PERDU POUR PERDU

De
Publié par

Perdu pour Perdu, est une fiction théâtrale, pleine de cruauté, de folie, de pièges, de rouages secrets, d’humour, de surprises roses ou noires. Elle se présente sous la forme d’une suite de 158 fragments organisés. Le sujet de la pièce, c’est le rapport diabolique qui s’installe entre quatre êtres rassemblés par l’amour de l’art. Comment le diable s’insinue, comment il s’incarne, comment il règne. Tout à lieu dans l’orbite d’un théâtre.
Publié le : dimanche 1 décembre 2002
Lecture(s) : 247
EAN13 : 9782296304864
Nombre de pages : 95
Prix de location à la page : 0,0056€ (en savoir plus)
Voir plus Voir moins
7 jours d'essai offerts
Ce livre et des milliers d'autres sont disponibles en abonnement pour 8,99€/mois

Luc DELLISSE

PERDU POUR PERDU
j)ièce pour quatre perJonnages en 158 fragments

L'Harmattan 5-7, rue de l'École-Polytechnique 75005 Paris FRANCE

L'Harmattan Hongrie Hargita u. 3 1026 Budapest HONGRIE

L'Harmattan Italia Via Bava, 37 10214 Torino ITALlE

Du même auteur:

Poèmes Baptême dufeu, L'Harmattan, 1999 Guerre sur Terre, L'Harmattan, 2000 Gibier de nuit, Le Cormier, 2001 Signe des neiges,Libraire-Galerie Racine, 2001 J)remierJour dans l'autre monde, Le Cormier, 2002 Théâtre L'Ancien Régime, Lansman, 1991 La douiième nuit, d'après Shakespeare, Mille morts, Lansman, 1993 Iégor, Le Sablier, 1996 Ni bon;our, ni bonsoir, Lansman, 1996 Les Armes blanches, Lansman, 2001 Roman
Le rqyaume des ombres, Luc Pire, 1998

1992

Ce texte a été écrit dans le cadre d'un atelier théâtral organisé durant la saison 2001-2002 par la Compagnie des Lettres et des Signes à Bruxelles, avec les comédiens suivants:

Nicole Duret Delphine Roy Pierre Géranio Jean-François Politzer
C'est à eux d'abord que le livre est dédié.

PERSONNAGES

- Odile, directrice
-

du Théâtre

de l'Œil, la quarantaine

Adam, auteur de théâtre, ancien de l'import-export,

la cinquantaine - Phil, philosophe, comédien amateur, la trentaine - ~;Iarilo, psychologue, comédienne amateur, 29 ans

I. LES DOlT\TES

1. Marilo
Je les aime. Je les aime tous.
Au début je ne sa,Tais pas que je les aimais. J'avais vu ce qui était arrivé à mon père. La jungle qui l'envahissait. Il a\Tait quitté ma mère. Il était parti avec la sœur de ma mère. Il a commencé à pourrir. J'allais chez lui pour les vacances et j'étais surprise. Il \Tivait à la campagne, dans une maison moisie. Il n'y a\Tait pas seulement ma tante avec lui mais une autre femme, une jumelle. Sa jumelle à cette jumelle téléphonait tous les jours mais on ne la voyait jamais. lJne belle-mère absente. :Lvlon père, c'était la pensée sans contrôle. Aucun maître, aucun dieu. Il retournait à l'état sauvage. J'avais beau lui dire stop, casse-cou. Trop compulsif.

Je me sou\Tiens de la seule fois où il m'a embrassée. Je sens encore sa langue. Il est mort très vite après. Cancer des boyaux. J'avais trouvé mon cap de vie.
Je les aime, je les aime tous. Tous les malades. hommes sont très malades, 'TOUSsa\Tez. Les

Quand même ma première vraie victoire c'était une femme. Elle appelait les psy des spy. Schizophrénie patente. J'essayais de la ramener à la force du poignet. D'accord appelez-moi spi mais alors prononcez spy. En anglais ça veut dire espionne. Invitez-moi je viendrai espionner chez vous.

Elle m'a invitée. Elle est guérie maintenant. Elle fait antiquaire.

9

Comme ça que Je SU1Sde,Tenue psychologue. aime tous.

Je les

2. Odile
Je suis théâtre théâtre, monde Il faut une petite fille. Ce n'est pas facile de diriger un quand on est une petite fille. C'est un cirque le avec plein de bêtes sauvages en liberté. Tout le dévore tout le monde. C'est une cage aux lions. se faire dompteuse.

Quand j'ai commencé à faire du théâtre je n'étais pas une petite fille. J'avais déjà ma place toute prête dans la vie. Un Premier prix, deux enfants, un mari lointain, une maison des 'villes, une maison des champs. Ça partait bien, la vie, je jouais à l'année chez Jean-Pierre. On venait d'inventer le théâtre funéraire en Allemagne et j'avais tout de suite senti que le théâtre funéraire était fait pour moi.

Tout a basculé au cours d'un seul printemps

-

un

assez long printemps. Mon mari lointain est devenu encore plus lointain, Jean-Pierre a cessé de m'engager à l'année. Le théâtre funéraire fmalement n'a pas été vraiment ce qu'on espérait. Il y avait cet ancien cinéma à reprendre, j'ai revendu la maison des villes et la maison des champs. Ivies enfants aimaient les voyages, avec un père grand voyageur ils tombaient bien, ils sont partis rejoindre leur père je ne sais plus où un nom en wa ou ka à la fin. J'ai commencé avec le théâtre d'instinct. Là j'ai senti ma cible. Plus je devenais petite fille plus ça marchait. Comme ça que j'ai pris le pouvoir. Après, le théâtre d'instinct j'ai lâché. Pas d'auteurs. Ce qui m'intéresse moi, c'est les auteurs.

10

3. Marilo
Là où je travaille la Fauvette c'est un derrière l'autre les cas et rien que des plongées dures. Ça a commencé très fort aujourd'hui je suis arrivée à 10 heures 55 à la Fauvette, la troisième maison celle qui est à portes fermées. Il y en avait déjà quatre qui m'attendaient, deux je les connaissais des psychotiques blondes de base, les deux autres des hommes le visage détruit et beaux beaux comme ils le sont tous quand on les a fracassés au cours de l'enfance des gamins battus pédophilés, aujourd'hui des êtres en pleine 'Tiolence, je sentais ça tout de suite et puis sinon ils ne seraient pas en consultation d'office dans la troisième maison, les portes closes c'est pas pour les voleurs de caramels. Je suis passée devant les quatre pour entrer dans mon bureau en disant J'arrive, coucou c'est moiJ.'am.ve sans les

regarder j'étais à mon portable avec Phil on devait décider de ce qu'on fait pour demain soir.
Phil a juste eu le temps de me dire qu'il irait la chercher à la gare pour la soirée demain c'est mercredi comment elle s'appelle Isabelle je n'ai pas encore lu son livre elle a écrit un livre génial sur Marie Bonaparte celle qui a Oui une secondecelle qui a tant fait pour les femmes et puis Entrez je te laisse chouchou on se rappelle Assryez-vous et puis surtout pour Freud. 4. Phil Je ne suis pas du tout ce que vous imaginez. Professeur de ci, chroniqueur de ça, eh bien c'est tout faux. Je reconnais humblement que j'enseigne la philosophie. Et toutes les nuits sur les ondes je

11

dialogue avec des inconnus. I\1ais ça n'a rien à voir. Le but de tout ça ? Le but, le ressort caché? Voilà!
.I e

suis un esprit religieux. .I e ne le dirais pas à tout le monde mais l'vlarie-Laure ce n'est pas tout le monde. La première fois que je l'ai vue j'ai cru que j'allais la prendre, comme on dit prendre femme ou prendre quelqu'un dans son lit mais elle a vu tout de suite à qui elle avait affaire. Tout de suite elle m'a trouvé un nom: chouchou. Elle a dit toi, tu me fais penser à un maître qui cherche des disciples. Elle a un œil un œil infernal elle est presque cinglée tellement elle a un œil. Cet œil-là me perçait. On est parti tout de suite dans la nuit, c'était une parole, une terrible parole de retrouvailles, comme une étreinte avec des mots. Je l'ai invitée à mon émission, on avait tous les thèmes en commun, tous, les hommes, les femmes, la blessure, la Shoah. On voguait ainsi sur les ondes. C'était miraculeux, miraculeux. La semaine sui\Tante je 'Tendais à culte: un SOS philosophie. Moi :ivlarie-Laure surveillant la jauge. qu'Odile dirige son théâtre en comprend vite. Comme 5. Marilo Au début quand Odile a su, hein? une chose à la fois, Odile, c'est comme ma mère, elle dirige le Théâtre de l'Œil depuis si longtemps, quand elle a su que j'étais psychanalyste elle m'a dit mais comment, tu ne connais pas Phil ? Qui ça ? Phil comme Philo? Elle a ri, tu ne connais pas Phil Canetti le philosophe l'auteur de ~Jiedrich et Oscar? deux jours après c'était chose faite Odile mon idéeaux commandes, Depuis le temps plein vent, elle

ça que j'ai fondé mon club. Urgence Paradis.

12

c'était comme ranch.

si on avait grandi frère et sœur dans un

Depuis un an L1rgence Paradis c'est nous, c'est Phil et moi les premiers et troisièmes mercredis du mois d'office dans la petite salle du Théâtre de l'Œil. Paradis vous n'êtes pas les premiers à le dire ça a l'air trop beau pour être vrai mais c'est Phil qui est trop beau. Pour être vrai, je veux dire. Ça change quand même un peu du malheur les mercredis.

6. Phil
Penser sans penser c'est l'apanage des mères. Elles sont très fortes dans leur genre. Les mères... Penser c'est facile. Tout le monde pense. Mais penser sans penser?

7. Adam
Moi j'étais gros. J'ai été gros pendant trente ans. Toute une vie. Au début je ne savais pas que j'étais gros pour de bon. Je pensais que j'avais pris quelques kilos, comme ça, parce que je ne faisais pas attention. Qu'en réalité j'étais un maigre avec un petit excédent. Il suffisait que j'arrête de manger et de boire n'importe quoi durant quelques semaines et je redeviendrais le maigre que je n'a\Tais jamais cessé d'être au fond. Bien sûr j'avais remarqué que sur mes photos j'avais toujours l'air un peu bouffi. Dans les cabines d'essayage sous une lumière crue on aurait dit que la direction avait installé des miroirs déformants. Mais dans ma salle de bains sous un bon angle avec un éclairage correct je n'avais pas l'air si gros. J'avais bon appétit mais ça me vexait un peu quand des amis en me voyant manger me disaient «Tu n'es pas gros de

13

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.