Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 3,99 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : EPUB

sans DRM

Le mariage interdit

De
46 pages
Obrou, riche homme d'affaires entretient une relation amoureuse avec son amant Kissi. Devenu de plus en plus amoureux de Kissi, Obrou informe ses parents de son amour pour un homme et songe à épouser Kissi. Les parents d'Obrou s'opposent fermement au mariage de leur fils avec un autre homme. Dans une société dominée par la tradition, Obrou réussira-t-il à épouser son amant Kissi ?
Voir plus Voir moins
Extrait
Acte 1 - Scène 1

(Assis dans son somptueux salon, Obrou regarde la télévision. Quelques minutes après, l’homme reçoit la visite de sa sœur aînée Nathalie).

Nathalie

(Heureuse de revoir son frère)

Bonjour petit frère, je suis passé te saluer. Comment vas-tu ?

Obrou

(visiblement aussi ravi)

Bonjour grande sœur, je vais bien. Je suis également ravie de te revoir. Voudrais-tu boire du jus de fruit ou de l’eau ?

Nathalie

Non, je te remercie. Tu regardes des filles dansant nues à la télévision.

Obrou

(Souriant)

Grande sœur, c’est la nouvelle tendance. Les clips vidéo avec des danseuses presque nues font vendre les albums des artistes. C’est le show business.

Nathalie

(Éteint la télévision)

Je suis choqué de t’entendre parler ainsi. C’est inacceptable que des chaînes de télévision diffusent des clips vidéo dans lesquelles de jeunes filles dansent en slip; certaines danseuses ne portent même pas de soutien-gorge. Comment peut-on respecter la femme lorsque celle-ci expose ses parties intimes dans les lieux publics, dans les médias ? La femme est l’émanation des bonnes mœurs, de la morale. Je suis sincèrement choqué chaque fois que je rencontre des femmes presque nues dans les rues.

Obrou


(Fixant sa sœur)

L’époque de la femme vertueuse est révolue, grande sœur. De nos jours, ce sont les femmes qui draguent, qui harcèlent les hommes. Aujourd’hui, les femmes n’ont plus honte de se balader presque nues.
Le samedi dernier, je me suis rendu dans une boîte de nuit pour me distraire. Tu n’en reviendras pas; à l’entrée de la boîte, une demoiselle d’à peine trente ans m’a embrassé dans la bouche. Elle ne s’est pas gênée de me dire qu’elle me voulait dans son lit.

Nathalie


(Sidérée)

Comment une fille qui ne te connaît pas peut-elle t’embrasser ? C’est une histoire abracadabrante !

Obrou

(Souriant)

Tu es une femme vertueuse, grande sœur. Je comprends que tu trouves cette histoire invraisemblable. La jeune demoiselle a été attirée par ma luxuriante voiture. De nombreuses filles pensent qu’elles peuvent se servir de leur beauté pour gagner beaucoup d’argent. C’est triste d’opter pour la facilité !

Nathalie

(Le visage sombre)

Je suis choqué par l’attitude de la jeune demoiselle. Tu as pu t’offrir cette voiture de luxe en travaillant; elle devrait comprendre que c’est par le travail qu’on s’affranchit, qu’on s’affirme… C’est vraiment dommage de constater de telles attitudes déviationnistes dans nos sociétés. Que font exactement nos autorités étatiques ? Avec la dégradation de nos mœurs, n’est-il pas urgent que nos autorités étatiques instaurent une brigade des mœurs ? Des sanctions relatives à l’avilissement des mœurs en société ne s’imposent-elles pas ?

Obrou

Notre pays doit adopter d’abord une loi relative à la dégradation des mœurs. Une fois ladite loi promulguée, l’État doit sanctionner par le truchement d’une brigade des mœurs les atteintes à la morale. Cette loi devra être dure, mieux elle doit être assortie d’une peine d’emprisonnement de cinq ans à toute personne vêtue presque nues, aux responsables des chaînes de télévision, des journaux qui diffusent ou publient des images pornographiques, des images de femmes nues, mieux à toutes ces personnes qui font la promotion de l’immoralité.

Nathalie
La loi promulguée devra à la fois évoquer les tenues vestimentaires à arborer ou pas en société, par les femmes. Autrement dit, la loi relative aux bonnes mœurs interdirait les habits transparents, le port des mini jupes, des camisoles exposant les seins des femmes peu vertueuses aux regards des gens… Par contre, celle-ci devrait autoriser le port des tenues couvrant les genoux, les seins. En d’autres termes, la loi va contraindre les femmes peu vertueuses à s’habiller décemment, à porter des habits couvrant la totalité de leur corps.
Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin