//img.uscri.be/pth/48e06d0e9b76ad4986f1e42c1e196933b130c43e
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 5,99 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : MOBI - EPUB

sans DRM

L'étreinte des flammes

De
480 pages

«J’adore ces livres.» Charlaine Harris, auteure de True Blood ★★★★★

La tension entre les faes et les humains est à son comble. Lorsque la meute est amenée à affronter un troll déchaîné, la présence d’Aiden, enfant humain enlevé il y a des siècles par les faes, pourrait bien être la seule chose susceptible d’empêcher la guerre qui s’annonce.

Prêts à le protéger coûte que coûte, Mercy, Adam et la meute devront défier le Marrok, les humains et les faes. Mais qui les protégera de celui qui a reçu l’étreinte des flammes ?


Voir plus Voir moins
Patricia Briggs
L’Étreinte des flammes
Mercy Thompson – 9
Traduit de l’anglais (États-Unis) par Sophie Barthélémy
Milady
Aucun loup-garou, vampire ou fae n’est jamais venu à la ferme. À Nanette, qui, elle, est venue et a conduit la moissonneuse-batteuse sans causer aucun dégât.
Chapitre premier
Je me réveillai en sursaut, le ventre noué par un sentiment d’urgence. Les muscles crispés, je tendis l’oreille, mais aucun bruit inhabituel ne troublait cette nuit de début d’été. Un bras tiède s’enroula autour de mes hanches. — Mercy ? La voix d’Adam était lourde de sommeil. Ce qui m’avait perturbée n’avait pas alerté mon mari. Dans le cas contraire, il aurait parlé d’un ton sec, et son corps se serait raidi. — J’ai entendu quelque chose, déclarai-je, même si je n’en étais plus très sûre. J’avais eu cette impression, mais je dormais, et à présent je ne me rappelais plus ce qui m’avait inquiétée. Adam me lâcha et roula sur le matelas avant de se lever du lit. Comme moi, il écouta les sons nocturnes. Je le sentis étendre son attention à la meute, même si ce qu’il apprit par ce biais m’échappa. Alors que je n’étais que simple membre de la meute du bassin du Columbia, Adam en était l’Alpha. — Personne d’autre dans la maison n’a rien remarqué, déclara-t-il, se tournant vers moi. Je n’ai rien perçu d’anormal. Qu’as-tu entendu ? Je secouai la tête. — Je ne sais pas. Quelque chose d’inquiétant. Je refermai la main sur la canne posée tout contre moi. Ce geste attira le regard d’Adam. Il fronça les sourcils, puis s’accroupit à côté du lit pour éloigner la canne avec délicatesse. — Est-ce que tu l’avais prise pour te coucher, hier soir ? Je pliai et dépliai les doigts en considérant la canne, troublée. Avant l’intervention d’Adam, je n’avais même pas remarqué qu’elle était, une fois de plus, apparue là où elle n’avait aucune raison d’être. Il s’agissait d’un artefact fae. D’un artefact mineur, m’avait-on dit. Élégant malgré sa simplicité, il consistait en un modeste bâton au pommeau d’argent orné de gravures. Le bois présentait une teinte grisée en raison de son âge, d’une couche de vernis ou d’une association des deux. Lorsque la canne m’avait suivie comme un chien en laisse la première fois, elle m’avait paru inoffensive. Mais les apparences sont souvent trompeuses, chez les faes. Et tous les artefacts mineurs gagnent en pouvoir au fil du temps. Cet antique objet magique s’avérait très têtu. Il n’était pas resté avec les faes lorsque je le leur avais rendu. Ensuite, je m’en étais servie pour tuer quelque chose, ou quelqu’un, à moins que ce soit lui qui se soit servi de moi. Ça l’avait changé. Comme je ne savais pas quoi faire, je l’avais donné à Coyote. La vie m’avait appris de nombreuses leçons. L’une de celles que j’avais retenues, c’était qu’il ne fallait jamais confier d’objet magique à Coyote. Lorsqu’il m’avait rendu la canne, elle était… différente. J’ouvris et fermai la main à plusieurs reprises. Le sentiment que quelque chose n’allait pas s’était dissipé. À titre expérimental, je touchai de nouveau le bâton, mais ma peur ne reparut pas. — Si ça se trouve, j’ai simplement fait un cauchemar, hasardai-je. Peut-être que la canne n’y était pour rien. Adam hocha la tête et posa l’artefact sur ma commode, là où je le rangeais d’habitude. L’enfermer dans un placard m’avait semblé grossier.
Quand Adam regagna le lit, il m’embrassa d’un baiser rapide et possessif. En s’écartant, il scruta mon visage afin de s’assurer que j’allais bien. — Je vais faire un tour, juste pour être sûr. Quand je lui donnai mon assentiment d’un signe de tête, il me laissa seule. Je l’attendis dans le noir. Peut-être avais-je fait un cauchemar. Ou alors il se passait quelque chose d’anormal. Je réfléchis à ce qui pouvait avoir alerté mes instincts. Si Tad et Zee avaient des ennuis, cela expliquerait la présence de la canne dans mon lit. Comme ils étaient faes, Zee tout du moins, il était possible qu’elle s’inquiète pour eux. Quand l’un des Seigneurs Gris avait déclaré l’indépendance des faes, ceux-ci s’étaient retirés dans leurs réserves. Zee, mon vieil ami et mentor, avait été forcé de rejoindre celle de Walla Walla, qui se trouvait à une heure de route environ. Les faes s’étaient eux-mêmes barricadés derrière les murs que le gouvernement avait édifiés pour eux. Dans le mois qui avait suivi, les humains s’étaient rendu compte que ces remparts ne constituaient pas la seule protection de la réserve de Walla Walla. Celle-ci avait littéralement disparu sous l’effet d’une illusion. La route qui permettait autrefois d’y accéder n’y menait plus. Une rumeur prétendait que, lorsqu’on avait envoyé des avions pour la localiser, les pilotes avaient oublié leur destination. Sur les photos satellites n’apparaissait qu’une tache floue bien plus étendue que la superficie de la réserve. Puis les faes avaient lâché quelques-unes de leurs pires créatures sur les populations humaines. Des monstres auparavant tenus à l’œil par leurs maîtres avaient été libérés. Il y avait eu des victimes. Le gouvernement essayait d’étouffer l’affaire pour éviter de provoquer la panique, mais les médias commençaient à nourrir des soupçons. Je fermai de nouveau les mains sur le bois gris de la canne qui se trouvait sur mes genoux, celle-là même qu’Adam venait de poser sur ma commode. Elle se déplaçait de son propre chef, même si je ne l’avais jamais prise sur le fait. Je ne m’étais pas beaucoup inquiétée pour Zee, au début. J’avais confiance en lui pour se débrouiller seul. Tad et moi réussissions à le contacter de temps à autre. Tad était le fils de Zee. Demi-fae, produit d’une expérience en grande partie ratée menée par les Seigneurs Gris afin de savoir si les faes pouvaient se reproduire avec les humains sans rien perdre de leur nature, Tad n’avait pas eu à rejoindre la réserve. Personne ne le lui avait demandé. Les faes méprisaient les demi-sang. Sauf que, le jour où il avait montré qu’il possédait des pouvoirs magiques d’une rare puissance, ils avaient subitement voulu le récupérer. Cela faisait à présent sept semaines qu’il était parti. Sans lui, je n’avais pas réussi à activer le miroir qui nous avait servi à contacter Zee. Sept semaines, et aucune nouvelle. — Est-ce qu’il s’agit de Tad ? demandai-je à la canne. Elle demeura inerte entre mes mains. Quand j’entendis les pas d’Adam dans l’escalier, je me levai pour la reposer sur la commode. Le lendemain matin, assise à la table de la cuisine, je feuilletais un énième catalogue de fournitures mécaniques en griffonnant dans un carnet le numéro de page et le prix des articles qui m’intéressaient. Je n’avais pas oublié ce qui s’était passé durant la nuit, mais je ne me voyais pas rester inactive en attendant qu’un malheur arrive. Je n’avais aucun moyen de contacter Zee ou Tad, et il m’était impossible de savoir si c’était la canne qui avait provoqué ma panique ou si j’avais fait un cauchemar qui l’avait alertée.
Si un problème devait survenir, d’après mon expérience, rien de ce que je pourrais faire n’y changerait quoi que ce soit. Attendre les bras croisés ne servirait à rien, aussi avais-je décidé de travailler. Les pages bruissèrent dans la brise. En ce début d’été, il faisait encore assez frais pour laisser les fenêtres ouvertes. Dans quelques semaines régnerait une chaleur écrasante mais, pour l’instant, nous n’avions à nous plaindre que d’occasionnelles tempêtes de vent. Je lissai la feuille du catalogue et comparai les caractéristiques des deux ponts élévateurs les moins chers. Nous n’avions réussi à extraire que quelques outils du tas de cendres qui était resté de mon garage après l’attaque d’un dieu des volcans. Ce qui n’avait pas fondu avait été détruit lorsque le bâtiment s’était effondré. Il faudrait des mois pour tout remettre en état, mais, de toute manière, compte tenu des délais d’expédition, une partie du matériel dont j’avais besoin n’arriverait pas avant un bon moment. En attendant, j’envoyais la plupart de mes clients chez le concessionnaire Volkswagen. Les plus fidèles, ainsi que les plus fauchés, m’amenaient leur voiture sous la charpente qui avait remplacé mon ancien garage. Malgré le manque d’outils, je réussissais à résoudre la plupart des pannes. D’en haut me parvenait la musique qui sortait du casque audio de Jesse. La porte de sa chambre devait être ouverte, sinon je n’aurais rien entendu. Les écouteurs résultaient d’un compromis antérieur à mon arrivée. Un jour, alors qu’Adam et moi n’étions pas encore mariés, Jesse m’avait dit que, si elle avait écouté du jazz ou Elvis, son père n’aurait sûrement vu aucun inconvénient à ce qu’elle utilise la chaîne hi-fi. Il aimait la musique, mais pas la même qu’elle. Elle m’avait aussi confié que, si elle ne lui avait pas répliqué que sa mère la laissait écouter ce qu’elle voulait – ce qui était vrai : les loups-garous détectent le mensonge –, il n’aurait certainement pas accepté la moindre concession. Les loups-garous entendent en effet les sons qui émanent des écouteurs, même si ça les dérange moins que s’ils proviennent de haut-parleurs. Pour ma part, j’aimais bien la musique de Jesse, et je fredonnais en classant les articles qui me plaisaient, ceux qui me faisaient envie mais dont je n’avais pas l’utilité, et ceux qu’il me fallait absolument. Cette tâche terminée, je comparerais la liste obtenue à mon budget. À ce moment-là, je devrais certainement opérer un dernier tri entre le nécessaire et l’essentiel. Par-dessus la musique de Jesse, je distinguais des voix masculines discutant des finances de la meute et des projets pour les six mois à venir. C’était le jour des budgets, apparemment. La meute possédait des fonds qu’elle investissait ou mettait à disposition des membres qui en avaient besoin. Notre meute. J’en faisais partie, même si je n’étais pas un loup-garou. Une situation rare, mais pas unique. Toutes les meutes ne bénéficiaient pas des mêmes ressources pécuniaires que nous. Il était confortable d’avoir de l’argent. Les loups-garous devaient contrôler leurs congénères, une tâche que le stress rendait plus ardue. Or le manque d’argent entraînait un stress. Aider ceux qui en avaient besoin sans encourager la fainéantise nécessitait de trouver un juste équilibre. Adam, son premier lieutenant, Darryl, et Zack, notre seul loup soumis et par là même le mieux placé pour savoir si l’un des membres de la meute avait des ennuis, quelle qu’en soit la nature, discutaient en haut, dans la salle de réunion, le bureau d’Adam étant trop exigu pour accueillir deux loups dominants. Je n’entendais pas Lucia, la seule humaine du groupe, présente parce qu’elle assumait désormais la plupart des tâches autrefois confiées au comptable de l’entreprise d’Adam. Son silence s’expliquait par le fait qu’elle ne se sentait pas encore assez à l’aise pour s’opposer à des loups-garous, une timidité que Zack compensait en
devinant ce qu’elle n’osait pas dire et en le relayant aux autres. Le mari de Lucia, Joel – prononcer Roel, à l’espagnole – poussa un profond soupir avant de rouler sur le dos, les quatre pattes en l’air, le flanc appuyé contre le placard situé à quelques mètres de moi. Joel aussi faisait partie de la meute, bien que n’étant pas un loup-garou. L’éclatante luminosité révélait des rayures autrement invisibles dans son pelage noir. Je l’avais introduit dans la meute malgré moi, une mesure qui, bien qu’involontaire, nous avait sauvé la vie à tous les deux. Au lieu de se transformer en loup-garou – ou en coyote, comme moi –, quand il n’était pas humain, il prenait parfois la forme d’untibicena, une énorme bête cauchemardesque qui sentait le soufre et dont les yeux luisaient dans l’obscurité. Cependant, la plupart du temps, il présentait l’aspect d’un grand presa canario, un chien à peine moins impressionnant qu’un loup-garou, surtout pour ceux qui ne connaissaient pas ces derniers. Nous espérions qu’un jour il se contrôlerait suffisamment pour être plus souvent humain que chien. En tout cas, nous étions tous soulagés qu’il ne soit pas coincé dans la peau d’untibicena. Roulée en boule à côté de Joel et presque aussi imposante que lui, Cookie, une croisée berger allemand, me jeta un regard méfiant. Maltraitée par un propriétaire dont l’avaient sauvée Joel et Lucia, elle avait nettement gagné en confiance depuis que je l’avais rencontrée pour la première fois, ce qui ne l’empêchait pas d’éviter les étrangers et de tressaillir au moindre geste brusque. Un bruit de moteur inconnu au-dehors détourna mon attention des avantages d’un pont à quatre colonnes sur un pont à deux colonnes. Joel roula sur lui-même pour reprendre appui sur ses pattes, aux aguets. En haut, les voix se turent. Vu que nous habitions la dernière maison d’une petite route de campagne se terminant en cul-de-sac, la voiture s’arrêtait forcément pour nous. Il ne s’agissait pas du facteur ni de la livreuse d’UPS. Je connaissais leurs véhicules, ainsi que ceux qu’utilisaient habituellement les membres de la meute. — Je vais voir, dis-je à Joel, sachant qu’Adam m’entendrait aussi. Je me dirigeais vers la porte, Cookie sur les talons, quand on frappa. En ouvrant, je découvris Izzy, l’une des amies de Jesse, en compagnie de sa mère, qui portait un grand sac en toile. D’habitude, Izzy conduisait elle-même. Je me demandai si sa voiture était en panne et si je devais proposer de lui apprendre comment la réparer. — Bonjour, me salua Izzy, le regard fuyant. Jesse m’attend. Dès qu’elle prit la parole, Adam et sa brigade financière, comme l’appelait Darryl, se remirent au travail. Ils connaissaient Izzy. Celle-ci se faufila derrière moi avant de se sauver – c’était vraiment le terme approprié – dans l’escalier. Cookie s’élança sur ses talons. Elle adorait Izzy. — Mercy, déclara la mère d’Izzy, dont j’étais incapable de me rappeler le nom. Pendant que je me débattais avec ma mémoire, elle poursuivit : — Est-ce que vous auriez quelques minutes à m’accorder ? J’aimerais vous parler. Ça n’augurait rien de bon, même si, étant donné qu’Izzy venait de monter l’escalier en courant, il ne pouvait s’agir de l’une de ces discussions du genre : « Désolée, mais je n’ai pas suffisamment confiance pour laisser ma fille entrer dans une maison où vivent des loups-garous. » De toute façon, celles-ci se déroulaient généralement au téléphone. — Bien sûr, répondis-je en m’écartant pour la laisser entrer. — Nous avons besoin d’une table, ajouta-t-elle. Je la conduisis dans la cuisine, où Joel s’était étendu de tout son long, de sorte qu’il fallait enjamber son corps massif et impressionnant pour atteindre la table. Alors que je m’apprêtais à lui demander de bouger, la mère d’Izzy lui passa par-dessus comme s’il
s’agissait d’un labrador ou d’un golden retriever. Joel me regarda, quelque peu offusqué de ne pas avoir davantage intimidé notre visiteuse. Je lui adressai un sourire contrit en haussant les épaules avant de l’enjamber à mon tour. La mère d’Izzy s’était déjà assise à la table. Je m’installai à côté d’elle. Après avoir poussé mes catalogues sur le côté pour faire de la place, elle sortit de son sac un classeur à spirales de la taille d’un ordinateur portable. Sur la couverture de papier glacé d’un bleu-vert intense s’étirait l’inscription « Intrasity » en lettres dorées. Elle le posa délicatement sur la table, comme s’il s’agissait d’un trésor, et déclara, avec grand sérieux : — La vie est courte, et nous ne rajeunissons pas. Que diriez-vous de paraître dix ans de moins et de retrouver toute votre énergie d’antan ? C’est ce que nos vitamines peuvent vous offrir. Jésus Marie Avon !intérieurement, mon inquiétude cédant la place à une jurai-je exaspération amusée.Je me suis fait attaquer par une vendeuse à domicile. À l’étage, les bruits de conversation s’interrompirent de nouveau, puis Darryl marmonna quelques mots d’une voix savamment calculée pour échapper tout juste à mon ouïe. Adam éclata de rire, puis ils se remirent à discuter de taux d’intérêt. Ils m’avaient abandonnée à mon triste sort. Les rats. — Je ne prends pas de vitamines. — Vous n’avez pas testé les nôtres, répliqua-t-elle, imperturbable. Les essais cliniques ont démontré que… — Elles me font perdre mes cheveux, mentis-je. Mais elle ne m’écoutait pas. Tandis qu’elle pérorait avec enthousiasme, j’entendis Izzy dire dans la chambre de Jesse : — Mercy va me haïr. Maman a fait le tour de tous ses amis, de la famille, des membres de son club de gym, et maintenant elle s’attaque aux parents de mes amis. — Ne t’en fais pas pour Mercy, la rassura Jesse. Elle sait se débrouiller. La porte de la chambre de Jesse se ferma. Je savais qu’à travers le battant des humains ne pouvaient rien entendre de ce qui se passait dans la cuisine, sauf si on se mettait à crier ou à tirer des coups de feu. Je n’étais cependant pas encore assez désespérée pour en arriver à une telle extrémité. — Il existe bien entendu d’autres vitamines sur le marché, poursuivit la mère de Jesse. Mais parmi les douze marques les plus connues seule la nôtre est certifiée sans allergènes et sans toxines par deux laboratoires indépendants. S’il ne s’était agi de la mère d’Izzy, je l’aurais fermement mais gentiment reconduite à la porte. Fermement, surtout. Mais Jesse n’avait pas une foule d’amis. Les loups-garous avaient tendance à faire peur à certains, et les autres n’étaient pas toujours ceux avec qui Jesse avait le plus d’atomes crochus. Aussi restai-je sagement assise à écouter, marmonnant un « mmm » aux moments qui me paraissaient appropriés. La conversation finit par dériver sur le maquillage. En dépit de ce que prétend la rumeur, il m’arrive de me maquiller. Surtout quand l’ex-femme de mon mari rôde dans les parages. — Nous avons également un produit très efficace pour masquer les cicatrices, annonça-t-elle en regardant avec insistance la balafre blanche qui me barrait la joue. Je faillis répliquer « Quelles cicatrices ? Qui a des cicatrices ? », mais m’en abstins. De toute manière, elle n’aurait sans doute pas saisi la référence à Frankenstein. — Je ne me maquille pas souvent, dis-je à la place. J’éprouvai soudain une irrépressible envie d’ajouter « parce que mon mari n’a pas envie que j’attire d’autres hommes » ou « mon mari affirme que le maquillage est l’œuvre de Satan », mais estimai qu’une femme dont je ne me rappelais pas le nom ne