Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 1,99 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : EPUB

avec DRM

Objectif fantasme

De
80 pages
Photographier des hommes nus pour un calendrier ? Pourquoi pas. Il en faut beaucoup plus pour effaroucher Samantha, surtout si c’est pour la bonne cause. Sauf que « M. Juillet » éveille en elle un feu irrésistible… Mais lorsqu’elle comprend qu’il s’agit de Josh, celui à qui elle a offert son premier baiser l’été de ses douze ans, elle sent ses dernières résistances s’envoler. Que risque-t-elle à se laisser tenter ? A part que la passion ne lui brûle les ailes, bien sûr…
Voir plus Voir moins

Vous aimerez aussi

- 1 -

Josh Kittredge vérifia l’adresse sur la carte qu’il avait en main. C’était bien là, le studio situé au-dessus du pressing. Le bâtiment, comme le quartier, un des plus anciens de Miami, avait connu des jours meilleurs, mais il semblait plutôt sûr et, de toute façon, il n’était pas là pour chipoter. Il gravit l’escalier et frappa.

— Entrez, répondit une voix féminine derrière la porte.

Il pénétra dans une première pièce meublée d’un canapé manifestement neuf. A côté se trouvait une table sur laquelle étaient disposés divers outils de maçon, une échelle, des rideaux, un appareil photo impressionnant et divers dispositifs d’éclairage.

— Mettez-vous à l’aise, lança la femme depuis la pièce attenante, et dès que vous êtes prêt nous pourrons commencer. Nous n’avons pas beaucoup de temps, alors autant ne pas traîner.

— Bien sûr, répondit-il, intrigué par le vague accent du Sud très sexy de sa mystérieuse interlocutrice.

Il n’aurait pas été contre quelques présentations, histoire de savoir à qui il avait affaire, d’installer un début de complicité avant la séance de travail, mais il s’était déjà déshabillé devant bon nombre de gens, et cela ne lui posait pas de problème. Il posa son sac de gym et déboucla sa ceinture.

— Je ne savais pas trop ce que vous vouliez faire, alors j’ai apporté quelques outils, dit-il.

— C’est sympa, mais je pense être parée. J’ai emprunté quelques petites choses à des amis, répondit la femme, toujours invisible de la pièce principale.

Il se pencha pour délacer ses bottes en caoutchouc.

— Vous faites souvent ce genre de choses ? s’enquit-il.

— Non, c’est une première pour moi.

— Ça vous rend nerveuse ? dit-il en enlevant ses bottes et en faisant passer sa chemise par-dessus sa tête.

— J’ai photographié un premier mannequin ce matin, mais c’est amusant de voir à quel point on s’y fait vite.

Donc, il n’était pas son premier modèle de la journée, songea-t-il. Mais, à vrai dire, peu lui importait.

— Oui. Je crois que c’est comme pour tout.

Il se souvenait de la première fois où il avait fait un strip-tease afin de payer ses études. La terreur qui l’avait envahi, jusqu’à l’instant où il était entré en scène. La musique avait démarré, les femmes avaient commencé à hurler, et… il avait vite découvert que ce n’était pas un si mauvais moyen que ça pour gagner de l’argent.

Au moment où la femme débarqua dans la pièce, il était en caleçon.

— Oh ! vous vous êtes déjà déshabillé, s’exclama-t-elle en faisant un pas en arrière, l’air surpris.

— Vous ne vouliez pas perdre de temps…, répliqua-t-il en prenant tout le sien pour suspendre ses vêtements et surtout l’étudier à la dérobée.

Elle avait les cheveux bruns coupés court, un visage mince et juvénile, de belles jambes. Il accrocha sa chemise à une patère et se retourna, main tendue.

— Josh Kittredge, enchanté.

— Samantha Delaney. Ravie de faire votre connaissance, Josh, répondit-elle, souriante, en lui serrant la main.

Ce nom ne lui était pas inconnu, mais où donc l’avait-il entendu ? Il la dévisagea plus attentivement. Quelque chose dans la courbe de sa joue, dans ses yeux chocolat en amande, lui rappela quelque chose, mais quoi ?

— Si vous voulez bien vous mettre à côté de l’échelle une minute, je voudrais vérifier la lumière, dit-elle en se dirigeant vers son appareil photo.

Il ôta son caleçon et s’exécuta.

— Voulez-vous que je prenne la pose ? lui demanda-t-il.

Alors qu’elle se retournait vers lui, il vit ses yeux s’écarquiller et sa mâchoire se décrocher, comme sous l’effet d’un choc. Elle détourna aussitôt le regard.

— Eh bien, au moins, on peut dire que vous n’êtes pas timide, balbutia-t-elle.

— Je ne vois pas de raison de l’être.

Bien sûr, il avait une certaine expérience dans le fait de se dévêtir en public, et n’avait pas peur de la nudité, mais ce n’était pas une partie de sa vie dont il aimait parler.

Elle sortit un luxmètre de la poche de son short et le pointa dans sa direction.

— Non… Certes… En ce cas, détendez-vous.

Josh plissa les yeux. A qui s’adressait-elle ? A lui, ou à elle-même… ? Elle jeta deux, trois notes sur un bloc posé sur la table, et régla quelques projecteurs.

— Vous voulez que je fasse quelque chose de précis ? lui demanda-t-il.

— J’ai fait quelques essais avec les deux autres modèles ce matin, et j’aimerais tenter autre chose avec vous.

— D’accord, je ferai ce que vous voudrez.

C’était elle qui décidait, et comme à son habitude il était disposé à tout. Il la regarda se hausser sur la pointe des pieds pour bouger un projecteur et apprécia le galbe de ses jambes infinies et la rondeur parfaite de ses fesses.

Elle se retourna et le surprit alors qu’il continuait à la détailler. Leurs regards se croisèrent, et le sien étincela tout à coup. Pas de colère, non, mais de… méfiance ?