//img.uscri.be/pth/425af7fc4233877c5bcf582e438764dc1e6b3dc3
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 5,99 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : EPUB

sans DRM

Les exilés d'Austin (Tome 1) - Insolente créature

De
385 pages
Exilés en périphérie des villes, contraints à porter le Collier, un bijou en métal sombre qui a le pouvoir de les maîtriser, les garous fascinent et effraient tout humain qui se respecte. Y compris Kim Fraser. Or, choquée par les accusations portées contre Brian Smith dans une affaire de meurtre, l’avocate décide de faire justice elle-même en prouvant l’innocence du jeune garou. Aussi, malgré la méfiance que lui inspirent ces créatures, elle s’aventure seule dans leur enclave à l’est d’Austin, à la recherche d’un certain Liam Morrissey. Car pour démêler cette délicate affaire, il lui faudra compter sur la coopération du séduisant garou…
Voir plus Voir moins
Jennifer Ashley
Traduite dans une dizaine de langues et récompensée par le prestigieux RITA Award, elle s’adonne à plusieurs genres de romance. Sous le nom Jennifer Ashley, elle écrit de l’historique, du paranormal et du contemporain. Sous le pseudonyme Ashley Gardner, du suspense, et du paranormal et de l’urban fantasy sous Allyson James. L’un de ses grands succès est la série historique consacrée aux frères Mackenzie.
Insolente créature
Du même auteur aux Éditions J’ai lu
Dans la collection Aventures & Passions
La folie de lord Mackenzie Nº 9416
L’épouse de lord Mackenzie Nº 9613
Les péchés de lord Cameron Nº 9897
La duchesse Mackenzie Nº 10160
Les noces d’Eliott McBride Nº 10425
JENNIFER ASHLEY
L E S E X I L É S D ’ A U S T I N – 1 Insolente créature
Traduit de l’anglais (États-Unis) par Zeynep Diker
Vous souhaitez être informé en avantpremière de nos programmes, nos coups de cœur ou encore de l’actualité de notre siteJ’ai lu pour elle?
Abonnezvous à notreNewsletteren vous connectant surwww.jailu.com
Retrouveznous également sur Facebook pour avoir des informations exclusives.
Titre original PRIDE MATES Éditeur original The Berkley Publishing Group, published by the Penguin Group (USA) Inc., New York
Jennifer Ashley, 2010 Pour la traduction française Éditions J’ai lu, 2013
Remerciements
Un grand merci à mon éditrice Kate Seaver et à l’équipe éditoriale de Berkley, grâce à quiInsolente créatureest à nouveau disponible pour les lecteurs. e Je remercie tout particulièrement M Theresa A. et e M Kerrie D., deux avocates hors du commun, qui ont répondu à mes nombreuses questions avec une incroyable précision. Elles m’ont aidée à compren-dre le déroulement de la journée d’une avocate de la défense, et les défis à relever lorsque l’on est une femme dans cette profession. Je leur suis extrême-ment reconnaissante de m’avoir sacrifié du temps et d’avoir partagé avec moi leur expérience. Toute erreur dans le livre n’est imputable qu’à moi. Encore un grand merci à mon éditrice Leah, qui ne s’est pas défilée quand je lui ai soumis ma conception d’un monde nouveau. Travailler avec elle est toujours un immense plaisir ! Pour obtenir de plus amples informations sur la série, n’hésitez pas à consulter les pages desExilés d’Austinsurwww.jennifersromances.com.
1
Une fille entre dans un bar… Non. Une humaine entre dans un bar de garous. Il était vide, encore fermé pour la clientèle. On aurait dit un bar ordinaire, des murs sans fenêtre peints en noir, des rangées de bouteilles en verre, l’odeur de bière et de renfermé… À une différence près : il était situé à la périphérie du quartier garou. — C’est vous, l’avocate ? demanda l’homme qui lavait les verres. Humain, pas garou. Pas d’étranges pupilles en amande, pas de Collier pour maîtriser son agressi-vité, pas d’air menaçant. Enfin, à peine. Le quartier était plutôt malfamé et le danger y était omniprésent. Kim se rassura ; elle n’avait rien à craindre.Ils sont domestiqués. Ils portent le Collier. Ils ne peuvent pas te faire de mal. Elle acquiesça, et le barman lui désigna la porte du fond avec son torchon. — Mets-lui-en plein la vue, ma jolie. — Je préfère la jouer subtile, merci. Kim se retourna et s’éloigna sur ses escarpins à talons, consciente qu’il la reluquait tout du long. Elle frappa à la porte munie de l’écriteau PRIVÉ, et une voix de l’autre côté grommela un : « Entrez ! » 9