Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Lire un extrait Achetez pour : 5,99 €

Téléchargement

Format(s) : EPUB

sans DRM

Vous aimerez aussi

Une semaine de folie
Du même auteur aux Éditions J’ai lu
TROIS DESTINÉES 1 – L’impulsive Nº 9618 2 – L’aventuriÈre Nº 9725
3 – L’idaliste Nº 9757
LE CLUB DES GENTLEMEN 1 – Valse de minuit Nº 10030
2 – Le destin de Merry Lane Nº 10079 3 – Trois nuits ou jamais Nº 10130
LES DEMOISELLES DE SPINDLE COVE 1 – Un moment d’abandon Nº 10611
TESSA DARE
L E S D E M O I S E L L E S D E S P I N D L E C O V E – 2 Une semaine de folie
Traduit de l’anglais (États-Unis) par Laurence Murphy
Vous souhaitez être informé en avantpremière de nos programmes, nos coups de cœur ou encore de l’actualité de notre siteJ’ai lu pour elle?
Abonnezvous à notreNewsletteren vous connectant surwww.jailu.com
Retrouveznous également sur Facebook pour avoir des informations exclusives : www.facebook/jailu.pourelle
Titre original A WEEK TO BE WICKED Éditeur original Avon Books, an imprint of HarperCollins Publishers, New York
Eve Ortega, 2012 Pour la traduction française Éditions Jai lu, 2013
À toutes les filles qui lisent en marchant.
Remerciements
Un grand merci à Tessa Woodward, Helen Breitwieser, Martha Trachtenberg, Ellen Leach, Pam SpenglerJaffee, Jessie Edwards, et Kim Castillo, pour leur aide. Et une éternelle reconnaissance à mon mari et à ma famille pour leur amour et leur patience. Mes remerciements vont aussi aux auteurs, éditeurs, agents, libraires, bibliothécaires, blogueurs, critiques et surtout lecteurs ! Merci pour leurs courriels aux Two Geniuses, aux Vanettes, au Morning Juice, aux blo gueuses de ma salle de danse, aux auteurs Avon, et au Loop That Shall Not Be Named. Merci, Twitter. Et merci, Ada Lovelace.
1
Quand une fille chemine péniblement sous une pluie battante pour frapper à minuit à la porte du Diable, ce dernier pourrait au moins avoir la perversion  sinon la décence  de répondre. Minerva essuya une nouvelle rafale de vent froide en resserrant sa cape autour delle. Elle fixa le battant dun regard désespéré, puis frappa du poing à plusieurs reprises.  Lord Payne, criatelle. Ouvrez la porte ! Cest Mlle Highwood. Mlle Minerva Highwood, ajoutatelle après une pause. Quelle éprouve le besoin de préciser de quelle demoi selle Highwood il sagissait était assez absurde. Cétait tellement évident. Charlotte, sa sur cadette, était une exubérante, mais très jeune fille, âgée de quinze ans seulement. Et laînée, Diana, qui était dune beauté angélique, avait un caractère assorti. Ni lune ni lautre nétait assez hardie pour quitter son lit en catimini au milieu de la nuit, emprunter furtivement lescalier de service de la pension de famille, et aller trouver un cou reur de jupons notoire. Mais Minerva était différente. Elle lavait toujours été.
1
1