Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 4,99 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : EPUB

avec DRM

Le secret de Little Harbour

De
288 pages
Le cœur de Maria bat très, très fort. Enfin, elle va connaître la vérité ! Enfin, Daniel vient d’accepter de l’emmener à Little Harbour, là où, un an plus tôt elle a été victime d’un drame qui a tout effacé de sa mémoire — y compris Daniel lui-même, dont elle ne conserve aucun souvenir. Daniel est-il vraiment son fiancé comme il le prétend depuis l’accident ? Ont-ils vraiment vécu une passion ou bien lui ment-il — mais, dans ce cas, pourquoi ? Maria s’est montré d’autant plus froide et méfiante que, malgré ses prières répétées, Daniel a toujours refusé de la conduire sur les lieux du drame. Mais, cette fois, elle touche le secret du doigt. Le secret de Little Harbour…
Voir plus Voir moins

Vous aimerez aussi

1
— J’ai besoin d’une réponse assez rapidement, dit Maria Santiago, s’efforçant de parer camement. En réaité, ee avait envie de hurer ; ee n’en pouvait pus, de cette situation. I n’y avait que orsqu’ee dînait avec son père qu’ee se sentait en sécurité, en conïance, et ces moments de tranquiité ’aidaient à s’ancrer dans une réaité dont ee pouvait se souvenir. Ee poussa un profond soupir, puis choisit un petit pain dans a corbeie avant de a passer sur sa droite, sans prêter attention à ’agréabe chaeur émanant de Danie De Rio. Ee se garda bien aussi de croiser son regard qui a mettait invariabement ma à ’aise. Pourquoi avait-i toujours ’air de a questionner ? Les ombres s’aongeaient sur a page, i y avait dans ’air cette nonchaance de ïn de journée propice à ’apaisement, et pourtant, même si cette heure était synonyme de came, même si cette vue qu’ee aimait tant depuis a terrasse de Reefside aurait dû ’apaiser, un étau ui enserrait a poitrine. Jusqu’à présent, ee se contentait de rester dans son ateier ou de faire de ongues marches sur a page au ever ou au coucher du soei, mais depuis peu, ce n’était pus e cas. Sa sœur jumee adorée qu’ee peurait encore s’était mise à hanter ses rêves. En fait de rêves, c’étaient putôt des cauchemars.
7
Avant qu’is ne viennent a tourmenter même pendant ses heures éveiées, ee n’avait conservé de Carmen que de merveieux souvenirs. Aors pourquoi ces horribes images surgissaient-ees un an après sa mort ? Pourquoi maintenant ? Ee avait onguement réléchi, pesant e pour et e contre, s’était posé de nombreuses questions, et, si es réponses ne ’enchantaient guère, ee n’avait pus e choix. Ee se redressa un peu pus sur sa chaise en bambou garnie d’épais coussins et reprit a paroe, bien déter-minée à obtenir ’accord de son père avant de s’énerver : — Mon médecin est très cair : ’un des moyens assurés de guérir ’amnésie rétrograde est de retourner sur e ieu où ee a été décenchée. Je voudrais ramener ’Honoraaux Abacos. Ee jeta un regard en coin vers De Rio. Parfait ! I avait ’air compètement affoé. — Néanmoins, Poppa, enchaîna-t-ee, je vouais être certaine que tu faisais encore conïance à ton skipper puisque ’Honorane sort pus et se couvre de bernaces dans e dock. La main de De Rio resta en suspens. I ouvrit a bouche comme s’i était sur e point de parer puis, fronçant es sourcis, se ravisa. Maria ne put s’empêcher de surprendre e regard perçant que son père gissa vers ui. Poppa ui avait afïrmé que Danie Murphy De Rio était un skipper aussi taentueux que courageux. Pourtant, depuis qu’ee avait pris conscience qu’i vivait sur e domaine famiia, i n’avait pas sorti ’Honoraune seue fois. Lorsqu’ee en avait demandé a raison à son père, i s’en était tiré par une pirouette. Quant à De Rio, i se contentait de ui répondre que son père n’avait envie d’aer nue part. Mais ces réponses ne a satisfaisaient pas, bien au contraire. De toute évidence, e sujet était sensibe. Tout au
8
moins pour De Rio. Le regard ïxe, i s’acharnait sur son morceau de pain qu’i enfournait par petites bouchées sans se donner a peine d’y ajouter du beurre aors qu’i venait d’en mettre dans son assiette. Bien ! I aait devoir justiïer sa présence ici — et son saaire ! Poppa avait a sae manie de traiter ses empoyés comme s’is faisaient partie de a famie. Passe encore avec un bon serviteur comme Eduardo, e majordome, qui travaiait chez eux depuis des années, mais De Rio était bien trop nouveau à Reefside pour bénéïcier de tes honneurs. En tout état de cause, i était trop nouveau pour ee. Poppa ui avait dit qu’i était e ïs de son associé et qu’i e considérait désormais comme son propre ïs. Mais ee, ee e traitait comme un empoyé. Pourquoi aurait-ee fait autrement ? Ee ne se souvenait pas de ui et n’aimait pas sa façon de s’incruster à Reefside et de suivre Poppa comme son ombre. Surtout, ee n’aimait pas ’attraction physique qu’i exerçait sur ee… I y avait queque chose en ui qui ’intimidait. Lorsqu’ee ’avait mentionné à son père, i avait eu ’air de trouver cea putôt amusant. Aors ee n’avait pas insisté. Ee était bien obigée de faire conïance à son père puisque, depuis sa perte de mémoire, ee n’avait pus aucun point de repère. Quoi qu’i en soit, rien ne ’empêchait de ranger e trop séduisant skipper à sa pace, en ’occurrence sur ’Honora. De Rio ne faisait pas partie des premiers souvenirs revenus après son accident. Ee s’était rappeé Poppa. Momma. Carmen. Eduardo, qui gérait tout dans a maison. Mais rien sur De Rio. C’était à n’y rien comprendre. Pourquoi Poppa se montrait-i si généreux avec ui, jusqu’à ’incure dans des conversations intimes qui n’auraient dû concerner que a famie proche ? Désormais, sa famie était réduite à son père et à ee, et en ce qui a concernait, De Rio n’en faisait pas
9
partie. C’était un fait. I était d’autant pus important de ’ignorer qu’i était très séduisant : un corps d’athète, des cheveux bruns ondués, un physique d’Irandais charmeur auque i ne faait pas se ïer, sans oubier son sourire désarmant. I ui arrivait parfois magré ee de se aisser prendre à son charme, ce qu’ee regrettait aussitôt, héas sans trop savoir pourquoi. Surtout qu’i n’avait fait preuve que de gentiesse à son égard. Poppa se caa de son mieux dans son fauteui rouant, son regard aant d’ee à De Rio. Querida, je ne pense pas que ce soit une bonne idée. I ne te sufït pus de ressember à une princesse ointaine dans ta bee robe, tu veux en devenir une ? Et moi je ne veux pas que tu t’égares, oin de ton vieux père. — Ne t’inquiète pas, Poppa. J’ai beau avoir perdu a mémoire, je sais encore me conduire en pubic. Ce qu’ee se gardait bien d’avouer, c’était qu’ee avait peur d’affronter une nouvee nuit peupée de cauchemars. Peur d’entrer dans a chambre de Carmen de crainte que sa jumee ne ui apparaisse comme ee e faisait dans son sommei : en coère, se jetant sur ee toutes griffes dehors avant de ’entraîner vers un abîme noir et puant dans une chute sans ïn, jusqu’à ce qu’ee soit réveiée par ses propres cris de terreur, haetante, en sueur… Ee ne comprenait pas, mais ee était sûre d’une chose : tout cea devait cesser. Ee n’en pouvait pus de rester ainsi sans réponses. Ee inspira à fond. Cette angoisse, ee devait à tout prix ’évacuer. I ui faait découvrir pourquoi Carmen a hantait ainsi. — Et puis, je ne vais pas m’égarer, Poppa. J’ai un but bien précis : retourner sur a scène de ’accident. J’espère que ce voyage m’aidera à tout remettre en pace dans ma tête. Les épais sourcis noirs de son père se froncèrent. I appuya fermement ses deux mains sur a tabe.
10
— Seuement je ne peux pas t’accompagner,querida. — C’est pour cea que je dois partir maintenant. Je veux être guérie au pus vite aïn de pouvoir m’occuper de toi. — Je te suggère d’y aer en avion, intervint De Rio de sa bee voix apaisante. Emmène ton médecin. Vous y serez en quarante-cinq minutes, et une fois à-bas, vous pourrez ouer un bateau. Ee pivota vivement vers ui. — Quoi ? riposta-t-ee, tu ne veux pas travaier, De Rio ? I aissa échapper un rire amer. — Non, pus maintenant, Princesse. Hijos! ança Eias Santiago., arrêtez Ee sentit assez d’inquiétude dans a voix de son père pour détacher son regard des yeux beus provocateurs de De Rio. Nous! s’in-sommes pas tes enfants, Poppa  ne surgea-t-ee. — Je pense qu’Eias veut dire quenousnous condui-sons comme des enfants, précisa De Rio. Comme Eduardo apportait e pat principa, Maria attendit que tous fussent servis avant de reancer e sujet. — Je t’en prie, Poppa. Je dois absoument faire ce voyage en bateau, c’est vita pour moi. — Et pourquoi donc ? Jusqu’à maintenant tu passais ta vie enfermée dans ton ateier sans mettre e nez dehors. Ee cia. I avait visé juste. Depuis son révei à ’hôpita, ses pensées a terriïaient. Ee était assaiie de questions sans réponses, ne reconnaissait pas es gens qui auraient dû ui être famiiers. Aors, ne sachant pus comment gérer cette situation, ee avait préféré se terrer dans une soitude rassurante. Là au moins, ee ne risquait pas de faire de gaffes ni d’apparaître comme a godiche affoée qu’ee avait ’impression d’être. En outre, orsqu’ee avait appris que Momma et Carmen
11
avaient péri dans ’accident qui ui avait voé sa mémoire, ee avait sombré dans un gouffre insondabe dont ee craignait bien de ne jamais pouvoir sortir. Lâchement, ee s’était concentrée sur ee-même sans se préoccuper de Poppa, e aissant peurer seu ses morts. Bien vite, ee s’était rendu compte que sa meieure échappatoire résidait dans sa peinture qui se vendait comme des petits pains — c’est à peine si ee arrivait à fournir ! Cependant, cette situation ne ui convenait pus désormais. Ee était dépassée par es événements. Reefside, un domaine privé situé au cœur de a grande vie de Fort Lauderdae sur a côte de Foride, était devenu trop came. Dans cette oasis de bord de mer, ses cauchemars resurgissaient, de pus en pus effrayants. Le moment était venu de se prendre en main, de trouver e chemin de a guérison, surtout que son père s’affaibis-sait de jour en jour à cause de son diabète. Le temps ui était compté, i avait besoin d’ee. Même si cette tâche ui paraissait insurmontabe, ee n’avait guère e choix. Un signe du destin, qui sait ? Quoi qu’i en soit, ee avait décidé que De Rio serait ceui qui ’emmènerait aux Abacos dans es Bahamas sur e voiier de son père. Retourner sur es ieux de ’accident pourrait ébraner sa mémoire jusqu’à ranimer ses souvenirs, avait afïrmé son médecin. Toutefois, i y avait chez De Rio queque chose de profondément troubant, sans doute ce ien inexpiqué qui e reiait à Poppa. Dès qu’ee se trouvait en sa présence, ee se sentait environnée d’une obscurité totae, jusqu’à perdre tout contrôe de ses pensées. Pour quee raison ? Ee devait à tout prix trouver aussi a réponse à cette question. Sans compter que De Rio était, d’après Poppa, e meieur skipper qu’i ait croisé — et venant d’Eias Santiago, ce genre de compiment n’était pas à prendre à a égère. Et puis c’était a meieure soution : en voya-geant sur ’Honora, ee atteindrait es Abacos assez vite
12
tout en prenant e temps de s’ajuster à a possibiité de retrouver a mémoire, de aisser remonter à a surface es détais enfouis profondément parce que trop dououreux. Ce serait une épreuve, ee en avait bien conscience. Ee vouait des réponses tout en doutant de ses capacités à es appréhender, surtout si ees survenaient trop brus-quement. L’Honoraui offrait e meieur compromis. Le moment était venu de prendre de nouveau a vie à bras-e-corps, de cesser de se contenter de survivre. Ee reeva e menton d’un air de déï. — Je suis sortie de mon ateier, non ? ança-t-ee. J’ai perdu trop de temps, je suis prête à affronter mes démons. S’i te paît, aisse-moi prendre ’Honora. Et pourtant, Dieu sait combien ’idée de remettre es pieds sur un bateau me terrorise… Son père fronça es sourcis. — Dans ce cas, tu ne dois pas y aer. — Non, Poppa, tu te trompes. Ee s’interrompit, uttant de toutes ses forces pour retenir ses armes, avant de reprendre d’une voix trem-bante : — Ne pas savoir, c’est pire que tout. Je ne peux pas continuer comme ça. Rien ne m’arrêtera. En disant cea, ee jeta un regard inquiet à son père. Eias Santiago était un vrai ours qu’i vaait mieux ne pas contredire — peu de personnes s’y risquaient, d’aieurs. Magré a maadie qui avait détruit es articuations de ses chevies, i conservait un physique imposant. Une masse de cheveux bancs adoucissait son visage nobe au teint basané de type atino-américain. I portait son habitue costume de in cair et des chaussettes en coton magré a température encore éevée des soirées tropicaes, pour réchauffer ses pieds gonlés. Bien qu’i soit conïné dans son fauteui rouant, certains jours étaient meieurs que d’autres, même si Maria avait remarqué qu’i sembait souffrir de pus en pus souvent.
13
S’i ui faait à tout prix se ibérer de ces cauchemars récurrents, ee vouait surtout retrouver a mémoire de manière à être prête à venir en aide à son père orsqu’i aurait besoin d’ee. I pouvait bien se mettre en coère, ee ne changerait pas d’avis pour autant. Comme un sience pesant avait suivi ses propos, De Rio se eva. I se pencha égèrement vers ee, son odeur mascuine musquée a faisant tressaiir, avant de se tourner vers Eias. — Je ne tiens pas à écouter cette discussion, dit-i. D’aieurs, je n’ai pus faim. Si vous vouez bien m’excuser. Maria garda es yeux ïxés devant ee, refusant de e regarder sortir. Sans doute espérait-i qu’en agissant ainsi i encouragerait Eias à refuser sa demande. Ee savait qu’i n’en serait rien, bien au contraire. Sans ui, ee parviendrait pus faciement à convaincre son père. Passant outre es consignes du médecin, ce dernier se resservit un peu de vin. Ee ui tendit son propre verre. Tandis qu’i e rempis-sait, ee posa sur ui un regard compice. — Maintenant que nous sommes seus, je peux te parer pus ibrement, Poppa. Voià pourquoi je dois partir e pus tôt possibe…
Debout dans a umière tropicae du matin, Danie De Rio ïxait Eias, hébété. Son monde s’écrouait autour de ui avec autant de force que es vagues s’écrasant sur a page qui s’étendait derrière a via. Cet homme avait été comme un second père pour ui dans son enfance, et, depuis a disparition de ses parents, seize ans pus tôt, i était son seu père. — Comment peux-tu me demander de faire ça, Eias ? Surtout quand tu sais que j’ai décidé de ne pas rester ? Eias ui avait demandé, non, ui avaitordonnéd’em-mener Maria jusqu’aux Bahamas, ce qui pour ui n’était
14
rien de moins qu’un suicide émotionne. Toute une année, i avait attendu patiemment que a jeune femme recouvre a mémoire, par amour pour ee. I avait mis sa carrière de côté dans e vain espoir de retrouver ce qu’i avait perdu. Et aujourd’hui, aors qu’i avait ïni par accepter de tirer un trait sur e passé, qu’i s’était fait à ’idée que tout était ïni et bien ïni, Eias ui demandaitça? Impossibe. Jamais i n’accepterait. C’était trop ui demander. Eias, i e voyait bien, avait pris sa décision et n’en changerait pas — ’expression de son visage relétait sa détermination. Ce ion de ’industrie avait beau être conïné dans un fauteui rouant, i continuait de faire preuve d’une voonté sans faie. Ce n’était pas en cédant aux pressions qu’Eias Santiago avait bâti son empire. — Je suis au courant de tes pans pour ’Austraie, Danie. Tout ce que je te demande, c’est trois semaines suppémentaires. — Non. Et je t’aurais répondu a même chose hier soir. Tu sais combien cette année a été un enfer pour moi. C’est pour cea qu’i devait tourner a page. I devait s’en aer oin d’ici. Mettre ainsi sa vie en suspens ’avait vidé de toute son énergie. Conscient que e bacon de ’ateier de Maria donnait sur e patio, i baissa a voix pour poursuivre : — J’ai déjà attendu trop ongtemps, Eias. Maria ne se souvient pus. A quoi bon rester ? Cea n’a aucun sens. Assis à sa tabe sous e paraso comme chaque matin, rasé de frais, vêtu de son costume de in, un pot de café fumant à côté de ui, Eias sembait diriger une réunion de comité. La seue différence étant que Mme Mis, son inïrmière en uniforme amidonné et gros souiers confortabes, était instaée à queques pas de ui, sous ’ombre d’un autre paraso, pongée dans a ecture d’un roman de Heather Graham. Eias posa sur ui un regard appuyé.
15
— Je crois que tu as peur, dit-i. I n’avait pas entièrement tort, songea Danie, bien que cea ne ’enchante guère. S’i n’avait pas sorti ’Honoradu port pendant tous ces mois, i y avait une raison. Magré sa réputation de grand skipper pour avoir navigué des mies et des mies sur ’océan, i avait perdu toute conïance en ui. L’accident ’avait ui aussi anéanti ; en un écair, i avait perdu ’amour de a mer et ’amour de sa vie. S’i n’avait aucun contrôe sur a femme qu’i aimait, i pouvait encore chercher à reconquérir son autre amour, ceui du grand arge. En participant aux compétitions de voie en Austraie, i faisait d’une pierre deux coups : retrouver e pied marin et partir aussi oin que possibe de Reefside et de Maria. Maria… Ee méritait a chance de retrouver a mémoire, c’était évident. Mais s’i ’emmenait vers es îes jusqu’à ’endroit où ’accident s’était produit et que ses souvenirs revenaient, ce serait a ïn déïnitive de ’amour e pus passionné qu’i ait jamais connu. Et i n’était pas prêt à vivre cea. Exaspéré, i se passa une main dans es cheveux. C’était de a pure foie ! — Ne compte pas sur moi pour a faire souffrir, Eias. Si ee tient tant à y aer, engage quequ’un d’autre. Les èvres du viei homme s’étirèrent en un sourire entendu. — Ah, ’amour… — Ne te moque pas de moi. — Tu iras, Danie. Demain. Tu n’as pas besoin de parer à Maria de ce qui s’est passé. D’aieurs, j’aimerais autant que tu ne ui dises rien. Laisse-a découvrir ee-même. Tu vas respecter e souhait d’un vieiard maade. — Comment peux-tu me demander ça ? Eias baaya ’air d’une main noueuse et basanée. — Je te connais,hijo. Ne aisse pas es morts tuer
16
Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin