//img.uscri.be/pth/902824d87a816d24999f4aecefa358cae1332cf6
Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

La mort dans le café

De
144 pages
Le café ? Quel café ? Celui qu'on boit chez soi ? Qu'on boit dans une tasse à café ? Qu'on boit dans un café ? Qu'on boit avec qui ? Le bon, avec celle qu'il aime ? Le mauvais, avec celle qui l'empoisonne ? La mort ? Laquelle ? Celle qu'on attend ? Qu'on attend où ? Dans un café ? Celle qui attend ? Celle qui vient ? Quand on ne l'attend pas ? Quand on ne l'attend plus ? Toutes les réponses à ces questions se trouvent cachées dans cette cométragédie surprenante...
Voir plus Voir moins
PERSONNAGES
Le premier, puis Lui
Elle
Le second
Le garçon de café
Germaine
La journaliste
Le marin
La romanichelle
Un garçon
L’ange gardien
TABLEAU 1
Terrasse de café sur la place du Trocadéro. Un monsieur d’ « un certain âge » est assis seul à une table. Il lit un livre qu’il a posé sur la table. Devant lui une tasse de café. De temps à autre il interrompt sa lecture pour regarder vers le dehors, surtout vers l’allée centrale par où entrent et sortent les clients. Entre un homme également d’ « un certain âge », qui s’avance lentement, cherchant on ne sait quoi, une table libre, quelqu’un. En l’apercevant le premier a vivement saisi son livre qu’il approche de son visage, comme pour le couvrir. On voit, ou plutôt ceux qui le peuvent, voient le titre : « les Mémoires d’Outre-tombe ». Le client qui vient d’entrer s’approche de l’homme qui lit.
Le second: Cher ami !
Le premier(abaissant son livre) : Ah ! Pardonnez-moi. J’étais plongé dans ma lecture.
Le second(toujours debout« Les ) : Mémoires d’Outre-tombe ». Pas du tout funèbre, comme dirait Baudelaire. Ce Chateaubriand a toujours été un aimable plaisantin. Vous êtes seul ?
Le premier: Pour l’instant, oui.
Le second: Permettez-vous alors que, pour l’instant, je m’asseye à votre table ? Il y a bien longtemps que je n’ai eu le plaisir de vous voir et bavarder avec vous en toujours un.
(Un instant passe, comme si le premier réfléchissait. Un instant de trop, peut-être.)
Je sens que je vous gêne. 9
Le premier: Mais non, mais non. Asseyez-vous donc. Cependant, vous m’excuserez si je devais, peut-être, d’un instant à l’autre, vous prier de me laisser. (à voix basse, comme pour lui-même) On ne sait jamais…
Le second: Vous attendez quelqu’un ?
Le premier: C’est vrai, j’attends.
Le second(prenant un air un peu mutin) : Peut-être… quelqu’une ? Don Juan, tel qu’on vous connaît.
Le premier(souriantPlutôt. Dans notre langue, puisque) : vous et moi parlons la française, elle est plutôt féminine.
Le second: Vous voulez dire que dans d’autres langues elle pourrait être au masculin ?
Le premier: Je ne connais pas toutes les langues. Cela se pourrait, ici ou là.
Le second: Pourrait-elle être au neutre ?
Le premier(réfléchissant) : pourrait lui convenir.
Au
neutre ?
Oui,
le
neutre
Le second: Toujours est-il, si je comprends bien, qu’ici, dans ce café, qui donne sur la Place du Trocadéro, en ce 21 octobre 2001, celle que vous attendez est au féminin.
Le premier: Voilà. Vous l’avez dit et, cher ami, bien dit. Puis-je vous offrir une tasse de café ?
Le second: Volontiers, je vous remercie. Vous êtes vraiment trop aimable. C’est moi qui vous aborde, qui viens vous déranger de votre « outre-tombe », et c’est vous qui 10