//img.uscri.be/pth/bc23db78ba369406be6466343ad921d3cb7c754c
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 5,49 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : EPUB

sans DRM

Les débauchés (Tome 4) - Le dernier des débauchés

De
356 pages
Dans cette venelle sordide de Londres, la grande blonde aux yeux bleus toute de noir vêtue a tapé dans l’œil du duc d’Ainswood. Au sens propre : elle lui a flanqué son poing dans la figure ! Humilié, le duc rumine sa vengeance. Journaliste au style incisif, porte-parole des miséreux, Lydia Grenville est une femme d’une insolence rare. Et surtout, elle est magnifique. Quel plaisir il va prendre à la séduire ! Comme ce sera agréable de lui infliger une bonne leçon ! Il s’en réjouit d’avance… sans savoir que l’heure de sa propre reddition a sonné.
Voir plus Voir moins
LORÈà ChàSÈ
Ele est devenue la eine incontestée de a omance de type Régence dans les pays angophones, notamment avec e fameux O Of sçOûNéŚvéitabe phénomène éditoial, que esèdi­ tions Jai lu onT eu limmense paisi d'oFri aUX ectIces Fan­ çaises sous le TiTeEPINçé éŚ áûçhŚ.SuNommée a Jane Austen des Temps modeNes, LoetTa Chase passionnée dhis­ Toie, situe ses écits au début duXiXsièce. Elle a enouveé a omance avec des héoïnes déteminées eT des héos FoTs,àa psychoogie Fouillée Dans un style alete et pein dhumou, elle saiT anayse avec fInesse es poFondeus de lâme eT de la pas­ sion. Ee a empoTé deux Rita Awads.
Lé dénié dés dÉbaUchÉs
du même âuteur âux Èitionŝ J'âi u
L A D Y SC AN D ALE
W923
N E M E T E N T E P A S
W932
lES CARSInGTOn
M iR A B E LIR R É S îS t îB L E
W8922
2. UN iN S U P P O R t A B L E G E N TLE M AN
W8985
3 U N L O R D S ï P A R F A i T
W905
À 4AiM ERAPPREN D S-M Oi W923
SC A R SiN G TO NL A D y
W962
lES DÉBAUCHÉS
!.F îL L E L A L iO ND u
W962
2  L E C O M tE D 'E SM O N D
N"930
3 L E PRiN CE D E S D É B A U C H É S
N 8826
4D É B A U C H É SD E S E R N îE R LE D
W983
LORE TTA CHASE
LES DÉBAUCHÉS Le dernier des débauchés
TRâuit e âmRicâin pâR anne buŝ ne
Titré origina: THE LASt HEllION
èditéur origina Avon Books, an Imprîn of HaRerCoïns Pubïshers New Yok
©lorea Chekan1998
Pour a traduction françaisÉ ©Édïïos J'aï U2011
Prologue
Longands orthamptonsh ire Septembre1826
Es dUcs d'AInswood avaIEnt poUr nom dE famIE MaLLo‡ ŚEon Es généaLogIstEs, cE patronymE dorIgInE normandE rEmontaIt aUl'sIcE. PoUr cErIns, I sIgnI aIt « maEUrEUX »  poUr d'aUtrEs, « machancEUX »  ¦nE chosE éaIt cEpEndant cERtaInE oRsUon éUdIaIt 'hIstoIrE dE a famIE  « Mao‡ » rImaIt avEc Ĉ ÉnnUIs » . QU'Is soIEnt morts dans  a EUr d E L'âgE oU UIs aIEnt vécU cEntEnaIrEs, Es ancêtrEs dU dUc avaIEnt Un poInt commUn : canaILLEs, bagarrEUrs Et faUtEUrs dE troUbE, Is avaIEnt toUs mEné UnE EXIstEncE tUmULtUEUsE. ïs ny poUvaIEnt rIEn, c'étaIt dE naIssancE. MaIs Es tEmps changEaIEnt PEU à pEU cEs trUbIons s'étaIEnt assagIs. E UatrImE dUc, Un IEUX brIgand mort UnE dIzaInE d'annéEs pUs tt, avaIt été LE dErnIEr rEprésEntant dE cEttE tUrbUEntE dynastIE UI avaIt sUccédé UnE noUvELE racE dE MaLory, pUs cIIIséE, voIrE vErUEUsE. L y avaIt cErtEs UnE EXcEptIon : E fIs UnIUE dU pUs jEUnE rE dU UatrImE dUc VErE AywIn Maory étaIt Un vraI vaUrIEn E pUs grand dEs Maory, avEc son mtrE UatrEvIngtdIX á E
7
plUS beaU aUSSi prétenDaient certainS  et aSSUrément le plUS intenable. Çomme Son père i avait DépaiS cheveUx châtainS et comme SeS aeUx i avait DanS SeS yeUx vertS cette petite flamme inSoente véritabe invite aU péché qUi avait caUSé a perte De tant De femmeS aprèS De trenteDeUx anS il avait Déjà perDU pU­ SieUrS foiS Son âme Én cette triSte joUée il traverSait eS boiS qUi Séten Daient SUr Son Domaine De onglanDS la propriété De campagne DeS DUcS DAinSwooD ï Se renDait aULiÈvre ouxla tavee DU village voiSin. e Sa voix De baryton il chantait leS paroleS DUne homélie fUnèbre SUr lair DUne chanSon paiarDe. ïl avait aSiSté à tant De fUnéraileS aU coUrS DeS Dix annéeS écoUléeS qUil connaiSSait leS motS par cœUr DU « e SUiS la réSUrrection et a vie » j U S qUà lUltime « Amen » .  Çar i l a plU à ieU oUt-pUiSSant De rappeler à Ui lâme De notre cher ère . . . Śa voix S e briSa SUr l e mot « frère »  tanDiS qUUne DoUleUr aigUÂ lUi vrillait la poitrine ïl Sarrêta prit appUi contre le tronc DUn arbre. entS SerréeS il attenDit qUe la vagUe paSSe. eS yeUx SecS. ieU Sait qUil avait verSé DeS larmeS DepUiS a mor De Son coUSin Çharlie cinqUième DUc DAinSwooD SUre nUe Sept joUrS plUS tôt. MaiS cétait ni. aenpréSent Çharlie repoSait DanS le caveaU familial compagnie De toUS ceUx qUe « ieU Sétait pU à rappe ler à Ui » . Çette SUcceSSion D e DeUilS avait cmmencé avec e DécèS DU qUatrième DUc. ÇelUici avait été comme Un père poUr Vere qUi avait perDU SeS parentS à lâge De neUf anS a mort avait enSUite emporté leS DeUx frèreS anéS De Çharlie leUrS
8