Les rebelles (Tome 3) - La duchesse aux pieds nus

De
Publié par

S'il veut conserver son héritage, le jeune duc de Greaves doit absolument se marier avant son trentième anniversaire. Or, la date fatidique approche. Adam organise donc une fête dans sa propriété de campagne où défilera un cortège de fiancées potentielles. Parmi les invitées se trouve la scandaleuse Sophia White, qui travaille dans un club de jeu. Belle, spirituelle et d'un tempérament fougueux, Sophia l'éblouit. Mais saura-t-il la défendre contre la cruauté et le snobisme de ses pairs qui ne voient en elle que « la bâtarde d'un duc et d'une femme de chambre » ?
Publié le : mardi 8 juillet 2014
Lecture(s) : 3
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782290086100
Nombre de pages : 386
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Suzanne Enoch
Originaire de Californie du Sud, elle a obtenu un diplôme de lettres à luniversité de Californie (Irvine). Auteure à succès de romances historiques et contemporaines, elle affectionne tout particulièrement la période de la Régence. Ses livres pleins dhumour et aux dialogues enlevés ont été récompensés par leRomantic Timeset figurent régulièrement sur la liste des meilleures ventes duNew York Timeset deUSA Today.
La duchesse aux pieds nus
Du même auteur aux Éditions J’ai lu
LES REBELLES 1  Partie déchecs Nº 10617 2  Étrange complicité Nº 10773
SUZANNE ENOCH
L E S R E B E L L E S  3 La duchesse aux pieds nus
Traduit de l’anglais (États-Unis) par Cécile Desthuilliers
Vous souhaitez être informé en avantpremière de nos programmes, nos coups de cœur ou encore de l’actualité de notre siteJ’ai lu pour elle?
Abonnezvous à notreNewsletteren vous connectant surwww.jailu.com
Retrouveznous également sur Facebook pour avoir des informations exclusives : www.facebook/jailu.pourelle
Titre original RULES TO CATCH A DEVILISH DUKE
Éditeur original St. Martin’s Paperbacks, published by St. Martin’s Press, New York Suzanne Enoch, 2012 Pour la traduction française Èditions J’ai lu, 2014
1
Il y a des conseils que l’on ne devrait jamais ngliger, songea Sophia White. Transie de froid, la jeune femme se cramponna Ā l’une des roues de la diligence retour-ne au beau milieu des eaux glaces de l’Aire. Dieu sait qu’on l’avait avertie que ce voyage tait une trs mau-vaise ide ! En cet instant, elle pouvait l’attester, ses amis avaient eu raison… Au-dessus d’elle, sur le cÔt de la malle-poste Ā demi submerge qui faisait dsormais office de toit, le cocher semblait plus press de repcher ses sacs de courrier que de venir en aide Ā la douzaine de passagers qui bar-botaient autour de lui. — Oubliez cela et tendez-moi la main, ordonna Sophia, le souffle coup par les courants glacials de la rivire. — J’ai djĀ perdu les chevaux et les dindes de Nol, gmit l’homme d’une voix touffe par le blizzard. Si en plus j’abandonne le courrier, j’ai plus de boulot ! — Et peu importent les passagers ? s’cria Sophia, indigne. — á votre place, mademoiselle, j’arrterais de discu-ter et je nagerais jusqu’Ā la rive, comme les autres. Ce n’est pas si profond.
7
Claquant des dents, Sophia ouvrit la bouche pour faire remarquer qu’elle tait plus prs du  toit  de la voiture que de la berge, mais elle avala par mgarde un paquet d’eau qui la fit suffoquer. Prise d’une violente quinte de toux, elle dcida que l’avis du cocher entrait dans la catgorie des conseils Ā suivre. Elle avait peut-tre mpris ceux de son employeur et de ses amies lui recommandant de renoncer Ā ce dplacement dans le Yorkshire au milieu du mois de dcembre alors qu’elle devait imprativement se rendre en Cornouailles Ā la mi-janvier, mais elle allait tenir compte de celui-ci. Ignorant ses jambes engourdies par le froid, elle prit une profonde inspiration, s’carta de la voiture et se dirigea, moiti nageant, moiti marchant, vers la rive. Des plaques geles, dloges par la chute de la dili-gence et la puissance des eaux, la propulsrent en direc-tion de la couche de glace solide devant elle. La plupart des hommes taient djĀ sur la berge. Manifestement, la galanterie n’allait pas jusqu’Ā repcher une jeune femme tremblant de froid immerge jusqu’Ā la poitrine dans une rivire Ā moiti gele. Une crainte nouvelle envahit Sophia. Et si, emporte par les flots, elle tait pousse sous l’paisse couche de glace et s’y noyait ? Serrant les dents, elle empoigna ses jupes alourdies par l’eau, les souleva et avanÇa rsolu-ment. Une dinde morte qui drivait au fil de l’eau la heurta, lui faisant perdre l’quilibre. Son pied se coinÇa dans un amas de pierres. Ravalant un juron, Sophia abandonna sa chaussure et poursuivit sa progression, mais le sol se droba alors sous ses pas, et elle s’enfonÇa dans un trou d’eau. Les flots glacs se refermrent au-dessus de sa tte. Le vague amusement qu’elle avait ressenti un peu plus tÔt devant l’absurdit de la situation s’vanouit en mme temps que l’air quittait ses poumons. Oh, pour-quoi n’tait-elle pas reste Ā Londres ? Pourquoi 8
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi