Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 6,99 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : MOBI - PDF - EPUB

sans DRM

le Radeau des morts

De
0 page

En l’an 2050, une série de catastrophes chimiques et nucléaires ont rendu la terre inhabitable. Exclus des zones protégées où de tout-puissants bureaux directeurs font régner la propreté et la terreur, quatre irradiés entreprennent la descente du Rhin en quête d’une terre d’une pureté qui leur soit encore accessible.

Une désagrégation des identités personnelles doublée d’une désagrégation du langage. Une pièce désespérée.


Voir plus Voir moins

Vous aimerez aussi

Renaissance

de rebelle-editions

Mille Visages #5 : Extermination

de Les-Humanoides-Associes

Le Deuil de Soi

de fv-editions

LE RADEAU DES MORTS
PERSONNAGES Checker Itaï Coucou Biouty La pièce a été créée en langue française sous le titre « 2050, le radeau de la mort », le 24 octobre 1987 à la maison de la culture de Bobigny. Mise en scène : Hans-Peter Cloos. Décors : jean Haas. Avec Niels Arestrup (Checker), Marié Carre (Biouty), Denis Lavant (Itaï), Michelle Marquais (Coucou).
Lasalle et la scène se trouvent dans l’obscurité. Le GRAND TAMTAM se met à retentir, sur un rythme bien scandé. Un spot attire soudain l’attention : Checker écoute, debout au milieu de la scène. Il porte une étroite combinaison de caoutchouc avec un capuchon, et des lunettes noires de protection. Checker — mi homme mi bête — se présente comme une pure machine de survie. Il lui manque le bras droit : dégénérescence génétique. Lorsque le GRAND TAMTAM est au summum, la scène s’éclaire d’un seul coup et on peut lire : « Devant la muraille de la zone habitable (ZH), Nord du pays de Bade secteur n° 3 (Heidelberg). » Une muraille avec un vaste trou, par lequel une sorte de toboggan mène à l’extérieur : c’est le GRAND ÉJECTEUR. Alentour, des ordures, des cadavres à demi décomposés, des squelettes d’hommes et d’animaux : tous les déchets que crache la ZH. Devant, un champ pollué par les produits chimiques, avec un lichen moussu et des cailloux. Un flot d’ordures gicle du GRAND ÉJECTEUR au bruit du GRAND TAMTAM. Checker fouille dedans à la recherche de denrées comestibles, il les cale bien dans une sacoche de cuir, la TROUSSE DE CONTRÔLE. Le GRAND TAMTAM se fait plus discret. Checker a un terrible accès de toux. Il se tord, jette par terre sa trousse de contrôle, et vomit le sang, qui rougit sa combinaison à hauteur de la poitrine. Désespérément il tente d’effacer la tache, mais en vain. Le GRAND TAMTAM se rapproche à nouveau, et dans un second flot d’immondices Itaï; le déchet humain, glisse par le GRAND ÉJECTEUR, culbute et reste étendu au sol, tressautant au rythme du GRAND TAMTAM tous les cinq battements. Checker extrait de sa trousse de contrôle un grand filet de chasse. Le GRAND TAMTAM s’éloigne. Itaï se relève, inspecte les lieux, examine le sol, sans oser se déplacer. Il a peur de marcher sur quelque chose, peur de saisir quoi que ce soit, et même de respirer. Finalement il fait prudemment quelques pas étonnamment raides en traînant derrière lui sa jambe droite, puis regarde à l’intérieur du GRAND ÉJECTEUR et crie : Itaï :pas plus ! Laissez-moi revenir. Pas le droit de m’expulser de la ZH à cause de 0,4, 0,4 pour mille de cadmium. C’est illégal ! J’irai me plaindre au Bureau directeur ! Laissez-moi revenir ! Tout de suite ! Vous avez besoin de moi ! Je suis un pur produit d’éprouvette, hein ! Clean à 100 %. Vous êtes passibles de sanction, savez-vous ? Infraction à la loi sur les gènes ! Vous êtes tenus de me refaire un contrôle !... J’ai également observé les DIX GRANDS COMMANDEMENTS ! Je n’ai jamais lu de vieux livres, jamais réfléchi à mon existence, jamais touché d’autres humains ! Ni d’animaux, ni de végétaux, naturellement ! Je n’ai jamais posé de questions sur le passé ! Jamais rien mangé sans le tester ! Jamais connu l’amour non plus ! Jamais, jamais, jamais, je le jure ! J’étais un fidèle serviteur du Bureau directeur ! J’ai dénoncé pas moins de six contaminés. Et maintenant vous me chassez dans la ZI ? Mais c’est un homicide volontaire ! Un véritable assassinat ! Laissez-moi revenir ! Itaï s’effondre en sanglotant. Checker le capture dans son filet, le presse contre terre de ses deux genoux, et le ligote. Itaï :Eh là, qu’est-ce que tu veux ? Checker :Cool, body, cool. Itaï :T’as pas le droit ! Checker :De quoi faire ? Itaï :De m’toucher. Checker :Pas le droit de le tâter un peu ! Itaï :Deuxième commandement ! Checker :Morve de merde. Itaï :Oh boy, si le Bureau directeur entend ça... Checker :Quel Bureau directeur ? Itaï :L’organe central du pays de Bade, 3e secteur Nord. Checker :De la chiure molle, ici, le Bureau directeur ! T’es dans la zone inhabitable, body. Checker plante une seringue dans l’artère jugulaire d’Itaï :
Itaï :Oh là, qu’est-ce que tu fais ? Checker :Contrôle sanguin. Itaï :Non, j’veux repartir. Ils m’ont expulsé par erreur. De Heidelberg, là-bas ! Infraction à la règle par erreur. Checker :Infraction à la règle... ! Itaï :Je n’atteins pas la cote fatale. Checker :Tout le monde dit ça. Itaï :J’ai un bonus génétique, et un gros ! Checker :OK, OK ! Juste un contrôle express, viens. Itaï :Libère-moi d’abord de ce filet de merde. Checker :Filet de merde, dis donc bâtard, baveux ! Itaï :OK, désolé... Checker :Attention, body ! ... tiens, le fourbi de Checker : filet, couteau, la chaîne et le bang. (Checker montre fièrement un couteau de chasse, une lourde chaîne et une fronde, et il fait habillement tournoyer sa chaîne au-dessus de sa tête.) Joli bazar, hein ? Itaï :Très. Maintenant laisse-moi sortir. Checker :Tes guibes ! Itaï :Pour quoi faire ? Checker :Ceci ! Checker lui attache les deux pieds ensemble, puis le laisse sortir du filet. Itaï parlant de la seringue. Itaï :Pas stérile, ton outil. Checker :Espèce de rat ! (Checker flanque un coup de pied à Itaï, puis, éjectant fièvreusement de sa trousse de contrôle ses divers instruments.) Avec Checker, tout est clean, totally clean ! Seringue, testeurs d’urines et de sang, pipettes en tous genres ! Sonde gastrique, éprouvettes, calmeur de cervelle, broches artérielles ! Compteur, dosimètres à temps court et à temps long, fils pour vessie ! Et Checker lui-même : superclean ! Combinaison de caoutchouc, faux-crâne spécial, verres protecteurs : clean, very clean ! L’homme, ses appareils, ses ustensiles, ses protections ! Itaï montrant la tache de sang sur la poitrine de Checker. Itaï :Et ça, là ? Checker :Où donc ? Itaï :Ici. Checker :Rien qu’un chouïa. Itaï :Ce qui veut dire ? Checker :Rien qu’un chouïa, c’est rien qu’un chouïa. (Checker tente fébrilement d’effacer la tache de sang.) Le point faible de Checker, le seul ! Itaï :Intéressant. Checker :Toi, par contre, tu marches comme un poteau. Vise ! (Checker imite l’allure rigide de l’autre, puis montre une bouteille de produits chimiques dans le tas d’immondices, donne un chiffon à Itaï; et parlant de la tache.)
Catch the bottle et frotte ça ! Itaï :Cyclohexanol, j’y mets pas les doigts. Checker :Toxique, mais uniquement au contact des muqueuses. Itaï :Ouais ! Déjà au contact ordinaire de la peau ! Checker :Tu veux le knout ? Dans sa rage, Checker est repris par ses rhumatismes. Itaï :Eh là, eh là ! Checker :C’est toi qui crées un climat de nervosité ! That turns Checker into a thikoloish. Itaï :Je ne t’ai pas effleuré un poil. Checker se calme et attrape la seringue. Checker :Approche un peu, maintenant ! Itaï :Pourquoi ? Checker :contrôle chacun. Gènes pourris, toxines et virus de toutes sortes, Checker radioactivity. Le plus grand Checker de l’histoire, the biggest. Allez, baise la main au supergrand Checker... Faut te péter le foie ? (Checker brandit sa chaîne. Itaï tombe à genoux et lui baise la main.) L’autre, maintenant. Itaï :Laquelle ? Checker :Cette nageoire-là. (Itaï baise la dextre imaginaire de Checker. Celui-ci fait jouer ses « deux » biceps.) Yeah, Checker et mister muscle ! Alors, quel est le plus fort des deux ? ... Contrôle de biceps ! Itaï :Je tâte ? Checker :Come on ! Itaï a un sursaut de recul, puis, l’index tendu. Itaï :Le droit Checker :La fierté de Checker. Checker attrape de nouveau la seringue ; Itaï s’enfuit. Itaï :Je connais mes numérations. Checker :Contas ? Itaï :86. Checker :Combien sont dus à un métal toxique ? Itaï :52. Checker :Radioactivity ? Itaï :Moyenne. Checker :Lésions chromosomiques ? Itaï :Un donneur d’organes ! Checker :Toi ? Itaï montre à Checker plusieurs tampons sur son corps nu. Itaï : Banque du cœur… Banque des poumons... Banque du foie... Banque de la rate... Prévu même pour la banque des gènes. Checker :Et le tampon de la banque des reins, alors ? Tous deux examinent la région des reins.
Itaï :La commission était divisée. Checker :Le diagnostic, chien, crache ! Itaï :Refusé sans motif précis. Checker :Tu veux la chaîne ? Itaï :Blocage des reins. Checker :Ah, on y arrive ! Itaï(rapidement):Temporaire ! Checker :Et la banque des gènes, après... (Checker tourne autour d’Itaï; il le palpe, le tapote et l’ausculte.) Blocage temporaire des reins, ah ah ! Itaï :Mes contas rénaux sont en baisse : un vrai dumping. Checker :Début d’altération des tissus osseux, avec ça ? Itaï :Ce n’est pas enregistré. Checker :Tu traînes la guibe droite... Itaï :Nonsense ! Elle est positive, my leg. Checker :Contrôle de la locomotion. (Checker libère Itaï de ses entraves. Celui-ci effectue un va-et-vient devant Checker : il est raide et droit, mais ne traîne pas la jambe suspecte.) T’as déjà su mieux dribbler, hein ? Tu l’as dans l’cul, ta jambe droite. Et tout le body avec. Totally. Excès de cadmium. Checker a l’œil pour. La chiure est stockée dans les reins. A partir de 0,5 pour mille, t’es fini. Le calcium fout l’camp des tissus osseux. Ta taille diminue. Ton squelette rabougrit. Anémie, troubles respiratoires, tes poumons pètent. Ah ah ah, t’en ouvres des gobilles, hein ! ... Tiens ! Les dix grands commandements ! (Checker déchiffre sur le dos d’Itaï) Tu n’aimeras point. Tu ne toucheras point d’autres humains. Tu ne toucheras point d’animaux ni de végétaux. Tu passeras toute ta nourriture au compteur. Tu dénonceras toute personne chimiquement contaminée. Tu ne réfléchiras point à ton existence. Tu ne demanderas point comment c’était jadis. Tu ne liras point de vieux livres. Tu ne demanderas point pourquoi tu dois faire ci ou ça. Tu obéiras au Bureau directeur...Joliment fou ! Maintenant amène-toi ! Checker enfile la seringue dans le cou d’Itaï. Itaï :Non ! Checker :Checker, faut qu’il checke. (Checker retire la seringue avec ses dents, s’assoit, teste le sang d’Itaï dans une éprouvette. Désignant Heidelberg.) Quel genre de test ils pratiquaient, là-haut ? Itaï :Le bêta-deux micro. Checker :Pas d’activation neutronique ? Itaï :Les activateurs ne sont pas en service. Checker :Pourquoi ? Itaï :Décret sur le rationnement de l’énergie. Checker :Plus de courant, ah ah ah ! Itaï :Sauf les quatre grosses turbines. Checker :Quel type ? Itaï : Roues à pédales. Énormes engins. Cinquante mètres de haut facile. A chaque
niveau, six hommes. Partenaires fonctionnels. Comme ça, regarde ! Les pédaleurs extérieurs ont la vie belle. Ils tiennent la corde. Ceux de l’intérieur n’ont pas d’appui. Ton couteau... Itaï passe la lame sur sa plante des pieds. Checker appréciant. Checker :Qualité cuir. Itaï :Pédaleur de l’intérieur durant sept ans... Checker :Et l’eau, rationnée aussi ? Itaï :Depuis une éternité. Checker :Le carburant. Itaï :Les restes d’un vieux stock. Checker :L’Allemagne dégringole. (Checker lève l’éprouvette et examine la réaction.) O wattamess, wattamess, wattamess ! Itaï :Quoi ? Checker :Ton sang devient vert. Que Bog t’anéantisse ! Checker a toujours la poisse. Itaï :Comment ça ? Checker :Not eatable. Itaï :Qui ? Checker :Toi. Itaï :Désolé. Checker :Prends garde ! Itaï :Je ne suis plus comestible... (Bref silence.) Donc, tu te nourris comme ça. Checker : En dernière extrémité, only. Car les bodies : un pur poison ! Les mouches ... hum ! les feuilles... great ! les baies... OK ! Le moins contaminé, c’est le début de la chaîne alimentaire. Itaï :Et toi-même ? Checker :Checker, il est clean Itaï :Really ? Checker :Totalement immunisé ! Le body rejette la chimie. Itaï :Et la combinaison enveloppante ? , Checker :Contre le froid... Pourquoi tu ricanes ? Itaï :Je subodore bien autre chose. Checker :Fatigué de vivre ? Itaï :Ce micro-bras. Checker :Itaï a baisé la dextre de Checker ! Itaï :Sans avoir aucune marge de jeu. Checker :Que veux-tu dire, body ? Itaï :Sous la contrainte. Checker hurle, repris par ses rhumatismes. Checker :Personne ne peut baiser ce qui n’existe pas ! Checker a senti l’attouchement ! Un dixième de seconde de tendresse. Nonono, not a bit, notabit ! Réaction de dégoût au contact de la muqueuse ! Pouaaah ! Tu l’as baisée ! Tu l’as baisée ! Tu l’as baisée, hein !
Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin