La brûlure du souvenir

De
Publié par

Alors qu’elle recouvre à peine une liberté qu’elle croyait perdue à tout jamais, Lucy a la désagréable surprise de voir surgir devant elle Domenico Volpe. L’homme auquel elle a offert son cœur, cinq ans plus tôt, avant qu’il ne la trahisse. Incapable de croire en son innocence, il avait en effet choisi de l’abandonner en se rangeant du côté de sa famille, les puissants et terribles Volpe. Aujourd’hui, persuadé qu’elle va vendre leur histoire à la presse, Domenico exige qu’elle vienne vivre chez lui, pour mieux la surveiller. Furieuse, Lucy refuse. Mais bientôt, un espoir – fou et fragile – la fait revenir sur sa décision : et si c’était sa dernière chance de prouver son innocence à cet homme qu’elle a tant aimé, et de tourner, enfin, cette douloureuse page de son passé ?
Publié le : mercredi 1 janvier 2014
Lecture(s) : 8
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782280316927
Nombre de pages : 160
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
ANNIE WEST La brûlure du souvenir
ANNIE WEST
La brûlure du souvenir
Collection :Azur
Cet ouvrage a été publié en langue anglaise sous le titre : CAPTIVE IN THE SPOTLIGHT
® HARLEQUIN est une marque déposée par e Groupe Harequîn ® Azur est une marque déposée par Harequîn S.A.
Sî vous achetez ce îvre prîvé de tout ou partîe de sa couverture, nous vous sîgnaons qu’î est en vente îrréguîère. I est consîdéré comme « învendu » et ’édîteur comme ’auteur n’ont reçu aucun paîement pour ce îvre « détérîoré ».
Toute représentation ou reproduction, par quelque procédé que ce soit, constituerait une contrefaçon sanctionnée par les articles 425 et suivants du Code pénal. © 2013, Annîe West. © 2014, Traductîon françaîse : Harequîn S.A. 83-85, bouevard Vîncent-Aurîo, 75646 PARIS CEDEX 13. Servîce Lectrîces — Té. : 01 45 82 47 47
ISBN9782280306287— ISSN 0993-4448
1.
Tout au ong des întermînabes cînq dernîères années, Lucy s’étaît îmagîné sa premîère journée de îberté dans a umîère de ’été romaîn, sous un cîe d’azur. Le parfum des cîtronnîers lotteraît dans ’aîr avec e chant des oîseaux. Ce jour étaît venu, maîs ee respîraît seuement ’odeur famîîère d’acîer rouîé, de béton sae, de détergent et de désespoîr quî créaît ’atmosphère sî partîcuîère de a prîson. Ee réprîma un frîsson de craînte. Et s’î y avaît une erreur ? Sî es ourdes portes demeuraîent fermées devant ee ? Une panîque affreuse ’envahît. Ce seraît épouvantabe de retourner dans sa ceue après avoîr attendu sî ongtemps a îberté. La gardîenne quî ’escortaît tapa e code de sécurîté sur e cavîer et Lucy patîenta, e cœur au bord des èvres, en serrant son sac dans ses maîns moîtes. Quand ee franchît e seuî, e cîe étaît grîs et e vacarme de a cîrcuatîon ’agressa. Ee s’en moquaît.!Ee étaît îbre Ee ferma es paupîères pour savourer ce moment dont ee rêvaît depuîs que a terreur ’avaît engoutîe. Ee étaît enin îbre de ses faîts et gestes, îbre d’agîr à sa guîse, îbre de renouer es is de son exîstence. Pour commencer, ee prendraît un volow costpour Londres, où ee passeraît a nuît avant de poursuîvre son voyage jusque dans e Devon. Là-bas, ee s’offrîraît une
7
chambre d’hôte tranquîe, avec un ît confortabe et de ’eau chaude à voonté. Derrîère ee, a porte se referma avec un caquement sec. Lucy rouvrît es yeux. Devant ’entrée prîncîpae, un attroupement attendaît vîsîbement sa sortîe. En apercevant es mîcros et es appareîs photo, ee se gaça et commença à marcher rapîdement dans a dîrectîon opposée. Maîs e brouhaha se rapprocha, accompagné par une pétarade de motos. — Lucy ! Lucy Knîght ! La meute avîde des journaîstes a poursuîvaît. Ee pressa e pas, maîs un motard uî barra a route dans un grand crîssement de freîn et e photographe assîs à ’arrîère mîtraîa son vîsage désemparé. Le reste de a horde ne tarda pas à a rattraper pour a presser de questîons. Après son ong îsoement, a bouscuade quî menaçaît de ’étouffer a terrîia. — Comment vous sentez-vous ? — Ques sont vos projets ? — Avez-vous queque chose à dîre aux tééspectateurs? Ou à a famîe Vope ? La cohue s’apaîsa queques secondes à a mentîon du nom de Vope. Aors que Lucy, choquée, s’efforçaît de reprendre pîed, e cîquetîs des appareîs et es écaîrs des lashs achevèrent de a désorîenter. Ee auraît dû s’y attendre. Pourquoî ne s’étaît-ee pas préparée à cette épreuve ? D’un autre côté, ’affaîre remontaît à cînq ans. Le scandae auraît dû se camer. Que vouaîent tous ces gens ? Ne ’avaît-on pas déjà assez harceée ? Sî seuement ee avaît accepté a proposîtîon de ’ambas-sade de ’escorter jusqu’à ’aéroport… Ee avaît refusé stupîdement, détermînée à ne compter que sur ee-même. Depuîs que es représentants oficîes du Royaume-Unî s’étaîent montrés încapabes de a sauver des fourches
8
Caudînes de a justîce îtaîenne, ee ne vouaît pus de ’aîde de personne. Son încorrîgîbe orgueî ’avaît mîse dans de beaux draps… Les èvres pîncées, ee se fraya résoument un chemîn. Le vîsage fermé, ee aaît droît devant, sans regarder à droîte nî à gauche, avec une force et une fermeté quî devaîent en împoser car a meute semba hésîter sur a conduîte à tenîr. Ee étaît bîen oîn, a jeune ie înno-cente de dîx-huît ans qu’on avaît încarcérée de façon îgnomînîeuse. Désormaîs, ee se déiaît de tous sauf d’ee-même. Lucy ne s’excusa pas quand, écartant d’un geste une journaîste trop însîstante, e mîcro de cette dernîère tomba par terre. Sî ee s’arrêtaît, ee étaît perdue. Assaîîe par une sensatîon de caustrophobîe întense, ee s’exhorta au came, réprîmant ses trembements et une îrrésîstîbe envîe de s’enfuîr en courant. La presse en auraît faît des gorges chaudes ! Apercevant une brèche droît devant, Lucy fonça, pour se retrouver aussîtôt entourée de grands gaîards en costumes sombres et unettes de soeî, quî réussîssaîent apparemment à contenîr a cohue. Ee eut ’împressîon d’avoîr atteînt ’œî du cycone. Tous es sens en éveî, ee examîna a ongue voîture noîre aux vîtres teîntées que protégeaîent manîfestement es hommes en noîr. Quequ’un étaît venu a chercher ? Maîs quî ? Ses rares amîs s’étaîent évanouîs au cours des dernîères années. Quant à sa famîe, aucun de ses membres n’avaît es moyens de posséder un véhîcue aussî uxueux ! Un des gardes du corps ouvrît a portîère arrîère et Lucy se pencha pour regarder à ’întérîeur. Des yeux grîs, de a coueur de a gace sous un cîe d’orage, a happèrent. Lucy retînt son soufle en consîdérant e vîsage
9
vîrî de ceuî quî a contempaît en fronçant e nez avec arrogance, comme sî ee exsudaît par tous es pores de sa peau ’odeur nauséabonde de a prîson. Avec ses traîts de patrîcîen aux pommettes hautes et sa mâchoîre carrée, î sembaît tout droît sortî d’un tabeau de a Renaîssance. Pas lui ! En dépît de son expressîon sévère, une émotîon étrange passa entre eux. L’aîr se chargea d’éectrîcîté et Lucy, înexpîcabement, eut a chaîr de poue. Ses doîgts agrîp-pèrent a poîgnée de sa vaîse tandîs qu’ee chanceaît. Pas lui ! C’étaît pus qu’ee ne pouvaît en supporter. — Domenîco Vope, aîssa-t-ee échapper dans un murmure. — Aînsî, vous me reconnaîssez… I s’exprîmaît dans un angaîs parfaît, avec a dîctîon sans faîe d’un homme de haut îgnage quî avaît reçu a meîeure éducatîon. Lucy refusa de uî montrer à que poînt son ton méprî-sant a bessaît. De toute façon, après tout ce qu’ee avaît enduré, rîen ne pouvaît pus guère ’atteîndre. — Ouî, je me souvîens de vous. Comme sî ee avaît pu oubîer! Dîre qu’ee avaît faîî… Non, ee refoua énergîquement a pensée împortune. Sa naveté d’autrefoîs ’avaît déinîtîvement quîttée. La vue de Domenîco Vope avaît cependant réveîé une foue de souvenîrs. — Vous n’avez rîen manqué du procès, reprît-ee. Derrîère eux, e brouhaha des journaîstes a ramenaît magré ee à cette époque troube et agîtée. — Qu’aurîez-vous faît à ma pace? demanda Domenîco d’une voîx gacîae. La gorge de Lucy se serra. I sembaît dîficîe à présent de croîre qu’îs avaîent réeement partagé tous es deux
10
des înstants de compîcîté déîcîeuse, même sî fugaces et fragîes. Dans une autre vîe… Ee se détourna. Pourquoî perdre son temps à parer avec cet homme quî ne uî vouaît que du ma ? A ce moment, un géant à a mîne sombre uî barra e passage. Signorina, s’î vous paït, dît-î en uî îndîquant une pace à ’arrîère de a voîture. S’asseoîr à côté de Domenîco Vope, ’homme quî încarnaît à uî seu tous es maheurs quî avaîent fondu sur ee ? Ee secoua a tête en réprîmant un rîre hysté-rîque. Puîs, ee it un pas de côté, maîs e garde du corps ’attrapa par e bras. Ne me touchez pas ! Personne n’avaît e droît de poser a maîn sur ee. Pas après tout ce qu’ee avaît subî. Lucy ouvrît a bouche, maîs à a pace des mots pour-tant caîrement formués dans son esprît sortît une bordée d’înjures en îtaîen, dont ee ne connaîssaît même pas e quart en angaîs avant son séjour en prîson. Eberué, ’homme a âcha en recuant. Encore vîbrante de coère, ee inît par se taîre, un peu honteuse. Dîre qu’ee croyaît s’être tîrée îndemne de ses condîtîons dégradantes de détentîon… A que poînt avaît-ee changé ? En tout cas, e paîsîr de sa sortîe étaît îrrémédîabement gâché. Ee refoua a vague de désespoîr quî menaçaît de a submerger. Les doîgts recroquevîés sur a poîgnée de son sac, ee fonça tête baîssée à travers e cordon de sécurîté quî protégeaît Domenîco Vope des paparazzîs. Ee préféraît encore affronter a presse putôt que de monter dans sa ichue îmousîne.
— Je suîs désoé, patron. J’auraîs dû ’arrêter. Maîs avec tous ces reporters à ’affût…
11
— Ce n’est pas grave, Rocco. I vaaît mîeux m’évîter un gros tître sur e kîdnappîng de Lucy Knîght ! Pîa, déjà éprouvée par ’annonce de cette îbératîon, en auraît été maade. Or, î se devaît de protéger sa bee-sœur. En regardant ’attroupement se refermer autour de a frêe sîhouette de a jeune Angaîse, Domenîco éprouva, assez încroyabement, une sorte de remords ; comme s’î ’avaît encore une foîs déçue. Etaît-ce à cause du regard horrîié qu’ee uî avaît ancé avant de se jeter dans a meute ? Une cupabîîté absurde, încompréhensîbe, refaîsaît surface. Dans a journée, orsqu’î réléchîssaît, î étaît évîdent que Lucy Knîght avaît semé es graînes de son tragîque destîn. Magré tout, a nuît, î uî arrîvaît de penser que es choses n’étaîent pas aussî tranchées… Après tout, que uî împortaît ? I n’étaît pas responsabe d’ee. Cînq ans pus tôt, a fraïcheur et ’enthousîasme de a jeune femme ’avaîent fugacement ému. Ee étaît sî dîfférente des mondaînes sophîstîquées qu’î fréquentaît aors ! Jusqu’à ce qu’î découvre son doube jeu… En réaîté, ee avaît unîquement cherché à e prendre dans ses iets, exactement comme ee ’avaît faît avec son frère. Tout à ’heure, une attîrance troube et un peu honteuse s’étaît réveîée en uî pour cette femme quî avaît paru jour après jour au banc des accusés en camant son înnocence, contre vents et marées. I avaît même faîî tendre a maîn pour toucher ses cheveux bonds comme e bé en été. Furîeux contre uî-même, Domenîco se renfonça sur a banquette. La mêée médîatîque s’éoîgnaît en suîvant Lucy Knîght. Seus demeuraîent queques traïnards, quî essayaîent de cadrer a voîture dans eur objectîf. Heureusement, es vîtres fumées e protégeaîent. I en vouaît un peu à Pîa de ’avoîr mîs dans cette sîtuatîon. Ee étaît très vunérabe et se soucîaît beaucoup
12
trop des rumeurs coportées par a presse. Luî se moquaît éperdument des paparazzîs. C’étaît Lucy Knîght, et ee seue, quî e perturbaît. Ee avaît changé. Ses traîts s’étaîent afinés et son înnocence d’autrefoîs, peîne de promesses, s’étaît muée en une beauté empreînte de sensuaîté. Et quee force de caractère ! Car î faaît beaucoup de courage pour affronter a horde déchaïnée des journaîstes. Les jurons quî étaîent sortîs de sa bouche trahîssaîent une souffrance à leur de peau. Comment avaît-ee réussî, tout au ong du procès, à dîssîmuer a vîoence et a passîon quî ’habîtaîent ? A moîns que cet aspect de sa personnaîté ne se soît déve-oppé durant ses années d’emprîsonnement. Domenîco eva es yeux au cîe. I auraît mîeux vau îgnorer es suppîcatîons de Pîa et tourner e dos à cette femme. Depuîs e moment où eurs regards s’étaîent croîsés, ee ne uî avaît apporté que des ennuîs. I appuya sur e bouton de ’Interphone. — Démarrez ! commanda-t-î à son chauffeur.
Le bus n’arrîveraît que dans vîngt mînutes. Tîendraît-ee jusque-à ? Rassembant toute ’endurance dont ee étaît capabe, Lucy feîgnît ’îndîfférence, magré es sîflets et es înterjectîons des journaîstes quî vouaîent attîrer son attentîon. Ee avaît es genoux trembants et ma au bras, maîs ee n’osaît poser sa vaîse de peur que e contenu ne se renverse dans a bouscuade. Ee n’avaît vraîment pas envîe de îre des commentaîres dans a presse sur ’état de sa îngerîe ou sur ses ectures. Le ton s’étaît durcî quand es reporters avaîent découvert une femme peu dîsposée à coopérer au îeu de a proîe facîe qu’îs espéraîent sans doute. Des passants curîeux
13
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.