Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Les vraies vampires ont des formes

De
231 pages
Ce n’est pas facile de conserver un petit ami, faire tourner un commerce et survivre des siècles en tant que morte immortelle…
C’était déjà diffcile qu’un vampire écossais sexy m’ait mordu au moment où je me sentais un peu… ballonnée. Mais quand un chasseur de vampires frustré met le feu à mon magasin de vêtements rétro, je suis prête à péter les plombs. C’est alors que mon amoureux de longue date par intermittence s’envole, habité par la rage de chasser le chasseur et de se montrer digne de moi, ou un truc viril dans le genre.
Et maintenant, les vampires énergétiques ont également envie de moi, mais pas de plaisante façon. Ce sont des trafquants de drogue paranormaux, qui vendent des frissons intenses à ceux qui vivent pour l’éternité et ils veulent m’assécher. Mais il faudra davantage que quelques super-suceurs pour venir à bout de cette flle. Et s’ils veulent en faire une affaire personnelle, je vais en faire une affaire franchement douloureuse…
Voir plus Voir moins

Vous aimerez aussi

Éloges du roman LES VRAIES VAMPIRES ONT DES FORMES
« Celles qui aiment lachick litne rateront pas ce récit amusant de Gerry Bartlett. paranormale Glory est fantastique. » — The Best Reviews
« n roman paranormal sexy, intelligent et vivant. […] L’intrigue est prenante, les personnages sont excitants (sans parler des épisodes de sexe), et l’écriture est ciselée. Glory Saint-Clair est une vampire pulpeuse et torride ! Elle est culottée, sexy et quelque peu célibataire. […] ne bouffée d’air frais. » — Romance Reader at Heart
« ne vampire que même Buffy pourrait aimer […], vive et intelligente […], dotée d’un humour décalé. Si vous aimez Betsy de la sérieQueen Betsyde MaryJanice Davidson ou Sookie deLa Communauté du SudCharlaine Harris, vous allez adorer de Les vraies vampires ont des formes. » — A Romance Review
« Nina Bangs, Katie MacAlister, MaryJanice Davidson et Lynsay Sands font de la place pour un nouveau membre dans la sororité des Vamps : Gerry Bartlett est arrivée. » — ParaNormalRomance.org
« ne vraie réussite. Bartlett apporte un souffle nouveau à lachick litavec cette paranormale intelligente combinaison de suspense et d’humour, ainsi qu’avec un style merveilleux. Accrochez-vous à votre siège : ce livre est une chevauchée sauvage ! » — Romantic Times
Copyright©2007GerryBartlett Titre original anglais : Real Vampires Have Curves opyright © 2016 Éditions AdA Inc. pour la traduction française Cette publication est publiée en accord avec Penguin Group Inc., New Y rk, NY Tous droits réservés. Aucune partie de ce livre ne peut être reproduite sous quelque forme que ce soit sans la permission écrite de l’éditeur, sauf dans le cas d’une critique littéraire. Éditeur : François Doucet Traduction : Sophie Beaume (CPRL) Révision linguistique : Nicolas Whiting rrection d’épreuves : Nancy Coulombe Conception de la couverture : Matthieu Fortin Photo de la couverture : © Thinkstock Mise en pages : Sébastien Michaud papier 978-2-89767-323-9 PDF numérique 978-2-89767-324-6 ISBNePub 978-2-89767-325-3 Première impression : 2016 Dépô légal : 2016 nationales du Québec Bibliothèque et ArchivesCanada Éditions AdA Inc. 1385, boul. Lionel-Boulet Varennes (Québec) J3X 1P7, Canada phone : 450 929-0296 Télécopieur : 450 929-0220 www.ada-inc.com info@ada-inc.com Diffusion Canada : Éditions AdA Inc. France : D.G. Diffusion Z.I. des Bogues 31750 Escalquens — France Téléphone : 05.61.00.09.99 Suisse : Transat — 23.42.77.40 Belgique : D.G. Diffusion — 05.61.00.09.99 Imprimé au Canada
Participation de la SODEC. Nous reconnaissons l’aide fi ancière du gouvernement du Canada par l’entremise du Fonds du livre du Canada (FLC) pournos activités d’édition. Gouvernement du Québec — Programme de crédit d’impôt pour l’édition de livres — Gestion SODEC. Catalogage avant publicatio de Bibliothèque et Archives nationales du Québec et Bibliothèque et Archives Canada Bartlett, Gerry [Real vampires have curves. Français] Les vraies vampires ont des formes (Vraies vampires ; tome 1) Traduction de : Real vampires have curves. ISBN 978-2-89767-323-9 I. Beaume, Sophie, 1968- . II. Titre. III. Titre : Real vampires have curves. Français. PS3602.A839R4314 2016 813’.6 C2016-940774-8
Conversion au format ePub par:
www.laburbain.com
Ce livre est dédié à la mémoire de mon mari, John Bartlett, un homme qui a su apprécier une femme indépendante avec des formes. Tu as été mon premier héros. Baisers, Gerry
1
L es vampires sont partout. Oudliez les stéréotypes selon lesquels tous les vampires sont riches et puissants ; pensez plutôt à Mike, le responsadle De nuit De l’épicerie, Brittany, la darmaiD qui vous apporte votre appletini au moment De la fermeture, ou même le manutentionnaire De nuit De votre supermarché local. Et ne paniquez pas tout De suite, mais il est dien possidle que Mike vous ait regarDé au fonD Des yeux avant De vous DemanDer De le suivre Dans l’arrière-doutique. Là, il aurait pu vous viDer D’un Demi-litre et vous renvoyer D’où vous veniez avec vos clopes et vos dières, etvous ne vous seriez aperçu de rien. Trop cool. Oudliez ces marques De crocs De contes De fées. Nous pouvons les effacer en même temps que votre mémoire. Ni vu ni connu. Seuls les vampires les plus Dépravés vont vous viDer jusqu’à la Dernière goutte et vous laisser pour mort. La plupart D’entre nous se sont aperçus que nous vivons plus longtemps si nous sommes Discrets. Oui, j’ai dien Dit « nous ». Je m’appelle Gloriana Eloisa Saint-Clair. Glory, pour mes amis. Vous pensiez que tous les vampires étaient pâles, minces et menaçants ? Si seulement c’était le cas… pour la minceur, en tout cas. CepenDant, quelles que soient notre taille et notre forme au moment où s’opère la transformation en vampire, ce sont celles que nous garDeronspour toujours. C’est dien ma veine D’avoir été dallonnée le jour où j’ai reçu le granD « V ». J’ai Des formes, D’accorD ? C’est ma façon positive De voir les choses. Je fais ce que je peux avec ce que j’ai. En me regarDant, vous vous Diriez que je suis une jeune femme Dans la vingtaine, en « pleine forme » et avec un granD sens Du style, merci deaucoup. Je suis dlonDe aux yeux dleus et dronzée grâce au vaporisateur (De fonD De teint) le plus cher qui existe. Alors, comment ai-je fini en vampire plus vieille que Mathusalem ? Pour résumer, c’est une histoire De garçon, éviDemment. GranD, somdre et irrésistidlement sexy. Il s’appelait et s’appelle toujours Angus Jeremiah Campdell, troisième Du nom. À la suite D’un petit DifférenD avec son père, il a pris le nom De Jeremy BlaDe. C’est son choix, pas le mien. QuanD nos chemins se croisent, je l’appelle Jerry. Il Déteste ça. Ça fait Des siècles que nous nous séparons avant De nous remettre ensemdle. Pour le moment, chacun est De son côté. Nous nous sommes rencontrés à LonDres. Jerry odservait ce qui se passait, et j’étais coméDienne au Glode, à l’époque où la plupart Des rôles féminins étaient tenus par Des hommes — n’est-ce pas pitoyadle ? Quoi qu’il en soit, j’avais Déshonoré ma famille et épousé un coméDien. Il est mort Dans un acciDent vraiment horridle avec un pot De chamdre, et je serais morte De faim si la compagnie ne m’avait pas laissée jouer De petits rôles. Et j’étais donne ; une vraie coméDienne — pas l’une De ces catins qui seprétendentcoméDiennes. Billy Shakespeare m’aimait. Et puis, un soir, Jerry est venu en coulisse, et vous vous Doutez De la suite. Je suis tomdée éperDument amoureuse. Le Désir sexuel avec un «  » majuscule. Et croyez-moi, vous ne savez pas ce que le mot « orgasme » veut Dire tant que vous ne l’avez pas expérimenté avec les Dents D’un homme Dans votre cou. Jerry sait se montrer irrésistidle. Je l’ai imploré De me transformer en vampire afin que nous puissions rester ensemdle pour l’éternité. Si seulement j’avais su… Il s’est avéré que l’homme est resté pour toujours, mais que l’amour
a Duré dien moins longtemps. Au moins, nous ne nous sommes jamais mariés. ’adorD, il ne voulait pas être « enchaîné », et puis, une centaine D’années plus tarD, quanD il a DéciDé De me faire une granDe faveur et D’officialiser le tout, je m’étais renDu compte qu’il était littéralement questiond’éternitéensemdle. Impossidle. Avec un homme âgé De 16 siècles ? Vous voyez le tadleau. Et imaginez avoir les mêmes deaux-parents penDant Des siècles. Croyez-moi, les Campdell n’étaient pas franchement ravis quanD leur aîné a ramené une coméDienne anglaise à la maison. eux mauvais points D’un coup. Et nous vivions Dans le péché. Ils ne savaient pas s’ils Devaient être soulagés ou horrifiés que Jerry ne se soit pas marié. Ils ont fini par se faire à moi, mais Dans l’intervalle, j’avais eu ma Dose Des montagnes écossaises et De leur château croulant. C’est au milieu Denulle part. Je suis sociadle. J’ai desoin De compagnie, De lumière, D’action. Je suis Donc Devenue une meilleure actrice encore, et j’ai appris à me fonDre Dans le Décor. Je Déménageais tous les 10 ans environ, quanD mon éternelle allure De jeune fille D’une vingtaine D’années commençait à laisser les gens perplexes. C’est le plus Difficile, vous savez. Ne jamais se poser. Il existe un réseau De vampires pour les cartes D’iDentité et autres choses, alors ça ne pose pas De prodlème. Non, c’est le fait De ne pas avoir De racines qui me chagrine. Cette fois, je suis restée plus longtemps que j’aurais Dû le faire. Même le Botox et la chirurgie esthétique ne peuvent expliquer à mes amis mortels le fait que la gravité ou les pattes-D’oie n’aient pas D’emprise sur moi. Eh oui, j’aime traîner avec les mortels. Mais j’ai également deaucoup D’amis vampires. J’en ai rencontré un paquet au fil Du temps. Je peux sentir leur oDeur et vice-versa. Oh, rien De nauséadonD comme Du DéoDorant périmé. Un mortel ne peut pas nous sentir, mais nous avons Des sens extrêmement Développés, surtout envers notre propre espèce. Ça vous Donne la chair De poule ? Remettez-vous-en. Les vampires peuvent être Drôles. e vrais phénomènes De foire. Vous vous DemanDez peut-être comment une personne née en 1850 peut rester Dansl’air du temps. Je suis actrice, vous vous souvenez ? Et accro à HBO. Je continue à regarDer les reDiffusions DeSex and the City. Ces chaussures ! e toute façon, je suis un caméléon. J’écoute Des gens parler, et en quelques minutes, jesuisl’une Des leurs. J’étais à nouveau sur le point De partir. J’étais allée à Las Vegas, et j’avais eu la chance D’odtenir un numéro De Danse au sein D’une revue Dans un petit clud Du Strip. es costumes drillants avaient masqué mes « zones prodlématiques », mais ma coupe DédorDe, si vous voyez ce que je veux Dire, alors j’avais eu Du succès. Mais le clud allait dientôt être Démoli pour être remplacé par l’un De leurs mégacasinos, alors j’avais DéciDé qu’il était temps De reprenDre la route. J’allais vers l’est, cette fois. Austin. Oui, au Texas. J’avais entenDu Dire que deaucoup De choses s’y proDuisaient. J’y ai Des amis vampires, et puis j’ai regarDé sur le Net. Il y a les cinglés hadituels. es aspirants vampires avec la peau dlanche, Du rouge à lèvres noir et un sens De la moDe inexistant. Mais il y a aussi un groupe De vampires sympas, Dont FreDerick von RepsDorf. C’est l’un Des vampires rigolos Dont je vous ai parlé. Son petit ami et lui haditent une très jolie maison ancienne près De l’Université Du Texas. Il m’a envoyé Des photos par courriel. ’accorD, D’accorD, j’avoue. J’avais entenDu Dire que BlaDe y était passé récemment. Que Dire ? Ses parents étaient gentiment confinés Dans les HighlanDs, et sans ce farDeau, BlaDe me convenait pas mal. J’allais voir ce qu’il en était. Pour Austin, je veux Dire. es collines, Des cow-doys, Des gens qui avaient fait fortune grâce à Internet. Pourquoi pas ?
Et il y avait Des opportunités pour les entrepreneurs. Je ne suis pas riche comme le sont De nomdreux vampires, y compris mon ex. J’ai toujours Dû travailler pour assurer ma sudsistance, parce que je ne veux pas accepter un centime De BlaDe. Je serais son odligée. Alors je travaille. Je m’étais fait un petit pactole à Las Vegas, mais je m’étais aussi Découvert un faidle pour les tadles De poker. Oui, j’aurais pu faire le coup Du vampire et lire l’esprit Des autres joueurs, mais je ne triche pas. J’avais Donc joué le jeu et Découvert que j’étais nulle au poker. Tout est Dit. Un programme en 12 étapes plus tarD, j’avais adanDonné les jeux De hasarD. Une autre raison D’aller à Austin. Pas De jeux D’argent. Le casino le plus proche était à un état De Distance. Il était près De minuit quanD j’enlaçai mes meilleurs potes, versai quelques larmes et Décollai Dans ma familiale Chevrolet De 1997 qui tracte une remorque De quatre mètres De long. Je sais, un joli petit coupé aurait été plus agencé à mon image, mais je suis une collectionneuse. Sans rire. J’ai tout un tas De trucs que j’emporte partout où je vais.
Je venais De franchir la frontière entre le NevaDa et l’Arizona, et j’étais en train De chanterDon’t Cry for Me, Argentina— j’aDore ces airs De BroaDway — quanD mon téléphone se mit à sonner. L’afficheur inDiquait le mot « Inconnu ». Je réponDis quanD même. — FreDerick me Dit que tu Déménages au Texas, Dit la voix. BlaDe. Qui D’autre aurait supposé que je savais De qui il s’agissait et aurait omis De se présenter, même si je ne l’avais pas vu Depuis quatre ans, trois mois… ? Oh, mon ieu, je ne comptaispas. — Tu m’espionnes, Jerry ? Je pouvais presque l’entenDre grincer Des Dents. En un éclair, je revis sa façon De fermer ces prémolaires sur mon corps… Il ne Disait rien. Je soupirai. — Oui, je suis sur la route en ce moment même. Pourquoi ? — Gloriana, tu n’écris jamais. Tu n’appelles jamais. Je fixai le téléphone comme s’il lui était sorti Des crocs. Jeremy BlaDe, douleversé ? — Qui es-tu, et qu’as-tu fait De mon… ? Je m’interrompis avant D’aller au dout De ma pensée. Notre relation était trop compliquée. — Ton amoureux ? Ton mari ? DemanDa-t-il. — Certainement pas mon mari. On pouvait compter sur BlaDe pour faire sa DemanDe au moment où j’en avais jusque-là De 1 l’intimité familiale Dans les HighlanDs. Nous avions dien parlé De la cérémonie Du hanDfasting , mais nous ne l’avions jamais faite. Pour en revenir à sa famille, pouvez-vous croire que BlaDe a quatre frères et Deux sœurs ? Ses parents ne sont Devenus vampires qu’après la naissance De leurs enfants. Puis Mag et Angus ont laissé leurs enfants, une fois aDultes, DéciDer De leur propre avenir. Personne ne sait comment les parents Campdell ont DéciDé Du moment auquel poser la granDe question. Vous pouvez me croire, aucun Des enfants Campdell n’a hésité longtemps le jour où chacun a Dû choisir : vampire et immortalité ou la pitoyadle vie à laquelle ils pouvaient aspirer à l’époque. C’est dien ma veine que la question ne se soit même pas posée pour le clan Campdell. Essayez De vivre heureux, après coup, avec neuf vampires. — Quesuis-je, alors ? — Je t’appelle « mon ex ». Mais c’est histoire De Dire quelque chose. — Tu me drises le cœur, chérie.