Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 11,99 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : EPUB

sans DRM

Outlander (Tome 8, Partie I) - À l'encre de mon coeur

De
800 pages
Juin 1778. L’armée britannique quitte Philadelphie, talonnée par les troupes de George Washington, qui ont délaissé Valley Forge.
Jamie Fraser, prétendument mort, réapparaît et découvre que son meilleur ami a épousé sa femme, Claire. Il apprend également que son fils illégitime connaît maintenant l’identité de son père.
Enfin réunis, Jamie et Claire se réjouissent que leur fille soit en sécurité au XXe siècle… mais il n’en est rien. Le fils de Brianna et Roger a été enlevé par un homme déterminé à percer le secret de la famille Fraser. Et alors que Roger s’est aventuré dans le passé pour suivre sa trace, le ravisseur peut désormais jeter son dévolu sur sa véritable cible : Brianna.
Voir plus Voir moins

Vous aimerez aussi

Diana Gabaldon
A l’encre de mon cœur – Partie 1
Outlander 8
Maison d’édition : J’ai lu
Traduit de l’anglais (États-Unis) par Philippe Safavi Dépôt légal : août 2016
ISBN numérique : 9782290099735 ISBN du pdf web : 9782290099742
Le livre a été imprimé sous les références : ISBN : 9782290099636
Ce document numérique a été réalisé parNord Compo.
Présentation de l’éditeur :
Juin 1778. L’armée britannique quitte Philadelphie, talonnée par les troupes de George Washington, qui ont délaissé Valley Forge. Jamie Fraser, prétendument mort, réapparaît et découvre que son meilleur ami a épousé sa femme, Claire. Il apprend également que son fils illégitime connaît maintenant l’identité de son père. Enfin réunis, Jamie et Claire se réjouissent que leur fille soit en sécurité au xxe siècle… mais il n’en est rien. Le fils de Brianna et Roger a été enlevé par un homme déterminé à percer le secret de la famille Fraser. Et alors que Roger s’est aventuré dans le passé pour suivre sa trace, le ravisseur peut désormais jeter son dévolu sur sa véritable cible : Brianna.
Couverture : d’après © Leigh Prather / Shutterstock et © Ozerina Anna / Shutterstock
Biographie de l’auteur :
Diplômée d’écologie et de biologie marine, Diana Gabaldon a enseigné pendant douze ans à l’université d’Arizona avant de se consacrer à la création romanesque. Elle connaît un immense succès avec la saga Outlander, qui compte plus de vingt millions de lecteurs dans le monde et fait l’objet d’une série télévisée.
Titre original : WRITTEN IN MY OWN HEART’S BLOOD
© Diana Gabaldon, 2014 Publié avec l’accord de l’auteur, c/o BAROR INTERNATIONAL, Inc., Armonk, New York, États-Unis.
Pour la traduction française : © Éditions J’ai lu, 2016 © Les Éditions Libre Expression, Groupe Librex Inc., une société de Québecor Média, 2015
Du même auteur aux Éditions J’ai lu
Outlander, livre 1 Le chardon et le tartan Outlander, livre 2 Le talisman Outlander, livre 3 Le voyage Outlander, livre 4 Les tambours de l’automne Outlander, livre 5 La croix de feu Outlander, livre 6 La neige et la cendre Outlander, livre 7 L’écho des cœurs lointains Partie I – Le prix de l’indépendance L’écho des cœurs lointains Partie II – Les fils de la liberté
Je dédie ce livre à TOUS ceux qui (outre moi) se sont démenés comme des forcenés pour qu’il parvienne entre vos mains, et plus particulièrement à :
Jennifer Hershey (responsable de l’édition, États-Unis) Bill Massey (responsable de l’édition, Grande-Bretagne) Kathleen Lord (alias « Hercule », réviseure) Barbra Schnell (traductrice et camarade de tranchée, Allemagne) Catherine MacGregor, Catherine-Ann MacPhee et Adhamh Ò Broin (experts en gaélique) Virginia Norey (alias « la Déesse du livre », dessinatrice-maquettiste) Kelly Chian, Maggie Hart, Benjamin Dreyer, Lisa Feuer et le reste de l’équipe de production de Random House. Ainsi qu’à Beatrice Lampe et Petra Zimmermann, à Munich.
Prologue
D ANS LA LUMIÈRE DE L’ÉTERNITÉ, le temps ne projette aucune ombre. Vos vieillards songeront des songes ; vos jeunes hommes verront des visions. Mais les vieilles, elles, que voient-elles ? Nous voyons la nécessité et nous faisons ce qu’il y a à faire. Les jeunes femmes ne voient pas, elles sont ; la source de la vie s’écoule à travers elles. Nous gardons la source, nous protégeons la lumière que nous avons allumée, la flamme que nous sommes. Qu’ai-je vu ? Tu es la vision de ma jeunesse, le rêve constant de tous mes âges. Me voici à nouveau sur le seuil de la guerre, citoyenne de nulle part, hors du temps, sans autre pays que le mien… et cette terre bordée non par l’océan mais par le sang, dont les seules frontières sont les contours d’un visage aimé depuis longtemps.
PREMIÈRE PARTIE
NEXUS
1
Le poids des souvenirs
16 juin 1778 Quelque part en forêt, entre Philadelphie et Valley Forge
U NE PIERRE À LA MAIN, Ian Murray contempla le terrain qu’il avait choisi. C’était une petite clairière isolée, située en amont d’un entassement de grands rochers couverts de mousse, à l’ombre des sapins et au pied d’un grand cèdre rouge. Sans être inaccessible, on ne s’y promenait pas par hasard. C’était ici qu’il conduirait sa famille. Fergus d’abord. Lui seul, peut-être. Mam l’avait élevé depuis qu’il avait dix ans. Avant elle, il n’avait pas eu de mère. Il la connaissait depuis plus longtemps que Ian et l’avait aimée autant que lui.Peut-être même plus. Ses remords accentuaient encore sa peine. Fergus était resté aux côtés de Mam à Lallybroch. Il avait veillé sur elle et sur le domaine, alors que lui était parti. La gorge nouée, il s’avança dans la petite clairière et déposa la pierre en son centre. Puis il recula et examina l’effet. Non, cela n’allait pas. Il fallait deux cairns. Oncle Jamie et Mam étaient frère et sœur. Ici, la famille pourrait se recueillir sur leurs deux tombes et les pleurer ensemble. Peut-être que d’autres viendraient pour se souvenir et leur rendre hommage, ceux qui avaient connu et aimé Jamie Fraser, mais pour qui Jenny Murray ne serait qu’un trou dans la… Une douleur vive lui transperça le cœur quand il imagina sa mère enfouie sous terre. Elle s’atténua quand il se souvint qu’elle ne serait pas vraiment dans cette tombe, pour le transpercer à nouveau à l’idée de la savoir au fond de l’océan. La vision de sa mère et de son oncle se noyant était insoutenable. Peut-être s’étaient-ils accrochés l’un à l’autre, tentant désespérément de surnager le plus longtemps possible… A dhia !cria-t-il. Il déposa une deuxième pierre et alla aussitôt en chercher d’autres. Il avait déjà vu des gens se noyer. L’été était chaud. Les larmes se mêlaient à la sueur sur son visage et il s’arrêtait régulièrement pour s’essuyer le nez sur sa manche. Il avait noué un mouchoir sur son crâne pour retenir ses cheveux et éviter que sa transpiration ne lui pique les yeux. Il était trempé avant d’avoir entassé une bonne vingtaine de pierres sur chaque monticule. Avant que leur père ne meure, ses frères et lui lui avaient construit un beau cairn dans le cimetière de Lallybroch, derrière la stèle sculptée qui portait son nom (et tous ses prénoms, même si cela avait coûté plus cher). Plus tard, lors des funérailles, les