//img.uscri.be/pth/7549f940fbd2f39524711f24467804cad4d7dbfb
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 5,49 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : EPUB

sans DRM

Le club des gentlemen (Tome 3) - Trois nuits ou jamais

De
384 pages
Depuis la mort de son meilleur ami Léo, Julian Bellamy ne songe qu’à retrouver ses assassins. Très protecteur envers Lily, la sœur de Léo, il la presse d’épouser un gentleman de son monde, car quelqu’un doit veiller sur elle, estime-t-il. Mais Lily sait qu’un seul homme lui convient : Julian. Et qu’importe qu’il soit roturier, à la réputation de pire débauché de Londres ! Lily feint de suivre son conseil. C’est d’accord, elle va se mettre en quête d’un époux. À une condition : Julian l’accompagnera dans ses recherches...
Voir plus Voir moins
Trois nuits ou jamais
Du même auteur aux Éditions J’ai lu
TROIS DESTINÉES 1 – L’impulsive Nº 9618 2 – L’aventuriÈre Nº 9725 3 – L’idaliste Nº 9757
LE CLUB DES GENTLEMEN 1 – Valse de minuit Nº 10030 2 – Le destin de Merry Lane Nº 10079
TESSA DARE
Le club des Gentlemen – 3 Trois nuits ou jamais
Traduit de l’anglais (États-Unis) par Daniel Garcia
Vous souhaitez être informé en avantpremière de nos programmes, nos coups de cœur ou encore de l’actualité de notre siteJ’ai lu pour elle?
Abonnezvous à notreNewsletteren vous connectant surwww.jailu.com
Retrouveznous également sur Facebook pour avoir des informations exclusives : www.facebook/pages/aventuresetpassions et sur le profilJ’ai lu pour elle.
Titre original THREE NIGHTS WITH A SCOUNDREL Éditeur original Ballantine Books, an imprint of The Random House Publishing Group, a division of Random House, Inc., New York
Eve Ortega, 2010 Pour la traduction française Éditions Jai lu, 2012
Remerciements
Elyssa, ce livre est pour toi. Merci de lavoir aimé dès son tout début.
Beaucoup de personnes mont aidée pendant que jécrivais cette trilogie. Je tiens à remercier en pre mier lieu mon merveilleux mari, mes deux enfants ainsi que toute ma famille. Je remercie également tous ceux qui mont donné des conseils pour léla boration de mon manuscrit. Et je suis bien sûr reconnaissante à mon éditeur, Random House, de tout le travail accompli. Je noublie pas non plus mon agent, Helen Breitwieser, toujours à mes côtés.
Londres, octobre 1817
1
Lily fut réveillée par quelquun qui lui secouait le bras, alors quun halo lumineux se promenait au dessus de sa tête. Aussitôt quelle grimaça, la lumière séloigna un peu. Lily ouvrit les yeux. Après quelques cligne ments de paupières, elle reconnut la personne qui brandissait la lampe : Holling, sa gouvernante. Bonté divine. Lily se redressa dun bond dans son lit. Il était arrivé quelque chose. Sinon, les domesti ques ne se seraient pas permis de la réveiller en pleine nuit. La jeune femme porta instinctivement la main à sa poitrine.  Que se passetil ?  On vous réclame en bas, milady, expliqua la gouvernante, avec un sourire contrit pour sexcu ser de ce réveil abrupt. Lily hocha la tête. Elle sortit de son lit et glissa ses pieds dans ses pantoufles. Puis elle se fit aider par Holling pour enfiler son peignoir mauve.
9
La minute daprès, elle descendait lescalier, plus anxieuse que jamais. Cinq mois plus tôt, on lavait déjà réveillée pareil lement en pleine nuit. Et sa vie avait alors basculé dans lhorreur. Cette nuitlà, ouvrant sa porte, Lily avait décou vert trois hommes sur son perron. Trois hommes qui navaient rien en commun, sinon quils étaient tous membres du Stud Club, un club hippique très sélect fondé par le frère de la jeune femme, Leo. Il y avait là le duc de Morland, Rhys SaintMaur, un héros de la guerre contre Napoléon, et Julian Bellamy  le débauché préféré de la bonne société londonienne et aussi meilleur ami de Leo. Leurs visages graves se passaient dexplications. Lily avait tout de suite deviné ce quils étaient venus lui annoncer. Il était arrivé quelque chose à Leo. En fait, Leo Chatwick, marquis de Harcliffe et frère jumeau de Lily, était mort. À vingthuit ans. Jeune, beau, riche, fortuné, universellement admiré, il était tombé sous les coups dune bande de voleurs, dans une ruelle sombre de Whitechapel. Et voilà que lhistoire semblait se répéter. Cette fois, Lily posa une main tremblante sur la poignée de la porte. Puis, rassemblant tout son courage, elle ouvrit le battant. Dabord, elle ne vit personne. Et le petit square en face de chez elle était tout aussi désert. Au loin, lhorizon se teintait déjà de gris clair : le jour se levait doucement. Sa gouvernante lui fit signe de baisser les yeux. Une charrette de quatresaisons barrait le bas du perron. Et dans la charrette, au milieu des navets, 10