Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 5,99 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : EPUB

sans DRM

Partagez cette publication

Publications similaires

Vous aimerez aussi

Zoë Archer
Auteure de romance historique et paranormale, elle a reçu le Book Buyers Best Award for Historical and Regency Romance pourLe cow-boy et la ladyetRebela été sélectionné pour le Rita Award dans la catégorie Best Paranormal Romance. Elle vit en Californie avec lécrivain Nico Rosso. Sa sérieLes justiciers apporte un souffle nouveau dans la romance historique qui séduit totalement.
Un désir de vengeance
Du même auteur aux Éditions J’ai lu
Le cow-boy et la lady Nº 8211
ZARCHER
L E S J U S T I C I E R S  1 Un désir de vengeance
Traduit de l’anglais (États-Unis) par Daniel Garcia
Vous souhaitez être informé en avantpremière de nos programmes, nos coups de cœur ou encore de l’actualité de notre siteJ’ai lu pour elle?
Abonnezvous à notreNewsletteren vous connectant surwww.jailu.com
Retrouveznous également sur Facebook pour avoir des informations exclusives : www.facebook/jailu.pourelle
Titre original SWEET REVENGE
Éditeur original St. Martin Paperbacks published by St. Martin’s Press, New York Zo Archer, 2013 Pour la traduction française Èditions J’ai lu, 2014
À Zach, fidèle dans son soutien et son amour
Yorkshire, Angleterre, 1886
1
La plupart du temps, s’èvader de prison nècessitait des mois, sinon des annèes de prèparation. Jack Dalton, lui, n’avait qu’Ā peine vingt-quatre heures. Il se trouvait dans la cour du pènitencier de Dunmoor rèservèe au cassage des pierres, un marteau Ā la main, Ā attendre que le gardien lui mette les fers aux pieds pour l’enchaïner Ā la vingtaine d’autres forÇats qui travaille-raient avec lui. Un soleil implacable brillait dans le ciel.  Je n’aurais pu rver mieux, songea-t-il. Le beau temps est revenu prècisèment le jour oÙ je dois m’èva-der de ce trou Ā rats.  Lynch, le gardien, allait de forÇat en forÇat pour fixer un cercle d’acier autour de la cheville de chaque homme. Lequel cercle ètait reliè Ā une longue chaïne qui serpentait entre les prisonniers alignès sur deux rangsparallèles. Dès que quelqu’un bougeait, la chaîne cliquetait bruyamment. Une cicatrice courait autour de la cheville de Jack – résultat de cinq années de fers. Les premiers mois avaient été particulièrement doulou reux : le fer incisait les épaisses chaussettes des forçats et creusait les chairs jusqu’au sang. La blessure de Jack s’était infectée. La fièvre avait failli lui coûter non 9