Marilyn : Séduction, folie et talons hauts - Tome 1

De
Publié par

Marilyn Montplaisir est une jeune professionnelle dynamique, bourrée d’humour, belle, indépendante et célibataire ! Entre sa carrière dans le monde de la presse magazine qu’elle mène avec brio, ses deux chats Monsieur et Maman, et les soupers de filles autour de bonnes bouteilles de vino avec ses amies, elle a peu de temps pour rencontrer l’homme de sa vie. Et puis à quoi bon ? Elle ne croit plus au prince charmant. Il faut reconnaître que trouver l’amour avec un grand A n’est pas si facile.

Elle nous entraîne dans son quotidien à cent kilomètres-heure et nous fait part de ses réflexions sur sa vie de jeune femme célibataire trentenaire en conversant avec son subconscient, ce qui donne des dialogues hilarants.
Finira-t-elle par tomber amoureuse ?
Publié le : mardi 24 mars 2015
Lecture(s) : 0
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782895497370
Nombre de pages : 527
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Extrait



Par une splendide matinée d’été, je suis assise pénarde dans le métro, en direction du boulot, lisant un bon bouquin — eh oui, je fais partie de l’espèce en voie d’extinction qui lit plutôt que de pitonner —, en attendant que le wagon s’arrête à ma station. Après une fin de semaine de farniente, j’ai hâte de retrouver mes collègues. Que de joie en perspective !

Arrivée à destination, je marche, toujours captivée par ma lecture, jusqu’à la sortie. À l’extérieur, le paradis m’attend. L’air est chaud, une odeur propre à la saison estivale, un mélange de gaieté et d’euphorie, envahit les rues.

Absorbée par mes pensées, je me retrouve le nez contre le torse d’un autre passant. Je relève la tête. J’ai à peine le temps de comprendre ce qui m’arrive. Je suis happée de plein fouet par la beauté du coquin regard qui croise le mien. Mes genoux fléchissent sous l’effet de la surprise et de ce que j’appellerais un foudroyant coup de foudre ! Électrisant !

My God ! J’ai peine à croire que c’est la réalité.


— Pardon, je ne vous avais pas vu, balbutié-je, lorsqu’enfin je réussis à retrouver un faible pourcentage de mes sens.

— Vous êtes entièrement pardonnée, jolie dame ! Mademoiselle ? s’enquiert le séduisant gentleman.

— Montplaisir.

— Non, tout le plaisir est pour moi, poursuit-il gaiement.

— En fait, c’est mon nom… Marilyn Montplaisir. Comme un mont. M-o-n-t.

— Le mont Plaisir ! J’adore !

Après avoir échangé quelques paroles de circonstances, je laisse partir mon bel inconnu, avec la promesse de se rejoindre sur l’heure du lunch dans un café à deux coins de rue.

En le regardant s’éloigner, je ne peux m’empêcher de sourire béatement. C’est incroyable ! Ça s’annonce pour être une journée plus qu’idyllique. Quel homme ! La classe ! Grand, des épaules carrées, un beau brun, avec une voix masculine et sensuelle. Un sourire et de parfaites dents blanches ! Miracle ! Comble de bonheur ! Moi qui adore les belles dents. J’attends déjà avec impatience que les douze coups de midi sonnent, pour ce rancard plus que prometteur.

D’ici là, je dois tenter de recouvrer mes esprits. Ne pas trop m’emballer. Est-ce possible ? Un mirage ? Comment un tel homme pourrait-il exister ? Et quelle chance que nos chemins se soient croisés ! La providence est sans aucun doute de mon côté.

Mes méninges se font aller à une folle allure. Je me vois déjà nue contre son corps bouillant. Le caressant. Le dévorant du regard. Le découvrant du bout des lèvres. Le goûtant. M’abandonnant dans ses bras merveilleusement bien découpés. L’extase !

Une voix criarde me ramène brusquement à l’ordre :

— Coupez !

— Coupez ? Coupez ? C’est quoi ce niaisage-là ? On n’est pas dans un film, merde !

— Réveille, Mary ! Le mont Plaisir ! Pfff ! N’importe quoi ! Tu lis trop de livres à l’eau de rose. T’es encore en train de rêvasser à un prince qui n’existe probablement pas… Tu vas manquer ta sortie et être en retard au travail, me rappelle à l’ordre mon subconscient.

— Bordel ! Bienvenue dans la réalité, ma chérie, marmonné-je entre mes dents.

Il n’en faut pas plus pour que je me resaisisse. Me voilà transportée brutalement dans le monde des vivants… La réalité me happe de plein fouet.

— Rewind. Play

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi