Le héros de ses rêves - Un désir insensé

De
Publié par

Saga Le destin des Fortune, vol. 3
Les Fortune : tout leur a toujours réussi. Mais une tornade pourrait bien changer leur vie…

Le héros de ses rêves, Susan Crosby
Depuis la terrible tornade qui a ravagé Red Rock, et a bien manqué lui coûter la vie, Victoria Fortune ne cesse de faire des cauchemars. Des cauchemars dans lesquels elle retrouve, heureusement, ce cowboy inconnu qui l’a sauvée des décombres, trois mois plus tôt. Afin de surmonter son traumatisme et de reprendre le contrôle de sa vie, Victoria décide donc de retourner sur les lieux du drame – et de retrouver son héros pour le remercier. Mais quand, enfin, elle parvient jusqu’au ranch isolé de Garrett Stone, elle découvre, déçue, que l’homme qui hante ses nuits n’est absolument pas ravi de la revoir…

Un désir insensé, Day Leclaire
Conduis-moi dans ta chambre. A peine Daisy a-t-elle retrouvé Justice St John qu’elle laisse s’exprimer son cœur – et son corps. Comment pourrait-il en être autrement, alors que cela fait dix ans qu’elle rêve de lui et de l’été merveilleux qu’ils ont passé ensemble ? Hélas, lorsqu’après une fabuleuse nuit d’amour, Justice déclare qu’il ne veut plus la revoir, c’est le cœur brisé que Daisy quitte, pour la seconde fois, l’homme qu’elle a tant aimé. Jusqu’à ce qu’elle mette au monde son enfant et prenne la décision d’aller trouver Justice, dans le domaine où il vit en solitaire…
Publié le : lundi 1 juillet 2013
Lecture(s) : 20
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782280297509
Nombre de pages : 432
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
- 1 -
« Ne t’approche pas de ces cow-boys, ce sont des hommes dangereux ! » Ee pensa aux paroes de a chanson country dès qu’ee vit ’homme aux yeux beus passer à côté d’ee dans e petit aéroport de Red Rock, au Texas. I surprit son regard, semba hésiter un instant, puis ui ît un cin d’œi. Indéniabement, i était dangereux et i vaait mieux ne pas ’approcher. De toute façon, i toucha e bord de son Stetson noir et disparut. Mais soudain, surgie de nue part, a tornade frappa. Le chapeau noir de ’inconnu fut a dernière chose qu’ee vit avant que e toit de ’aéroport soit arraché dans un mugissement. La tornade aspira tout sur son passage et ’entraïna sur pusieurs mètres. Tout autour d’ee, des morceaux de bois et de méta voaient, s’écrasaient, rebondissaient. Ee éprouva une vive doueur et a panique a submergea aors. Ee n’arrivait pas à reprendre son soufle, ni à inspirer assez profondément pour crier. Le bruit était assourdissant. Puis e sience se ît, pus assourdissant encore, pus effrayant.
8
Le héros de ses rêves
Et, peu à peu, ee entendit de nouveau des bruits, des peurs, des cris. Paquée contre e so en béton, ee essaya de bouger, mais en vain. Ee entendit aors quequ’un s’approcher en courant. Un homme s’accroupit à côté d’ee, mais son visage, pongé dans ’obscurité, restait lou. Quee que soit son identité, i était son héros. — Tout va bien ? demanda-t-i. — J’ai ma aux jambes, parvint-ee à répondre, agitant es orteis dans ses bottes à taons. Les décombres ’empêchaient de bouger davantage. L’homme se redressa d’un bond. Ee essaya de e retenir. — Ne me aissez pas. S’i vous paït, ne… Mais i ne s’en aait pas, i vouait seuement écarter tout ce qui a retenait couée au so, des morceaux de bois et de méta tordu. — Est-ce que vous aez arriver à vous sortir de à ? demanda ’homme qui était parvenu à a ibérer des décombres. Dépêchez-vous, nous n’avons pas beaucoup de temps. Vous aez y arriver, ma bee… Essayez ! Ee tâtonna autour d’ee, mais sans trouver a moindre prise. Le simpe fait d’essayer de bouger ui fut dououreux. Retenant son soufle, ee s’efforça de se dépacer en rampant. Aors même qu’ee aait renoncer, i ui empoigna e bras et a sortit des gravats L’instant d’après, tout s’ef-fondrait autour d’eux. I a prit dans ses bras puissants et ’entraïna à ’écart. — Ma famie ? babutia-t-ee, prise de panique. — Là-bas, dit-i en tournant a tête. Juste au moment où ee apercevait enîn queques-uns
Le héros de ses rêves
9
de ses proches, a partie du bâtiment qu’is venaient de quitter s’abattit dans un craquement sinistre. I s’en était fau de peu : si ’homme ne ’avait pas sortie de à, ee serait morte, enfouie sous es décombres. Ee resserra son étreinte autour de ui, trop boueversée pour dire quoi que ce soit. — Je suis à, dit-i, vous êtes en sécurité. Ee se rendit compte aors qu’i s’agissait du cow-boy qu’ee avait vu un peu pus tôt, ceui qui ui avait fait un cin d’œi. Sans son chapeau, ee ne ’avait pas reconnu tout de suite. — Les secours ne vont pas tarder à arriver, dit-i d’une voix apaisante. Ee eva es yeux tandis qu’i a reposait. Par endroits, à où a toiture avait été arrachée, on apercevait e cie, d’une impidité sinistre désormais. Juste avant e passage de a tornade, ee se trouvait à ’autre bout du ha. Ee avait été traïnée, ou projetée, sur des mètres. — Vous pensez pouvoir tenir debout toute seue ? — Je crois. Comme hypnotisée, ee regarda îxement sa cravate en cuir tressé avec une attache en argent et onyx, puis ee eva es yeux vers ui. — Ça va aer, dit-i d’un ton bienveiant en a reâchant. Avant qu’i n’ait pu ’abandonner, ee saisit sa cravate, ’attira vers ee et ui déposa un baiser sur es èvres, un baiser furtif, pour e remercier de ui avoir sauvé a vie. Ee était trop boueversée pour parer. La gorge serrée, ee ne parvint même pas à ui demander son nom ni à ui donner e sien.
10
Le héros de ses rêves
I a prit par es épaues et s’écarta d’ee. L’espace d’un instant, i soutint son regard, puis i s’enfuit. Paraysée par a peur, ee resta immobie pendant un moment, puis ee regarda autour d’ee. On aurait dit un champ de bataie. Certains des membres de sa famie étaient assis, comme pétriîés, visibement en état de choc. D’autres couraient çà et à. Des bagages étaient éparpiés un peu partout, et ce qui avait été un petit avion s’était écrasé à queques dizaines de mètres de ’endroit où ee était assise avant e passage de a tornade. Ee se retourna vers e termina. Le cow-boy qui ’avait sauvée s’était voatiisé. Horriîée, ee se dirigea machinaement vers es bagages avec ’intention de es rassember, éprouvant soudain e besoin de faire queque chose, même si cea ne servait à rien. Puis ee entendit des sirènes et changea de cap.
Victoria Fortune se réveia en sursaut, trempée de sueur. Ses cheveux ui coaient à a nuque, es draps étaient entortiés autour de ses jambes. Ee avait encore fait ce cauchemar récurrent, toujours aussi pénétrant et chaque fois un peu pus détaié. La tornade était passée e 30 décembre sur Red Rock. Ee y était aée pour assister au mariage de sa cousine Wendy. Et trois mois pus tard, parfaitement en sécurité dans son it, dans son appartement d’Atanta, ee en rêvait encore. Et ee rêvait encore de ui. Ee ne connaissait même pas son nom, ne ’avait même pas remercié. I aurait pu mourir avec ee ce
Le héros de ses rêves
11
jour-à, mais i était venu à son secours au mépris de sa propre sécurité. Ee en était maade, et ces cauchemars incessants tout comme e manque de sommei commençaient vraiment à ’inquiéter. Même durant a journée, des images de destruction s’imposaient à ee, provoquant en ee a sensation étrange que a tornade a souevait de nouveau, pour a projeter queques mètres pus oin. Peut-être que e cauchemar avait été encore pus intense cette fois-ci, parce que, a veie au soir, ee avait eu sa cousine Jordana au tééphone. Cee-ci aussi avait été boueversée par e passage de a tornade, et ees s’étaient mises d’accord pour que Victoria retourne à Red Rock, aîn qu’ees règent eurs probèmes ensembe et se soutiennent mutueement. Victoria jeta un coup d’œi au révei et repoussa es couvertures. I ui faait faire ses bagages pour pouvoir prendre un avion en în de matinée. Ee devait affronter e passé et ’expérience trauma-tisante qu’ee avait vécue. I faait aussi qu’ee remercie son héros, ce qu’ee aurait déjà dû faire depuis ongtemps. Cependant, avant toute chose, i faait d’abord qu’ee tééphone à ses parents pour eur dire qu’ee n’assisterait pas au brunch famiia du dimanche. — I n’y avait presque personne sur es bancs de ’égise, ce matin, ui apprit son père, James Marsha Fortune, orsqu’i décrocha. — Je suis désoée, papa, je me suis réveiée trop tard. — Tu sors trop, dit-i d’un ton bourru, mais sans méchanceté. Etant a pus jeune de a fratrie et a seue îe, ee
12
Le héros de ses rêves
pouvait se permettre pus de choses que ses frères. Et i ui arrivait d’en proîter un peu. — Cea dépend de ce que ’on entend par trop, dit-ee avec douceur. Même son père n’avait pas cherché à cacher son inquiétude pour ee au cours des derniers mois. — Bon, nous t’attendrons. Tes frères non pus ne sont pas encore tous à, i n’y a que Shane. Ee se dirigea vers e bacon. Son appartement était au quinzième étage. — Je ne vais pas venir aujourd’hui, papa. Je prends ’avion pour Red Rock dans deux heures. — Je croyais que tu avais décidé de ne pas aer à cette soirée… — Je n’y suis pas aée, c’était hier soir, mais Jordana et Emiy sont toujours chez Wendy. Nous aons passer un peu de temps entre îes, toutes es quatre. Enîn… avec Marcos et e bébé, bien sûr. Tu veux bien prévenir Shane que je prends queques jours de congé ? — Ce n’est pas à moi de e faire. Ton frère est ton patron : si tu veux prendre des congés, vois cea avec ui. Je te passe ta mère, ee veut te parer. — D’accord, papa. Son père a traitait comme une adoescente de seize ans, et non une jeune femme de vingt-quatre ans, indé-pendante, qui vivait seue et avait une bee situation. Certes, pour ne pas perdre cette indépendance, i faait qu’ee arrive à garder son travai. Or, depuis queque temps, ee ne se sentait pus à a hauteur. — Shane a entendu. I dit que c’est une bonne idée, ui annonça sa mère orsqu’ee prit e combiné. Que se passe-t-i, ma chérie ?
Le héros de ses rêves
13
Ee ui répéta ce qu’ee venait de dire à son père. — Tu continues à faire des cauchemars ? — Oui, maman. Et apparemment, cea n’est pas près de s’arrêter. — Et cet homme, ce cow-boy qui t’a sauvé a vie… as-tu ’intention de e voir ? — Oui. J’ai besoin de e remercier. Je ne ’ai pas fait, et cea me hante. Je crois que c’est en partie pour cette raison que je suis perturbée. — Je comprends. Vas-tu prendre e jet privé de ’entreprise ? Ee ferma es yeux queques instants. — Non. I me déposerait à ’aéroport de Red Rock, et je ne me sens pas prête à y retourner. Je vais prendre ’avion jusqu’à San Antonio et je ouerai une voiture. — Très bien. Appee-moi si tu as besoin de quoi que ce soit. Tu as ’air teement fatiguée, depuis queque temps… Je pense que tu as raison de retourner à-bas, ma chérie. C’est important. — Merci, maman. Aux yeux de Victoria, c’était pus qu’important : c’était vita.
Queques heures pus tard, ee se garait devant chez Wendy et Marcos Mendoza, au centre-vie de Red Rock. Wendy avait transformé ’antre d’un céibataire en un foyer chaeureux, méangeant es styes contemporain et rustique. De toute évidence, ee avait aussi jardiné. Le so, nu au mois de décembre, quand Victoria était venue assister à eur mariage, était maintenant couvert de leurs printanières.
14
Le héros de ses rêves
Sa cousine vint ’accueiir sur e seui. Ee avait seuement deux ans de moins que Victoria, es mêmes yeux, es mêmes cheveux bruns et ongs. Wendy était pus extravertie, mais ees s’entendaient très bien. Et i en aait de même avec Jordana et Emiy, es sœurs de Wendy. — Où est a petite vedette du spectace ? demanda Victoria en embrassant sa cousine. — Ee s’est enîn endormie. Marcos travaie. Ees entrèrent dans a maison. — Et tes sœurs ? — Emiy est aée faire un tour, et Jordana est partie. Victoria s’arrêta net. — Ee est partie ? Quand ? Pourquoi ? Je ’ai eue au tééphone pas pus tard qu’hier soir, ee m’a dit qu’ee attendrait que j’arrive. — Je ne sais pas ce qui s’est passé, ee est partie juste après e déjeuner. Je t’assure, Vicky, Jordana a été bizarre pendant tout son séjour ici. Emiy ’a remarqué, ee aussi. Nous nous inquiétons beaucoup pour ee. Est-ce qu’ee t’a dit ce qui se passait ? Jordana ui avait be et bien dit ce qui a tourmentait, mais Victoria n’avait pas ’intention de trahir sa conîance. Ce n’était pas à ee de révéer es secrets de sa cousine. Ee haussa es épaues et prit son tééphone portabe pour voir si ee avait des messages, mais Jordana n’avait pas cherché à a joindre. — Tu n’as pas besoin d’aer à ’hôte, dit Wendy, tu peux rester ici avec Emiy, puisque Jordana est partie. Tu veux du thé ? Nous pourrions nous asseoir dans a véranda, au soei…
Le héros de ses rêves
15
— D’accord, bonne idée ! s’excama-t-ee, s’efforçant de faire preuve d’enthousiasme par égard pour Wendy. — Vas-y, je te rejoins dans une minute. Sa cousine ui posa une main sur e bras. — Tu vas bien, Victoria ? — Oui, voyons. Pourquoi est-ce que tout e monde me pose cette question ? Ee ferma es yeux queques instants et contracta a mâchoire. — Je suis désoée, Wendy, reprit-ee. Sincèrement. Je ne sais pas si je vais bien. Tout ce que je sais, c’est que je ne suis pus moi-même, depuis queque temps. J’espère que mon séjour ici me fera du bien. Pongée dans ses pensées, ee emporta sa vaise dans a chambre d’amis. Comment Jordana avait-ee pu partir sans a prévenir ? Ees avaient besoin ’une de ’autre. Mais ee avait surtout besoin du nom de ’homme qui ’avait sauvée, pour e voir et e remercier. Ee n’était pas d’humeur à bavarder paresseusement, mais a poitesse vouait néanmoins qu’ee commence par passer un peu de temps avec son hôtesse. Ee jeta un coup d’œi à a chambre du bébé et aperçut un tout petit baot rose dans e berceau en osier. La petite MaryAnne n’avait que six semaines, i ne faait surtout pas qu’ee a réveie. Mieux vaait aer attendre Wendy dans a véranda. — Cea m’étonne qu’Emiy soit encore à, dit-ee quand sa cousine a rejoignit avec e thé. Cea fait des semaines qu’ee est chez toi. Comment peut-ee s’ab-senter aussi ongtemps de son travai ? — J’ai arrêté de ui poser cette question ! Je suppose
16
Le héros de ses rêves
qu’ee sait ce qu’ee fait. Ee m’a beaucoup aidée, depuis que nous avons enîn pu ramener MaryAnne à a maison. Ee est née très en avance, tu sais, ee était parfaite, mais si petite… Emiy est faite pour être mère, et ee a veié à ce que je ne m’inquiète pas. Enîn, ajouta Wendy en regardant autour d’ee, pour être honnête, je crois que Marcos a hâte que nous soyons un peu seus, tous es trois. Victoria se redressa. — C’est bien norma ! Toi aussi, tu dois avoir hâte. Je vais encourager Emiy à rentrer chez ee, et je vais m’instaer à ’hôte. Nous sommes teement… — Arrête, Vicky, je t’en prie ! Je ne sous-entendais pas que nous vouions être seus tout de suite. Marcos est content que j’aie de a compagnie, i est submergé de travai, en ce moment. Je vouais simpement dire que nous étions tous es deux prêts à prendre enîn un rythme de croisière, mais pas cette semaine. Pas encore. — Eh bien, quoi qu’i en soit, sache que je ne resterai que queques jours, et quand je partirai, j’inciterai Emiy à en faire autant. — Ce n’est pas nécessaire, Vicky, je t’assure. Je crois qu’ee se cache ici, mais je ne sais pas exactement pourquoi. Quant à Jordana… — C’est un mystère ! ’interrompit Emiy en entrant dans a pièce. Magré sa taie, sa bondeur et ses yeux verts, on voyait bien que c’était une Fortune, ee aussi. — Saut, Vicky ! Ee se pencha pour embrasser Victoria, tout en regardant Wendy du coin de ’œi. — Je ne me cache pas, ma chère sœur, je suis ici
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi