Le serment d'une sage-femme - Par la magie d'une rencontre (Harlequin Blanche)

De
Publié par

Le serment d'une sage-femme, Carol Marinelli

Karim, prince du royaume de Zaraq, est l'homme le plus séduisant que Felicity Anderson ait jamais rencontré ! Et il lui propose un poste de sage-femme dans le complexe hospitalier ultramoderne où il exerce lui-même comme chirurgien ! A la fois séduite par cette magnifique opportunité, et bouleversée par la folle attirance qu'elle éprouve pour Karim car elle fuit habituellement ce genre d'homme, elle accepte de dîner avec lui. Un dîner seulement...

Par la magie d'une rencontre, Lisa Jackson

Après des années passées au service des urgences, Damon O'Rourke pense avoir tout vu. Puis, une nuit, une inconnue, Chandra Hill, surgit avec un bébé dans les bras. Elle l'a découvert dans sa grange, assure-t-elle, mais Damon est sceptique. Quelque chose dans l'attitude de Chandra, à la fois combative et anxieuse, l'intrigue. De plus, elle possède des notions pointues en médecine alors qu'elle se dit guide touristique. La jeune femme dissimule un secret, il en est sûr, et il est bien décidé à découvrir lequel !

Publié le : jeudi 15 octobre 2009
Lecture(s) : 14
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782280273206
Nombre de pages : 320
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
1.

L’hôtel était magnifique.

En traversant à la hâte la luxueuse entrée, Felicity Anderson aurait aimé avoir le loisir d’apprécier le somptueux décor ou, mieux encore, de pouvoir faire un saut aux toilettes pour arranger sa coiffure et retoucher son maquillage. Très tôt ce matin, elle avait discipliné au gel les boucles de ses longs cheveux blonds, mais sa course sous la pluie devait avoir gâché ses efforts. Pas le temps de s’en soucier, cependant. La séance d’information commençait à 10 heures.

En regardant sa montre, elle grimaça : elle avait manqué le premier quart d’heure. De nature méticuleuse et ponctuelle, elle avait tout fait, pourtant, pour être à Londres à 9 heures, en espérant avoir le temps de boire un café avant de se rendre à la conférence…

Hélas, des travaux imprévus sur la voie avaient ralenti son train venu du nord de l’Angleterre et, à présent, elle était en retard.

Le réceptionniste lui ayant indiqué la direction à suivre, elle se laissa guider vers l’accueil par les panneaux discrets qui jalonnaient le parcours jusqu’à la salle de réunion. Là, assise à un bureau, une beauté aux cheveux d’un noir luisant et vêtue d’un impeccable tailleur-pantalon bleu marine balaya d’un geste apaisant ses excuses.

— Je m’appelle Noor. Nous sommes très heureux que vous ayez pu venir, Felicity. C’est à peine l’introduction, la présentation de l’université nouvelle.

Sa main manucurée lui tendit un stylo, et la jeune femme la pria de signer le registre de présence, puis lui remit un épais dossier contenant des brochures et des formulaires.

— Vous pourrez les regarder plus tard. Venez, je vous accompagne. Vous n’aurez qu’à rester debout jusqu’à la fin du documentaire, qui n’est pas très long, et aller vous asseoir ensuite. Nous sommes vraiment ravis de vous avoir ici, et enchantés de votre intérêt. Notre hôpital a un besoin urgent de sages-femmes qualifiées.

Bien que ses premiers contacts avec l’hôpital de Zaraqua aient été agréables, Felicity fut étonnée et ravie de ce chaleureux accueil. En même temps, elle ne put s’empêcher de se sentir un peu coupable, car elle s’était déjà presque engagée pour un autre poste au Moyen-Orient. Seule une curiosité de dernière minute l’avait poussée à assister à cette séance d’information et de recrutement.

Par souci d’honnêteté, elle avait clairement expliqué tout cela au téléphone : sa décision était pratiquement arrêtée, et elle souhaitait simplement s’assurer qu’elle avait fait le bon choix.

La salle était plongée dans l’obscurité, l’unique source de lumière provenant du large écran, quand Felicity s’y glissa. Appuyée contre le mur du fond, elle regarda le début du documentaire. Le royaume de Zaraq était une île, et la vue des merveilleuses plages dorées de la Méditerranée, qui se prolongeaient par l’immense désert, fit vaciller sa certitude.

Bien que progressiste, le pays était très respectueux de ses traditions ancestrales, apprit-elle. L’université qui s’ouvrait pour que la nouvelle génération d’étudiantes puisse profiter sur place d’une instruction de haut niveau serait réservée aux femmes, afin de rassurer les familles les plus conservatrices.

Si elle jugea cet exposé passionnant, l’hôpital l’intéressa bien plus encore. Tandis que le film la conduisait à travers les luxueux couloirs qui laissaient entrevoir des chambres cossues, elle se concentra sur l’impressionnante énumération des équipements et installations accessibles à tous les habitants du pays sans distinction.

Elle était si attentive qu’elle remarqua à peine que la porte près de laquelle elle se tenait venait de s’ouvrir. Quelqu’un entra et s’immobilisa non loin d’elle.

Felicity sut aussitôt, sans même regarder, qu’il s’agissait d’un homme. Un effluve délicieux lui parvenait, mais plus encore, elle avait conscience d’une présence masculine, terriblement virile, qui détourna son attention de l’écran. Elle fit un signe de tête poli au nouvel arrivant et fut soudain incapable de le quitter des yeux.

Même dans la semi-obscurité, il était d’une beauté saisissante. Au lieu d’être adossé au mur comme elle, il se tenait très droit et sa taille était impressionnante. Il avait les cheveux courts, des traits parfaitement réguliers, un nez droit, de profondes ombres sous les pommettes. Quant à ses yeux noirs, ils étaient pour l’instant rivés aux siens dans la pénombre.

Lorsqu’il répondit à son salut, elle se détourna vivement, le visage en feu, pour feindre d’être captivée par le documentaire. Fixant l’écran, la nuque raide, elle s’obligea à ne pas suivre son instinct et à ne plus tourner son regard vers lui.

Sa présence était dévastatrice, torride. Pas seulement en raison de sa beauté. Il y avait autre chose…

Bien qu’il soit à plus d’un mètre d’elle, c’était comme s’il avait été proche à la toucher. Dans cette intimité favorisée par l’obscurité, Felicity savait, elle était sûre, qu’il l’observait.

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.