Les exercices de la Compagnie du Lierre

De
Publié par

Cet ouvrage est constitué d'exercices d'acteurs. Il aborde les grands fondamentaux de l'art de l'acteur en exposant des exercices pratiques. Ceux-ci concernent la notion d'acte théâtral et les motivations qui s'y rattachent. Des exercices spécifiques sont décrits : la respiration, les appuis au sol, le rôle des articulations et de la musculature interne. Ce livre présente des applications pratiques des concepts et techniques expliqués et développés dans l'ouvrage Concepts et principes théâtraux de la Compagnie du Lierre.
Publié le : dimanche 1 mars 2009
Lecture(s) : 303
EAN13 : 9782296223622
Nombre de pages : 242
Prix de location à la page : 0,0124€ (en savoir plus)
Voir plus Voir moins
7 jours d'essai offerts
Ce livre et des milliers d'autres sont disponibles en abonnement pour 8,99€/mois
Les exercices de la Compagnie du Lierre
1
4
Introduction
Les exercices décrits dans cet ouvragefont parfois appel à un autre 1 ouvrage,Concepts et principes théâtraux de la Compagnie du Lierre. Il peut être utile de le consulter pour mieux comprendre les exercices. Sauf lorsque cela est indispensable, je ne reviendrai pas sur ces concepts. J’ai défini le corps comme une globalité. De ce fait, tous les exercices engagent plusieurs processus organiques. Ainsi, certains exercices permettent d’aborder la voix ou le texte. Je précise ces points avant même d’avoir abordé les chapitres concernant la voix et le texte. Par mesure de clarté, je distingue trois parties : 1. Les exercices axés sur un objectif particulier comme : « respiration », « appuis et chaînes musculaires », etc. Ces exercices, même s’ils sont concentrés sur une partie plus précise du corps, engagent tout le corps. L’ordre dans lequel ils sont développés a été choisi pour faciliter la lecture. Dans la pratique, il y a lieu de passer d’un exercice à l’autre : ils se complètent. 2. Les exercices nommés « protocoles » demandent d’office un engagement complet du corps et font en général appel à l’archétype sol/air. 3. Le travail du texte. L’accent est mis sur la structure de l’exercice. Dans de nombreux cas, la forme adoptée est celle qui permet le mieux d’appréhender l’exercice. La forme est un mode opératoire. Si on se contente de l’imiter sans faire appel aux circuits organiques que l’exercice réveille et met en jeu, non seulement le résultat sera formel, mais souvent l’exercice ne donnera pas de résultat. Les exercices doivent être motivés comme des actes ou des actions et effectués sous énergie haute. Les motivations indiquées sont en priorité organiques ou symboliques tant corporelles, spatiales qu’imaginaires. Les exercices sont utiles pour l’entraînement de l’acteur. Cependant, nombre d’entre eux ont été le socle à partir duquel nous avons bâti des spectacles. Les exercices relèvent d’emblée du théâtre car ils demandent : Une conscience de l’espace intérieur. Une conscience des autres et donc de l’espace social et théâtral. Une conscience de chaque action. Une motivation de travail organique au cours de chaque action. Dans les exercices, tous les ingrédients du théâtre sont présents : corps, espace, motivation, instant, acte, action.
1 Farid Paya.Concepts et principes théâtraux de la Compagnie du Lierre. L’Harmattan, 2009.
6
Ainsi les exercices dépassent un simple échauffement musculaire que l’acteur peut faire par ailleurs. Dans notre training, l’utilisation des exercices est déjà un travail pré-expressif sur les fondamentaux. Ces données sont explicitées dans l’ouvrage signalé en amont.
Dans l’ouvrage, je fais référence à des termes orientaux — le «hara» (Japon) et les « chakras » (Inde) – car certains exercices sont élaborés à partir de principes orientaux. Je donne en annexe une description détaillée de ces termes. En résumé, leharadésigne le centre de gravité du corps, région qui est à la base de l’abdomen. Les chakras utilisés dans le Yoga désignent sept régions du corps réparties le long de la colonne vertébrale jusqu’au sommet de la tête.
A. Exercices de base
10
I. La respiration 1. Introduction Les poumons Les poumons sont une masse spongieuse qui peut se dilater en trois dimensions pour absorber l’air. Ils sont contenus dans la cage thoracique et reposent sur le diaphragme. Pour que le diaphragme s’abaisse, la musculature du bas-ventre tasse les intestins afin de laisser descendre le diaphragme lors de l’inspiration. Lorsque l’on parle de respiration ventrale, c’est au travail de la musculature du bas-ventre, appelée sangle abdominale, que l’on fait référence. Ce mouvement est capital, car non seulement il augmente la capacité respiratoire, mais il favorise la respiration totale et organique. L’air emplit d’abord le bas des poumons et ensuite le haut.Dans lavie, nousutilisons mal nos capacités respiratoires. Chacun selon son historicité organique respire à sa façon de manière incomplète. Certains favorisent la respirationventrale (et encore, sans la démarrer avec l’appui dubas-ventre) ; d’autres la respiration costale.
Sternum
er e 1 -5 Vertèbres lombaires
Figure 1 : Le diaphragme
Diaphragme
La respiration de l’acteur L’acteur doit pouvoir avoirune respiration totale qui lui donne la possibilité d’absorberune quantité maximale d’air pour augmenter l’énergie ducorps et
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.