La robe écarlate

De
Publié par

« Entendu, lord Erith. Je serai votre maîtresse. »Olivia Raines a posé ses conditions. Son nouveau protecteur est riche, généreux. Parfait, donc. Alors pourquoi cette peur qui l’étreint ? Parce que le comte n’est visiblement pas de la même étoffe que ses amants habituels qu’elle comble de jouissances sans jamais s’abandonner. De fait, Erith s’en aperçoit et lui lance un défi : il sera le premier à la faire se pâmer de volupté. Olivia lui rit au nez. Elle sait que tout plaisir lui est interdit. Entre la courtisane désabusée et l’aristocrate sans âme, un duel sensuel s’engage.
Publié le : lundi 7 juillet 2014
Lecture(s) : 9
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782290067048
Nombre de pages : 417
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Anna Campbell
Originaire de Brisbane, en Australie, elle a commencé la rédaction de son premier roman alors qu’elle n’était encore qu’étudiante. Diplômée de littérature, elle a exercé divers métiers et beaucoup voyagé ; elle a notamment vécu plusieurs années en Angleterre. Puis elle a choisi de revenir à ses premières amours : l’écriture et le continent australien, où elle vit désormais. Auteur de romances historiques, ce dont elle a fait sa spécialité, elle a reçu en 2007 le prix Romantic Times de la meilleure romance. Ses deux premiers livres,L’amour fouetL’inaccessible, se carac-térisent par des intrigues très sombres et sensuelles.
La robe écarlate
Du mme auteur aux Èditions J’ai lu
L’amour fou Nº 9388 L’inaccessible Nº 10224
ANNA CAMPBELL
La robe écarlate
Traduit de l’anglais (ÈtatsUnis) par Julie Guinard
Vous souhaitez être informé en avantpremière de nos programmes, nos coups de cœur ou encore de l’actualité de notre siteJ’ai lu pour elle?
Abonnezvous à notreNewsletteren vous connectant surwww.jailu.com
Retrouveznous également sur Facebook pour avoir des informations exclusives : www.facebook/pages/aventuresetpassions et sur le profilJ’ai lu pour elle.
Titre original TEMPT THE DEVIL Éditeur original Avon Books, an imprint of HarperCollins Publishers, New York
Anna Campbell, 2009 Pour la traduction française Éditions J’ai lu, 2013
Je dédie ce livre à une femme remarquable qui m’a considérablement influencée depuis ma plus tendre enfance. Tante Joan, tu me manques toujours.
Avril 1826, Londres
1
Dans un coin du salon bruyant et bondé, Julian Southwood, comte d’Erith, étudiait la célèbre catin qui allait devenir sa prochaine maîtresse. C’était un bel après-midi de printemps au cœur du quartier élégant de Mayfair. Pourtant, la puanteur du sexe à vendre était aussi âcre que sur les marchés d’esclaves de Marrakech ou de Constantinople. La foule était essentiellement masculine, bien qu’on vît quelques femmes en tenue provocante. Nul ne leur prêtait la moindre attention. Personne non plus, hormis Erith, ne semblait remarquer les impression-nantes fresques ornementées représentant Zeus ravis-sant un Ganymède en pâmoison. Sur une estrade, un pianiste et un violoniste s’escri-maient à interpréter une sonate de Mozart. La musique provenait d’un autre monde, un monde plus propre, plus pur, exempt de bestialité charnelle. Un monde que le comte d’Erith n’habiterait plus jamais. Il chassa de son esprit ces mornes ruminations et se tourna vers son voisin. — Présentez-moi, Carrington.
9
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.