Le retour de Max Fortune - La femme aux deux visages (Harlequin Passions)

De
Publié par

Le retour de Max Fortune, Bronwyn Jameson

Alors qu'elle vient tout juste de pénétrer dans l'immense demeure des Fortune, où la somptueuse réception bat son plein, Diana retient son souffle en apercevant Max Fortune parmi les invités. Que fait-il là, si loin de l'Australie où il vit, et où ils ont vécu une liaison passionnée, autrefois ? Mais surtout, pourquoi la fixe-t-il avec un regard si chargé de mépris ? Que pourrait-il bien avoir à lui reprocher, alors que c'est lui qui l'a repoussée, des années plus tôt, lui qui a refusé de donner une vraie chance à leur relation ? Lui qui n'a fait aucun geste pour la retenir...

La femme aux deux visages, Yvonne Lindsay

Persuadé que Lana Whittaker est responsable du tragique accident dans lequel sa sœur a péri, Raffaele Rossellini s'est promis de se venger de cette femme glaciale et inaccessible. Mais lorsqu'il se présente chez elle à l'improviste, bien décidé à l'accabler, il découvre une femme blessée et touchante, bien trop touchante. Aussi troublé par l'éclat de ses grands yeux que par l'air d'infinie tristesse qui marque ses traits délicats, Raffaele est tenté d'oublier sa vengeance pour voler à son secours. Mais comment être sûr qu'elle ne le manipule pas à son tour ?

Publié le : dimanche 1 juin 2008
Lecture(s) : 33
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782280267694
Nombre de pages : 480
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Prologue

— Bon sang… C’est bien elle…

Heureusement, ces mots se perdirent aussitôt dans le brouhaha de la salle de réception. Max Fortune les avait marmonnés entre ses dents, tout en gardant les yeux rivés à la femme qui avait attiré son attention à la seconde où il était entré dans la grande maison de famille de ses cousins.

Il y avait quelque chose dans sa posture, et dans sa façon d’incliner la tête avec attention pour mieux écouter son voisin, qui éveilla en lui une série de très vieux souvenirs. Et lorsqu’elle s’était suffisamment retournée pour révéler son profil, il l’avait instantanément reconnue, laissant échapper ces paroles de surprise.

C’était bien elle. Diana.

Diana Fielding, dix ans plus tard. Et toujours ce même nez retroussé, et ces sourcils bas qui conféraient à son visage un air sombre contrastant singulièrement avec son sourire. Un sourire chaud et radieux, illuminant son teint de porcelaine et tranchant avec la masse très brune de ses cheveux. Ce soir, Diana les avait relevés en un chignon qui soulignait admirablement la courbe délicate de sa nuque.

Autrefois, Max avait longuement embrassé cette nuque élancée… Avec délectation, il s’était approprié chaque millimètre carré de ce corps svelte et magnifiquement sculpté. Seigneur, mais que faisait donc ce corps splendide en plein Dakota du Sud ?

De son côté, Max était arrivé un peu plus tôt dans l’après-midi. Malgré les correspondances qu’avait nécessitées son voyage d’Australie — via la Nouvelle-Zélande et Los Angeles — il avait accepté avec plaisir l’invitation à cette soirée. C’était pour lui l’occasion idéale de rencontrer la famille recomposée de son cousin éloigné, Nash Fortune : Case, Creed, Eliza, Blake et Skylar. En fait, il avait accepté que Nash et sa femme Patricia l’hébergent lors de son voyage d’affaires, car Sioux Falls se situait à proximité de la plupart des ranchs qu’il prévoyait de visiter. En prime, il ferait connaissance avec cette branche éloignée de sa famille.

Or, il était à mille lieues de se douter qu’il retomberait nez à nez avec la femme qui avait anéanti ses illusions de jeunesse.

— Eh bien, que t’arrive-t-il, mon vieux ? On dirait que tu as vu un fantôme !

Max tressaillit et se retourna. Zack Manning, son ami et associé basé en Nouvelle-Zélande, qui l’accompagnait pour ce voyage, le dévisageait avec curiosité.

— Pas un fantôme, rétorqua-t-il avec un haussement d’épaule qui dissimulait mal son émotion. Juste une femme que j’ai cru connaître à une époque.

Son ami ne put s’empêcher d’émettre un petit sifflement d’admiration en observant l’objet de son trouble.

— Eh bien ! Elle a quelque chose de sophistiqué, très européen ; on dirait une princesse russe.

Diana n’avait rien d’européen. Mais elle avait hérité de l’intelligentsia dont elle était issue une certaine classe ainsi qu’un très léger accent… Quand Max le lui avait fait remarquer quand ils étaient ensemble, elle s’était d’abord efforcée de le faire disparaître, mais il lui avait avoué que ce petit accent distingué l’excitait terriblement, et elle s’était alors appliquée à en faire un usage ciblé à l’efficacité redoutable.

— On dirait que la princesse va justement t’être de nouveau présentée…

Max regarda de l’autre côté de la pièce et sentit son sang se glacer. Juste à côté de Diana, sa cousine Eliza lui faisait un signe enthousiaste de la main. Ce fut alors qu’il comprit la raison de la présence de Diana à cette réception : elle avait dû venir rendre visite à Eliza, avec qui elle était à l’université. Il aurait dû se souvenir de l’amitié entre les deux femmes, puisque c’était précisément par son biais qu’il avait rencontré Diana pour la toute première fois.

Eliza continuait à gesticuler et lui faisait désormais signe d’approcher. Cette fois, impossible de l’ignorer.

— Eh bien, monsieur Fortune, je ne t’ai jamais vu aussi réticent à être présenté à une jolie femme ! s’esclaffa Zack en lui donnant un coup de coude complice.

— Je ne suis pas venu ici pour rencontrer des femmes.

— Tant mieux, parce que vu la tête que tu fais en ce moment, tu les ferais toutes fuir ! ajouta-t-il d’un ton railleur.

Pour éviter d’offenser ses hôtes et leurs invités, Max s’efforça de recouvrer son sang-froid et d’oublier les mauvais souvenirs qui resurgissaient dans son esprit. Après tout, il avait eu le loisir de tout effacer durant toutes ces années.

Durant ces dix ans, sept mois et deux semaines.

Lorsque Eliza lui prit la main pour l’entraîner dans son petit groupe, il esquissa un léger sourire.

— Tu connais déjà Case, dit-elle en indiquant l’aîné de ses frères, qu’il avait rencontré plus tôt dans l’après-midi. Je te présente sa fiancée, Gina Reynolds. Et voici Diana Young.

Pas Diana Fielding. Diana Young.

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi