//img.uscri.be/pth/d43848db9267edc880a063893c6de49d02aaa70c
Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Les humiliées...

De
91 pages
"Nous avons trouvé une femme pour ton mari, puisque toi tu ne fais que des filles". Dans un pays où les violences faites aux femmes sont monnaie courante, Les humiliées, pièce de théâtre de la Guinéenne Koumanthio Zeinab Diallo, lève un pan du voile pour dénoncer tour à tour la répudiation, le mariage forcé, la polygamie...
Voir plus Voir moins

les humiliées...

@

L'HARMATTAN,

2005

5-7, rue de l'École-Polytechnique; 75005 Paris
L'HARMATTAN, ITALIA s.r.1.

Via Degli Artisti 15 ; 10124 Torino L'HARMATTAN HONGRIE Konyvesbolt; Kossuth L. u. 14-16 ; 1053 Budapest
L'HARMA TT AN BURKINA F Asa

1200 logements vina 96 ; 12B2260 ; Ouagadougou Esp ACE L'HARMA TTAN KINSHASA

12

Faculté des Sciences Sociales, Politiques et Administratives BP243, KIN XI ; Université de Kinshasa - RDC

http://www.librairiehannattan.com harmattan 1@wanadoo.fr

ISBN: 2-7475-9572-2 EAN: 9782747595728

Koumanthio Zeinab Diallo

les humiliées...
théâtre

L'Harmattan

DEDICACE

A Linda, ma fine fleur à peine épanouie qui très tôt perdit la vie. A Dalanda, ma douce fille, par qui la joie arriva.

PERSONNAGES I - Premier groupe:
génération des traditionnelles anCIens, défenseurs des pratiques

Soro, (qui veut dire grand-père) paysan, père de Sori Pati, (qui veut dire grand-mère) femme de Soro, mère de Sori Bappa Cellou, frère de Soro, oncle paternel de Sori Nène Sira, accoucheuse villageoise Bari, paysan, père de Mariama la femme de Sori

II - Deuxième groupe: génération dont les mentalités vacillent entre la tradition et le modernisme. Sori, paysan et fils de Soro Mariama, 1èrefemme de Sori Oumou, 2èmefemme de Sori Saidou, menuisier ami de Sori Bano, domestique, fils de Soro Kaali, paysan, voisin de Sori Habayatou, griotte Boubacar, paysan, fils de Soro Halimatou, ménagère, fille de Soro Safi, soeur de Mariama Les filles de Mariama et de Sori

III - Troisième groupe: Ceux qui sont chargés d'appliquer la loi L'Imam, le chef du district, et l'agent chargé du développement communautaire.

OBJECTIFS STRATEGIQUES DE LA PIECE Agir sur les contraintes socio culturelles qui pèsent sur les femmes Réduire toutes les fonnes de violences faites aux femmes. Lever les obstacles politico-juridiques qui entravent la pleine participation des femmes au processus de prise de décision

SYNOPSIS

Dans sa cours, Sori, paysan de Fello est en grande conversation avec ses parents qui pointent un doigt accusateur sur lui. « tu dois te remarier pour avoir un héritier » Mariama, la femme de Sori ne comptait plus pour cette famille, elle a six enfants pourtant, six filles que dis-je. La pièce Les humiliées vous fera découvrir tour à tour les violences faites aux femmes. De la polygamie à la répudiation en passant par le lévirat ou le mariage forcé ou la bastonnade. Mais Oumou, la deuxième épouse de Sory, comblera-t-elle la famille?

INTRODUCTION Le silence de ma sœur Ma sœur Aicha pleurait depuis une demi-heure. Elle venait d'être répudiée par son mari. Ma mère aussi pleurait d'ailleurs, mais en silence car mon père ne devait pas savoir un tant soit peu qu'on a compati à la douleur de ma sœur. Très émue par les larmes de ma sœur, je cherchais pourtant à me dérober. Mais très vite j'ai constaté que ma sœur me cherchait des yeux. Nos regards se croisèrent et elle, sans l'ombre d'une hésitation entre deux sanglots, m'interpella en ces termes: «Je sais que tu es toujours en quête de sujets à écrire. Tiens, je t'en donne un. Un sujet qui t'intéressera certes.» Et presque en hurlant,...« mon histoire intéressera toutes les femmes du monde, le monde entier. Tous ceux qui voudront aider d'autres femmes à sortir du ghetto dans lequel elles sont enfermées. » Oui! c'est vrai que dans mes poèmes, je dénonce, très souvent d'ailleurs les violences faites aux femmes. C'est vrai aussi que mes contes favorisent à leur façon l'épanouissement de la femme. Mais maintenant que beaucoup pensent comme ma sœur, que je me suis spécialisée dans l'art de donner la morale en tournant en ridicule ceux qui, au nom d'un patriarcat rétrograde, maintiennent les femmes dans des conditions difficiles, voire même dégradantes, alors je ne m'y retrouve pas. Implacable, ma sœur Aicha me proposa un entretien avec elle. J'ai senti que ma sœur voulait parler. Elle avait besoin de se confier. Dans notre petite société, les femmes n'ont pas droit à la parole. Dans la famille, c'est le père, chef spirituel qui parle, et dans son ménage, la femme est