Le complot

De
Publié par

Alizéane coche la petite annonce : « Vétérinaire en fin de carrière recherche jeune remplaçant aimant la vie à la campagne, région Auvergne. » Le jour même, elle poste sa candidature.

C'est sous une pluie battante qu'elle arrive dans un petit village aux maisons grises faites de pierres de lave. Elle se rend à l'adresse indiquée sur la lettre. Elle est accueillie par une domestique.
Une fois passée la surprise de voir une aussi jeune femme, l'entente entre les deux confrères devient très cordiale. Ce dernier propose d'héberger la jeune fille, le temps pour elle de faire ses preuves et d'être acceptée par les villageois.
Alizéane est heureuse. La vie ne l'a pas gâtée jusqu'à ce jour. Elle croit enfin voir le bout du tunnel.
Elle va très rapidement déchanter et être confrontée à la dure réalité de la vie à la campagne, et le bout du tunnel qu'elle voyait si clair, va très vite s'assombrir et se transformer en cauchemar.
Menaces, agressions, la jeune fille réussira-t-elle a résister à tant de pression ? Qui se cache derrière ce complot fomenté contre elle ? L'amour lui donnera-t-il la force de ne pas baisser les bras ?

Publié le : jeudi 1 janvier 2009
Lecture(s) : 28
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9789999996150
Nombre de pages : non-communiqué
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Le complot
La jeune fille gagna sa chambre à son tour. La nuit était déjà tombée. Comme elle n’arrivait pas à trouver le sommeil, elle décida d’écrire une lettre à son ami de classe. Ils avaient passé leur examen ensemble, lui aussi était vétérinaire, sans doute comprendrait-il sa tristesse d’avoir perdu un animal. Ils étaient devenus très porches depuis le décès de ses parents, mais ce n’était que de l’amitié. Elle le considérait comme le frère qu’elle n’avait jamais eu. Elle était en train de relire sa lettre lorsqu’une pierre fit voler la vitre de sa fenêtre en éclats. Elle sursauta, se leva pour la ramasser. Elle était recouverte d’une feuille de papier, un élas-tique la tenait fermée. Elle se saisit de la pierre, la garda un instant dans sa main, courut voir par la fenêtre afin d’apercevoir quelqu’un. La rue était vide. Seule la pluie martelait le pavé. Monsieur Moulin, intrigué par le bruit venant de la chambre de la jeune fille, vint frapper à la porte. — Que se passe-t-il ? demanda-t-il. Rien de grave j’espère. Êtes-vous blessée ? Alizéane ouvrit la porte. Elle était tellement pâle que monsieur Moulin crut qu’elle allait s’évanouir. — Que se passe-t-il ? Vous sentez-vous mal ? Alizéane lui tendit la feuille qui entourait la pierre. — Tenez, lisez ! Elle tendit en même temps la pierre et dit : — Cette lettre enveloppait cette pierre. Le vétérinaire se saisit de la lettre et lut : Partez ! Nous n’avons pas besoin d’une étrangère chez nous ! Deuxième avertissement ! Monsieur Moulin regarda Alizéane, intrigué.
87
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi