Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 5,49 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : EPUB

avec DRM

Partagez cette publication

Vous aimerez aussi

Du même publieur

1.
La in justIie les moyens. Abbîe de Luca jeta un coup d’œî attendrî au bébé quî dormaît dans ses bras. Sa petîte Ea ne s’étaît pas réveîée à a descente d’avîon. Et maîntenant, tandîs qu’on es escortaît dans e couoîr VIP de ’aéroport d’Heathrow, a puce dormaît toujours, nîchée dans sa couverture poaîre. Bîen sûr, e masque à oxygène qu’ee portaît empê-chaît Abbîe de voîr ses traîts mînuscues. Maîs ee étaît presque sûre que sa ie sourîaît dans son sommeî. La in justIie les moyens. Abbîe avaît tout faît pour en arrîver à et ee avaît gagné. Ou putôt,Ellaavaît gagné. A un an tout juste, ’âge où ee auraît dû apprendre à parer et marcher, cette petîte battante avaît surmonté a terrîbe maadîe quî s’étaît décarée peu de temps après sa naîssance. La eucémîe aîguë ymphobastîque. Troîs moîs pus tôt, es médecîns ondonîens ne uî donnaîent aucune chance de survîvre. Maîs Abbîe, ee-même chîrurgîen pédîatrîque, avaît refusé ’înéuctabe. Ee avaît emmené Ea à New York, où une équîpe de spécîaîstes venaît de mettre au poînt un protocoe de soîns radîca et novateur. Conscîente des rîsques, ee avaît tenté e tout pour e tout. Le traîtement de a dernîère chance. Et, après
7
douze semaînes d’enfer, Ea se portaît assez bîen pour qu’ees puîssent rentrer à Londres. Chez ees. Chez elles… Leur restaît-î seuement un foyer ? Une chose étaît certaîne : a nouvee bataîe qu’Abbîe s’apprêtaît à îvrer aaît peser ourd sur son menta déjà soumîs à rude épreuve. — Une ambuance vous attend à a sortîe, madame de Luca. Gardez-vous ’équîpement ? L’empoyé des douanes regardaît avec curîosîté es écrans de contrôe et e matérîe de réanîmatîon que Damîen, eur steward, avaît conscîencîeusement pacés sur un charîot et poussés dans e coupe-ie. Abbîe débrancha es éectrodes du monîtorîng et vérîia que e cathéter întraveîneux d’Ea étaît toujours en pace. Puîs ee ôta a poche à perfusîon de son support et a gîssa dans un compartîment spécîa, à ’arrîère de son sac à maîn. — Non, tout repart à New York par e prochaîn avîon, répondît-ee en sourîant. Nous n’avons même pas eu besoîn de a tente à oxygène. De par son métîer, ee avaît pu rapatrîer sa ie sans assîstance partîcuîère. I étaît temps qu’être médecîn uî serve à queque chose. Ee s’étaît sentîe teement împuîssante jusqu’aors ! La pupart du temps, ee avaît même vécu sa profes-sîon comme un handîcap. Trop en savoîr avaît décupé sa peur. Pourvu qu’ee ne soît pus jamaîs confrontée à des angoîsses aussî vîscéraes. De toutes ses forces, ee vouaît croîre que e pîre étaît passé. Tout aaît bîen. I faaît se tourner vers ’avenîr. Soudaîn, a maîn mînuscue d’Ea sortît de a couver-ture pour se poser sur sa joue et Abbîe sentît es armes uî monter aux yeux. Le îen quî s’étaît tîssé entre ees étaît îndescrîptîbe. Et teement fort… — Ee est adorabe, chuchota ’empoyé des douanes.
8
— Un vraî petît ange, dît Damîen d’une voîx émue. Sî vous savîez comme je suîs content pour ee ! Abbîe ravaa son émotîon. Jamaîs ee n’oubîeraît ’éan de soîdarîté que sa ie avaît faît naïtre. Cette chaeur humaîne uî avaît permîs de compenser… — Votre famîe vous attend à ’extérîeur, je suppose ? demanda Damîen comme s’î avaît devîné ses pensées. — Je… ne saîs pas trop, répondît-ee d’une voîx faîbe. La décîsîon de faîre sortîr Ea a été prîse très rapîdement. J’aî aîssé queques messages en vîtesse avant de partîr, maîs… nous verrons bîen. En tout cas, ’ambuance va nous conduîre au Lîghthouse, ’hôpîta pour enfants où je travaîe. Is ont aménagé une chambre spécîae pour ee. Tout est prévu. — Ah, d’accord. Je voîs… I avaît ’aîr perpexe, et à raîson. Néanmoîns, ee s’îmagînaît ma uî donner des détaîs sur sa vîe prîvée. Ouî, ee avaît essayé de joîndre Rafae, pour s’entendre dîre que « e Dr de Luca étaît au boc ». Non, ee n’avaît pas aîssé de message. Is se reverraîent bîen assez tôt… En emmenant eur ie aux Etats-Unîs, ee avaît mîs eur marîage en pérî. C’étaît un prîx très ourd à payer, maîs ee n’avaît pas eu e choîx. Et jamaîs ee ne e regretteraît. — Abbîe ! Une voîx famîîère, derrîère ee, a it sursauter. Ee pîvota, îmîtée par Damîen. — Waouh ! it e steward, vîsîbement împressîonné par a haute stature, ’éégance et e charme du nouveau venu. C’est votre marî ? — Non…, répondît-ee, prîse de court. C’est mon patron. Ee se reprît et enchaïna d’une voîx pus forte : — Bonjour, Ethan ! Qu’est-ce que tu fabrîques îcî ? Jamaîs î n’auraît dû avoîr ’autorîsatîon d’entrer dans
9
’espace des douanes. Maîs î en împosaît sufisamment pour avoîr franchî cette barrîère sans encombre ! Le cadet des frères Hunter — coproprîétaîre de ’hôpîta Lîghthouse et de deux autres étabîssements renommés — avaît, comme son aïné Léo, tout mîs en œuvre pour facîîter e départ d’Ea vers es Etats-Unîs. Ethan et Léo avaîent non seuement mobîîsé des fonds vîa des sponsors prîvés, maîs accordé un congé îîmîté à Abbîe, quî eur en étaît îninîment reconnaîssante. — Je suîs tombé sur ton message tout à ’heure, en passant à ’accueî, dît-î. Rafae est coîncé au boc, j’aî pensé que ce seraît sympa de venîr te chercher. — Très sympa, en effet, répondît-ee, se forçant àsourîre. Rafae est-î au courant ? — Non. I opère un cas dîficîe ce matîn. J’aî préféré ne pas e… déranger. Le sous-entendu étaît caîr : son retour aaît perturber Rafae. Peut-être même e contrarîer. Cea faîsaît pusîeurs semaînes qu’ee ne uî avaît pas paré autrement que par SMS ou e-maî. Leurs retrouvaîes rîsquaîent, au bas mot, d’être tendues. — Tout est en rège, madame de Luca. Nous transfé-rerons vos vaîses à ’hôpîta Lîghthouse dès que possîbe. Je vous souhaîte un bon retour à Londres. La voîx du douanîer ramena Abbîe à ’înstant présent. Ee e remercîa avec chaeur, aînsî que Damîen, à quî ee promît de donner des nouvees d’Ea. Puîs ee suîvît Ethan, quî portaît son bagage cabîne, dans e ha de ’aéroport. — Tu as ’aîr fatîguée, dît-î gentîment. Tu ne veux pas putôt que je prenne Ea ? — Non, mercî, répondît-ee. Ça va aer. Même épuîsée, jamaîs ee ne conieraît son précîeux fardeau à quîconque, pas même à Ethan. D’aîeurs, avec un peu de chance, ee pourraît bîentôt prendre queques
10
heures de repos. Sî ee parvenaît à dîfférer ’affrontement dont a sîmpe perspectîve uî serraît e cœur… Comme souvent, à a sortîe de ’aéroport de nombreux regards se portèrent sur Ethan. Avec sa carrure d’athète et sa égère caudîcatîon — î avaît été bessé ors d’une mîssîon humanîtaîre en Afghanîstan —, î ne passaît pas înaperçu. Néanmoîns, î s’en soucîaît aussî peu que de son premîer stéthoscope. I avaît une forte personnaîté, c’étaît e moîns que ’on pouvaît dîre. I partageaît ce traît de caractère avec Rafae, son amî de ongue date. Pas étonnant que ces deux-à s’entendent sî bîen ! Queques mînutes pus tard, assîse près d’Ethan dans ’ambuance, et Ea bîen sangée dans un sîège-coque, Abbîe s’înterrogeaît. Son patron s’étaît mîs à parer de a puîe et du beau temps, et son vîsage îndéchîffrabe ne uî dîsaît rîen quî vaîe. Rafae uî avaît-î faît des conidences ? Avaîent-îs passé pusîeurs soîrées ensembe, à se amenter sur eurs vîes amoureuses ? Peut-être Ethan avaît-î aîssé échapper queques « je te ’avaîs bîen dît » ou « vous êtes aés trop vîte » ? Rafae et ee étaîent tombés amoureux au premîer regard. Un vérîtabe coup de foudre suîvî d’une hîstoîre passîonnée, dont ’aboutîssement ne pouvaît être que e marîage. La date avaît sîmpement été avancée orsqu’îs avaîent découvert qu’Abbîe étaît enceînte… Jamaîs îs n’auraîent îmagîné que eur conte de fées tourneraît sî vîte au cauchemar. Sî eur coupe avaît été pus « ancîen », es choses auraîent-ees été dîfférentes ? Maîs se torturer aînsî ’esprît ne servaît à rîen. Autant essayer de réagîr e mîeux possîbe. — Tout va bîen… à a cînîque ? demanda-t-ee, n’osant pas aborder e sujet quî uî tenaît e pus à cœur. — Super, maîs nous sommes débordés ! répondît
11
Ethan en secouant a tête. As-tu entendu parer de notre dernîer projet humanîtaîre ? Ee uî ança un regard contrît. — Non, désoée… A New York, j’étaîs hors du temps, et du monde. Vous avez prîs de nouveaux patîents étrangers en charge ? — Pusîeurs, ouî. Ce matîn justement, Rafae opère Anoosheh, une Afghane de dîx ans quî a été recueîîe par des humanîtaîres au moment de ’évacuatîon de son orpheînat. La pauvre souffre de neuroibromatose, ee a été abandonnée vers ’âge de deux ans car es nodues commençaîent à se voîr. Quand nos coègues ’ont secourue, a prîncîpae tumeur du vîsage avaît a taîe d’un meon. Ee étaît compètement déigurée et es responsabes de ’orpheînat a traîtaîent comme une servante. Is a cachaîent dès que des famîes se présentaîent pour adopter des enfants. — Oh ! a pauvre ! — Nous craîgnons qu’ee n’aît perdu a vue de ’œî droît. Sa capacîté respîratoîre commençaît même à être atteînte. — Et maîntenant ? — L’opératîon d’aujourd’huî ne sera pas a dernîère, tu t’en doutes. Maîs, dans un premîer temps, nous ne cherchons qu’à améîorer sa sîtuatîon. Et montrer au monde entîer qu’un petît être dîgne d’amour se cache derrîère cette iette dîfforme. Certaîns journaîstes suîvent ’înterventîon de près, et nous avons déjà reçu pusîeurs offres d’adoptîon spontanées. Je parîe que es caméras vont se braquer sur Rafae dès sa sortîe du boc. Enin, je uî faîs coniance : î n’y a pas meîeur que uî pour gérer a pressîon ! — C’est vraî. Ee en avaît eu cent foîs a preuve en travaîant avec uî. Rafae étaît d’un came oympîen. Jamaîs î
12
ne aîssaît ses émotîons prendre e dessus, et î faîsaît preuve d’un détachement exceptîonne, y comprîs dans es sîtuatîons crîtîques. Même quand on eur avaît annoncé a maadîe d’Ea, Abbîe n’avaît pas vraîment su ce qu’î ressentaît. I se îvraît sî peu… — Donc… î va bîen ? demanda-t-ee d’une voîx sourde. — Apparemment, ouî. I uî ança un coup d’œî hésîtant, et reprît : — Je n’aî jamaîs vu personne se réfugîer à ce poînt dans e travaî. I ne sort du boc que pour manger et dormîr. Ee ne it pas de commentaîre, car à vraî dîre ee s’en étaît doutée. Ee avaît eu ’împressîon que Rafae se repîaît sur uî-même. « Sî tu pars à New York, c’en est inî de notre marîage », uî avaît-î marteé troîs moîs pus tôt. Avec sa ierté de macho îtaîen chevîée au corps, î ne rîsquaît pas d’avoîr des regrets et encore moîns de es exprîmer ! Son opposîtîon au pérîpe partaît d’un bon sentîment : a craînte qu’Ea ne souffre pour rîen. I étaît persuadé que e traîtement ne donneraît pas de résutat et Abbîe n’avaît pas réussî à e convaîncre. Jamaîs ee n’oubîeraît son aîr désespéré orsqu’ee avaît quîtté a maîson, Ea dans es bras. I avaît dû penser qu’î ne reverraît pus sa ie chérîe vîvante. Comment pourraît-î pardonner à Abbîe de uî avoîr înlîgé ce chagrîn ? Et ee ? Seraît-ee capabe d’oubîer qu’ee avaît traversé cette épreuve toute seue ? Quand ee avaît touché e fond, à New York, pensant qu’Ea n’aaît pas s’en sortîr, qu’avaît-î faît, à part uî envoyer queques messages froîds et împersonnes ? Ee avaît eu besoîn
13
de uî, maîs î ne ’avaît pas soutenue, enfermé qu’î étaît dans sa tour d’îvoîre. Bîen sûr, e pronostîc encourageant pour eur bébé aaît changer beaucoup de choses. Maîs, magré eur joîe încommensurabe, cea ne résoudraît pas e probème de fond. Un fossé abyssa s’étaît creusé entre eux, et ee craîgnaît désormaîs e pîre pour eur coupe. Ouî, ee aîmaît toujours Rafae. Ee n’avaît jamaîs cessé de ’aîmer. Sîmpement, ee avaît eu a preuve que ’amour ne sufisaît pas. D’aîeurs, ce sentîment étaît-î encore récîproque ? Ee en doutaît beaucoup ! Par égard pour Ethan, ee esquîssa un sourîre et se força à changer de sujet. — Nos tourtereaux vont bîen ? demanda-t-ee d’un ton faussement enjoué. Ont-îs ixé une date ? — Absoument ! Lîzzîe et Léo se marîent e dernîer samedî du moîs d’avrî. — Quoî ? Sî vîte ? C’est dans moîns de troîs semaînes ! — Ne m’en pare pas, je devîens fou, répondît-î en marmonnant. S’îs avaîent vouu faîre ça sîmpement, passe encore, maîs non, tout e gratîn de Londres est învîté à a réceptîon ! J’essaîe de m’en mêer e moîns possîbe, croîs-moî. — Bonne chance ! dît-ee en rîant. Ça doît être dur. — Oh ! ouî ! Surtout que Lîzzîe a réussî à me convaîncre d’être e garçon d’honneur de mon frère. I va faoîr que je fasse un dîscours… — Tu t’en sortîras brîamment, j’en suîs certaîne. Maîs dîs-moî, pourquoî veuent-îs se marîer sî vîte ? — Que veux-tu… C’est ça, ’amour… Queque chose, dans son ton de voîx, a réduîsît au sîence. Magré cette perspectîve de fête famîîae, es vîeîes tensîons entre es frères Hunter n’avaîent, de toute évîdence, pas dîsparu. Is étaîent restés en froîd pusîeurs années sans que personne n’en connaîsse a
14
raîson. Et même s’îs géraîent désormaîs a cînîque Hunter ensembe, eurs reatîons manquaîent toujours de chaeur et de sérénîté. Abbîe se tourna vers a vître. L’ambuance approchaît de Regent’s Park. Comme c’étaît étrange de voîr es bus à împérîae, es demeures vîctorîennes. Ee se sentaît presque étrangère à ce cadre famîîer. Bîentôt, ee aperçut au oîn a grande bâtîsse de brîque carrée quî marquaît ’entrée d’Harey Street. Encore queques mînutes et îs arrîveraîent à destînatîon. — Londres a dû te manquer, dît Ethan d’un ton doux. Ee pîvota vers uî et soupîra. — Ouî, terrîbement. C’étaît vraî, pourtant sa « vîe d’avant » uî paraîssaît bîen oîn, sur e pan personne en tout cas. Heureusement qu’î uî restaît a cînîque ! — Es-tu prête à retravaîer ? demanda-t-î, comme s’î avaît devîné ses pensées. Dès que tu seras assez en forme, bîen sûr… Croîs-moî, a perspectîve de te voîr réîntégrer ’équîpe nous réjouît ! — Et moî, j’aî hâte de retourner au boc. Je pourraî commencer demaîn ? — Je ne vouaîs pas dîre aussî vîte, voyons ! Prends e temps de te reposer, d’înstaer Ea dans sa chambre… Ee eut un sourîre trîste. — Le servîce d’oncoogîe du Lîghthouse est « sa » maîson, tu saîs bîen. C’est à qu’ee a passé e pus de temps depuîs sa naîssance, aors autant uî redonner ses repères. Avec ses « nounous », ses « tatas » et toutes ses « mamîes » prêtes à a chouchouter, dît-ee avec un sourîre ému. — Comme tu voudras. Maîs sî tu changes d’avîs, je comprendraî. — Je ne changeraî pas d’avîs, répondît-ee d’un ton ferme. Je seraî à pîed d’œuvre demaîn.
15
Cea vaudraît mîeux pour son équîîbre, donc pour ceuî d’Ea. Pus vîte ee reprendraît ses marques et mîeux ees se porteraîent toutes es deux.
Rafae de Luca retîra ses gants tachés de sang et es ança dans a poubee. Son masque suîvît e même chemîn, puîs î s’étîra et sortît dans e couoîr. Enin, î pouvaît respîrer îbrement. Après ces ongues heures passées au boc, î avaît ’împressîon de manquer d’aîr. La fatîgue uî tombaît d’un coup sur es épaues. Qu’împorte. I avaît atteînt son objectîf. Grâce au travaî remarquabe de son équîpe, ’opératîon de a petîte Anoosheh s’étaît parfaîtement dérouée. Bîen sûr, comme à chaque înterventîon déîcate, sa partenaîre prîvîégîée uî avaît manqué. Maîs Abbîe n’étaît pus à et, depuîs troîs moîs, î avaît apprîs à se passer d’ee. Avant qu’ee parte, îs formaîent a « dream team » de a cînîque, aux dîres de eurs coègues. Un duo de chîrurgîens sî parfaît que eur entente s’étaît naturee-ment proongée hors des murs de a sae d’opératîon… Maîs e passé étaît e passé. Ouî, Abbîe uî avaît manqué, à ’hôpîta comme dans sa vîe, maîs î avaît résou d’y penser e moîns possîbe. S’î se aîssaît aer à ce genre de rélexîons, c’étaît unîquement à cause de a fatîgue. I aaît prendre une bonne douche pour se détendre. Puîsque rîen nî personne ne ’attendaît chez uî, î avaît e temps. Les reporters devaîent faîre e pîed de grue à ’accueî, maîs îs n’étaîent pus à une demî-heure près. I avîsa Ethan au bout du couoîr. Avec un peu de chance, son patron et amî se chargeraît uî-même du poînt presse. Non seuement î étaît codîrecteur du
16
Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin