Lou, une femme libre

De
Publié par

Trois mois de la vie de trois personnages. Rome : 1882. La bonne société se presse dans le salon de Malvida Von Meysenburg. Une jeune russe, Lou Von Salomé rencontre Paul Rée et son ami Nietzche. Fascination réciproque. Désormais, Lou n'a plus qu'une idée : fonder avec eux une "Trinité" vouée à la liberté de pensée, au mépris de toute convention. Très vite, les deux amis vont devenir le jouet de cette femme-enfant, muse et disciple, experte en dérobade, capable de s'émanciper des règles...
Publié le : lundi 1 novembre 2010
Lecture(s) : 257
EAN13 : 9782336258096
Nombre de pages : 66
Prix de location à la page : 0,0056€ (en savoir plus)
Voir plus Voir moins
7 jours d'essai offerts
Ce livre et des milliers d'autres sont disponibles en abonnement pour 8,99€/mois






Lou, une femme libre

































































© L’Harmattan, 2010
5-7, rue de l’Ecole polytechnique, 75005 Paris

http://www.librairieharmattan.com
diffusion.harmattan@wanadoo.fr
harmattan1@wanadoo.fr

ISBN : 978-2-296-13153-8
EAN : 9782296131538
Michelle Bottaro



Lou, une femme libre






























L’Harmattan






Rappel biographique


Lou Von Salomé est née en Russie en 1861 dans une famille
germanophone. Elle est la dernière et unique fille d’une fratrie de cinq
garçons. Le père, 53 ans, est général d’armée et conseiller secret du
Tsar. Sa voie semble tracée.
Quels fantasmes la pousseront à fuir l’aristocratie de St Petersbourg?
Après la mort de son père en 1880, elle part à Zurich avec sa mère
pour parfaire ses études et contracte la tuberculose. C’est lors de son
séjour de convalescence à Rome en 1882 qu’elle rencontre Malvida
von Meysenbug, intellectuelle féministe, amie de Paul Rée et de
Friedrich Nietzsche. Ces derniers tombent sous le charme. Rée veut
aussitôt l’épouser. Nietzsche impressionné par son charisme et son
érudition met un terme à sa vie d’ermite et se sent mûr pour
Zarathoustra…
Riche et marginale à plus d’un titre, la relation est cependant décriée à
tort car chaste. Lou, si convoitée, est en fait fermée à tout rapport
sexuel, ce n’est que bien plus tard, à l’âge de 36 ans qu’elle connaîtra
sa première expérience auprès de Rilke, de 14 ans son cadet.
Avec Rée et Nietzsche, elle rêve de fonder une communauté
intellectuelle, mais très vite la rivalité des deux hommes comme son
propre désir d’indépendance font obstacle dans ce qui n’est pourtant
pas un ménage à trois…
Lassée, Lou s’éloigne de Nietzsche, puis de Rée pour épouser un
orientaliste Fred-Charles Andréas, de 16 ans son aîné. Elle portera
désormais ce nom de souffre et d’encens : Lou Andréas Salomé. Ce
mariage jamais consommé ne sera rompu qu’à la mort de Charles en
1930. Mais Lou n’a pas été la femme d’un seul homme : son
ouverture aux idées novatrices, sa propension à voyager ont fait d’elle
une égérie, une « collectionneuse de génies » dans le sens littéral du
terme.
Poètes, musiciens, philosophes, dramaturges et théoriciens de
renom : Rilke, Henry James, Tolstoï, Tourgueniev mais aussi Kafka,
Rodin, Strindberg, Wagner, Ferenczi Eh bien sûr Freud qui décèle
chez elle une « intuition naturelle à la psychanalyse », tous seront
marqués par cette rencontre.

Elle s’éteint en 1937 à Göttingen en laissant une œuvre inclassable
faite de nombreux essais, romans, nouvelles, autobiographies et
correspondances diverses.

La pièce repose sur la relation entre cette jeune fille hors du commun
et deux hommes, dont l’un, encore méconnu va bouleverser la
philosophie contemporaine.

Je l’ai voulue comme un hommage à celle qui reste pour moi une
figure emblématique de la femme moderne.

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.