Les lois de la passion

De
Publié par

Exclu e-book !
Ils ont tout : le pouvoir, l'ambition, la fortune. Un scandale met leur réputation en danger. Seule la passion pourra les sauver...
Marcus, le fils cadet d’Abraham Danforth, est la proie d’un chantage odieux. Il sait que s’il n’apporte pas très vite la preuve de son innocence il risque de se retrouver en prison et de compromettre définitivement les chances de son père de devenir sénateur. Aussi Marcus est-il soulagé de voir arriver Dana Aldrich, détective privée et amie d’un membre de la famille, pour l’aider à démasquer ceux qui veulent détruire sa réputation. La jeune femme décide aussitôt de s’installer chez lui pour l’aider dans son enquête et le protéger. Très vite, et à sa grande surprise, Marcus éprouve des sentiments pour elle, des sentiments auxquels il croyait avoir renoncé à tout jamais. Mais lorsqu’il apprend qu’elle lui a menti et qu’en réalité elle est chargée d’enquêter sur lui, il se sent doublement trahi. Car la jeune femme lui a laissé entendre que ses sentiments étaient partagés…
Publié le : mercredi 1 mai 2013
Lecture(s) : 9
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782280299817
Nombre de pages : 192
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
LINDA CONRAD

La magie de raconter des histoires : voilà la manière dont Linda Conrad aime à définir son métier d'écrivain. Et ce 'est sans doute pas par hasard si son livre préféré est Le magicien d'Oz. Linda a commencé toute jeune à prendre la plume. A l'école déjà, elle a la fierté de voir ses camarades de classe interpréter une pièce de théâtre qu'elle a écrite. Mais avant de céder à sa passion de l'écriture et d'en faire un métier, elle a pris des chemins de traverse. Notamment la finance où elle fait carrière comme agent de change. Mais l'amour des mots a été le plus fort et, depuis sept ans, Linda écrit à plein temps des romans où la passion des sentiments le dispute à la sensualité des situations. Et une fois qu'elle s'installe devant son ordinateur — c'est-à-dire chaque matin à partir de 8 heures — impossible de l'en distraire. D'ailleurs, Sam, son chat siamois, se plaint parfois que sa maîtresse ne s'occupe pas assez de lui !

Prologue

C’était tout de même un peu fort ! Croyait-il qu’elle allait se laisser dicter son métier par un blanc-bec ? Non ! Il n’était pas question qu’elle accepte sans broncher les remarques de son nouvel assistant concernant sa tenue vestimentaire. Celui-ci insistait pour qu’elle s’habille de façon plus « correcte ». Or, en ce qui la concernait, elle estimait qu’un jean et des baskets étaient tout à fait appropriés pour sa mission.

— Ecoutez, agent Aldrich, continuait l’assistant, imperturbable, le suspect est habitué à côtoyer des top models. Pour créer une complicité entre vous, il est préférable que vous fassiez un effort côté vestimentaire.

Avant que Dana n’ait le temps d’ouvrir la bouche pour lui répondre sèchement ce qu’elle pensait de ses suggestions, la porte du bureau s’ouvrit, et un homme dont elle respectait l’opinion par-dessus tout pénétra dans la pièce. Il s’agissait de Steve Simon, le chef du FBI d’Atlanta.

— Steve ! Ravi de vous voir, déclara Dana en s’efforçant de ne pas laisser paraître son agacement.

— Auriez-vous un problème, Dana ?

— Absolument pas ! répliqua-t-elle. Comme vous le savez, on vient de me confier une nouvelle mission et ce… cet hurluberlu prétend me dire comment…

— Veuillez nous excuser quelques minutes, Renuart, déclara sobrement Steve à l’adresse du nouvel assistant de Dana.

Ce disant, il lança une brève œillade à Dana par laquelle il lui signifiait de se taire pendant que Renuart sortait du bureau.

— Depuis quand contestez-vous les instructions, Dana ? lui demanda Steve une fois la porte refermée. Votre nouvelle mission est très délicate. Le père de Marcus Danforth est un homme d’affaires important en Géorgie. Et il est également l’un des candidats favoris au siège de sénateur.

— Je comprends, concéda Dana, mais l’héritier d’Abraham Danforth n’en est pas pour autant au-dessus des lois. D’ailleurs, Marcus Danforth devrait être bien placé pour le savoir, lui qui exerce la profession d’avocat au sein de la société familiale. Mais apparemment, il ne semble pas s’en souvenir…

— Etre accusé de trafic de drogue et être coupable, ce n’est pas la même chose, Dana, lui rappela Steve. Je ne vous apprends rien.

Naturellement, elle le savait. Mais elle n’ignorait pas non plus que les rejetons de milliardaires étaient parfois si gâtés qu’ils finissaient par ne plus distinguer le bien du mal, ce qui leur jouait alors de mauvais tours. Il se pouvait fort bien que Marcus Danforth ait décidé de rivaliser avec ses frères aînés en ce qui concernait le volume de son compte en banque et n’ait rien trouvé de mieux que le trafic de drogue pour s’enrichir — sans penser un seul instant que ses actes pourraient l’entraîner devant une cour de justice.

— Ce que je sais, répondit-elle, c’est que nous essayons de piéger un cartel de la drogue. Selon nos informateurs, ils utilisent des fournisseurs de café comme couverture pour blanchir l’argent, et il y a tout lieu de croire qu’ils introduisent de la drogue aux Etats-Unis via les compagnies de navigation de Danforth & Co.

Steve hocha la tête d’un air pensif avant de répliquer :

— Chaque fois que nous sommes sur le point de découvrir des preuves, un informateur meurt. Ce qui n’encourage pas les autres à parler !

— Si Marcus Danforth détient des informations, je saurai le faire parler.

Dana n’avait aucun doute à ce sujet. N’était-ce pas son métier de dénicher des informateurs et de monnayer leurs renseignements ?

— Ma couverture est au point ? ajouta-t-elle.

— Vos papiers d’identité et vos références sont sur le bureau de Renuart. J’ai obtenu les recommandations nécessaires pour que vous puissiez rester auprès de Marcus.

Steve était parvenu à convaincre son vieil ami de l’armée, Michael Whittaker, que le FBI ne cherchait pas forcément à prouver la culpabilité de Marcus. Une enquête menée par Dana pourrait au contraire le laver de tout soupçon. Et il n’était pas inutile que le fils Danforth ait un garde du corps en attendant son procès ! Cela lui permettrait de rester en vie…

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi