prudence d’un air abattu. — La soirée est encore jeune, déclara Emma. Et ce n’est que le premier bal de notre première saison. — Je parie quesoncarnet est rempli, dit Prudence. Elles se tournèrent dans un même mouvement vers Lady Katherine Abernathy — blonde, ravissante etméchantequ’entourait une cour empressée de jeunes hommes séduisants. — Souriante, elle buvait du petit lait. — Oh, bonsoir ! leur lança-t-elle. Les trois amies se raidirent, car Lady Katherine ne leur avait jamais adressé un seul mot gentil depuis qu’elles se connaissaient. — Des amies de l’Académie, expliqua-t-elle à la horde de jeunes galants excités. Elle leur présenta d’abord Lady Olivia et miss Prudence. Puis, elle se tut et arbora un sourire méchant. — Et voici Lady Emma. Mais nous l’appelons toutes le « Bas-bleu bien rempli ». Les jeunes hommes, trop heureux de lui plaire ou prenant cette remarque cruelle pour un trait d’esprit ou d’humour, s’esclaffèrent bruyamment. Emma sentit ses joues s’embraser. Elle avait ardemment prié le ciel pour que Lady Katherine cesse de la surnommer ainsi. Et voici comment Dieu répondait à ses prières. — Dites-moi que je suis morte et en enfer, supplia-t-elle ses amies.