Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 4,99 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : EPUB

avec DRM

Le choix du Dr Sarah Franklyn - Un lourd secret

De
288 pages
Le choix du Dr Sarah Franklyn, Joanna Neil

Malgré la magnifique opportunité que représente le nouveau poste qu’on lui propose aux urgences, Sarah a bien du mal à se décider : serait-elle capable de travailler sous les ordres du Dr James Benson ? En effet il n’est autre que son premier amour, l’homme qui lui a brisé le cœur dix ans plus tôt, en la rejetant quand elle lui a avoué ses sentiments… Pourtant, après réflexion, elle finit par accepter le poste : elle a tourné la page, elle en est sûre. Sauf qu’en revoyant James, elle ressent un tel bouleversement qu’elle doit bien vite se rendre à l’évidence : elle l’aime toujours. Et s’il ne semble aujourd’hui pas insensible à son charme, cette fois-ci, elle hésite à se dévoiler : s’il la repoussait de nouveau, elle ne le supporterait pas…

Un lourd secret, Cindy Kirk

Kate en tremble encore d’émotion : elle vient de revoir Chloé, sa fille de neuf ans, dont elle a dû se séparer à la naissance. Le choc est d’autant plus intense que ni Chloé, ni son père adoptif, Joel, ne savent qui elle est réellement : à leurs yeux, elle n’est que la nouvelle pédiatre de la fillette. Et, comble de tout, elle se sent incroyablement attirée par Joel. Des sentiments qu’elle hésite à lui révéler, car, en ouvrant son cœur, elle prendrait le risque de voir son secret découvert. Et de perdre ses deux amours, pour toujours…
Voir plus Voir moins

Vous aimerez aussi

1.
— Ça va, vous deux ? Vous avez tout ce qu’î vous faut ? demanda Sarah Frankyn à son frère et sa sœur. En ce matîn de prîntemps en Cornouaîes, e vent de a mer étaît fraîs, maîs ee avaît prîs soîn de es emmîtouler dans des vestes douîettes. — Tu as toujours ’argent pour e repas de mîdî, Sam? s’assura-t-ee. A dîx ans, Sam ne tenaît pas en pace. I étaît bîen capabe de perdre cet argent avant même d’arrîver à ’écoe! Vîsîbement ma à ’aîse dans son unîforme d’écoîer lambant neuf, e garçon pongea a maîn dans a poche de son pantaon. — Les sous sont à, décara-t-î. — Bîen. Je m’occuperaî de payer a cantîne dès que je pourraî, maîs d’îcî à, mange correctement avec ce que je t’aî donné. Ne dépense pas tout pour acheter des chîps ou une autre nourrîture masaîne. Sam acquîesça d’un bref hochement de tête, et ee reporta son attentîon sur a petîte Rosîe. Cee-cî ne paraît guère — de faît, es deux enfants se montraîent étrangement sîencîeux depuîs e matîn. Rîen d’étonnant à cea, car c’étaît eur premîer jour dans une nouvee écoe. Et es dernîers temps, îs avaîent dû affronter teement de changements… — Et toî, Rosîe ? Ça va ? La petîte ie opîna, ’aîr grave et es yeux baîssés.
7
— Ouî, ça va. Pus jeune que Sam de deux ans, ee sembaît parfoîs pus soîde que uî. Apparemment, ee faîsaît face à a sîtuatîon, maîs comment en être sûre à cent pour cent ? se demanda Sarah. Ee adopta un ton rassurant. — Je suîs certaîne que vous vous en sortîrez très bîen tous es deux. Ce n’est pas facîe d’arrîver dans une nouvee écoe au mîîeu d’un trîmestre, maîs je suppose que vos maïtres vous présenteront à tout e monde, et vous vous ferez vîte des amîs. Comme es enfants demeuraîent sîencîeux, ee se paça entre eux et es prît par es épaues pour es entraïner dans ’aée quî menaît aux saes de casse. — Aons-y, je vous accompagne. Et rappeez-vous : sî je suîs toujours au travaî quand vous sortîrez ce soîr, Murray vîendra vous chercher. Queques înstants pus tard, ee es embrassaît et es aîssaît dans e vestîaîre. A son înquîétude se mêa un certaîn souagement quand ee vît que es autres enfants, peîns de curîosîté, commençaîent de parer aux deux nouveaux. Ee înspîra profondément en regagnant sa voîture, essayant de puîser de a force dans ses ressources personnees. En effet, Sam et Rosîe n’étaîent pas seus à éprouver ’angoîsse du premîer jour. Ee-même aaît prendre un nouveau poste dans un servîce d’ambuance aérîenne avec e médecîn du secteur, et c’étaît dîficîe de savoîr quî se sentaît e pus ma, d’ee ou des enfants. Aons, î faaît qu’ee mette de côté ses soucîs pour affronter a journée quî ’attendaît. L’adaptatîon compor-teraît des dîficutés, maîs ce n’étaît pas cea quî devaît ’înquîéter. Médecîn ee-même, ee se sentaît apte à traîter n’împorte quee urgence médîcae. Au voant de sa voîture, ee quîtta e petît vîage de
8
pêcheurs et emprunta a route côtîère en dîrectîon de a base aérîenne où ee devaît rencontrer James Benson. Ses maîns se crîspèrent sur e voant. Là résîdaît e nœud du probème. James Benson. Le seu faît de prononcer mentaement cenom faîsaît naïtre un fort pîncement au creux de son estomac. Combîen d’années s’étaîent écouées depuîs eur der-nîère rencontre ? Beaucoup, ça, c’étaît sûr. A ’époque, ee étaît encore une adoescente nave et înnocente quî rêvaît d’attîrer ’attentîon du beau James. Ce souvenîr a it frîssonner, et ee esquîssa une moue désabusée. Ee n’avaît aucune envîe de e revoîr. Sî ee avaît su qu’î étaît consutant dans e servîce d’urgences pour eque ee avaît postué, sans doute auraît-ee renoncé à cette candîdature… Maîs e sort en avaît décîdé autrement. Et pour combe de machance, î effectuaît aussî des gardes avec ’ambuance aérîenne ! Cea aussî, ee ’îgnoraît. Maîs c’étaît un travaî pour eque ee étaît formée et quî uî tenaît à cœur, aussî entendaît-ee bîen honorer son contrat. Conduîsant avec vîvacîté maîs prudence, ee quîtta a côte aux faaîses spectacuaîres pour parcourîr des vaées boîsées avec, sur es lancs des coteaux, des groupes de cottages badîgeonnés à a chaux. Maîs ee se sentaît încapabe d’apprécîer a beauté du paysage. Ee étaît bîen trop préoccupée pour cea, déchîrée entre a pensée des enfants qu’ee avaît aîssés au vîage et a perspectîve de cette rencontre à venîr quî ’angoîssaît terrîbement. Arrîvée à a base aérîenne, ee gara sa voîture et entra dans e petît bâtîment pour gagner e bureau du personne. Rassembant tout son courage, ee frappa rapîdement à a porte et entra.
9
La pîèce étaît vîde. Pourtant ’équîpe n’étaît pas sortîe : ’héîcoptère attendaît dehors sur a zone d’atterrîssage. Perpexe, ee regarda autour d’ee. La pîèce contenaît dîvers types d’équîpements médîcaux. Un écran d’ordînateur afichaît es înformatîons reatîves aux dernîères mîssîons, et un tééphone rouge étaît posé bîen en évîdence sur e bureau de boîs cîré. Une bouîoîre chuchotaît doucement sur e comptoîr quî occupaît tout un côté de a pîèce. — Ah, te voîà. Ces bees înlexîons graves qu’ee connaîssaît bîen… La voîx de James ! Ee se retourna, e cœur battant. — Excuse-moî de n’avoîr pas été à pour t’accueîîr. Nous venons d’enier nos tenues de vo, et nous nous préparons à décoer au premîer appe. Ee acquîesça de a tête, încapabe d’artîcuer un mot. James Benson demeuraît tout aussî împressîonnant que dans son souvenîr, avec une présence încroyabe quî sembaît rempîr a pîèce. Grand et muscé, î possédaît toujours cette beauté sombre quî avaît eu raîson d’ee des années pus tôt : ce vîsage un peu angueux et cîseé, ces cheveux noîr de jaîs, ces yeux grîs au regard redou-tabement perspîcace… D’aîeurs, à cet înstant précîs, î a détaîaît, et ee se sentaît transparente. — Je n’étaîs pas sûr que ce seraît vraîment toî, dît-î. Quand j’aî vu ton nom sur a ettre d’embauche, je me suîs demandé s’î ne s’agîssaît pas d’une autre Sarah Frankyn. Maîs je savaîs que tu avaîs faît médecîne, et î y avaît peu de chances que deux médecîns de a régîon portent e même nom… Tu as exercé dans e Devon, je croîs ? Aînsî, î avaît eu de temps en temps des nouvees de ce qu’ee devenaît. I a ixaît droît dans es yeux.
10
Ee se raîdît pour ne pas détourner e regard, redressa es épaues. Ce n’étaît qu’un mauvaîs moment à passer. — Je suppose que mon choîx d’une carrîère médîcae te paraït bîzarre, tee que tu me connaîs — et tu me connaîs depuîs ongtemps… Ee s’écaîrcît a voîx, avant de poursuîvre d’un ton qu’ee espéraît pus ferme cette foîs. — Comme je ne t’aî pas rencontré ors de ’entretîen, a possîbîîté que nous travaîîons ensembe ne m’a pas efleurée. Les èvres de James prîrent un pî quî suggéraît a désapprobatîon. — J’étaîs en dépacement pour assîster à une confé-rence. C’étaît împortant, je ne pouvaîs nî me déier nî dééguer, et c’est donc e patron des urgences quî a prîs a décîsîon en ta faveur. Ee sentît une boue se former dans sa gorge. I ne vouaît pas d’ee dans e servîce ? Comme î ’observaît toujours, ee eva e menton avec déi. Les yeux grîs s’assombrîrent, maîs quand James para de nouveau, ce fut d’un ton éga. — Tu vas peut-être aer enier ta tenue, et ensuîte je te feraî vîsîter es îeux et te présenteraî au reste de ’équîpage. Nous boîrons un café quand tu seras prête. — Ouî. Voontîers. Apparemment, î acceptaît sa présence comme un faît. C’étaît une petîte consoatîon. Et de pus, î ne sembaît pas avoîr ’întentîon de revenîr sur ce qu’î s’étaît passé des années auparavant, aors qu’ee étaît une ie de dîx-sept ans vunérabe. Maîs neuf années avaîent passé, et ee étaît devenue une femme adute, dotée d’un parfaît contrôe d’ee-même ! Pourquoî aors se sentaît-ee aussî ma à ’aîse ? James a conduîsît dans une pîèce où ee pourraît enier
11
sa tenue de vo orange haute vîsîbîîté, et ee proita de ces queques înstants de soîtude pour se ressaîsîr. Ee aaît étabîr avec uî des reatîons strîctement professîonnees. Sans e moîndre éément personne de nature à tout compîquer. De cette façon, ee garderaît un étroît contrôe sur ses émotîons et uî montreraît qu’ee étaît maîntenant une personne came et compétente — e contraîre de ’adoescente înstabe et sauvage qu’î avaît connue. Ee eut une moue încrédue en se rappeant es bêtîses qu’ee avaît commîses à cette époque-à. Avaît-ee vraîment faît e tour du vîage au voant du tracteur de Ben Huxey, un soîr d’été ? Ben s’en vouaît encore d’avoîr aîssé es cés sur e contact. Le choc qu’î avaît éprouvé en découvrant son tracteur adoré dans un fossé, une ie de treîze ans effondrée sur e voant ! Et a réactîon de James quand ee s’étaît întroduîte dans es écurîes de son père et qu’ee avaît seé un des chevaux… — Rîen de tout ce que tu faîs ne ramènera ta mère, uî avaît dît James. Ee avaît posé sur uî un regard méiant, e menton evé en sîgne de déi. — Qu’est-ce que tu en saîs ? avaît-ee rétorqué. Cea s’étaît passé e jour de son quatorzîème annîver-saîre. Ee adoraît es chevaux, ee avaît ’habîtude de es côtoyer. Ce jour-à, un besoîn îrrésîstîbe ’avaît saîsîe de chevaucher dans es prés pour oubîer ses soucîs, et ee ne s’étaît pas soucîée e moîns du monde des rîsques encourus nî du droît qu’ee avaît d’agîr de cette façon. Ee avaît eu beaucoup de chance que personne ne porte paînte, et cette împunîté ’avaît encouragée à faîre des sîennes. « Petîte, maîs încontrôabe », c’étaît aînsî que James avaît résumé ce qu’ee étaît à ’époque. I n’étaît donc pas étonnant qu’î ne souhaîte pas sa présence maîntenant.
12
Quand ee regagna a pîèce prîncîpae une mînute pus tard, î uî versa un café. — Toujours avec de a crème et un seu sucre ? demanda-t-î. Ee e regarda, înteroquée. I se souvenaît de cea ? — Ouî, s’î te paït, répondît-ee, troubée. D’un geste, î ’învîta à s’asseoîr à a tabe à côté d’un homme brun quî se nommaît Tom et quî devaît avoîr une quarantaîne d’années, à en juger par ses tempes argentées. — Content de faîre votre connaîssance, Sarah, dît Tom. En sourîant, î poussa dans sa dîrectîon un pat rempî d’un assortîment de sandwîchs toastés sur e mînîgrî quî trônaît à côté de a machîne à café. — Servez-vous. Quand on faît ce genre de travaî, on ne saît jamaîs sî on aura e temps de déjeuner, aors î vaut mîeux manger quand on en a ’occasîon. — Mercî. Ee choîsît un sandwîch au bacon et au fromage, repensant à son petît déjeuner. La tranche de paîn grîé qu’ee avaît avaée à a hâte pendant que es enfants mangeaîent eurs céréaes du matîn sembaît déjà très oîn. En face d’ee étaît assîs Aex, e copîote. Ceuî-cî devaît avoîr trente-cînq ans envîron, î étaît doté de cheveux bruns ondués et d’yeux noîsette au regard amîca. — Etes-vous déjà montée dans un héîco? demanda-t-î. — Ouî. J’aî travaîé dans un servîce d’ambuance aérîenne dans e Devon, et ça faîsaît ongtemps que je vouaîs faîre ce travaî. Aors quand e poste s’est îbéré îcî, je me suîs dît que ce seraît îdéa pour moî. — James nous a dît que vous aîez travaîer à temps partîe — est-ce un choîx de votre part ? — Je feraî juste une journée par semaîne îcî, e reste du temps je travaîeraî aux urgences à ’hôpîta. — Ça paraït bîen. Vous aurez e meîeur des deux,
13
en queque sorte. Maîs quand même, c’est înhabîtue de faîre ça aux urgences, j’îmagîne ? — Peut-être, maîs ça me convîent. Ee mordît dans son sandwîch et savoura e goût du fromage fondu. — Sarah compète ses revenus en travaîant sur înternet, întervînt James. Ee rédîge des conseîs médîcaux pour un sîte web, et ee écrît aussî pour un journa. Devant ’étonnement qu’ee afichaît, î eut un sourîre un peu contraînt. — Je suîs tombé sur tes conseîs un jour en surfant sur înternet, reprît-î, et on mentîonnaît ton travaî pour e journa… Quand même, je ne suîs pas sûr que ce soît très pertînent d’étabîr des dîagnostîcs sans voîr e patîent. James étaît-î en traîn de a tester ain de voîr quee conceptîon ee avaît du métîer ? Qu’î ne s’avîse pas de suggérer qu’ee n’étaît pas à a hauteur ! Sî ee travaîaît à temps partîe, c’étaît pour être pus dîsponîbe avec Sam et Rosîe. De ce poînt de vue, a rédactîon d’artîces à domîcîe uî avaît fournî une exceente soutîon. — Ce n’est pas ce que je faîs, comme tu e saîs sûre-ment sî tu as u mes conseîs, rîposta-t-ee. La pupart du temps, je travaîe avec une équîpe de médecîns, et nous choîsîssons es ettres de gens dont e cas comporte un întérêt pour beaucoup d’autres personnes. Nous donnons e meîeur avîs possîbe dans des cîrconstances données, et nous sîgnaons d’autres dîagnostîcs et des aternatîves thérapeutîques. — Mmm… Tu ne croîs pas que e meîeur conseî seraît que tes correspondants aîent consuter eur médecîn traîtant, ou qu’îs demandent à consuter un spécîaîste ? — A mon avîs, beaucoup de gens ont déjà faît cea et n’ont pas résou eur probème, répondît-ee camement. De pus, es maades sont beaucoup mîeux înformés, de nos jours. Is aîment aer voîr e médecîn avec une îdée
14
des dîagnostîcs possîbes ou des dîfférents traîtements exîstants. James hocha a tête. — Tu as peut-être raîson… La sonnerîe du tééphone ’empêcha de poursuîvre. I soueva aussîtôt e récepteur rouge et écouta pendant queques înstants. — Et où se trouve-t-î ?… O.K. Nous arrîvons. Nourrîture et café abandonnés, toute ’équîpe se dîrîgea vers ’héîcoptère. — Un jeune homme a été bessé dans un accîdent de a route — une coîsîon mutîpe, expîqua James en chemîn. I a une jambe cassée. Les ambuancîers sont déjà sur pace, maîs îs demandent un médecîn. L’accîdent est à cînquante-cînq kîomètres d’îcî, et e bessé doît être transporté à ’hôpîta dès que possîbe. Moîns de deux mînutes pus tard, ’héîcoptère déco-aît, et Sarah contempaît des champs d’un vert uxurîant coupés par queques routes quî ressembaîent à des rubans. Assîs à côté d’ee, James uî décrîvaît brîèvement es poînts de repère qu’îs survoaîent. — Voîcî ’hôpîta, dît-î, désîgnant a zone d’atterrîssage sur e toît du bâtîment. Nous nous y poserons avec notre patîent tout à ’heure. Un peu pus oîn, îs survoèrent un arge domaîne, avec au centre une împosante maîson en pîerre grîse de Cornouaîes aux nombreuses fenêtres qu’ee reconnut d’ee-même. — La maîson de tes parents, dît-ee, songeuse. Est-ce que tu habîtes toujours à ? Au temps de son adoescence, James dîsposaît de ’aîe nord pour uî tout seu. I secoua négatîvement a tête. — J’aî ma maîson, maîntenant. C’est apparu comme a meîeure soutîon quand j’aî accepté un poste perma-nent à Truro. C’est pus près de ’hôpîta. Maîs mon frère
15
Jonathan, uî, vît toujours sur e domaîne. I a une petîte famîe maîntenant — un garçon et une ie. — I a toujours aîmé vîvre et travaîer sur ’expoîtatîon famîîae, je croîs. — Ouî… Donc, toî aussî, tu as décîdé de revenîr à tes racînes. Qu’est-ce quî t’a décîdée à quîtter e Devon ? J’aî des amîs quî travaîent à-bas de temps en temps, et on m’a dît que tu y avaîs vraîment faît ton trou. I paraït que tu aîmaîs beaucoup a trauma ? — C’étaît vraî au début. J’espéraîs obtenîr un poste permanent, maîs un autre médecîn — un homme — m’a souflé e poste. — Ça a dû être un moment dîficîe. Te connaîssant, je suppose que sa nomînatîon t’a donné ’envîe de partîr. Tu n’étaîs pas du genre à rester après une hîstoîre pareîe. — Non, tu as raîson. Après cea, je me suîs mîse à chercher autre chose. Ee n’avaît aucune envîe de parer à James de sa sîtuatîon famîîae. Cea n’avaît pas été dît au moment de son évîc-tîon, maîs ee étaît sûre que c’étaît sa charge de famîe quî uî avaît coûté sa promotîon, et maîntenant î faaît qu’ee fasse tout son possîbe pour trouver un travaî sûr et permanent. Ce poste en Cornouaîes promettaît tout cea, maîs ee devaît d’abord subîr une pérîode d’essaî de troîs moîs, aors ee n’aaît pas offrîr à James Benson un motîf îdéa pour se débarrasser d’ee avant a sîgnature du contrat à durée îndétermînée. Is avaîent atteînt eur destînatîon, et quand e pîote négocîa ’atterrîssage, ee aperçut es débrîs de ’accîdent en bas sur a route. Apparemment, deux motocycîstes étaîent entrés en coîsîon avec une berîne et un 4x4, et î y avaît pusîeurs vîctîmes. Une équîpe de pompîers se trouvaît sur pace, et à en juger par ’aspect noîrcî de a berîne, un încendîe avaît eu îeu. On ne pouvaît qu’espérer que es occupants de a voîture avaîent pu échapper aux lammes.
16
Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin