Le bébé d'un pédiatre - Amoureuse d'un grand patron (Harlequin Blanche)

De
Publié par

Le bébé d'un pédiatre, Karen Rose Smith

Quand Grady Fitzgerald, le père du bébé qu'elle porte, lui propose de s'installer chez lui jusqu'à la naissance, Francesca commence par refuser. N'a-t-elle pas quitté cet incorrigible séducteur quelques mois plus tôt, sans savoir qu'elle était enceinte, parce qu'elle craignait de ne pouvoir construire de relation solide avec lui ? Pourtant, elle accepte finalement son offre, secrètement heureuse d'avoir quelqu'un sur qui compter. Même si elle sait que cela n'est que provisoire...

Amoureuse d'un grand patron, Betty Neels

Amabel est très étonnée lorsque le Dr Oliver Fforde, un grand chirurgien londonien venu séjourner quelque temps dans son Bed & Breakfast, cherche à la revoir. Pourquoi ce célibataire convoité par les plus jolies femmes du pays voudrait-il la séduire, elle, si timide et effacée ? Même si son instinct lui dicte de rester sur ses gardes, Amabel finit par accepter un rendez-vous avec lui, incapable de résister aux sentiments violents qu'il la fait naître en elle...

Publié le : lundi 15 février 2010
Lecture(s) : 11
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782280287166
Nombre de pages : 320
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
1.

Francesca Talbot vit à peine la silhouette des éoliennes qui se dressaient dans les champs de chaque côté de la route. Elle venait de quitter Sagebrush pour se rendre à l’hôpital de Lubbock, Texas.

Une sorte de vertige la saisit, la laissant sans force. Enceinte de six mois, elle ne s’était pas inquiétée de la soif intense qu’elle éprouvait depuis quelques jours. Elle avait mis cela sur le compte de son alimentation, le plus souvent constituée de plats à emporter achetés au coin de la rue. En sa qualité de médecin néonatalogiste, elle aurait dû s’inquiéter davantage. Mais elle avait prévu d’en parler à son obstétricien lors de son prochain rendez-vous mensuel qui devait avoir lieu à la fin de la semaine.

Soudain, la route plongea et amorça un virage…

Elle redressa rapidement la voiture, clignant des yeux pour essayer de chasser les taches noires qui lui brouillaient la vue. Tout devenait de plus en plus flou autour d’elle. Elle ressentit une série de chocs, puis une énorme secousse qui la projeta contre la portière. Elle perdit alors connaissance.

*  *  *

Six heures plus tard, Francesca se retrouvait dans une situation inhabituelle pour elle au sein de l’hôpital où elle travaillait : celle d’une patiente ! Son médecin venait de lui apprendre qu’elle souffrait d’un diabète gravidique. Elle essayait de ne pas paniquer. Le problème disparaîtrait probablement après l’accouchement, mais elle devait suivre scrupuleusement son régime. Tout semblait aller bien pour le bébé, et…

Elle savait maintenant qu’elle attendait un garçon.

Il fallait qu’elle annonce la nouvelle à Grady.

Six mois s’étaient écoulés depuis cette seule et unique nuit qu’elle avait passée avec lui et, pourtant, elle se la rappelait dans ses moindres détails. Elle avait décidé de vivre sa grossesse toute seule afin de se donner le temps de voir quelle place Grady pourrait prendre dans la vie de leur enfant.

Dès qu’elle avait su qu’elle était enceinte, elle avait pris l’habitude de parler à son bébé. Elle se passa la main sur le ventre, un peu gênée par le plâtre qui emprisonnait son bras.

— Je ne sais pas ce qui va se passer lorsque je téléphonerai à ton papa, murmura-t-elle. Il m’a dit qu’il voulait s’occuper de toi, une fois que tu seras là. Peut-être devons-nous le faire entrer en scène dès maintenant pour nous assurer que tu auras quelqu’un sur qui t’appuyer.

Des larmes lui brûlèrent les yeux. Elle avait deux très bonnes amies, Tessa et Emily, qui avaient été ses colocataires. Pourtant, elle ne leur avait pas encore téléphoné. Elle était sûre qu’elles se précipiteraient à son chevet.

Alors, pourquoi se sentait-elle aussi seule que lorsqu’elle était enfant, blottie au fond du placard où elle avait l’habitude de se réfugier ?

Elle saisit le téléphone et composa le numéro du magasin de Grady Fitzgerald. A son grand soulagement, ce fut lui qui répondit.

— La Sellerie de Sagebrush, annonça-t-il.

Sa belle voix grave la fit frissonner, tout comme le soir où ils s’étaient rencontrés. Cela s’était passé lors d’une réception donnée pour l’inauguration d’un nouveau cabinet d’avocats. Ils s’étaient sentis irrésistiblement attirés l’un par l’autre et lorsque Grady lui avait proposé de fuir la foule et de le suivre jusqu’à sa boutique, située non loin de là, elle avait accepté. Ils avaient bu un verre de vin, s’étaient assis sur le canapé…

— Grady, c’est Francesca.

— Que se passe-t-il ?

— J’ai eu un… accident, ce matin. Le bébé n’a rien. Et c’est un petit garçon. On m’a fait passer une échographie.

Un silence pesant s’installa.

— Est-ce que ça va ? demanda-t-il d’une voix inquiète.

— J’ai le bras cassé, mais ce n’est pas cela le problème. Je souffre d’un diabète gravidique. Cela a entraîné des troubles visuels et des vertiges. C’est ce qui a causé l’accident.

Grady ne dit rien. Francesca imagina son beau visage aux traits rudes, ses cheveux noirs, l’étonnante profondeur de son regard bleu.

— Je ne vois pas très bien ce que c’est, dit-il enfin. Explique-moi.

— Au cours de la grossesse, les hormones produites par le placenta peuvent bloquer l’insuline. Le phénomène s’accentue à mesure que le placenta grossit. Lorsque le pancréas produit toute l’insuline qu’il peut, mais que cela ne suffit pas à compenser l’effet des hormones placentaires, le sang contient trop de sucre et un diabète gravidique s’installe. Cela peut arriver sans qu’il y ait beaucoup de signes avant-coureurs.

— Mais, le bébé et toi, vous allez bien ?

Il était vraiment inquiet.

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.