Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Lire un extrait Achetez pour : 5,49 €

Téléchargement

Format(s) : EPUB

avec DRM

Publications similaires

La victime n'était pas au rendez-vous

de les-editions-des-tourments

La Mémoire volée d'Emmanuelle

de les-editions-du-3842493

Vous aimerez aussi

suivant
- 1 -
« Ne t’approche pas de ces cow-boys, ce sont des hommes dangereux ! » Ee pensa aux paroes de a chanson country dès qu’ee vit ’homme aux yeux beus passer à côté d’ee dans e petit aéroport de Red Rock, au Texas. I surprit son regard, semba hésiter un instant, puis ui ît un cin d’œi. Indéniabement, i était dangereux et i vaait mieux ne pas ’approcher. De toute façon, i toucha e bord de son Stetson noir et disparut. Mais soudain, surgie de nue part, a tornade frappa. Le chapeau noir de ’inconnu fut a dernière chose qu’ee vit avant que e toit de ’aéroport soit arraché dans un mugissement. La tornade aspira tout sur son passage et ’entraïna sur pusieurs mètres. Tout autour d’ee, des morceaux de bois et de méta voaient, s’écrasaient, rebondissaient. Ee éprouva une vive doueur et a panique a submergea aors. Ee n’arrivait pas à reprendre son soufle, ni à inspirer assez profondément pour crier. Le bruit était assourdissant. Puis e sience se ît, pus assourdissant encore, pus effrayant.
8
Le héros de ses rêves
Et, peu à peu, ee entendit de nouveau des bruits, des peurs, des cris. Paquée contre e so en béton, ee essaya de bouger, mais en vain. Ee entendit aors quequ’un s’approcher en courant. Un homme s’accroupit à côté d’ee, mais son visage, pongé dans ’obscurité, restait lou. Quee que soit son identité, i était son héros. — Tout va bien ? demanda-t-i. — J’ai ma aux jambes, parvint-ee à répondre, agitant es orteis dans ses bottes à taons. Les décombres ’empêchaient de bouger davantage. L’homme se redressa d’un bond. Ee essaya de e retenir. — Ne me aissez pas. S’i vous paït, ne… Mais i ne s’en aait pas, i vouait seuement écarter tout ce qui a retenait couée au so, des morceaux de bois et de méta tordu. — Est-ce que vous aez arriver à vous sortir de à ? demanda ’homme qui était parvenu à a ibérer des décombres. Dépêchez-vous, nous n’avons pas beaucoup de temps. Vous aez y arriver, ma bee… Essayez ! Ee tâtonna autour d’ee, mais sans trouver a moindre prise. Le simpe fait d’essayer de bouger ui fut dououreux. Retenant son soufle, ee s’efforça de se dépacer en rampant. Aors même qu’ee aait renoncer, i ui empoigna e bras et a sortit des gravats L’instant d’après, tout s’ef-fondrait autour d’eux. I a prit dans ses bras puissants et ’entraïna à ’écart. — Ma famie ? babutia-t-ee, prise de panique. — Là-bas, dit-i en tournant a tête. Juste au moment où ee apercevait enîn queques-uns
Le héros de ses rêves
9
de ses proches, a partie du bâtiment qu’is venaient de quitter s’abattit dans un craquement sinistre. I s’en était fau de peu : si ’homme ne ’avait pas sortie de à, ee serait morte, enfouie sous es décombres. Ee resserra son étreinte autour de ui, trop boueversée pour dire quoi que ce soit. — Je suis à, dit-i, vous êtes en sécurité. Ee se rendit compte aors qu’i s’agissait du cow-boy qu’ee avait vu un peu pus tôt, ceui qui ui avait fait un cin d’œi. Sans son chapeau, ee ne ’avait pas reconnu tout de suite. — Les secours ne vont pas tarder à arriver, dit-i d’une voix apaisante. Ee eva es yeux tandis qu’i a reposait. Par endroits, à où a toiture avait été arrachée, on apercevait e cie, d’une impidité sinistre désormais. Juste avant e passage de a tornade, ee se trouvait à ’autre bout du ha. Ee avait été traïnée, ou projetée, sur des mètres. — Vous pensez pouvoir tenir debout toute seue ? — Je crois. Comme hypnotisée, ee regarda îxement sa cravate en cuir tressé avec une attache en argent et onyx, puis ee eva es yeux vers ui. — Ça va aer, dit-i d’un ton bienveiant en a reâchant. Avant qu’i n’ait pu ’abandonner, ee saisit sa cravate, ’attira vers ee et ui déposa un baiser sur es èvres, un baiser furtif, pour e remercier de ui avoir sauvé a vie. Ee était trop boueversée pour parer. La gorge serrée, ee ne parvint même pas à ui demander son nom ni à ui donner e sien.
10
Le héros de ses rêves
I a prit par es épaues et s’écarta d’ee. L’espace d’un instant, i soutint son regard, puis i s’enfuit. Paraysée par a peur, ee resta immobie pendant un moment, puis ee regarda autour d’ee. On aurait dit un champ de bataie. Certains des membres de sa famie étaient assis, comme pétriîés, visibement en état de choc. D’autres couraient çà et à. Des bagages étaient éparpiés un peu partout, et ce qui avait été un petit avion s’était écrasé à queques dizaines de mètres de ’endroit où ee était assise avant e passage de a tornade. Ee se retourna vers e termina. Le cow-boy qui ’avait sauvée s’était voatiisé. Horriîée, ee se dirigea machinaement vers es bagages avec ’intention de es rassember, éprouvant soudain e besoin de faire queque chose, même si cea ne servait à rien. Puis ee entendit des sirènes et changea de cap.
Victoria Fortune se réveia en sursaut, trempée de sueur. Ses cheveux ui coaient à a nuque, es draps étaient entortiés autour de ses jambes. Ee avait encore fait ce cauchemar récurrent, toujours aussi pénétrant et chaque fois un peu pus détaié. La tornade était passée e 30 décembre sur Red Rock. Ee y était aée pour assister au mariage de sa cousine Wendy. Et trois mois pus tard, parfaitement en sécurité dans son it, dans son appartement d’Atanta, ee en rêvait encore. Et ee rêvait encore de ui. Ee ne connaissait même pas son nom, ne ’avait même pas remercié. I aurait pu mourir avec ee ce
Le héros de ses rêves
11
jour-à, mais i était venu à son secours au mépris de sa propre sécurité. Ee en était maade, et ces cauchemars incessants tout comme e manque de sommei commençaient vraiment à ’inquiéter. Même durant a journée, des images de destruction s’imposaient à ee, provoquant en ee a sensation étrange que a tornade a souevait de nouveau, pour a projeter queques mètres pus oin. Peut-être que e cauchemar avait été encore pus intense cette fois-ci, parce que, a veie au soir, ee avait eu sa cousine Jordana au tééphone. Cee-ci aussi avait été boueversée par e passage de a tornade, et ees s’étaient mises d’accord pour que Victoria retourne à Red Rock, aîn qu’ees règent eurs probèmes ensembe et se soutiennent mutueement. Victoria jeta un coup d’œi au révei et repoussa es couvertures. I ui faait faire ses bagages pour pouvoir prendre un avion en în de matinée. Ee devait affronter e passé et ’expérience trauma-tisante qu’ee avait vécue. I faait aussi qu’ee remercie son héros, ce qu’ee aurait déjà dû faire depuis ongtemps. Cependant, avant toute chose, i faait d’abord qu’ee tééphone à ses parents pour eur dire qu’ee n’assisterait pas au brunch famiia du dimanche. — I n’y avait presque personne sur es bancs de ’égise, ce matin, ui apprit son père, James Marsha Fortune, orsqu’i décrocha. — Je suis désoée, papa, je me suis réveiée trop tard. — Tu sors trop, dit-i d’un ton bourru, mais sans méchanceté. Etant a pus jeune de a fratrie et a seue îe, ee
12
Le héros de ses rêves
pouvait se permettre pus de choses que ses frères. Et i ui arrivait d’en proîter un peu. — Cea dépend de ce que ’on entend par trop, dit-ee avec douceur. Même son père n’avait pas cherché à cacher son inquiétude pour ee au cours des derniers mois. — Bon, nous t’attendrons. Tes frères non pus ne sont pas encore tous à, i n’y a que Shane. Ee se dirigea vers e bacon. Son appartement était au quinzième étage. — Je ne vais pas venir aujourd’hui, papa. Je prends ’avion pour Red Rock dans deux heures. — Je croyais que tu avais décidé de ne pas aer à cette soirée… — Je n’y suis pas aée, c’était hier soir, mais Jordana et Emiy sont toujours chez Wendy. Nous aons passer un peu de temps entre îes, toutes es quatre. Enîn… avec Marcos et e bébé, bien sûr. Tu veux bien prévenir Shane que je prends queques jours de congé ? — Ce n’est pas à moi de e faire. Ton frère est ton patron : si tu veux prendre des congés, vois cea avec ui. Je te passe ta mère, ee veut te parer. — D’accord, papa. Son père a traitait comme une adoescente de seize ans, et non une jeune femme de vingt-quatre ans, indé-pendante, qui vivait seue et avait une bee situation. Certes, pour ne pas perdre cette indépendance, i faait qu’ee arrive à garder son travai. Or, depuis queque temps, ee ne se sentait pus à a hauteur. — Shane a entendu. I dit que c’est une bonne idée, ui annonça sa mère orsqu’ee prit e combiné. Que se passe-t-i, ma chérie ?
Le héros de ses rêves
13
Ee ui répéta ce qu’ee venait de dire à son père. — Tu continues à faire des cauchemars ? — Oui, maman. Et apparemment, cea n’est pas près de s’arrêter. — Et cet homme, ce cow-boy qui t’a sauvé a vie… as-tu ’intention de e voir ? — Oui. J’ai besoin de e remercier. Je ne ’ai pas fait, et cea me hante. Je crois que c’est en partie pour cette raison que je suis perturbée. — Je comprends. Vas-tu prendre e jet privé de ’entreprise ? Ee ferma es yeux queques instants. — Non. I me déposerait à ’aéroport de Red Rock, et je ne me sens pas prête à y retourner. Je vais prendre ’avion jusqu’à San Antonio et je ouerai une voiture. — Très bien. Appee-moi si tu as besoin de quoi que ce soit. Tu as ’air teement fatiguée, depuis queque temps… Je pense que tu as raison de retourner à-bas, ma chérie. C’est important. — Merci, maman. Aux yeux de Victoria, c’était pus qu’important : c’était vita.
Queques heures pus tard, ee se garait devant chez Wendy et Marcos Mendoza, au centre-vie de Red Rock. Wendy avait transformé ’antre d’un céibataire en un foyer chaeureux, méangeant es styes contemporain et rustique. De toute évidence, ee avait aussi jardiné. Le so, nu au mois de décembre, quand Victoria était venue assister à eur mariage, était maintenant couvert de leurs printanières.
14
Le héros de ses rêves
Sa cousine vint ’accueiir sur e seui. Ee avait seuement deux ans de moins que Victoria, es mêmes yeux, es mêmes cheveux bruns et ongs. Wendy était pus extravertie, mais ees s’entendaient très bien. Et i en aait de même avec Jordana et Emiy, es sœurs de Wendy. — Où est a petite vedette du spectace ? demanda Victoria en embrassant sa cousine. — Ee s’est enîn endormie. Marcos travaie. Ees entrèrent dans a maison. — Et tes sœurs ? — Emiy est aée faire un tour, et Jordana est partie. Victoria s’arrêta net. — Ee est partie ? Quand ? Pourquoi ? Je ’ai eue au tééphone pas pus tard qu’hier soir, ee m’a dit qu’ee attendrait que j’arrive. — Je ne sais pas ce qui s’est passé, ee est partie juste après e déjeuner. Je t’assure, Vicky, Jordana a été bizarre pendant tout son séjour ici. Emiy ’a remarqué, ee aussi. Nous nous inquiétons beaucoup pour ee. Est-ce qu’ee t’a dit ce qui se passait ? Jordana ui avait be et bien dit ce qui a tourmentait, mais Victoria n’avait pas ’intention de trahir sa conîance. Ce n’était pas à ee de révéer es secrets de sa cousine. Ee haussa es épaues et prit son tééphone portabe pour voir si ee avait des messages, mais Jordana n’avait pas cherché à a joindre. — Tu n’as pas besoin d’aer à ’hôte, dit Wendy, tu peux rester ici avec Emiy, puisque Jordana est partie. Tu veux du thé ? Nous pourrions nous asseoir dans a véranda, au soei…
Le héros de ses rêves
15
— D’accord, bonne idée ! s’excama-t-ee, s’efforçant de faire preuve d’enthousiasme par égard pour Wendy. — Vas-y, je te rejoins dans une minute. Sa cousine ui posa une main sur e bras. — Tu vas bien, Victoria ? — Oui, voyons. Pourquoi est-ce que tout e monde me pose cette question ? Ee ferma es yeux queques instants et contracta a mâchoire. — Je suis désoée, Wendy, reprit-ee. Sincèrement. Je ne sais pas si je vais bien. Tout ce que je sais, c’est que je ne suis pus moi-même, depuis queque temps. J’espère que mon séjour ici me fera du bien. Pongée dans ses pensées, ee emporta sa vaise dans a chambre d’amis. Comment Jordana avait-ee pu partir sans a prévenir ? Ees avaient besoin ’une de ’autre. Mais ee avait surtout besoin du nom de ’homme qui ’avait sauvée, pour e voir et e remercier. Ee n’était pas d’humeur à bavarder paresseusement, mais a poitesse vouait néanmoins qu’ee commence par passer un peu de temps avec son hôtesse. Ee jeta un coup d’œi à a chambre du bébé et aperçut un tout petit baot rose dans e berceau en osier. La petite MaryAnne n’avait que six semaines, i ne faait surtout pas qu’ee a réveie. Mieux vaait aer attendre Wendy dans a véranda. — Cea m’étonne qu’Emiy soit encore à, dit-ee quand sa cousine a rejoignit avec e thé. Cea fait des semaines qu’ee est chez toi. Comment peut-ee s’ab-senter aussi ongtemps de son travai ? — J’ai arrêté de ui poser cette question ! Je suppose
16
Le héros de ses rêves
qu’ee sait ce qu’ee fait. Ee m’a beaucoup aidée, depuis que nous avons enîn pu ramener MaryAnne à a maison. Ee est née très en avance, tu sais, ee était parfaite, mais si petite… Emiy est faite pour être mère, et ee a veié à ce que je ne m’inquiète pas. Enîn, ajouta Wendy en regardant autour d’ee, pour être honnête, je crois que Marcos a hâte que nous soyons un peu seus, tous es trois. Victoria se redressa. — C’est bien norma ! Toi aussi, tu dois avoir hâte. Je vais encourager Emiy à rentrer chez ee, et je vais m’instaer à ’hôte. Nous sommes teement… — Arrête, Vicky, je t’en prie ! Je ne sous-entendais pas que nous vouions être seus tout de suite. Marcos est content que j’aie de a compagnie, i est submergé de travai, en ce moment. Je vouais simpement dire que nous étions tous es deux prêts à prendre enîn un rythme de croisière, mais pas cette semaine. Pas encore. — Eh bien, quoi qu’i en soit, sache que je ne resterai que queques jours, et quand je partirai, j’inciterai Emiy à en faire autant. — Ce n’est pas nécessaire, Vicky, je t’assure. Je crois qu’ee se cache ici, mais je ne sais pas exactement pourquoi. Quant à Jordana… — C’est un mystère ! ’interrompit Emiy en entrant dans a pièce. Magré sa taie, sa bondeur et ses yeux verts, on voyait bien que c’était une Fortune, ee aussi. — Saut, Vicky ! Ee se pencha pour embrasser Victoria, tout en regardant Wendy du coin de ’œi. — Je ne me cache pas, ma chère sœur, je suis ici