Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 5,99 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : EPUB

sans DRM

Partagez cette publication

Publications similaires

LET IT BLEED

de Manuscrit

Le Crépuscule des Chimères

de centre-france-livres-de-boree

Le Pitzkele

de Publibook

Vous aimerez aussi

Thea Harrison
Classée en tête de liste des meilleures ventes duNew York Timeset deUSA Today, elle est lauteur dune dizaine de livres. Récompensée à plusieurs reprises pour ses écrits, elle a connu le succès avec sa sérieLa chronique des Anciens, qui la fait connaî-tre du grand public. Le premier tome,Le baiser du dragon, a été primé par le célèbre RITA Award 2012 de la meilleure romance paranormale. Elle a également publié sous le pseudonyme dAmanda Carpenter.
Lhéritière de lOracle
Du même auteur aux Éditions J’ai lu
LA CHRONIQUE DES ANCIENS 1  Le baiser du dragon Nº 10145 2  Un cur de pierre Nº 10142
3  Létreinte du serpent Nº 10615
THEA HARRISON
L A C H R O N I Q U E D E S A N C I E N S  4 Lhéritière de lOracle
Traduit de l’anglais (États-Unis) par Laurence Murphy
Vous souhaitez être informé en avantpremière de nos programmes, nos coups de cœur ou encore de l’actualité de notre siteJ’ai lu pour elle?
Abonnezvous à notreNewsletteren vous connectant surwww.jailu.com
Retrouveznous également sur Facebook pour avoir des informations exclusives.
Titre original ORACLE’S MOON Éditeur original Berkley Sensation Books, published by The Berkley Publishing Group, a division of Penguin Group (USA), Inc., New York Teddy Harrison, 2012 Pour la traduction française Èditions J’ai lu, 2014
1
Attirer l’attention d’un djinn est rarement une bonne idée, Grace. Les mots prononcs sur un ton acide par Janice, la baby-sitter, rebondissaient dans la tte de Grace comme un ballon gar sur un terrain de rugby. Ce ballon tait Ā dix mtres de la zone d’en-but et deux quipes de rugbymen baraqus de plus de cent kilos chacun se bousculaient pour le rcuprer. Et ce bal-lon, s’il avait pu parler Ā ce moment prcis, vous l’auriez entendu gmir : « ouh, lĀ, lĀ, a va faire mal . Ce sentiment d’une catastrophe imminente et in-vitable, c’tait plus ou moins l’impression que la journe laissait Ā Grace. Le sermon de Janice n’allait rien y changer. Ce n’tait pas comme si Grace avait eu voix au chapitre. Le djinn avait dboul dans sa vie en compagnie de deux autres personnes en se prsentant devant sa porte Ā trois heures et demie du matin parce qu’ils ne pouvaient pas attendre une heure moins indue pour lui parler. Elle ferait probablement bien d’arrter de l’appe-ler « le djinn . Il avait un nom aprs tout : Khalil 7
quelque chose. D’aprs l’un de ses compagnons, il tait Khalil Quelqu’un d’Important. Grace avait surtout le sentiment qu’il s’appelait Khalil la Calamit Ambulante, mais elle ne tenait pas Ā lui dire… heu, disons en face, quand il dcidait d’avoir une face… parce qu’elle ne voulait pas le pro-voquer plus qu’elle ne l’avait djĀ fait et qu’elle esp-rait vraiment, mais vraiment, qu’il allait finir par s’ennuyer et s’en aller maintenant que toute la fivre, enfin le chaos, s’tait apaise. Parce que c’en tait fini de l’excitation et du chaos maintenant, n’est-ce pas ? La tuerie. Elle n’avait jamais vu personne se faire tuer avant ce matin-lĀ. Elle repoussa le souvenir. Pour l’heure, elle devait s’occuper de sa nice et de son neveu, bon sang. Elle n’avait pas le temps de ragir davantage Ā ce qu’il s’tait pass. Il faudrait que cela attende que Chlo et Max soient couchs. Peut-tre que le djinn serait parti quand elle rentre-rait des courses avec les enfants. L’espoir faisait vivre aprs tout. Et il la faisait vivre Ā plus d’un titre. D’ail-leurs, si le supermarch pouvait distribuer gratuite-ment des steaks aujourd’hui… Ben voyons, et les poules avaient des dents aussi ? En fait, elle souponnait mme le djinn de les avoir suivis jusqu’au supermarch. Elle ne le voyait pas, mais elle percevait sa prsence brumeuse depuis qu’elle avait install Max et Chlo dans la voiture pour s’y rendre. Son odeur psychique cre lui met-tait les nerfs Ā vif comme lorsque les voitures de pompiers dvalaient une rue en faisant hurler leurs sirnes. 8
Peu importait que l’on ne puisse pas voir l’incendie, on savait que quelque chose de grave se passait. Elle russit Ā trouver une place oÙ se garer Ā cÔt d’une station oÙ taient rangs des chariots. La moi-teur de l’aprs-midi de juin la frappa quand elle sor-tit de la voiture. Il devait bien faire trente-cinq. Son tee-shirt lui colla au dos en l’espace de quelques secondes et elle n’eut qu’une envie : dchirer son pantalon en pilou au-dessus des genoux, sauf qu’elle ne portait plus de shorts, pas mme dans la maison, car elle ne pouvait pas supporter la vue des cicatrices sur ses jambes abmes lors de l’accident de voiture. Grace prit un chariot et se retourna vers la voiture oÙ l’attendaient les enfants. Elle saisit son propre reflet dans la fentre du vhicule. Elle tait de gran-deur moyenne avec une taille et des jambes minces, et des seins et des hanches qui soulignaient sa fmi-nit. Si l’on pouvait se fier Ā la gntique, il faudrait qu’elle fasse attention en vieillissant car ses formes deviendraient trop gnreuses. Ses cheveux courts blond cendr se dressaient sur sa tte car elle n’arrtait pas de passer les doigts dedans. Le manque de sommeil avait terni ses yeux brun-vert et lui donnait un teint blme. Elle toucha son reflet en notant les cernes sous ses yeux. J’étais jolie avant, se dit-elle. Puis elle s’en voulut d’y accorder une quelconque importance. Au diable la beauté, je préfère être forte. La beauté s’estompe au fil du temps. La force te permet d’affron-ter les épreuves. Et c’est ce qui compte, vu que parfois, des épreuves, il y en a une montagne. Elle souleva Chlo et la mit dans le chariot. Puis elle transfra Max dans son porte-bb. La petite fille, ge de quatre ans, s’assit dans le chariot en ployant son petit corps dlicat. Elle chantait 9
Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin