Le temps du secret

De
Publié par

Maintenant qu’elle est veuve et au sommet de sa beauté, la jeune duchesse de Dunbarton décide de faire ce que tout le monde attend d’elle : prendre un amant qui devra être viril, expérimenté et, surtout, allergique à toute idylle durable. Selon ses critères, son choix s’est déjà porté sur Constantin Huxtable. Fils illégitime d’un comte, scandaleusement beau et énigmatique, il lui apparaît comme une vraie forteresse. Exactement ce qu’il lui faut pour mettre du piment dans sa vie !
Publié le : mardi 29 juillet 2014
Lecture(s) : 21
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782290062890
Nombre de pages : 354
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Le tempsdusecret
Du même auteur aux ÉdiTions J'ai lu
DUEL D'ESPIONS W7
lE BANNI W9
PASSiON SECRÈTE n° 60
CeS eMOiSelleŝ de BaTh: 1-iNOUBliABlE FRANCESCA W899 2-INOUBlIABLE AMOUR  87 3- UN INSTANT DE PURE MAGIE  98 4-AU MÉPRiS DES CONVENANCES  976
Leŝ HuxTable: 1-lE TEMPS DU MARiAGE  9 -lE TEMPS DE lA SÉDUCTiON  989 3-lE TEMPS DE AMOUR  9 4lE TEMPS DU DÉSIR w 90
MARY BALOGH
LES HUXTaBLE 5 le temps du secret
ROMAN
Tràduit de l'àméricàin Pàr Béàtrice Pierre
Titre original A SECRET AFFAIR
Édieur origi1al DeLacore Peŝŝ, an împrînt of The Rando Houŝe P u b l i ŝ h i n g GroUp a dîvision o Random Housé !nÉ. New York
© Mary BaLogh, 2010
Pour la raducion française ©Èdîtions J'aî lu 0
1
Hannah eid dUchesse de DUnbarton, était enfin Libre. ibérée des chanes dUn ariage qUi avait dUré dix ans, et libérée de linterinable année de grand deUil qUi avait sUivi Le décès dU dUc, son ari Cette liberté qUi sétait fait longteps attendre éritait bien dêtre fêtée. ÉLLe avait époUsé Un dUc qU'eLLe ne connaissait qUe depUis cinq joUrs et qUi, trop ipatient poUr attendre la pUblication des bans avait obtenU Une licence spéciale Élle avait dixneUf ans, et lUi se sitUait qUelqUe part après soixantedixaqUel endroit exacteent nUl ne le savait ais daU­ cUns airaient qUe c'était dangereUseent près de qUatrevingts. AU oent de son ariage, la dUchesse était Une ravissante JeUne filLe à la sil­ hoUette fine, aUx yeUx dont le bleU faisait concUr­ rence aU cieL dété aU visage rayonnant et aUx longUes tresses d'Un bLond presqUe blanc  Un blanc scintiLlant. e dUc, lUi avait Un corps et Un visage qUi révéLaient Les ravages qUe l'âge et Une vie tUUltUeUse poUvaient caUser. avages aUxqUels saJoUtait La goUtte. Ét Les défaiLLances d'Un cœUr Usé. ÉlLe lavait époUsé poUr son argent bien sûr en espérant être rapideent Une veUve FortUnée. Ce qU'elLe était à présent bien qUelle ait eU à attendre
7
plUs longteps qUe prévU de poUvoir JoUir pLeine ent de cet argent. e vieUx dUc avait adoré le sol qUeLle FoUlait poUr UtiLiser Un cliché qUi sil était désUet conve­ nait parFaiteent à La sitUation ïL avait epiLé tant de vêteents hors de prix sUr sa personne qUelLe aUrait sUoqUé si Jaais elLe avait tenté den porer ne serait-ce qUe le centièe en êe teps ùne chabre dais de DUnbarton HoUse à Hano­ ver ŚqUare avait été convertie en deUxièe dres­ singroo UniqUeent poUr abriter les satins Les soies les FoUrrUres portés Une Fois peUtêtre deUx avant dêtre is de côté poUr laisser La place à des tenUes plUs récentes Ét le dUc avait non pas Un non pas deUx non pas trois ais qUatre coFFres­ Fors encastrés dans les Urs de sa propre chabre poUr les biJoUx qUiL avait oFFerts à sa bienaiée aU Fil des ans.atoUt oent elle poUvait venir choisir ceLUi oU ceUx qUeLle voUlait porter ïl avait été Un ari attentionné et généreUx. a dUchesse était toUJoUrs soptUeUseent vêtUe et coUverte de JoyaUx de taille respectableĖ des diaants le plUs soUvent. ÉlLe en portait dans Les cheveUx aUx oreilLes sUr la poitrine aUx poi­ gnets et à plUsieUrs doigts de chaqUe ain e dUc exhibait sa prise partoUt oÙ iL alLait rayon­ nant de Fierté et dadoration. Dans sa JeUnesse il avait dû être plUs grand qUelLe ais lâge lavait coUrbé et Une canne le soUtenait a plUpart dU teps il se choisissait Un siège et nen boUgeait plUs Śa dUchesse ne séloignait Jaais de LUi pas êe dans les bals oÙ les partenaires potentiels abondaient. Élle soccUpait de lUi avec son habitUel deisoUrire adirable incaation de la dévotion conJUgale. Personne ne poUvait le nier. orsqUe le dUc ne poUvait pas sorir  et aU FÛr et à esUre qUe les années sécoUlaient cétait devenU de pLUs en plUs éqUent  daUtres es­ sieUrs se chargeaient daccopagner sa dUchesse
8
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.