Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 4,99 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : EPUB

avec DRM

Partagez cette publication

Du même publieur

1.

« Chute de la saturation ! Intubez-le ! »

« L’hémorragie continue. Il se vide de son sang ! »

« Asystolie. On le choque ! Ecartez-vous ! »

Semblable à un rire rauque, le chant d’un martin-chasseur troua soudain la touffeur de l’après-midi, comme pour se moquer des pensées de Nick Dennison. Des pensées totalement ancrées dans le passé. A l’époque où il ne se définissait qu’en tant que médecin, où la médecine constituait toute sa vie et avant que celle-ci ne déraille.

S’asseyant sur ses talons à l’issue d’une longue séance de désherbage, il se reposa un instant puis se remit debout, s’étira et essuya son visage trempé de sueur avec la manche de son T-shirt.

A travers la brume de chaleur bleutée par l’essence d’eucalyptus, il apercevait au loin Port Bathurst, la charmante bourgade de pêcheurs affectueusement appelée Port par ses habitants. Nichée dans une crique ourlée de sable blanc, entre récifs déchiquetés et pittoresque promontoire granitique, elle devait son cachet à l’âpre travail de la nature, aux antipodes de l’univers urbain qu’il avait toujours connu.

Soudain, un museau humide lui caressa la cheville tandis qu’une balle tombait près de son pied.

— Tu as déjà rassemblé les poules, Turbo ?

Le bouvier australien inclina la tête sur le côté, ramassa la balle et s’assit, la flamme de l’espoir brillant dans ses yeux pleins d’amour et d’intelligence.

— Je présume que c’est un oui, reprit Nick qui saisit la balle baveuse pour la lancer dans les fougères.

Autrefois, il s’entretenait tous les jours avec des dizaines et des dizaines de personnes, songea-t-il tout en regardant l’animal filer comme une flèche. A présent, il conversait avec un chien et parlait à ses légumes. Ce besoin de solitude et de simplicité qu’il avait éprouvé pendant longtemps était comblé maintenant.

La sonnerie du téléphone lui parvenant par les fenêtres ouvertes de son cottage, il consulta instinctivement sa montre. 5 heures. Sa mère devait rentrer de son match de tennis hebdomadaire du mardi. Il laissa sonner. Essuyer un nouveau feu roulant de questions sur sa santé et son manque de projets, très peu pour lui !

Prenant une pelle, il entreprit de répandre de l’engrais organique dans ses plates-bandes, tout à sa joie d’être de nouveau capable d’effectuer un travail physique.

*  *  *

Le Dr Kirby Atherton courait à petites foulées sur la jetée de Port Bathurst tandis que les toutes dernières traces de rose disparaissaient du ciel sans nuages. Une nouvelle journée estivale s’annonçait, qui allait ravir les vacanciers et affecter ses patients les plus âgés. Même si elle n’était là que depuis quelques semaines, son jogging matinal appartenait déjà à sa routine quotidienne. Courir l’épuisait, la vivifiait et l’aidait à tenir ses démons en respect.

— Bonjour, doc !

Un grand sourire éclairant un visage buriné par le grand air accompagnait le salut.

Contournant une pile de casiers à langoustes, Kirby s’arrêta près de Garry Braithwaite, lequel achevait de laver son bateau de pêche à grande eau.

— Bonjour, Garry.

— Tout le monde m’appelle Giz, vous savez.

Une précieuse information qu’elle enregistra pour la prochaine fois qu’elle le verrait.

— La pêche a été bonne ?

— Pas mauvaise. Ces beautés seront au Japon avant que vous ne soyez dans votre lit ce soir, ajouta-t-il en désignant une cuve en plastique où grouillaient des crustacés.

— Toutes ? Vous n’en vendrez même pas quelques-unes au marché ?

— Juste celles que la coopérative n’acceptera pas. Cinq ou six, sans doute. Si vous avez un invité privilégié à dîner ce soir, doc, vous devriez demander des ormeaux à Deano.

Kirby ignora le conseil. A bien des égards, venir à Port Bathurst avait été comme remonter le temps pour elle. Ici, toute femme jeune et célibataire était supposée chercher un mari. Et comme c’était son cas…

— Gardez-moi une petite langouste, Giz, voulez-vous ? Je vous retrouverai tout à l’heure au marché.

Tournant les talons, elle alluma son lecteur MP3, et ses pieds martelant le sol au rythme de la musique, elle s’élança dans la direction d’où provenaient l’arôme du café fraîchement torréfié, de délicieux effluves de muffins aux fruits tout juste sortis du four et l’odeur de terre fertile émanant de légumes cueillis depuis peu.

Les trois derniers samedis, déjà, elle avait essayé de se rendre au marché, mais chaque fois un patient avait eu besoin d’elle et son projet avait avorté. Il faut dire qu’elle était le seul médecin de la bourgade depuis que le généraliste du cru — celui qui devait la tenir sous sa houlette durant le premier des deux stages destinés à parfaire sa formation — était tombé malade, six jours à peine après son arrivée.

L’été n’avait pas encore officiellement commencé, mais si la semaine qui s’achevait était représentative de la saison estivale à Port Bathurst, elle allait avoir besoin du concours d’un collègue autant que des conseils d’un mentor. Chercher un autre cabinet médical qui l’accueillerait en stage ne l’enthousiasmait pas et retourner à Melbourne était hors de question. Il devait bien exister un généraliste expérimenté doté d’une famille qui souhaitait passer quelques mois idylliques au bord de la mer…

Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin