Les soeurs d'Irlande (Tome 1) - Eliza, la rebelle

De
Publié par

1797. L’Irlande est au bord de la guerre civile. Quand William Denton revient à Dublin avec son régiment anglais, il retrouve Eliza Blacknall, son amour de jeunesse. La flamme de leur passion ne tarde pas à se raviver, mais tout les oppose. En effet, la jeune comtesse ne cache pas sa sympathie pour les indépendantistes. Pire, elle est soupçonnée de coalition avec ceux que William a pour mission d’écraser. À l’aube d’un soulèvement, Eliza s’obstine à jouer avec le feu. Et William est confronté à un dilemme déchirant : trahir son honneur pour la sauver ou bafouer leur amour s’il reste fidèle à lui-même.
Publié le : mardi 8 juillet 2014
Lecture(s) : 4
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782290061633
Nombre de pages : 322
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
ELiza, La rebelle
LAUREl McKEE
LES SŒURS D'IRLANDE1 eliza, la rébéllé
ROMAN
trauI e 'amérIcaIn par DanIe GarcIa
Titre original COUNTESS OF SCANDAL
Édieur original Forever is an imprîn o Grand Cenral Pubîshîng the foreVer namé and ogo îs a radémark o Hacée Book Group, Inc., New York
©Laurél MçKéé,2010
Pour la raducion françaisE ©Édïîons J'aî lu2011
aGail FoRtune dont je louemon agent ÉneRgie et la patience ! Et à ma gRand-mèRe LauRa Smith qui était si îèRe de ses oRigines iRlandaises.
Proogue
Comté de KidaRe IRande1790
ady ELiza BlacknalL se faufila dehors et referma la porte du château de Killinan derrière elle a grande allée qui partait du perron était déserte et ses graviLlons bLancs luisaient au clair de lune. Se dépLaçant sans bruit dans ses mules de satin Eliza se dirigea vers un petit enclos protégé par une haIe difs. Enfin libre ! Elle n'était pas fâchée de fuir la réception assommante organisée par ses parents  et de fuir par a même occasion le fiancé tout aussi assommant quils lui destinaient. Elle sassit sur un banc de marbre a soirée était un peu fraîche aussi croisat-elle les bras sur sa poitrine dans lespoir de se réchauffer un peu. Au dessus d'eLle, un gros croissant de lune brillait dans un ciel criblé de milliers détoiLes scintillantes. Àce spÈctacle, Eliza se remémora les histoires de nuits magiques que sa nourrice lui contait autrefois. Quand tous les humains dormaient paisiblement dans leur lit des cohortes de minuscules créatures suNaturelles surgissaient de leurs cachettes et sas­ sembLaient en cercles sous la lune pour faire des fêtes . De vraies fêtes  pas des soirées ennuyeuses passéesÀboire du thé etÀdanser le menuet comme ce soir. a musique des cornemuses rythmait des
GiGueS qui Duràient juSquÀ làube. EliZà FerMà leS yeux pour Mieux Se repréSenter là Scène  . ŚouDàin Deux MàinS Se plàquèrent Sur SeS pàupièreS e cœur De là jeune Fille bonDi DànS Sà poirine. -Je DonneàiS un penny pour connàtre teS pen­ SéeS lui MurMurà une voix À loreille. EliZà reFerMà leS MàinS Sur celleS De linruS et leS écàrtà De Son viSàGe. PuiS elle rouvrit leS yeux.  WilliàM! SexclàMàtelle un peu trop Fort. u eS Fou De Màvoir Suivie juSquici àjoutàtelle un ton pluS bàS. Ôn pourràit nouS voir Nàvàitelle touteFoiS pàS un peu eSpéré quil là rejoiGne en SéclipSànt FrtiveMent De là réception? -Qui pourràit nouS voir? répliquàtil. à lune? eS étoileS? Et àlorS quil pàrlàit un GroS nuàGe cotonneux pàSSà Devànt là lune jetànt Sur eux un voile De ténèbreS proteceur WilliàM SàSSit À cté Delle et entrelàçà SeS DoiGtS àux SienS EliZà Sàvàit quelle àuràit DÛ Se libérer et MêMe quitter ce bànc pour rentrer À lintérieur et échàpper À SeS yeux rieurS SeS beàux yeux bleuver. àiS cétàit àuDeSSuS De SeS ForceS. -à Mère pourràit venir Me chercher. WilliàM Secouà là tête ŚeS cheveux blonDS lui­ Sàient DànS là nuit.Liétàit Si beàu quil SeMblàit tout Droit SurGi Dun rêve  et pour elle Seule - QuànD je SuiS Sorti à Mère étàit en GrànDe converSàtion àvec Son àMie Me rànklin ïl porà là Màin DEliZà À SeS lèvreS et leMbràSSà àvànt De là plàquer tenDreMent Sur Sà joue à jeune lle SéMereillà De Senir Sà chàleur SouS SeS DoiGtS Elle àuràit voulu reSter àinSi àvec lui penDànt DeS heureS  et MêMe le toucher DàvàntàGe encore! Pàr quel proDiGe elle Si quelconque àvàitelle eu là chànce non SeuleMent De le rencontrer MàiS De
1 0
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.