Les justiciers (Tome 1) - Un désir de vengeance

De
Publié par

Après cinq années de travaux forcés, Jack Dalton n'a qu'une idée en tête : se venger de lord Rockley, l’homme qui a tué sa sœur. À peine s'est-il évadé du pénitencier qu'une femme à la beauté vénéneuse se dresse entre lui et sa proie. Eva Warrick agit pour le compte d'une organisation secrète, la Nemesis. Elle aussi veut châtier Rockley, mais à sa manière, en organisant sa déchéance. Elle lui propose de faire équipe. En dépit de ses réserves, Jack accepte, fasciné par cette amazone qui n'a peur de rien, et surtout pas de la passion qui explose entre eux...
Publié le : mercredi 5 novembre 2014
Lecture(s) : 6
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782290089958
Nombre de pages : 385
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Zoë Archer
Auteure de romance historique et paranormale, elle a reçu le Book Buyers Best Award for Historical and Regency Romance pourLe cow-boy et la ladyetRebela été sélectionné pour le Rita Award dans la catégorie Best Paranormal Romance. Elle vit en Californie avec lécrivain Nico Rosso. Sa sérieLes justiciers apporte un souffle nouveau dans la romance historique qui séduit totalement.
Un désir de vengeance
Du même auteur aux Éditions J’ai lu
Le cow-boy et la lady Nº 8211
ZARCHER
L E S J U S T I C I E R S  1 Un désir de vengeance
Traduit de l’anglais (États-Unis) par Daniel Garcia
Vous souhaitez être informé en avantpremière de nos programmes, nos coups de cœur ou encore de l’actualité de notre siteJ’ai lu pour elle?
Abonnezvous à notreNewsletteren vous connectant surwww.jailu.com
Retrouveznous également sur Facebook pour avoir des informations exclusives : www.facebook/jailu.pourelle
Titre original SWEET REVENGE
Éditeur original St. Martin Paperbacks published by St. Martin’s Press, New York Zo Archer, 2013 Pour la traduction française Èditions J’ai lu, 2014
À Zach, fidèle dans son soutien et son amour
Yorkshire, Angleterre, 1886
1
La plupart du temps, s’èvader de prison nècessitait des mois, sinon des annèes de prèparation. Jack Dalton, lui, n’avait qu’Ā peine vingt-quatre heures. Il se trouvait dans la cour du pènitencier de Dunmoor rèservèe au cassage des pierres, un marteau Ā la main, Ā attendre que le gardien lui mette les fers aux pieds pour l’enchaïner Ā la vingtaine d’autres forÇats qui travaille-raient avec lui. Un soleil implacable brillait dans le ciel.  Je n’aurais pu rver mieux, songea-t-il. Le beau temps est revenu prècisèment le jour oÙ je dois m’èva-der de ce trou Ā rats.  Lynch, le gardien, allait de forÇat en forÇat pour fixer un cercle d’acier autour de la cheville de chaque homme. Lequel cercle ètait reliè Ā une longue chaïne qui serpentait entre les prisonniers alignès sur deux rangsparallèles. Dès que quelqu’un bougeait, la chaîne cliquetait bruyamment. Une cicatrice courait autour de la cheville de Jack – résultat de cinq années de fers. Les premiers mois avaient été particulièrement doulou reux : le fer incisait les épaisses chaussettes des forçats et creusait les chairs jusqu’au sang. La blessure de Jack s’était infectée. La fièvre avait failli lui coûter non 9
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.