Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 5,49 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : EPUB

avec DRM

Partagez cette publication

Publications similaires

Belladonna

de editions-du-petit-caveau

97

de Mon-Petit-Editeur

Vous aimerez aussi

suivant
- 1 -
Le cœur de Paige Adams manqua un battement. Cet homme avait es yeux es pus beus qu’ee ait jamais vus. Avec ses biceps impressionnants, ses arges épaues, et sa beauté cassique et rude, i avait de quoi charmer toutes es femmes. Ee y comprise. Et si, d’habitude, ee n’aimait pas es hommes barbus, ee devait bien admettre que sa moustache et son bouc înement taiés ui aaient parfaitement. Pour tout dire, ee avait eu ’impression que a température de a pièce était montée de queques degrés dès que Chery, son assistante, ’avait fait entrer. — Paige, voici Brandon Dison. C’est Ana Rodriguez qui nous ’envoie. Paige referma son ordinateur portabe, issa son bazer et jeta un coup d’œi à son relet dans e porte-styo chromé de son bureau, pour vériîer que son chignon était toujours en pace. Et bien sûr, i ’était. Ee était îère de son apparence. En tant que consutante en image, e fait d’être toujours impeccabe faisait partie intégrante de son travai. Ee se eva, arbora un sourire professionne et néan-moins chaeureux, et ui tendit a main. — Enchantée, monsieur Dison. I referma sa main sur a sienne, avec fermeté, possessivité, même, et quand son regard beu océan
8
Passion défendue
se riva au sien, et que son sourire révéa ses fossettes — ee adorait es fossettes — ee en oubia presque son propre nom. Les cheveux bond sabe de Brandon Dison étaient natureement ondués, et égèrement décoiffés. Is étaient assez ongs pour efleurer e co de sa chemise, et pour donner envie d’y passer a main. I portait un jean déavé, un T-shirt beu cobat et des bottes de cow-boy. Et, ee devait ’admettre, i avait beaucoup d’aure. — Tout e paisir est pour moi, mademoisee. A en juger par son sourire, i était sincère. Quand Ana, a directrice d’Hannah’s Hope, fonda-tion de utte contre ’iettrisme, ’avait prévenue qu’ee ui envoyait eur éève vedette pour un rendez-vous, Paige n’avait pas imaginé qu’ee verrait débarquer un cow-boy si sexy. Derrière ui, Chery se mordiait a èvre, et éventait discrètement son visage poupin, visibement conquise. — Puis-je vous offrir un rafraïchissement, monsieur Dison ? demanda Chery. Thé, café, eau minérae ? — Non, merci, mademoisee, dit-i en souriant. Et en pus, i était bien éevé. Ce qui ne gâchait rien. Paige désigna a chaise face à son bureau. — Je vous en prie, asseyez-vous. I s’assit, ’air tout à fait détendu. Si ses probèmes d’iettrisme ou son manque d’éducation ’embarrassaient, cea ne se voyait pas du tout. Cet homme respirait a conîance en ui. Ee issa sa jupe avant de s’instaer au bord de sa chaise, en prenant soin de se tenir bien droite. — Je crois que c’est e bureau e pus ordonné que j’aie jamais vu, observa-t-i en croisant es mains sur son torse puissant.
Passion défendue
9
— J’aime que es choses soient nettes. C’était presque un besoin maadif, en fait. Si ee aait consuter un thérapeute, i ui dirait sans doute que c’était une conséquence directe de son adoes-cence chaotique. Mais son passé était ce qu’i était, et e ressasser devant un psychiatre n’y changerait rien. — Je vois ça, dit-i. La façon dont i a regarda a perturba. — Ana m’a dit que vous aiez recevoir un prix d’honneur pour votre réussite exceptionnee, ors du gaa d’Hannah’s Hope, ce mois-ci. Féicitations. — Etant donné que tous es éèves de primaire ont déjà acquis ce que je viens d’apprendre, je ne vois pas en quoi c’est exceptionne, mais is ont insisté. Beau, poi ethumble. Trois quaités qui aaient bien ensembe. I n’y avait rien de pus détestabe qu’un homme arrogant. Et ee en avait connu beaucoup. — Ana vous a-t-ee expiqué ce que je fais pour a fondation ? — Pas vraiment. — Je suis organisatrice en événementie, et consu-tante en image. — Consutante en image ? demanda-t-i, ’air un peu intrigué. — J’aide es gens à se sentir à ’aise avec eur appa-rence. — Eh bien, sans vouoir vous offenser, je suis assez satisfait de mon apparence tee qu’ee est. Et i avait bien raison. Mais ee avait appris qu’i y avait toujours de a pace pour queques améiorations. — Avez-vous déjà paré sur une scène, monsieur Dison ? Avez-vous déjà prononcé un discours ? — Non.
10
Passion défendue
— Eh bien, mon travai consiste à vous donner une idée de ce qui vous attend quand vous recevrez votre prix, et à vous préparer à ’ambiance formee du gaa. Un gaa que j’organise aussi. — Donc, vous aez veier à ce que je ne me ridi-cuise pas. Et que je ne fasse pas de tort à a fondation. Paige esquissa un sourire. Ee doutait qu’i y ait un queconque probème. Avec son aure, Brandon Dison aurait une bee présence sur scène. Ee comprenait pourquoi Ana ’avait choisi pour représenter ’organisation. — Donc, vous vous sentezà l’aise, reprit-ee. — Putôt, même si je n’aime pas trop a foue. En généra, je préfère es tête-à-tête, dit-i avec un cin d’œi. S’i essayait de a trouber, c’était réussi. Ee sortit un boc-notes et un styo de son tiroir. — Si vous me pariez un peu de vous ? — I n’y a pas grand-chose à raconter. Je suis né en Caifornie, et j’ai voyagé dans tout e pays. J’ai passé ces quatorze dernières années à travaier comme cow-boy. Paige avait a nette impression qu’i y avait bien pus à dire, par exempe, comment i avait réussi à travaier sans apprendre à ire. Mais ee ne savait trop comment aborder a question. Hannah’s Hope était un cient de rêve pour ee. Ce gaa pourrait permettre à sa société, Premier Image and panning LLC, d’entrer dans a cour des grands. Ee ne vouait surtout pas vexer eur éève modèe. Ee choisit ses mots avec précaution. — Comment en êtes-vous venu à travaier avec ’organisation, monsieur Dison ? — Appeez-moi Brandon, dit-i avec un sourire charmeur. Et je pense que ce que vous vouez surtout
Passion défendue
11
comprendre, c’est comment un homme peut arriver à ’âge de trente ans sans savoir ire. I avait peut-être des probèmes d’iettrisme, mais i était inteigent. — Oui, en effet. — Ma mère est morte quand j’étais jeune, et mon père travaiait dans e miieu du rodéo, aors nous bougions beaucoup. Quand i réussissait à m’inscrire dans une écoe, je ne restais pas assez ongtemps pour apprendre quoi que ce soit. Pour résumer, disons que je suis passé entre es maies du îet. C’était triste de penser à ce qu’i aurait pu accompir, s’i avait bénéîcié d’une éducation correcte. — Qu’est-ce qui vous a poussé à demander de ’aide ? — Mon patron m’a dit qu’i était prêt à me nommer contremaïtre du ranch, mais que je devais d’abord améiorer mes compétences en ecture. Et me voià. — Etes-vous marié ? — Non. — Des enfants ? — Pas à ma connaissance. Ee ui ança un bref regard, et i afîcha de nouveau un sourire irrésistibe. Avait-i conscience de sa beauté ? — Je paisantais. Ee avait compris. — Aors, c’est un non ? — Pas d’enfants. — Une chère et tendre ? I haussa un sourci. — Pourquoi ? La pace vous intéresse-t-ee ? Paige sentit un frisson a parcourir. I ne savait pas à que point ! Mais i y avait bien ongtemps, ee s’était fait une promesse. Quand, à cause du dernier compagnon
12
Passion défendue
en date de sa mère, ees avaient été expusées de eur caravane miteuse et forcées de vivre dans un foyer pour femmes encore pus miteux, ee s’était juré de ne fréquenter que des hommes au statut socia éevé. Le genre d’homme qui ne voerait pas ’argent du oyer dans son sac pour acheter de a drogue ou parier sur un cheva. Certes, ee n’avait aucune raison de croire que Brandon ait quoi que ce soit de commun avec es bons à rien qui avaient déîé dans a vie de sa mère. I sembait tout à fait sympathique. Et i était incroyabement beau. Mais i n’était pas pour ee. Sa situation înancière mise à part, i était trop… comment dire ? Trop sexy et trop charmeur. Ee ne vouait pas être emportée dans une histoire d’amour passionnée, dans un tourbion de désir. Ce qu’ee vouait, c’était un homme responsabe, îabe, etsûr. Un homme aussi ambitieux et dévoué à sa carrière qu’ee. Un éga, qui pourrait prendre soin d’ee, si besoin était. Ee s’était toujours débrouiée seue, mais ce serait sans doute agréabe de pouvoir enîn compter sur quequ’un. — Je me demandais seuement si vous aviez besoin d’un biet suppémentaire pour e gaa, se justiîa-t-ee. — Non, je n’ai pas besoin d’un biet suppémentaire. I avait réussi à répondre tout en évitant de ui dire s’i fréquentait une femme. D’aieurs, c’était peut-être mieux qu’ee ne sache rien. — Je suppose que vous n’avez pas de smoking. — Non, mademoisee, dit-i en riant, je n’en ai pas. Le « mademoisee » aait înir par devenir assant. — Vous pouvez m’appeer Paige. — D’accord… Paige. Queque chose dans a façon dont i prononça son
Passion défendue
13
prénom a ît rougir. Ee commença même à avoir chaud dans son costume de créateur. Peut-être ’air conditionné était-i en panne ? Ee résista à ’envie de s’éventer. — Le gaa ayant ieu dans moins d’un mois, a première chose sur notre iste sera de faire prendre vos mesures et de vous ouer un smoking. — Pardon, mais ce n’est pas tout à fait dans mon budget. Ee baaya ses inquiétudes d’un geste de a main. — Je suis sûre que a fondation peut couvrir cette dépense. — Je ne cherche pas à ce que ’on me fasse a charité. — Mais Hannah’s Hope est une organisation cari-tative. Aider es gens, c’est eur travai. Le gaa est une réception très habiée. — Est-ce éga ? Soudain, i n’était pus du tout charmeur, mais méîant et sombre. — Je ne suis pas sûre de comprendre, ît Paige, intriguée par son changement de comportement. — Une fondation consacrée à ’instruction et ’a-phabétisation qui oue des smokings ? Ça sembe… contraire à a déontoogie. Ee n’avait pas vu es choses sous cet ange. — J’en parerai à Ana. Je suis certaine que nous trouverons une soution. I semba prendre cea comme une réponse accep-tabe. Au fond, ee espérait qu’i accepterait ’aide de a fondation. Ce serait vraiment dommage de manquer ’occasion de voir Brandon en smoking. I serait magni-îque, à n’en pas douter. Nu, i devait être tout aussi
14
Passion défendue
spendide. Et avec ce corps d’athète, i pouvait sans doute faire des tas de choses… — D’accord, je suis partant. — Je… je vous demande pardon ? — Vous avez dit que nous devions me ouer un costume. Aons-y. Oh ! e smoking. — Oui, c’est juste. Bien sûr. — Qu’aviez-vous compris ? Le feu aux joues, ee tâcha de reprendre contenance. — Rien. J’ai juste… Je ne vouais pas nécessairement dire tout de suite. I se pencha vers ee. — Rien ne vaut e présent, n’est-ce pas ? — Eh bien, oui, mais… Ee fronça es sourcis, et ouvrit son ordinateur portabe pour vériîer son agenda. — Je dois vériîer mon empoi du temps. J’ai pusieurs coups de î à passer cet après-midi. — Laissez-moi deviner, vous êtes e genre de femme qui paniîe sa journée de travai à a minute près. I avait dit cea comme si c’était une tare. Lui qui menait une existence si spontanée et silibre,ne i pouvait évidemment pas comprendre es pressions du monde de ’entreprise. Mais Paige n’était pas totaement incapabe de faire des compromis. Si ee dépaçait queques rendez-vous, et qu’ee restait une heure de pus au bureau, ee pourrait s’en sortir. Ce n’était pas comme si ee avait quoi que ce soit d’urgent qui ’attendait à a maison. — Je suppose que je pourrais vous trouver un créneau, concéda-t-ee. Mais je dois d’abord voir cea avec Chery.
Passion défendue
15
— Je vous attends dehors. — Oui, je n’en ai que pour une minute. Is se evèrent en même temps. Même dans ses Manoo Bahnik aux taons de quinze centimètres, ee faisait une tête de moins que ui. D’habitude, ee n’était pas impressionnée par es hommes grands. Ni par qui que ce soit, d’aieurs. Pourtant, e seu fait de devoir passer devant ui pour aer à a porte a rendait nerveuse. Que croyait-ee qu’i aait faire ? La prendre dans ses bras et ’embrasser à peine bouche ? Si seulement. Cea faisait bien ongtemps qu’ee n’avait pas reçu a moindre attention mascuine. Ee avait été si occupée ces derniers mois qu’ee n’avait même pas eu e temps de penser à fréquenter quequ’un. Quant au sexe… ee se rappeait à peine à quand remontait a dernière fois. Sans doute parce que cea n’avait pas été mémorabe. C’était pathétique, quand on y songeait. Ee était prête à parier que Brandon Dison pourrait mettre un terme très agréabe à sa période d’abstinence. Mais es aventures d’un soir, ce n’était pas son genre. Et puis, ee ne méangeait jamais travai et paisir. Tout bien considéré, ee serait bien avisée de s’en tenir à son travai, et de rester aussi oin que possibe de cet homme au charme dévastateur.
S’i avait d’abord douté que se faire passer pour un cow-boy iettré, pour décimer a réputation d’un riva amer, soit une bonne idée, sa rencontre avec Paige Adams venait de changer a donne. Brandon Worth — ou Brandon Dison, comme es gens chez Hannah’s Hope en étaient venus à e connaïtre — s’appuya contra a portière passager de son pick-
16
Passion défendue
up, et offrit son visage au soei de Caifornie, tout en réléchissant aux derniers événements. Lorsqu’i avait décidé d’inîtrer Hannah’s Hope et de démontrer que a fondation était fraudueuse, i n’avait pas prévu de séduire une de eurs coaboratrices mais, parfois, i faait savoir donner de sa personne. S’i se rapprochait de Paige Adams, peut-être parvien-drait-i à dévoier es pratiques mafaisantes qu’i soup-çonnait d’exister derrière e succès d’Hannah’s Hope ? Et par a même occasion, i pourrait enîn détruire son fondateur, Rafe Cameron. Brandon ne pouvait s’empêcher de se sentir person-neement responsabe de ce qui se passait à Vista de Mar, et pus précisément, à Worth Industries, ’usine qui appartenait à sa famie depuis des générations. S’i n’avait pas choisi de vivre dans e ranch famiia, oin de son père à a santé pourtant défaiante, ceui-ci n’aurait sans doute pas accepté e rachat très hostie de Worth Industries que ui avait proposé Rafe. Seon a rumeur, Rafe comptait fermer ’usine et a revendre pièce par pièce, ce qui mettrait a moitié de a vie au chômage, et dévasterait a vie ocae. Brandon avait aissé sa rancœur envers son père occuter ses obigations envers sa vie de naissance et son héritage. Mais à présent, i était bien décidé à réparer ses erreurs. A travers Hannah’s Hope, i espérait montrer à tous que Rafe était un escroc. Maheureusement, es bénévoes avec esques i avait travaié ces deux derniers mois ne savaient rien des rouages secrets de ’organisation. Et i avait pris soin de garder ses distances avec e siège d’Hannah’s Hope, de crainte que sa sœur, Emma, qui faisait partie du consei d’administration, ne fasse une