La chronique des Anciens (Tome 3) - L'étreinte du serpent

De
Publié par

Il y a quelques mois, le griffon Rune Ainissesthai a contracté un pacte avec Carling Severan, la sorcière vampire devenue Chancelière du tribunal des Anciens. Alors que Rune s’apprête à s’acquitter de sa dette envers la belle Carling, il la découvre au bord de la déraison, rongée par un mal étrange. Depuis quelque temps déjà, la vampire traverse une période de déchéance qui, tôt ou tard, la fera sombrer dans la folie et, enfin, la mort. Sa maladie serait-elle liée au baiser du serpent, la morsure qu’elle a jadis reçue en échange de la promesse d’une vie éternelle ? Nul doute que pour sauver la femme qu’il aime Rune devra résoudre cette énigme...
Publié le : lundi 7 juillet 2014
Lecture(s) : 2
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782290067086
Nombre de pages : 481
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Thea Harrison
Classée en tête de liste des meilleures ventes duNew York Timeset duUSA Today, elle est lauteur dune dizaine de livres. Récompensée à plusieurs reprises pour ses écrits, elle a connu le succès avec sa sérieLa chronique des Anciens, qui la fait connaî-tre au grand public. Le premier tome,Le baiser du dragon, a été primé par le célèbre RITA Award 2012 de la meilleure romance paranormale. Elle a également été publiée sous le pseudonyme dAmanda Carpenter.
Létreinte du serpent
Du même auteur aux Éditions J’ai lu
LA CHRONIQUE DES ANCIENS 1  Le baiser du dragon Nº 10145 2  Un cur de pierre Nº 10142
THEA HARRISON
L A C H R O N I Q U E D E S A N C I E N S  3 Létreinte du serpent
Traduit de l’anglais (États-Unis) par Laurence Murphy
Vous souhaitez être informé en avantpremière de nos programmes, nos coups de cœur ou encore de l’actualité de notre siteJ’ai lu pour elle?
Abonnezvous à notreNewsletteren vous connectant surwww.jailu.com
Retrouveznous également sur Facebook pour avoir des informations exclusives : www.facebook/jailu.pourelle
Titre original SERPENT’S KISS Éditeur original Berkley Sensation Books, published by The Berkley Publishing Group, a division of Penguin Group (USA) Inc., New York Teddy Harrison, 2011 Pour la traduction française Èditions J’ai lu, 2014
Remerciements
J’ai une fois encore de nombreuses personnes Ā remercier. Luann Reed-Siegel, d’abord, pour son travail exemplaire de prparation de copie. Erin Galloway, publiciste chez Penguin, dont j’apprcie la chaleur, la patience, les connaissances, la clrit, l’engagement et l’enthousiasme. Janet et Don. Mes premiers lecteurs, Shawn, Kristin, Anne, et Fran pour leurs retours prompts et intelligents. Vous tes gniaux ! Lorene et Carol, comme toujours. Mat pour son travail gnreux, bon et fidle sur le site web. Mon ditrice, Cindy Hwang, et mon agente, Amy Boggs. Merci encore pour tout ce que vous faites. Et enfin, vous qui tes si importants, mes lecteurs. Sans vous, rien de tout cela ne vivrait. Vous avez ma reconnaissance ternelle.
7
Politique, substantif fminin : Lutte d’intrts se faisant passer pour une lutte au nom de principes. La conduite d’affaires publiques pour des bn-fices privs. Pour les Anciens, le terme est en gnral synonyme d’effusion de sang et de dluge d’enterrements.
Ambrose Bierce, dans sa dernire rvision duDic-tionnaire du Diable.
1
— Je suis mauvaise, c’est un fait, nota Carling Severan, la sorcire vampire, d’une voix atone. J’ai accept cette vrit il y a des sicles. Je calcule la por-te de mes moindres dcisions, et mme lorsque j’opte pour le choix qui semble le plus gnreux, c’est que j’estime qu’il peut me servir. Carling tait assise dans son fauteuil prfr devant une grande fentre qui donnait sur un jardin luxu-riant, bien entretenu, que les reflets subtils du clair de lune embellissaient encore. Le cuir souple du sige s’tait depuis longtemps conform Ā son corps. Elle avait le regard riv sur la scne, mais l’expression dans ses long yeux en amande restait lointaine, et ses traits de marbre. — Pourquoi dire une chose pareille ? demanda Rhoswen. La voix de la jeune vampire tait mouille de larmes. Elle s’agenouilla Ā cÔt du fauteuil et leva sa tte blonde vers Carling ; elle voquait une fleur cher-chant le soleil de minuit. — Vous tes l’tre le plus merveilleux qui soit. — Tu es trs gentille.
9
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.