La séduction de la nuit

De
Publié par

Pour Vivi, chasser les vampires est plus qu’un métier : une passion. Jusqu’au jour elle rencontre Justin, un vampire très puissant qui vit sur l’île où elle a pris ses vacances. Amoureuse pour la première fois, Vivi refuse de penser à l’avenir. Sauf que ses supérieurs envoient des chasseurs pour traquer Justin, et Vivi, au désespoir, se retrouve partagée entre son devoir et son amour…
Publié le : lundi 1 juillet 2013
Lecture(s) : 22
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782280305204
Nombre de pages : 106
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
1

— Non, Dru.

Justin leva les yeux de la feuille de route que sa sœur tentait en vain de lui mettre sous le nez. Dru, plus têtue que jamais, le regardait d’un air sévère, espérant sans doute le faire céder. L’éclat de détermination bornée qui brillait dans son regard ne lui échappa pas. Ce n’était pas bon signe.

— Dru…, soupira-t-il, en passant une main dans ses cheveux noirs et courts. Je n’ai pas le temps de prendre des vacances. Je n’ai pas besoin de vacances, d’ailleurs. Tes intentions sont louables et j’apprécie ta sollicitude, la plupart du temps… mais, là, c’est hors de question.

Dru leva les yeux au ciel, reprit l’itinéraire et s’assit sur le bord de l’énorme bureau d’acajou, derrière lequel elle reprochait à son frère de se cacher. C’était ridicule, évidemment. Les dossiers qui s’y accumulaient prouvaient seulement que Justin croulait sous les responsabilités. Après tout, il était le roi de la cité souterraine de Terra Noctem : une enclave protégée par la magie qui avait existé en divers endroits du globe au cours des derniers millénaires et abritait les membres des races de la nuit désireux de vivre libres parmi leurs semblables. Justin était également à la tête du Necromantium, le conseil de toutes les créatures de la nuit qui vivaient sur ou sous terre. Entre les médiations interespèces, les précautions pour empêcher les humains de découvrir leur existence et les récentes attaques de démons, Justin était un homme plutôt occupé. Il n’avait pas pris de repos depuis les premiers jours de l’Empire romain.

Cela faisait donc très longtemps qu’il supportait les remontrances de sa sœur. Il était rare que les membres d’une même famille soient transformés en vampires, mais celui qui les avait mordus tous les deux avait vanté avec éloquence la saveur exquise du sang de leur lignée. D’ailleurs, il était heureux que sa sœur soit à ses côtés pour l’éternité. Enfin, la plupart du temps. Surtout lorsqu’elle ne s’entêtait pas à vouloir l’envoyer en vacances.

— Bon sang, Justin ! Tu t’es regardé dans un miroir, récemment ? Tu as une sale mine. Et les vampires ne sont pas censés avoir une sale mine. Tu es tellement pâle que tu en deviens translucide !

Il la regarda d’un œil morne.

— Tu veux que j’aille me transformer en un petit tas de poussière dans une cabine de bronzage, c’est ça ? C’est cruel de ta part, Dru. Je pensais que tu m’aimais…

Sa plaisanterie fit long feu. Avec un grondement, Dru posa la feuille de route sur le bureau. Sur la première page, en lettres gothiques, on lisait : « Les magnifiques et très reposantes vacances d’été de Septimus Junius Iustinianus ». En dessous, la photo d’un maître nageur hâlé et musclé, dont la tête avait été remplacée par celle de Justin.

— Justin, reprit Dru en approchant son visage tout près du sien. Je t’aime, frérot. C’est pour cela que j’ai planifié tout cela à l’avance. Tu sais que je suis capable de gérer les affaires courantes pendant une semaine. Et, si le pouvoir te manque et que tu as besoin d’une petite dose d’urgence, tu n’auras qu’à m’appeler. Tout ira bien.

Elle le regarda avec tendresse. Il savait qu’elle lisait en lui mieux que n’importe qui. Surtout des choses qu’il aurait préféré tenir cachées.

Avec un soupir, Justin se recula dans son fauteuil. Une partie de lui-même — une grande partie, d’ailleurs — savait que Dru avait raison. Cela faisait une éternité qu’il n’avait rien fait pour lui-même. Il devait aussi admettre qu’il était fatigué, même s’il s’agissait d’une lassitude mentale qu’aucune cure de sommeil n’aurait pu guérir.

— Je sais ce que tu essaies de faire, Dru. C’est très gentil de ta part. Mais une semaine ne suffira pas pour rencontrer une femme capable de me supporter et d’accepter… tout ça.

Il désigna son bureau d’un geste vague.

— Si j’étais disposé à partir à sa recherche… Ce qui n’est pas le cas.

— Et ce qui est stupide, répliqua sa sœur, avec une certaine douceur. Tu es seul, petit frère. Depuis trop longtemps. Je sais bien que tu ne vas pas chercher… Mais, si au moins tu quittais cette ville quelque temps, la femme de ta vie aurait peut-être une chance de te trouver.

Un grand sourire vint illuminer son beau visage.

— Au pire, une amourette de vacances te fera le plus grand bien. Et je ne suis pas la seule à être de cet avis…

Justin s’esclaffa, trop habitué à la franchise de Dru pour se sentir offensé. Il ne laissa cependant pas filer une si belle occasion de la taquiner un peu. Elle n’était pas la seule à se préoccuper de la vie privée des autres…

— Ah oui ? Donc, si j’accepte ta proposition, tu ne protesteras pas si je décide de vous envoyer en voyage, toi et ton ange déchu, afin que vous puissiez enfin vous sauter dessus, au lieu de vous tirer sans cesse dans les pattes ?

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi