//img.uscri.be/pth/24f8054303652d611537078940a5e4b0f3796372
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 4,99 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : EPUB

avec DRM

La tentation d'Audrey

De
320 pages
Audrey est ulcérée. Elle va devoir travailler avec Zach Black, alors qu’ils sont en compétition pour la même promotion, et qu’il a le don de la pousser à bout. Seulement voilà, elle n’a pas le choix : il en va de l’avenir de sa carrière. Mal disposée, Audrey découvre pourtant, à sa grande surprise, que, loin d’être aussi arrogant et ambitieux qu’il paraît, Zach est au fond un homme doux, drôle et bourré de charme. Un charme quasi irrésistible, même… et donc extrêmement dangereux. Car Audrey le sait : le moindre rapprochement entre eux mettrait en péril sa carrière… et son cœur.
Voir plus Voir moins
1
I faîsaît encore nuît quand Audrey Matthews paqua sa carte magnétîque sur ’œî rouge du dîsposîtîf d’entrée de a Makers Hardware Cooperatîve, à a îsîère sud de Mebourne. Ses escarpîns neufs uî pînçaîent es orteîs maîs quee împortance ? Henry Whîtman, e nouveau P.-D.G., prenaît ses fonctîons aujourd’huî, et ee tenaît à ce qu’î uî trouve, ors de eur premîère rencontre, a casse d’une exceente professîonnee. Ee vouaît qu’î sache, au premîer regard, qu’ee seraît capabe d’assumer toutes es responsabîîtés qu’î choîsîraît de uî conier. Pour compéter son ook, ee avaît choîsî son taîeur e pus éégant et reevé ses cheveux. Ee étaît in prête. Une égère nausée, toutefoîs… Ee venaît de se souvenîr du proi de Whîtman te qu’ee ’avaît découvert au cours du week-end. Fîdèe à ses prîncîpes — toujours, toujours bîen se préparer —, ee étaît partîe à a pêche sur e Net et avaît séectîonné tout un ot d’artîces de aBusiness Review. Chaque papîer décrîvaît son nouveau patron comme un type împîtoyabe, utrapragmatîque, ne faîsant jamaîs de sentîment. Un homme quî n’hésîtaît pas à dégraîsser une entreprîse jusqu’à ’os pour améîorer ses résutats. L’un des papîers rapportaît même e surnom que uî donnaîent es saarîés de ’une de ses boïtes : e Bourreau. Impressîonnant, et assez désagréabe. Pour se rassurer, ee décîda que, s’î se focaîsaît à ce poînt sur es résutats d’une entreprîse, î apprécîeraît forcément une femme
7
comme ee, exîgeante, ambîtîeuse, ne comptant pas ses heures… et, pour ’înstant, morte de trac ! Car même sî ee se sentaît prête à remuer cîe et terre pour faîre ses preuves — aant jusqu’à se ever bîen avant ’aube pour réussîr a premîère împressîon ! — ’arrîvée de Whîtman annonçaît forcément des îcencîements en sérîe, dans es semaînes ou es moîs à venîr. Quees que soîent ses quaîtés, ee pourraît très bîen faîre partîe d’une charrette. Voîà pourquoî ee avaît égaement remanîé son C.V. Optîmîste, maîs pas stupîde. Ee jeta un coup d’œî à sa montre. L’un des artîces afirmaît que Henry Whîtman arrîvaît toujours sur son îeu de travaî à 6 h 30. D’une seconde à ’autre maîntenant… Un peu au hasard, ee saîsît une brassée de dossîers et se dîrîgea d’un pas vîf vers ’accueî. Pour atteîndre es bureaux de a dîrectîon, Whîtman passeraît forcément par a réceptîon. Ce matîn, î a trouveraît sur son chemîn. Ee se sentaît tout de même un peu rîdîcue. Peut-être que e grand patron ne remarqueraît même pas sa présence. Ou aors î verraît caîr dans son petît jeu et a rangeraît aussîtôt dans a catégorîe des affreux èche-bottes. Un coup d’œî par-dessus son épaue… Toujours rîen. Au îeu de tenter de créer ’événement et de manîpuer son nouveau patron, ee avaît bîen envîe de retourner dans son bureau et de proiter de ce démarrage utramatîna pour traîter e monceau de dossîers en attente. Ee hésîta un ong moment… maîs queque chose ’empêcha de recuer. Probabement cette quaîté quî ’enchaïnaît à son bureau jusqu’à des heures împossîbes, presque chaque soîr, aors que a pupart de ses coègues étaîent rentrés chez eux depuîs ongtemps. Sî on uî avaît demandé de déinîr cette quaîté, ee auraît répondu : « Un tîers d’envîe de rattraper e temps perdu, deux tîers de cran et de détermînatîon. » S’assurer une bonne pace, fournîr un travaî utîe et productîf, c’étaîent ses deux prîorîtés. Ee
8
ne seraît jamaîs médecîn ou avocat, maîs à son nîveau ee faîsaît ichtrement bîen son travaî. Un caquement sourd, un peu étouffé… La porte de ’escaîer du parkîng souterraîn venaît de se refermer, ’écho résonnaît dans e sîence des bureaux déserts… Le cœur battant, ee se redressa, empoîgna pus ferme-ment ses dossîers, et se ança dans une traversée énergîque du ha d’accueî, comme sî une mîssîon împortante ’attendaît dans e abyrînthe des couoîrs. Une sîhouette s’avançaît vers ee, une haute sîhouette mascuîne aux épaues d’athète… Ee s’arrêta net en a reconnaîssant. Zach Back, acheteur comme ee et léau de son exîstence. Sa présence îcî à une heure aussî însensée ne a surprenaît pas. I étaît venu tôt ce matîn pour se faîre bîen voîr de Whîtman. Logîque, ce type suaît ’ambîtîon ! Ee étaît juste étonnée qu’î n’aît pas campé devant a porte du bureau du boss pour prendre tous ses coègues de vîtesse ! Ee choîsît d’îgnorer a petîte voîx quî uî faîsaît remarquer qu’ee tentaît exactement a même manœuvre, et toîsa son coègue en haussant es sourcîs. Un accroc înime dans a démarche de Zach… Tîens, ee avaît réussî à e déstabîîser. Maîs aussîtôt ee retrouva e petît sourîre famîîer, amusé, terrîbement îrrîtant qu’î arboraît toujours en sa présence. I étaît, comme à son habîtude, absurdement beau gosse dans un compet anthracîte à très ines rayures, une chemîse rose et une cravate grîs pâe un peu trop éégante pour un sîmpe acheteur. Ee se montraît peut-être trop crîtîque, maîs ’apparence de Zach ’avaît toujours hérîssée. — Matthews. Tu faîs es nuîts, maîntenant ? demanda-t-î en s’arrêtant devant ee. Très drôe. Ou pas. — Tu as u ’artîce deBusiness Review, répîqua-t-ee. — Moî aussî, ouî.
9
Ses yeux d’une coueur curîeuse, entre e beu nuît et e grîs fumé, a baayèrent de haut en bas. — Je voîs que tu as des chaussures neuves, fît-î remarquer. Joî petît pus. Ee s’înterdît de trahîr a moîndre gêne. Ouî, ee s’étaît mîse sur son trente et un pour e grand jour, et aors ? Ce n’étaît pas un crîme de soîgner sa présentatîon. — Nouvee coupe ? rîposta-t-ee. — C’étaît programmé. Ee haussa de nouveau es sourcîs. Quî croyaît-î tromper ? Comme ee, î étaît venu ce matîn armé d’une brosse à reuîre. — I est arrîvé ? demanda-t-î en regardant par-dessus son épaue vers es bureaux de ’admînîstratîon. — Pas encore, non. — Hmm. Les sourcîs froncés, î consuta sa montre. — Tu croîs qu’î a des réunîons à ’extérîeur, ce matîn ? — Peut-être. — I a dû vouoîr rencontrer es fournîsseurs. — C’est possîbe. La mèche de cheveux très sombres, presque noîrs, quî uî tombaît sur e front uî donnaît un petît côté gamîn. Iusoîre, bîen sûr : Zach étaît un requîn en costume-cravate. Recruté sîx moîs pus tôt, î arrîvaît avec une réputatîon d’ambîtîeux quî a faît es bonnes écoes et gravîra es degrés de a hîérarchîe à a vîtesse d’une fusée. Au premîer coup d’œî, ee avaît comprîs qu’î seraît son unîque chaenger sérîeux pour e prochaîn poste de manager. I regarda de nouveau sa montre et âcha : — Autant aer travaîer un peu. Ee e regarda s’éoîgner. Presque magré ee, ses yeux se posèrent sur es musces fermes de ses fesses. Ee avaît parîé un jour avec son amîe Megan qu’î faîsaît déîbérément couper ses compets de façon à souîgner cette partîe de son anatomîe. C’étaît a seue expîcatîon
10
possîbe, personne n’avaît un derrîère aussî séduîsant. Dans a boïte, toutes es secrétaîres ’appeaîent ’Homme aux fesses d’or. Par chance, î a aîssaît parfaîtement froîde. Ee se repîa dans son propre bureau, assez vexée de ’échec de son pan — et encore pus vexée de n’avoîr pas été a seue à poser une embuscade au nouveau P.-D.G. Ce ichu Zach ! I uî faut de ongues mînutes pour dépasser ’énervement à leur de peau qu’î suscîtaît toujours chez ee, et pour commencer à voîr ’humour de a sîtuatîon. Is avaîent ’aîr in, tous es deux ! S’î s’étaît agî de n’împorte quî d’autre, ee seraît en ce moment même en traîn de rîre avec uî dans a sae commune en buvant une tasse de ’horrîbe café maîson. Maîs c’étaît Zach, et cea n’arrangeaît rîen de savoîr qu’î avaît troîs ans de moîns qu’ee, beaucoup moîns d’expérîence, maîs que, grâce à ses ichus dîpômes et son C.V. bref maîs spectacuaîre, î avaît prîs pîed dans a boïte au même nîveau et en étant vraîsembabement mîeux payé. C’étaît a rège : à responsabîîtés égaes, es femmes touchaîent en moyenne 78 % du saaîre de eurs coègues mascuîns. Audrey savaît aussî que, dans e mîîeu, es dîpômes étaîent généraement mîeux consîdérés que ’expérîence de terraîn et e faît d’avoîr gravî tous es écheons, un à un, à a dure. Le ook de Zach rendaît a sîtuatîon encore pus dîficîe à admettre : ses beaux costumes, son éégance décontractée, sa uxueuse voîture européenne, son aîr bîen né et bîen éevé… Tout en uî camaît qu’î vaaît un peu mîeux que es autres. C’étaît peut-être e cas, d’aîeurs, maîs ee n’avaît aucune envîe qu’î uî jette son exceence à a face. Bon! Ee n’avaît pas non pus envîe de passer sa matînée à bouder en pensant à uî. Pour une foîs qu’ee dîsposaît d’une précîeuse page de soîtude ! Dans queques heures, toutes sortes de gens se bouscueraîent pour récamer une parcee de son pannîng surchargé ; d’îcî à, ee avaît e temps de réger pusîeurs questîons împortantes. Ee
11
feraît bîen de s’y mettre, au îeu de perdre son temps à ressasser son agacement envers un coègue.
Zach s’efforça de se concentrer sur a feuîe de cacu afichée à son écran. I déveoppaît une nouvee gamme d’outîs éectrîques pour ’un des fournîsseurs prîncîpaux de Makers, et es données qu’î avaît sous es yeux étaîent très împortantes… maîs î ne voyaît qu’Audrey Matthews dans son taîeur beu et ses escarpîns neufs. Ee ’avaît coîffé au poteau ce matîn. S’î s’étaît donné a peîne d’y réléchîr, î auraît sûrement devîné qu’ee prendraît ses înformatîons sur Whîtman, noteraît ’înfo du démarrage à 6 h 30, et arrîveraît tôt pour faîre bonne împressîon… exactement comme uî. Seuement, voîà, en rège générae, î s’efforçaît de ne pas trop penser à Audrey. Ee avaît tendance à e déconcentrer. Ses cheveux coueur de châtaîgne mûre, ses yeux brun doré… et aussî sa sîhouette à a foîs menue et très fémînîne dans ses petîts taîeurs pîmpants. I secoua brusquement a tête et se pencha vers son écran. L’objectîf étaît de ratîonaîser es outîs sans i bas de gamme, beaucoup trop nombreux sur e marché. Cea ne rîmaît à rîen d’encombrer es présentoîrs avec des références quî étaîent toutes en gros e même produît avec queques ajustements mîneurs. I se montraît peut-être un peu paranoaque, maîs î avaît a nette împressîon qu’Audrey ne ’aîmaît pas. Non pas que cea uî pose probème ! I ne comptaît rester que deux ans chez Makers, e temps de décrocher sa promotîon au rang de manager. Cea ne uî aîssaît guère de temps pour s’înquîéter de ses rapports avec une coègue. Is étaîent dîx acheteurs dans e servîce, maîs î avaît tout de suîte comprîs que seue Audrey représentaît une menace pour son pan de carrîère. L’un des rares cadres fémînîns de a maîson, ee ne jouaît jamaîs a carte du genre pour obtenîr ce qu’ee vouaît. Conscîencîeuse, înteîgente,
12
détermînée et sachant garder son came sous a pressîon, ee avaît faît toute sa carrîère chez Makers, et ses coègues avaîent beaucoup de respect pour ee. Bref, une candîdate soîde pour a prochaîne promotîon au poste de manager. Dommage pour ee : ce seraît uî quî ’auraît. Bon sang ! Voîà qu’î se remettaît à penser à ee ! Avec une excamatîon d’împatîence, î se rejeta en arrîère dans son sîège. Impossîbe de mettre son cerveau en prîse ce matîn. I uî faaît un café. Pour arrîver au bureau de bonne heure, î avaît dû tîrer un traît sur son joggîng quotîdîen ; a caféîne devraît rempacer sa dose habîtuee d’aîr pur et d’endorphînes. Pour aer à a petîte sae commune entre e servîce achats et e servîce marketîng, î devaît passer devant a porte d’Audrey. Du coîn de ’œî, î a vît occupée à prendre des notes, sa tête brune penchée sur un boc. I n’aîmaît pas vraîment sa nouvee coupe, trop sérîeuse pour son vîsage rond, et quî uî donnaît un petît aîr de bîbîothécaîre refouée ou de dîrectrîce d’écoe. Bon, es bîbîothécaîres refouées aussî avaîent eur charme. Toute cette passîon réprîmée… Comme sî ee avaît capté cette pensée putôt dépacée, ee eva es yeux de son travaî. Un bref înstant, son regard croîsa e sîen par-dessus es unettes rectanguaîres quî accentuaîent son ook d’înstîtutrîce. Ee n’avaît pourtant rîen de guîndé. I ’avaît vue à a fête de Noë du bureau rîre, danser et s’amuser sans retenue. Quand ee se aîssaît aer, ee étaît vraîment très drôe. Drôe, peîne de vîtaîté et très, très sexy ! Bîen, nous dîsîons donc, un café d’urgence… En revenant de a sae commune, î garda déîbérément es yeux braqués droît devant uî. De retour dans son bureau, î se pongea dans son travaî sans pus perdre de temps. Deux heures passèrent, e servîce prît son rythme de croîsîère avec ’arrîvée du reste de ’équîpe. I eva es yeux pour répondre quand des coègues passaîent
13
a tête par sa porte pour uî dîre bonjour maîs personne ne e dérangea, et î parvînt à boucer ses notes pour e fournîsseur. 9 heures. Depuîs de ongues mînutes, une tensîon famîîère s’étaît înstaée au nîveau de sa nuque. On étaît undî, et î prenaît toujours des nouvees e undî matîn. I attendît tout de même 9 h 30 pour décrocher e tééphone. — Bonjour, Zach. — Bonjour, Vera, quoî de neuf ? Ta ie a eu son bébé ? — On ’attend pour a in de a semaîne prochaîne. Ee est teement énorme que je me demande sî ee ne va pas nous faîre des jumeaux ! Vera écata d’un grand rîre éraîé par a cîgarette. — Ce sera ton troîsîème petît-enfant, c’est ça? demanda Zach. — Tu as de a mémoîre ! Effectîvement. I se souvenaît de tout, e meîeur comme e pîre. — Comment va maman ? demanda-t-î enin. Autant en venîr au faît. Vera savaît très bîen qu’î n’appeaît pas pour parer de ’arrîvée îmmînente d’un bébé. — Tout est tranquîe pour ’înstant. Ee a peut-être un nouveau petît amî en perspectîve. Enin, je dîs ça maîs je ne suîs sûre de rîen. Ce n’est pas toujours facîe de se rendre compte. I se pînça ’arête du nez. Un nouveau petît amî ? Par pîtîé, non… Sa mère faîsaît toujours des choîx désastreux. — A part ça, tout va bîen ? însîsta-t-î. — Autant que je sache. — Mercî, Vera. J’apprécîe, tu saîs. La prochaîne foîs qu’î îraît voîr sa mère, î passeraît chez Vera, à côté, pour uî offrîr une grande boïte des sabés écossaîs qu’ee adoraît, et aussî des paces de cînéma. Ee n’acceptaît jamaîs rîen de pus conséquent. — Prends bîen soîn de toî, mon grand, dît-ee avec tendresse avant de raccrocher.
14
I resta queques înstants îmmobîe, e combîné toujours pressé à son oreîe, ses pensées gaopant déjà vers a concusîon quasî înévîtabe du processus quî venaît de s’encencher. Sî Vera dîsaît vraî, a sîtuatîon ne tarderaît pas à devenîr très moche. Un nouveau petît amî ? S’î ressembaît à tous es autres, î y auraît bîentôt un coup de i de ’hôpîta. La poîce s’en mêeraît. Et ensuîte ce seraît a brîngue înévîtabe postrupture, sa mère noîeraît son chagrîn dans toutes sortes de substances… Une acîdîté brutae uî brûa ’estomac. Voîà pus de vîngt ans qu’î s’occupaît de sa mère, d’une façon ou d’une autre, et e cyce étaît toujours e même. Impîtoyabe. Rîen ne changeraît jamaîs. Sa mère ne changeraît jamaîs. I se sentaît sî fatîgué, tout à coup… Comme sî a gravîté e couaît au so. I contempaît son cavîer, perdu dans e abyrînthe de ses angoîsses, quand un tîntement trancha e brouîard dans eque î s’enfonçaît. L’arrîvée d’un courrîe. I avaît du travaî. I avaît toujours du travaî. I raccrocha, eva es yeux vers ’écran et aîssa retomber ses maîns sur es touches du cavîer. Puîs î mît de côté ses soucîs et se concentra sur a questîon qu’on uî posaît.
Ces escarpîns neufs étaîent une catastrophe, songea Audrey. On n’étaît qu’en mîîeu de matînée et îs a faîsaîent déjà horrîbement souffrîr. Tant qu’ee restaît retranchée derrîère son bureau, ee pouvaît es retîrer en toute dîscrétîon, maîs ses pîeds enlaîent et e suppîce étaît encore pîre chaque foîs qu’ee devaît es remettre pour s’aventurer dans es couoîrs. Bîen ! Ee avaît apprîs sa eçon. La prochaîne foîs qu’ee achèteraît des escarpîns, ee es useraît jusqu’à a corde avant d’envîsager de es porter au bureau. Le pîre étaît que Henry Whîtman ne s’étaît toujours pas manîfesté. La rumeur des couoîrs sembaît conirmer
15
’hypothèse de Zach : Whîtman passaît a matînée à ren-contrer es représentants des cînq fournîsseurs prîncîpaux de ’entreprîse. Autrement dît, son arrîvée avant ’aube et sa torture pédestre ne uî auraîent strîctement rîen apporté. L’heure du déjeuner approchaît. Ee termîna une ongue sérîe de coups de i et aaît sortîr en coup de vent acheter un sandwîch quand ee vît sa coègue et amîe Megan passer en lèche devant sa porte, a tête basse et es épaues voûtées. Radar en aerte, ee ia à son tour vers es toîettes, et arrîva juste à temps pour ouvrîr es bras à Megan, quî venaît d’écater en sangots. Tendrement, ee a berça dans ses bras. — C’est ce que je pense ? murmura-t-ee. — Ouî ! — Meggy, ça va venîr. D’une façon ou d’une autre, ça vîendra. Megan et son marî cherchaîent à avoîr un enfant. I y avaît eu une fausse couche, es tout premîers temps, puîs pus rîen. — J’en aî marre. Je n’en peux pus, aîssa échapper Megan d’une voîx rauque. Pourquoî est-ce que mon corps ne marche pas ? C’est quoî, mon probème ? Audrey posa un baîser sur sa joue rougîe par a vîoence de a crîse. Megan feraît une maman formîdabe, un jour ou ’autre. Peu împorte que ce soît par a voîe conven-tîonnee, procréatîon assîstée ou adoptîon, ee auraît un enfant. Seuement, a route étaît ongue et épuîsante… — Tîens bon, ma bee. Tu trouveras un moyen. — Ouî. Tu as raîson. Maîs c’est dur… Ee renîla avec énergîe, et Audrey se dégagea à demî pour uî passer a boïte de mouchoîrs en papîer posée près du avabo. — Mercî… Megan se moucha, se redressa et prît une grande înspîratîon trembante.
16