Nuit d'audace

De
Publié par

Exclusivité e-book !
Lorsque Lacey reconnaît l’homme qui vient de trouver refuge dans son chalet, en pleine tempête, elle sent que cette nuit de Noël va peut-être être bien plus excitante que prévu. Car, puisqu’elle est coincée pour de longues heures avec Tucker Rankin, l'homme le plus sexy de la planète, c’est le moment ou jamais de découvrir si sa réputation d'amant hors pair est méritée…
Publié le : samedi 1 décembre 2012
Lecture(s) : 17
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782280291651
Nombre de pages : 72
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
- 1 -

Un cheval en fuite, une tempête de neige : en cette veille de Noël, les éléments semblaient se déchaîner autour du Ranch de la Dernière Chance. Sur sa motoneige, Tucker Rankin sentait le froid lui piquer impitoyablement les yeux, tandis que, dans un effort désespéré, il essayait de rattraper Houdini, un étalon à la robe noire et blanche qui avait une fâcheuse tendance à vouloir retrouver sa liberté. Le ronflement du moteur et la gerbe de neige que l’engin faisait jaillir derrière lui brisaient le silence de ce paysage du Wyoming, paré d’un épais manteau neigeux depuis la tempête de la semaine dernière.

Dans moins de deux heures, il ferait nuit, et Tucker savait que le blizzard pouvait se lever à n’importe quel moment. Tout comme il savait que l’étalon rebelle avait toutes les chances d’y rester s’il passait la nuit dehors, en plein chaos. Alors il avait intérêt à faire vite. D’autant que pendant ce temps, tout le monde, au Ranch de la Dernière Chance, préparait avec effervescence les festivités de Noël, et Tucker n’avait pas envie de leur gâcher la fête — il s’y connaissait assez, en Noëls pourris, pour avoir envie de tout faire pour sauver l’étalon, et la soirée de Noël.

Comme il venait tout juste de se faire embaucher au ranch, et qu’il n’en avait pas grand-chose à faire de Noël et des préparatifs du réveillon, Tucker s’était proposé pour faire rentrer tous les chevaux dans leurs boxes avant midi, y compris Houdini, afin d’éviter qu’ils ne soient pris dans le blizzard. Vers 15 heures, il était revenu les voir pour s’assurer que tout allait bien, et il s’était retrouvé nez à nez avec Houdini, qui avait réussi à s’extirper de sa stalle. Tucker avait aussitôt tenté de retenir le cheval par son licol, mais celui-ci s’était précipité vers la porte de l’écurie, restée entrouverte. Après avoir prévenu son patron par téléphone, Tucker avait sauté sur une motoneige et s’était lancé à la poursuite de l’étalon.

Maudit cheval ! Pourtant, Tucker ne pouvait s’en prendre qu’à lui-même de ne pas avoir été assez méfiant : Houdini n’en était pas à sa première fugue. Par chance, aujourd’hui, il n’avait pas déverrouillé les boxes attenants au sien, ce qui était une autre de ses spécialités…

Maudit cheval ! répéta-t-il pour lui-même. Enfin, pas complètement maudit. Si Jack Chance, qui gérait le ranch avec ses deux frères, Nick et Gabe, et sa mère qui était veuve, avait pu acheter un si bel étalon, d’à peine deux ans, pour une bouchée de pain, c’est parce que personne n’avait encore réussi à le dompter et qu’il demeurait sous-entraîné. Alors si Jack Chance, lui, y parvenait, l’étalon pourrait potentiellement rapporter des dizaines de milliers de dollars au ranch… du moins, songea Tucker, si ce fichu canasson ne mourait pas de froid dès ce soir.

Et s’il finissait par se laisser dompter, évidemment. Depuis son arrivée au Ranch de la Dernière Chance quelques semaines auparavant, l’animal avait appris à tolérer un licol et une longe, mais il y avait encore fort à faire avant de pouvoir exploiter ses talents d’étalon, ou même de gardien de troupeau. Et comment : curieux comme nul autre, et capable des tours les plus pendables, cette bête était une vraie plaie à dresser !

En même temps, Tucker se sentait une certaine parenté avec cet animal un peu trop… remuant. Tout au long de sa vie, il avait lui-même fait preuve d’une grande légèreté. Il avait passé ses années de lycée à faire la fête et n’avait vu aucune raison de ne pas continuer après son bac, dix ans plus tôt. Il avait ainsi enchainé les petits boulots, à peine de quoi vivoter.

Jusqu’à ce que Jack Chance l’engage en septembre dernier. A cette époque, il était un peu dans l’impasse, et avant de l’embaucher, Jack avait un peu hésité, à cause de tous ces blancs dans le C.V. de Tucker. Mais ce dernier lui avait promis de se ressaisir, de se rendre indispensable au ranch, et Jack avait décidé de lui faire confiance. Alors à présent, il n’avait pas le choix : il devait retrouver ce fichu cheval. Certes, le fait d’avoir accidentellement laissé s’échapper Houdini ne constituait pas une faute professionnelle grave, mais Tucker n’avait pas envie de se faire remarquer.

Ayant grandi dans la région, il savait que le Ranch de la Dernière Chance tirait sa fierté d’offrir un nouveau départ aux animaux comme aux gens. C’était un endroit pour lui. Et pour Houdini. A une différence près, songea-t-il en cherchant les empreintes de l’étalon dans la neige : s’il était reconnaissant envers la famille Chance pour ce coup de pouce, ce n’était à l’évidence pas le cas de ce maudit cheval !

Allez, il devait se dépêcher, avant que le blizzard ne se lève et ne l’empêche de suivre les traces dans la neige. Déjà, les flocons se faisaient de plus en plus saillants dans l’air glacial, et le froid le mordait douloureusement — son manteau en peau de bête n’était pas assez imperméable pour ce type de conditions météorologiques, même avec son col relevé.

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

suivant