Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 3,99 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : EPUB

sans DRM

Les carnets secrets de Rebecca (Tome 2) - Le contrat

De
47 pages
Dans son journal intime, Rebecca se met à nu. Elle y raconte la tristesse qu’elle éprouve depuis la mort de sa mère et son rêve de travailler dans le monde de l’art, qu’il lui faut laisser tomber. Mais surtout, elle relate sa rencontre avec le ténébreux Marc Compton, responsable d’une galerie. Elle livre ses espoirs lorsque ce dernier l’engage en tant que stagiaire, à la suite d’un malentendu. Et surtout, elle avoue son désir ardent pour celui qui éveille en elle un trouble tel qu’elle n’en a jamais connu…
Voir plus Voir moins
couverture
LISA RENEE
JONES

Les carnets secrets de Rebecca – 2

Le contrat

Traduit de l’anglais (États-Unis)
par Émilie Terrao

image
Présentation de l’éditeur :
Dans son journal intime, Rebecca se met à nu. Elle y raconte la tristesse qu’elle éprouve depuis la mort de sa mère et son rêve de travailler dans le monde de l’art, qu’il lui faut laisser tomber. Mais surtout, elle relate sa rencontre avec le ténébreux Marc Compton, responsable d’une galerie. Elle livre ses espoirs lorsque ce dernier l’engage en tant que stagiaire, à la suite d’un malentendu. Et surtout, elle avoue son désir ardent pour celui qui éveille en elle un trouble tel qu’elle n’en a jamais connu…
Biographie de l’auteur :
Auteur de talent, Lisa Renee Jones a plus d’une trentaine de livres à son actif. Son best-seller international Si j’étais elle a été traduit dans une dizaine de langues et est en cours d’adaptation pour la télévision.


Copyrights : © Greg Daniels / Shutterstock

Du même auteur
aux Éditions J’ai lu

Semi-poche

Si j’étais elle

Celle que je suis

Nos jeux révélés

Numérique

Ses intimes secrets

Les carnets secrets de Rebecca

1 – La séduction

Dans la collection Romantic Suspense

Sombre, divin et mortel

1 – Secrets dévoilés

No 10923

2 – Indécent secret

No 11165

3 – Secret fatal

No 11279

4 – Au-delà des secrets

No 11491

Journal 5, premier jour

Jeudi 17 février 2011

Maître. Soumission. Un contrat stipulant que je suis au service de ses désirs. Il m’appartient de décider si je veux m’engager sur cette voie. Alors que je suis installée sur mon lit, vêtue d’un pyjama molletonné, un verre de vin à la main, j’ai l’impression que cette proposition s’adresse à une autre que moi.

Pour dire vrai, je suis surprise que ce dilemme ne m’ait pas obnubilée au travail. J’étais pourtant convaincue qu’y songer, ainsi qu’à celui qui en est à l’origine, tout comme mon appel au Dr Kat me consumeraient toute la journée. Mais l’art, ce don de Dieu qui me passionne, a réussi à me détourner de ces troublantes préoccupations. L’idée de céder le contrôle à un homme que je connais à peine et auquel je suis incapable de résister me tourmente, même si ma faculté à dissocier Mark et la galerie me rassure. Au moins, je n’aurai pas à renoncer à mon identité pour faire partie de son existence.

En milieu de matinée, je ne pensais plus aux différents points stipulés par contrat dont je souhaitais discuter avec lui, ni même au fait qu’il m’avait attachée à son lit quelques jours plus tôt. Je n’étais plus hantée par les caresses indécentes qu’il m’avait infligées tandis que j’avais les mains nouées, ni par les délicieuses tortures auxquelles il pourrait me soumettre à l’avenir. Un client m’a parlé d’un collectionneur de Seattle qui songeait à se défaire d’un tableau rare pour un prix avantageux. Il m’a fallu des heures pour récupérer ses coordonnées, mais j’ai fini par entrer en contact avec lui. Je l’ai persuadé d’accorder un entretien à Mark en vue de vendre son chef-d’œuvre aux enchères par l’intermédiaire de Riptide. Mark se trouvait justement à New York, aussi ai-je dû l’appeler. Je souris au simple souvenir de notre conversation. J’aime les joutes verbales avec mon nouveau patron.

— Mademoiselle Mason, vous avez intérêt à ce que ce soit important.

Je jubilais quand j’ai répondu :

— À vous de me le dire… J’ai l’opportunité d’acquérir un « Mercury » original valant un bon million de dollars pour seulement la moitié de cette somme.

Il est resté silencieux un moment avant de réagir.

— En êtes-vous certaine ?

— Je viens d’avoir le propriétaire au téléphone. Il vit à Seattle et il accepte de vous rencontrer.

— Pourquoi vendrait-il à ce prix ?

— Il en voulait six cent mille dollars. Je lui ai affirmé que pour cent mille de moins, l’affaire serait conclue dans la semaine.

— Je vous trouve très entreprenante avec mon argent.

— Je sais ce que cette transaction peut nous rapporter à tous les deux. La société de cet homme est en difficulté, et il a besoin de liquidités.

— Il vous l’a dit ?

— Les gens se confient à moi. Je suis bien plus douée pour écouter que pour parler.

— En effet, a confirmé Mark à ma grande surprise. Envoyez-moi les détails par e-mail.

— C’est déjà fait.

Un silence a suivi mes paroles.

— Je ne vous féliciterai que si j’obtiens vraiment cette toile pour cinq cent mille dollars.

— J’ai hâte d’entendre vos remerciements, monsieur Compton.

Si cette peinture part pour un million de dollars aux enchères, j’encaisserai dix pour cent de la somme ! C’est trop beau pour être vrai. Comment cette vie peut-elle être la mienne ? Certes, la vente ne sera organisée que dans six mois, je ne dois donc pas m’emballer, mais je trouve incroyable d’avoir la possibilité de gagner tant d’argent.

Pour le moment, je dois me concentrer sur le document posé devant moi. Il est long. Et effrayant. La femme qui y est décrite n’a rien à voir avec moi, alors pourquoi continuer à le lire ?

Le Dr Kat m’a conseillé d’imposer mes propres limites, et les quatre premiers paragraphes me gênent. Ça commence mal…

 

• J’accepte de me soumettre à des règles sans limite de temps.

Sans limite de temps ? Pas question.

• J’accepte toute forme de châtiment qui me sera infligé dans le cadre de ces règles.

Qu’est-ce qu’un châtiment ? Et pourquoi l’accepterais-je ? Hum… J’ai trouvé le fouet plutôt érotique. Est-ce ce qu’il entend par ces termes ?

• J’accepte toute forme d’entrave sans limite de temps.

NON. Je dois fixer une échéance.

• J’accepte d’obéir à mon Maître à tous égards. Mon esprit, mon corps, mon âme et mon temps lui appartiennent.