Le bruit du silence

De
Publié par

Dans les derniers mois de son existence, Didier s'est enfermé dans un profond mutisme et n'a jamais parlé de sa maladie à ses proches. Il a laissé derrière lui des notes dans lesquelles il a inscrit ses dernières souffrances, ses derniers instants de vie. Sa soeur Carole a perdu son frère brusquement, atteint du Sida. Pour tenter d'apaiser, d'étouffer ses colères, elle a décidé de mettre en scène les notes de son frère et leurs dernières conversations, ces conversations anodines qui veulent tant dire désormais...
Publié le : vendredi 1 février 2008
Lecture(s) : 88
EAN13 : 9782296188723
Nombre de pages : 65
Prix de location à la page : 0,0059€ (en savoir plus)
Voir plus Voir moins
7 jours d'essai offerts
Ce livre et des milliers d'autres sont disponibles en abonnement pour 8,99€/mois

@ L'HARMATTAN,2008 5-7, rue de l'École-Polytechnique;

75005 Paris

http://www.librairieharmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattanl@wanadoo.fr

ISBN: 978-2-296-04706-8 EAN: 9782296047068

Bruno Gallisa

Le bruit du silence

L'Harmattan

Théâtre des 5 Continents Collection dirigée par Kazem Shahryari et Robert Poudérou
Dernières parutions

201 - Philippe PILATO, Ce baiser,je ne l'ai pas rêvé ?, 2007.
200 198 197
-

Jean LARRIAGA,

Morceaux choisis, 2007.

199 - Ak ABRAM'S, Quand l'oiseau s'envole, 2007.
-

Emmanuel ERIDA, Yo Picasso, 2007. Emmanuel ERIDA, La promesse, 2007.

196 - Victor KATHEMO, Le mur de lamentation, 2007. 195 - Patrice TACITA, Le Nègre-Dardannelles, 2007.
194 193 192 191
-

Nic MAZODIER, Entre nous soit dit, 2007 Pius Nganda NKASHAWA, La Rédemption
2007

de Sha

Ilunga,
-

Pius Nganda Pius Nganda

NKASHAWA, NKASHAWA,

L'empire Bonjour

des ombres monsieur le

vivantes,2007
-

ministre, 2007 190 -Claudine VUILLERMET, 189 - Jean-Michel BAYARD,

J'avais vingt ans, 2007. La part du lion, 2007.

188 - François CHANAL, Le silence des sables, 2006. 187 -Alain Lulla ILUNGA, Confidences à l'ombre procès Diallo, 2006 185 184 Mani GREGO, Un éclair entre deux éclipses, 2006. Thierry CHAUMILLON, Contentieux, 2006. 183 - Robert POUDÉROU, La brise-l'âme, 2006. 182 - Alain PASTOR, Petropolis 1942, 2006.
-

ou Le

186 - Kazem SHAHR YARI, Couleurs de femmes l'été, 2006.

181 - Bathie NGOYE THIAM, Adina mon amour suivi de Le
prince artiste, 2006. 180 - INONGO-VI-MAKOME, Muna anyambe (La fille de Dieu) suivi de Bwe 0 Ititi (Une petite lueur dans l'obscurité), 2006.

La pièce "Le bruit du Silence" a été créée pour le Festival d' Avignon de juillet 2002 au théâtre de La Poulie (direction France THOMAS) dans une mise en scène de Bruno GALLISA avec Florence KLEINBORT (Carole) et Bruno GALLISA (Alexandre).

L'auteur tient à remercier Florence Kleinbort (sa petite sœur de scène) et Emmanuel BOUCRAUT (ami devant l'Etemel).Un merci tout particulier à Madame Line Renaud, pour son soutien et ses encouragements.

Bruno GALLISA... poète J'ai rencontré pour la première fois le théâtre de Bruno GALLISA grâce à l'Association NIACA qui organise chaque année un concours de textes dramatiques (sur manuscrits), et dont Bruno fut un des lauréats. Cette manifestation est exemplaire car elle est animée par plusieurs auteurs dramatiques des Alpes-Maritimes (Thierry CHAUMILLON, Alexandre PAPIAS, Jean-Marc WEBER) qui, à la mort de l'initiateur du concours, Christian BILLARD, reprirent le flambeau. Bruno est, je crois, une vraie révélation théâtrale. Je ne suis ni critique ni universitaire, je voudrais simplement dire ce que je ressens de la qualité du théâtre gallisien.. . Il sait créer des personnages, vrais, vivants, qui ont une personnalité, une âme une réalité. Dès les premières répliques, on y croit, on s'y attache. Ils existent. Il est également comédien ce qui se sent dans son écriture. Il sait inventer, créer une situation, la porter par une construction rigoureuse, un développement dramatique qui entraîne le spectateur. On sent qu'il veut nous amener quelque part et donne envie d'y aller avec lui. C'est important de savoir provoquer l'intérêt et la curiosité permanents du spectateur. Il commence d'une façon légère, surprenante, saugrenue même, et puis les choses se nouent, se dénouent. On passe d'un ton de comédie au drame, à la tragédie.

C'est un écrivain de théâtre, son texte coule, sans heurt, pas de longueurs, ni de facilités, ni de complaisances. Son écriture est souvent poétique. D'une poésie naturelle. (D'ailleurs, le comédien aussi a une réelle présence poétique). Son théâtre est ambitieux. Il traite de grands problèmes de société, ici le sida, auxquels sont confrontés les hommes et les femmes de notre temps, dont ils sont les victimes. Mais il ne le fait pas d'une façon didactique. Pas de discours d'auteur dans ses propos. Pas de proclamations. Non, ce sont bien les personnages qui s'expriment, et non pas lui, c'est pour ça que nous les croyons, que nous les écoutons, qu'ils nous touchent. Ils sont sincères. Je suis heureux que GALLISA ait été lauréat de NIACA, je suis heureux que son texte soit édité. Maintenant il est offert à tous. Je suis bien certain que de nombreuses troupes auront le désir de le jouer. C'est important pour un auteur d'être joué. De se voir et de s'entendre sur scène. C'est le seul moyen pour lui d'avancer, de progresser, d'aller plus loin dans sa recherche exigeante. D'exister. J'espère que les Dieux du Théâtre prendront GALLISA sur leurs ailes et l'emmèneront très haut. Je voudrais dire aussi, sans fausse modestie, que je suis très flatté qu'il ait pensé à moi pour écrire ce petit avantpropos au Bruit du silence. Ça m'a fait plaisir. Guy FOISSY

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.