L'honneur des Maitland (Saga L'Héritier des Maitland vol.2)

De
Publié par

L'honneur des Maitland, Tara Taylor Quinn

Riche et influente, la famille Maitland est unie par des liens indestructibles. Mais le jour où un bébé est retrouvé abandonné sur les marches de la clinique Maitland, le scandale éclate : et si le père de ce bébé était un des leurs ?

Ellie, nouvelle administratrice de la maternité Maitland, ne peut s'empêcher de s'inquiéter pour sa mère, Megan, qui s'attache de plus en plus au petit Cody, le bébé abandonné, à l'origine du scandale qui entache l'honneur de leur famille. Alors qu'Ellie tente de soutenir sa mère dans le combat qu'elle livre aux journalistes, celle-ci est bouleversée par l'arrivée inopinée d'un homme qu'elle pensait ne plus jamais revoir... Sloan Cassidy, son tout premier amour, celui qui l'a rejetée alors qu'elle lui offrait son innocence, est de retour à Austin, et lui réclame son aide pour élever ses jumelles. Les enfants de sa première femme ! Comment Ellie pourrait-elle accepter, elle qui a tant souffert par le passé ? Mais ne doit-elle pas saisir cette chance unique d'aimer de nouveau ?

2e volume de la saga L'Héritier des Maitland

Publié le : samedi 22 décembre 2012
Lecture(s) : 8
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782280291934
Nombre de pages : 216
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
TARA TAYLOR QUINN

Le premier livre de Tara Taylor Quinn, Yesterday’s Secrets, a été publié par Harlequin en octobre 1993 et a reçu deux prix.

Aujourd’hui, avec plus de 20 romans, il existe près de 3 millions de livres de Tara à travers le monde. Ils ont été récompensés par de nombreux prix et sont apparus sur de nombreuses listes de best-sellers.

L’histoire d’amour de Tara Taylor Quinn avec Harlequin a commencé quand elle avait 14 ans, le jour où elle a découvert un roman gratuit dans la presse de sa ville natale. Cette relation a été renforcée l’année où elle a été renvoyée du cours de secrétariat pour avoir été prise en flagrant délit de lecture d’un roman Harlequin ! Elle a terminé le livre dans le bureau du directeur…

Quand elle n’est pas en train d’écrire, ou d’assumer ses fonctions au sein de l’Association des écrivains américains de roman sentimental, Mme Quinn consacre son temps libre à son mari et à Rachel, sa fille de 14 ans.

1.

Le bon côté de la situation, c’était que ça ne pouvait guère être pire…

Assise à la table du petit déjeuner, à la place qu’elle occupait pratiquement depuis sa naissance, Ellie Maitland venait soudain d’être submergée par une crise d’angoisse que rien ne lui avait laissé prévoir. La morosité de sa vie et l’horizon de grisaille qui s’étendait devant elle l’avaient tout à coup étouffée, ses mains s’étaient mises à picoter et ses pieds étaient devenus lourds comme du plomb.

— Au fait, El, tu as encore ramené mes vêtements du nettoyage…

La voix de sa sœur jumelle parvint aux oreilles de la jeune femme avec autant de violence que si on lui parlait dans un mégaphone.

— Tu n’avais pas à le faire ! poursuivit Beth.

— Je savais que tu allais oublier et, de toute façon, je passais devant le magasin, répondit Ellie.

Cela lui faisait du bien de se concentrer sur quelque chose d’aussi futile que cette histoire de vêtements…

Fixement, elle regardait le journal ouvert devant elle. Une fois de plus, il contenait un article insinuant que Eleanor Maitland risquait fort de ne pas être à la hauteur du poste d’administratrice qu’on venait de lui confier à la tête de la clinique obstétricale Maitland. C’en était trop, elle n’en pouvait plus. A vingt-cinq ans, elle se sentait couler à pic.

— Ne fais pas attention à toutes ces bêtises ! lui conseilla Megan Maitland de sa voix douce mais déterminée.

— Ils sont comme des vautours, maman ! Toujours à l’affût du moindre faux pas que je ferai.

— Et alors ?

Le regard bleu sombre de Megan ne se troubla pas lorsqu’il rencontra les yeux inquiets de sa fille, cadette de onze minutes par rapport à sa jumelle.

— Ils sont persuadés que j’ai obtenu ce poste parce que je suis ta fille…

— Et alors ? répéta Megan, imperturbable.

— Est-ce que c’est vrai ? demanda Ellie, plus anxieuse que jamais.

— Qu’est-ce que tu en penses, toi ? reprit Megan.

— Je sais que j’ai une idée très claire de mes devoirs et de nos obligations, mais personne n’aurait choisi quelqu’un d’aussi jeune que moi pour un poste de cette importance. D’autant plus que je n’aurai mon diplôme que dans six mois !

— Tout cela est vrai, approuva Megan en regardant affectueusement sa fille. Mais tu oublies d’ajouter que tu suis des cours du soir et que tu seras en règle avant la fin de l’année légale.

Ce réconfort alla droit au cœur de la jeune femme. Elle qui doutait toujours d’elle-même au point de se sentir le vilain petit canard de la famille était au moins certaine d’une chose : quelles que soient ses faiblesses, jamais l’amour de Megan ne lui ferait défaut.

— Je serai à la hauteur, promit-elle.

— J’en suis persuadée, assura Megan.

C’est ainsi que, forte de cette confiance et bien décidée à tenir parole, Ellie s’installa à son bureau un peu plus tard dans la matinée. Courageusement, elle se plongea aussitôt dans le rapport financier de Drake Logan, l’expert-comptable de la clinique.

— Ellie ?

Le son de la voix la pétrifia. Elle s’était lourdement trompée ce matin en croyant que la situation ne pouvait pas empirer…

— Désolé de débarquer comme ça, à l’improviste, mais après tout ce temps, je n’ai pas eu envie d’utiliser le téléphone !

Le cœur au bord des lèvres, Ellie dévisagea son séduisant visiteur. Il n’était pas censé venir la trouver ici, ni où que ce soit, d’ailleurs ! Elle s’était débarrassée de son souvenir depuis très longtemps. Hélas, Sloan Cassidy était toujours incroyablement charmeur. Et il se tenait debout, là, juste en face d’elle… Zut ! Ellie se troublait de plus en plus. Pourtant, après tant d’années, il ne représentait plus rien pour elle. Tout au moins, c’est ce qu’elle voulait croire.

Elle fit un effort pour se lever, lui tendre la main, faire comme si le contact avec cette peau chaude et dure la laissait indifférente. Une seule raison pouvait justifier sa présence : Marla, sa femme, avait besoin des services de la clinique.

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.