Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 2,99 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : EPUB

avec DRM

Milliardaire et séducteur - Gay romance

De
34 pages

Nathan Belin, un jeune étudiant en architecture, plutôt joli garçon, croise sur sa route Elliott Newton, un richissime homme d’affaires à la beauté insolente qui le tire d’une situation difficile. Aussitôt sous le charme d’Elliott, Nathan va aller de découverte en découverte, autant sur son mystérieux sauveteur que sur lui-même.

Un roman d’initiation gay écrit avec finesse et sensualité par Teddy Oliver !

Voir plus Voir moins

Vous aimerez aussi

À lui, corps et âme - volume 8

de editions-passage-des-soupirs

Le bal mécanique

de teleramafr

Extrait

1. L'accident

La pluie ne cesse d’augmenter en intensité, compliquant la conduite de la petite voiture sur cette route étroite et tortueuse, de nuit. L’essuie-glace unique peine à balayer l’averse qui se déverse sur le pare-brise. Il écope l’eau plutôt qu’il n’essuie la vitre. Je tente bien de déchiffrer la route à travers le faisceau blanc des phares qui éclairent tant bien que mal le goudron inondé et les fossés qui débordent. Je suis définitivement et totalement perdu.
Mais pourquoi, POURQUOI, ai-je pris cette route ? Pourquoi ai-je écouté Lola et ses idées de raccourcis ?

Le moteur commence à pétarader, faisant vibrer la voiture de toutes ses tôles, puis s'arrête net. Je me range précipitamment sur le bas-côté, toutes lumières éteintes.
Mais ce n’est pas possible ! Je suis en panne au milieu de nulle part et en pleine tempête ! Je suis maudit, voila, c’est ça, je suis maudit !
Je tourne deux ou trois fois la clef de contact, mais rien ne se produit. Les phares sont éteints, plus de warnings ni de radio. Là, je sais que je suis dans le pétrin. Autant se décider à affronter la pluie pour aller ouvrir le capot… Comme si mes maigres connaissances en mécanique allaient m’aider à me sortir de ce mauvais pas !
Je suis penché sur le moteur, tentant de déchiffrer l’embrouillamini mécanique, quand un véhicule stoppe à ma hauteur. C’est une grosse voiture de luxe. La vitre du côté passager descend, le conducteur se penche en avant pour m’interpeller.
– Besoin d’aide ?
– Je ne sais pas ce qui se passe, plus rien ne marche.
– Je vais jeter un coup d’œil.
C’est peut-être mon jour de chance, après tout ?
La grosse voiture se gare un peu plus loin. Le conducteur en descend, il tente de s’abriter sous une veste en la tenant au-dessus sa tête et arrive en courant. Il se penche sur le moteur, couvert par son vêtement posé sur la tête comme une grande capuche. Une bouffée de parfum masculin arrive fugacement à mes narines, une senteur envoûtante.
– Je dois avoir une lampe de poche dans le coffre de ma voiture, dit-il.
Sur ces mots, mon sauveteur repart en courant vers son véhicule pour fouiller dans le compartiment à bagages. Un moteur se fait entendre au loin, malmené par un conducteur agressif. La pluie me cingle le dos et je commence à avoir froid. Mon attention est détournée par le retour de mon dépanneur, une lampe torche à la main. Je me redresse alors, surpris par le bruit d’un moteur qui semble maintenant tout proche, pour voir deux gros phares qui nous foncent dessus à toute allure. J’ai juste le temps de tirer en arrière mon dépanneur et de l’entraîner avec moi dans le fossé plein d’eau. L’autre voiture heurte mon véhicule en panne, puis, dans un grand crissement de freins, s’immobilise. Nous surgissons hors de l’eau glacée, juste à temps pour voir l’auto folle faire une manœuvre et filer à toute allure.

Sous l’effet du choc, ma voiture commence à rouler toute seule et suit la pente de la route. Nous rampons dans la boue pour nous extirper du fossé et partir à la poursuite de la fuyarde qui prend de plus en plus de vitesse. Dans le virage, elle continue tout droit et bascule dans le fossé. Je l’aperçois ensuite poursuivre sa course folle à travers un jardin qu’elle dévaste, pour finir par tomber dans un gros ruisseau. Au bord du cours d’eau bouillonnant. Nous nous arrêtons net. Je suis tellement atterré par ce spectacle que mon seul réflexe est de me tenir la tête à deux mains, abasourdi. Mais mon compagnon d'infortune, aussi essoufflé que moi, s’assoit dans la boue et commence à montrer les signes d’une hilarité irrépressible. Il glousse et fait éclater un rire sonore.