7 jours d'essai offerts
Cet ouvrage et des milliers d'autres sont disponibles en abonnement pour 8,99€/mois
ou

Publications similaires

Château hanté

de nouvelles.et.contes-ys

Une soirée

de LIGARAN

LA PETITE DEMOISELLE
PERSONNAGES
La Petite Demoiselle L'Imaginaire(la bande magnétique de l’imaginaire)
Petit prologue
La Petite Demoiselle
La Petite Demoiselle est dans sa chambre, dans les écla-boussures de ses petites histoires. Elle regarde par la fe-nêtre l'anatomie du paysage. Plusieurs tours d'habitations se vident et se remplissent. Dans les cours, dans les espa-ces creusés aux pieds de ces nouveaux campaniles, des enfants s'amusent. Il y a le petit Falker, le gosse Brondsky, et parfois, Madame Bazille passe. Elle est dans une soli-tude aride. Ses grosses mains et son cul marécageux se laissent accabler par les injures des enfants. La Petite De-moiselle, curieuse, regarde. Falker et Brondsky l'obser-vent. La Petite Demoiselle quitte la fenêtre, son bras lâche une démangeaison décorative, étrange répercussion dans le regard de Falker et de Brondsky. La Petite Demoiselle se dirige dans la direction de son lit, elle semble vouloir s'interposer à certaines comparaisons fissurées que lui délivrent des mémoires différentes, celle de Falker, celle de Brondsky. Elle s'allonge sur le lit, regarde le plafond de sa chambre qui a l'air de broyer des impulsions accidentées, des rêves trop soigneusement établis pour les prendre, les considérer sérieux. Sur les murs, des éclats de lumière ne cessent de passer et de disparaître. La Petite Demoiselle a l'impres-sion d'assister aux déplacements de la plus terrible des calamités, une lenteur diabolique d'idées et de mémoires qui essayent de rentrer dans le secret des murs de la Petite Demoiselle. Les réminiscences sonnent, la petite fille se lève, se dirige derrière la porte, elle semble être dans une alvéole convenablement habitée.
9
La Petite Demoiselle & autres textes
La Petite Demoiselle(texte enregistré.)
“J’ai demandé un jour à ma mère si je pouvais fermer la porte de ma chambre. Elle m’a dit : oui, mais pourquoi ? Et je lui ai répondu : parce que je veux réfléchir. Un peu plus tard, je lui ai demandé si je pouvais m’enfermer à clé. Elle m’a dit : oui, mais pourquoi ? Et je lui ai répondu : 1 parce que je veux écrire”.
1 Dorothy West 10