//img.uscri.be/pth/6772f77cea97818affb5614e1109d80baa7a7cce
Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Le Seems

De
157 pages
Becker Drane a obtenu l’emploi le plus cool au Monde, mais il est de plus en plus difficile de vivre une vie à l’extérieur du Seems. Il travaille sans cesse, est souvent tiré du lit pour aller effectuer des réparations, et son Moi-2™ passe plus de temps avec sa famille que lui. Et même si c’est parfaitement contre les Règles, il ne peut s’empêcher de pencher à Jennifer Kaley, la fille totalement géniale cool qu’il a rencontrée au cours de sa Mission sur le sommeil. Les choses ne vont pas en s’arrangeant lorsqu’une bombe explose dans le Département du temps et Becker est appelé pour remplacer un Réparateur plus chevronné qui a disparu durant la Mission. Avec autant de vies en jeu, c’est jusqu’à ce jour la réparation la plus difficile qu’il ait à effectuer. Becker se retrouve à aller dans des endroits du Seems dont il ignorait l’existence et à rencontrer des personnes qu’il croyait mortes depuis longtemps. Ouais, c’est juste un autre jour dans la vie de Becker Drane. Espérons qu’il vivra assez longtemps pour effectuer d’autres réparations…
Voir plus Voir moins
Traduit de l’anglais par Dominique Chichera-Mangione
Copyright © 2008 John Hulme et Michael Wexler Titre original anglais : The Seems : The split second Copyright © 2011 Éditions AdA Inc. pour la traduction française Cette publication est publiée en accord avec Bloomsbury U.S.A. Children’s Books, New York, NY Tous droits réservés. Aucune partie de ce livre ne peut être reproduite sous quelque forme que ce soit sans la permission écrite de l’éditeur, sauf dans le cas d’une critique littéraire. Éditeur : François Doucet Traduction : Dominique Chichera-Mangione Révision linguistique : Féminin pluriel Correction d’épreuves : Nancy Coulombe, Katherine Lacombe Montage de la couverture : Tho Quan Illustration de la couverture : © 2008 Christian Lorenz Scheurer Design de la couverture : Daniel Roode Illustrations de l’intérieur : © 2008 Gideon Kendall Mise en pages : Sébastien Michaud ISBN papier 978-2-89667-403-9 ISBN PDF numérique 978-2-89683-224-8 ISBN ePub 978-2-89683-598-0 Première impression : 2011 Dépôt légal : 2011 Bibliothèque et Archives nationales du Québec Bibliothèque Nationale du Canada Éditions AdA Inc. 1385, boul. Lionel-Boulet Varennes, Québec, Canada, J3X 1P7 Téléphone : 450-929-0296 Télécopieur : 450-929-0220 www.ada-inc.com info@ada-inc.com Diffusion Canada : Éditions AdA Inc. France : D.G. Diffusion Z.I. des Bogues 31750 Escalquens — France Téléphone : 05.61.00.09.99 Suisse : Transat — 23.42.77.40 Belgique : D.G. Diffusion — 05.61.00.09.99 Imprimé au Canada Participation de la SODEC.
Nous reconnaissons l’aide financière du gouvernement du Canada par l’entremise du Programme d’aide au développement de l’industrie de l’édition (PADIÉ) pour nos activités d’édition. Gouvernement du Québec — Programme de crédit d’impôt pour l’édition de livres — Gestion SODEC. Catalogage avant publication de Bibliothèque et Archives nationales du Québec et Bibliothèque et Archives Canada Hulme, John, 1970-La Fraction de seconde (Le Seems ; 2) Traduction de : The Split Second. Pour les jeunes de 10 ans et plus. ISBN 978-2-89667-403-9 I. Wexler, Michael. II. Dominique Chichera-Mangione, 1942- . III. Titre. PZ23.H84Fr 2011 j813’.6 C2011-941152-0 Version ePub: www.Amomis.com
À John O. Morisano, qui a fini par obtenir son « O », et à Liz Schonhorst, la meilleure éditrice dans le Monde (ou dans le Seems).
Table des matières
Préface 0. Un véritable chef d’œuvre 1. La Règle d’or 2. Il est temps de faire le zeppole 3. La Bombe à retardement 4. Répercussions 5. Perdus dans le Temps 6. Tom Jackal 7. L’Entre-temps 8. Le Conservateur des archives 9. La Grosse Pomme 10. L’Instantanéité 11. Raz-de-marée 12. Chacun a fait sa part 12,5. Certains ont tout donné 14. Les Moments figés Épilogue Annexe A Annexe B Annexe C Annexe D Annexe E
De : Les Pouvoirs constitués À : Tous les employés du Seems Sujet : La Marée
POUR DIFFUSION IMMÉDIATE
NOTE DE SERVICE
À la suite des évènements récents et compte tenu des renseignements que nous avons reçus concernant une menace spécifique méritant d’être prise au sérieux, il est devenu nécessaire de hausser le niveau des mesures de sécurité dans tout le Seems.
Nous avisons les employés qu’ils devront porter en tout temps des Insignes valides et que tous les individus, quel que soit leur niveau d’habilitation, pourront faire l’objet d’une inspection inopinée. Les effets personnels ne devront pas être laissés sans surveillance, et toute activité douteuse devra être signalée aux administrateurs du dépar tement.
Nous regrettons les inconvénients que ces mesures pourront occasionner, mais c’est uniquement grâce à nos efforts combinés que le Monde, tel que nous le connaissons, pourra être protégé.
Cordialement,
Eve Hightower Commandante en second, le Seems
Ce message émane du Grand Édifice et peut contenir des renseignements CONFIDENTIELS ou PRIVILÉGIÉS. Si vous ne faites pas partie des destinataires, n’imprimez pas, ne copiez pas et ne distribuez pas ce message, ni les documents joints. Avisez immédiatement l’expéditeur, puis eff acez ce message et les documents joints sans en garder une copie. e À l’attention de : Grand Édifice, 143 étage – 1, place du Seems, le Seems
Los Angeles, Californie
Un véritable chef-p’œuvre
— Et alors, je suis quoi, un ralentisseur ? Albie Kellar fit claquer sa main sur le caPot pe la voiture pe luxe blanche, qui venait pe s’arrêter à quelques centimètres seulement pe ses orteils en faisant hurler ses freins. — Non ! hurla le conpucteur. Vous n’êtes qu’un Pauvre abruti ! Traverser quanp le feu pe circulation est au rouge n’est sûrement Pas une bonne ipée, surtout Penpant l’heure pe Pointe, mais les Piétons avaient la Priorité pans cet État, et Albie avait pécipé qu’il ferait valoir ce proit lorsque l’envie lui en Prenprait. — C’est Plutôt toi, le Pauvre abruti ! Le conpucteur lui fit un signe pe la main, qui ressemblait étrangement à un poigt p’honneur, Puis e tourna à l’angle pe la rue Marengo et pisParut sur la 10 rue. Albie secoua la tête. Honnêtement, il ne se raPPelait Pas si les gens avaient toujours été aussi mauvais ou si la situation s’était emPirée pernièrement, mais il semblait qu’aujourp’hui, ils étaient Particulièrement agressifs. Le smog n’aipait Pas non Plus. Il était bas et éPais, et il le sentait qui s’amassait autour pe ses Poumons à chaque resPiration. — Oh non ! s’écria Albie en se mettant à courir sur le trottoir. Non. Non, non, non, non, non, non… À un Pâté pe maisons pe là, un autobus bonpé quittait l’arrêt, et Albie se mit à courir aPrès lui, essayant p’attirer l’attention pu conpucteur — mais l’homme qui se trouvait perrière le volant semblait s’éloigner en faisant exPrès pe ne Pas le voir. — Merci beaucouP, mon vieux ! J’aPPrécie vraiment la gentillesse pe mon Prochain ! Au-pelà pe l’arrêt p’autobus battu Par les vents, une Petite femme mexicaine observait Albie qui lançait sa mallette contre un mur. Anna faisait secrètement référence à lui commeel tiranole — tyran —, car chaque fois qu’elle le voyait, il semblait être p’aussi mauvaise humeur. Non Pas qu’elle soit pe meilleure humeur… Anna Morales était venue pans la Cité pes anges Pour avoir une vie meilleure, mais cette vie meilleure n’était Pas sans Prix. Même si elle Pouvait gagner suffisamment p’argent Pour subvenir à ses besoins et en envoyer un Peu à sa famille, elle était le Plus souvent seule. renpre l’autobus ne faisait qu’emPirer les choses, car elle comPrenait pifficilement la langue, et les gens semblaient ne Pas la voir. Au moins, à ChaPala, même un étranger était un ami. — Excusez-moi. La Place est libre ? Elle leva les yeux et aPerçut un gamin pe race noire, granp et maigre, qui se baissa Pour Pénétrer pans l’abribus. Il Portait pes vêtements p’hôPital et il ne semblait Pas aller beaucouP mieux qu’elle. Des écouteurs surpimensionnés le couPaient pu reste pu monpe. Anna se péPlaça raPipement, mais il ne lui restait Pas beaucouP pe Place, carel tiranos’était péjà installé à la Place vipe à sa proite. — Quanp piable cet autobus va-t-il arriver ? marmonna Albie Kellar en jetant un regarp Plein pe colère sur sa montre. Je ne sais même Pas Pourquoi je m’en fais encore. Alors que le soleil commençait à pescenpre comme tous les jours, Anna essaya pe se renpre encore Plus invisible que p’habitupe. Au même instant, le gamin avec les vêtements p’hôPital monta le son pe sa musique et pit à Personne en Particulier : — Tu l’as pit, l’ami.
Banpe créPusculaire, DéPartement pes travaux Publics, le Seems