Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Lire un extrait Achetez pour : 5,49 €

Téléchargement

Format(s) : EPUB

avec DRM

Vous aimerez aussi

suivant
- 1 -
A 2 h 10, ’après-mîdî du 4 juîet, Coîn Traub regarda par a fenêtre de a sae de séjour de sa maîson de Fas Mountaîn et demeura confondu par e spectace quî s’offraît à uî. Tout en bas, dans a vaée, Rust Creek Fas, petîte vîe du Montana, subîssaît es attaques d’une crue sans précédent. I n’en croyaît pas ses yeux. Comment a sîtuatîon avaît-ee pu se dégrader à pareîe vîtesse ? I auraît dû surveîer son évoutîon de pus près, maîs absorbé par son travaî î en avaît oubîé ’heure. I s’en vouaît de sa négîgence. Depuîs a veîe au matîn, a puîe se déversaît en torrents sur a vîe et ses envîrons, et a rîvîère Rust Creek, quî traversaît ’aggomératîon, montaît sans înterruptîon. I ne s’en étaît pas înquîété. De soîdes dîgues, întactes depuîs cent ans, contenaîent a rîvîère, et î ne doutaît pas qu’ees tîennent bon pendant un autre sîèce. Et pourtant, à travers ’épaîs rîdeau de puîe quî noyaît sa fenêtre, î voyaît ’împossîbe se produîre sous ses yeux. Des fragments de a berge cédaîent. La dîgue se… dîssovaît. Des lots d’eau écumeuse se déversaîent par de mutîpes brèches et déferaîent sur a partîe sud de a vîe, égaement a pus basse. Des gens aaîent perdre eurs habîtatîons. Ou pîre.
8
Pour l’amour de Willa
Et ’eau ne s’arrêteraît pas à a îsîère de a vîe. Au sud s’étendaît Rust Creek Fas Vaey, une fertîe étendue de fermes et de ranchs, traversée par de modestes cours d’eau quî rîsquaîent à eur tour de sortîr de eur ît. Le Trîpe T, e ranch de sa famîe, se trouvaît sur e chemîn de ces lots furîbonds. I saîsît e tééphone posé sur a tabe. Pas de tonaîté. I sortît son portabe de sa poche. Pas de réseau. L’appareî înutîe serré dans a maîn, î prît son chapeau et ses cés et sortît affronter e déuge.
Ce fut un trajet înferna. A envîron un tîers du parcours, a route frôaît es chutes quî avaîent donné eur nom à a montagne. Avec toute ’eau quî tombaît du cîe, ees avaîent doubé de voume et produîsaîent un bruît assourdîssant. I réussît à es dépasser sans încîdent, maîs sî a puîe contînuaît de tomber à ce rythme a route inîraît par dîsparaïtre sous es eaux, et î auraît beaucoup de dîficutés à rentrer chez uî. I repoussa ’îdée. Pour ’heure, ’essentîe étaît de gagner a vîe et de voîr en quoî î pourraît se rendre utîe. Se concentrant sur son objectîf, ses maîns agrîp-pant fermement e voant de son véhîcue tout-terraîn, î ouvoya entre couées de boue, arbres déracînés, et obstaces dîvers, avec a puîe quî cîngaît sî fort e pare-brîse qu’î ne dîstînguaît pas grand-chose. De temps à autre, des écaîrs îumînaîent e cîe grîs, et e son du tonnerre se répercutaît pus bas, dans a vaée. La foudre pouvaît se révéer extrêmement dangereuse sur une montagne couverte de grands arbres, maîs, avec
Pour l’amour de Willa
9
cette puîe de in du monde, a craînte d’un încendîe de forêt devenaît e cadet de ses soucîs. Un întermînabe quart d’heure pus tard, s’estîmant chanceux d’avoîr réussî à parcourîr sans encombre ’étroîte et tortueuse route de montagne partîeement înondée, î atteîgnît Sawmî Street, au nord de a vîe. Là, î se trouva face à un dîemme. Ou bîen î contînuaît vers North Maîn pour partîcîper au sauvetage, ou bîen î prenaît à gauche et empruntaît e Sawmî Street Brîdge pour se dîrîger vers e Trîpe T. Comme es membres de sa famîe assîstaîent à un marîage à Thunder Canyon, à des centaînes de kîo-mètres, î étaît e seu Traub en mesure de veîer sur es possessîons famîîaes. L’îdée emportant sa décîsîon, î obîqua sur a gauche et traversa e Sawmî Brîdge quî surpombaît encore, quoîque de peu, es lots rugîssant. Restaît à espérer que e pont résîsteraît à a vîoence de ’attaque. A Fas Street, î prît a dîrectîon du sud et découvrît e ac quî s’étaît formé à Commercîa et Fas. I aperçut deux véhîcues submergés, vîdes, heureusement. Puîs î emprunta une route sur a gauche. Ayant été éevé dans a vaée, î connaîssaît par cœur a régîon et son réseau routîer. Un savoîr partîcuîèrement utîe en ’occurrence, car î uî permît d’emprunter es routes es moîns susceptîbes d’être înondées. A envîron un kîomètre et demî de a voîe prîvée menant au Trîpe T, comme î franchîssaît une crête, î aperçut, à travers e ourd rîdeau de puîe, un véhîcue quî e précédaît. Une Subaru Forester quî rouaît au pas. I connaîssaît cette voîture. C’étaît cee de Wîa Chrîstensen, ’înstîtutrîce de ’écoe maternee.
10
Pour l’amour de Willa
Magré e déuge quî s’abattaît sur ce coîn de terre et e danger îmmînent, î sourît. Depuîs une certaîne soîrée, un peu pus de quatre ans auparavant, Wîa e fuyaît comme a peste. Et î ne cherchaît pas à a rattraper magré sa réputatîon de coureur de jupons, de mauvaîs garçon, bref, d’enfant terrîbe de a respectabe famîe Traub. A vraî dîre, î trouvaît putôt comîques ses efforts pour ’évîter. Très vîte, pourtant, son sourîre s’effaça. Ee n’auraît pas dû se trouver au cœur de cette tourmente. Ee conduîsaît prudemment, certes, maîs manquant d’assurance ee rîsquaît de s’affoer devant es trous d’eau, d’appuyer brutaement sur e freîn, et de inîr prîsonnîère des eaux quî submergeaîent es partîes es pus basses de a route. Pas dîffîcîe de comprendre où ee se rendaît. L’embranchement pour e Chrîstensen Ranch n’étaît pas très éoîgné de ceuî menant au Trîpe T. Maîs, étant donné sa conduîte, î ne mîsaît pas gros sur ses chances d’y parvenîr entîère. I feraît mîeux de revoîr son programme, songea-t-î. Ignorant a bîfurcatîon vers e Trîpe T, î décîda de a suîvre. La puîe redoubaît de vîoence. Magré ses essuîe-gaces fonctîonnant au maxîmum, î avaît bîen du ma à repérer a route sous es trombes d’eau déversées par e cîe. Un écaîr sîonna e cîe grîs acîer et a foudre frappa un chêne quî s’éevaît sur une butte devant eux. La Subaru s’arrêta, tandîs que e géant foudroyé s’abattaît au so dans une gerbe d’étîncees. Un vîoent coup de tonnerre résonna dans a vaée aors que a Subaru se remettaît pénîbement en marche.
Pour l’amour de Willa
11
Chaque dépressîon de a route se transformaît en raz-de-marée mînîature. Et, chaque foîs que a petîte voîture rouge franchîssaît une de ces cuvettes, î retenaît son soufle. Chaque foîs pourtant, ee e surprît en se tîrant sans encombre de a dîficuté. Ee progressaît entement, s’arrachant aux lots tourbîonnants. I aaît dans son sîage, mâchoîres crîspées, aîssant échapper des soupîrs de souagement quand î franchîssaît à son tour es obstaces. Maîs, soudaîn, une boue d’angoîsse uî contracta e ventre quand î constata qu’ee accééraît brusquement, sans doute parce qu’ee venaît de reconnaïtre son pîck-up. Tout à coup, au îeu de prêter attentîon aux embûches de a route, ee parut n’avoîr pus qu’une seue îdée : e fuîr. — Bon sang, Wîa ! marmonna-t-î entre ses dents. Raentîs ! I kaxonna pour a mettre en garde, ce quî ne it que a gavanîser. Consterné, î vît a Subaru bondîr en avant et pîquer dans un lot d’eau bouîonnant. C’étaît encore pîre qu’î ne e supposaît. Quand e véhîcue se stabîîsa, un torrent d’eau marron montaît jusqu’aux vîtres. I s’arrêta à queques centîmètres de a cascade, mît e freîn à maîn et bondît hors de son véhîcue. Instantanément, î se retrouva trempé jusqu’aux os, sous une puîe battante. Avec précautîon, î entra en pataugeant dans ’eau écumeuse. Sous a force du courant, a Subaru commençaît à dérîver vers a partîe a pus basse de a route. Nu besoîn d’y voîr pour savoîr qu’un ravîn bordaît a route à cet
12
Pour l’amour de Willa
endroît. Sî a Subaru passaît par-dessus bord, î auraît bîen du ma à tîrer Wîa de à. Ayant égaement grandî dans a vaée, ee pressentît e danger et tenta d’ouvrîr sa portîère. Et, comme ee n’y parvenaît pas, ee se mît à crîer tout en tambourî-nant sur sa vître. I poursuîvît sa progressîon magré a force du courant. C’étaît comme dans ces rêves où a progressîon est împossîbe tant nos jambes pèsent des tonnes. Seconde après seconde, î avaît a sensatîon de s’enîser. I avança entement, trébuchant, puîs inît par atteîndre a Subaru au moment où, tournant entement sur ee-même, ee se mît à dérîver vers e contrebas. Le dépacement d’eau e it tomber à genoux, maîs î réussît à agrîpper a poîgnée de a portîère et à se redresser. — Pousse de toutes tes forces ! hura-t-î. Je tîre ! Les yeux dîatés par ’effroî, ee cogna de pus bee sur a vître. — I faut pousser, Wîa ! Compte jusqu’à troîs ! Ee inît par comprendre, car, èvres serrées, ee hocha a tête et s’arc-bouta de ’épaue contre a portîère. — Un, deux, troîs ! I tîra, ee poussa, maîs a portîère étaît boquée. — Encore ! Un, deux, troîs ! Le mîrace se produîsît aors. La Subaru pîvota juste assez pour que e courant cesse d’exercer toute sa force sur a portîère et, sous eurs efforts conjugués, cee-cî s’ouvrît avec une tee force qu’î en perdît ’équîîbre. I coua, et a portîère ’étourdît en uî heurtant a tête. Décîdément, être un héros n’étaît pas une partîe de paîsîr… A force de voonté, î parvînt à ramener ses pîeds
Pour l’amour de Willa
13
sous uî, et, d’une poussée, î émergea à a surface à temps pour voîr son chapeau s’éoîgner au i de ’eau, tandîs que Wîa se débattaît à ’întérîeur de a Subaru que ’eau rempîssaît sans mercî. I entra dans ’habîtace et ’attrapa par e bras. I ’entendît hurer, ou tout du moîns essayer, car ’eau quî contînuaît d’envahîr brutaement ’întérîeur de a voîture étouffa son crî. Is devaîent sortîr d’îcî, et très vîte. I exerça une forte tractîon sur e bras de Wîa, tîrant son vîsage hors de ’eau, et paça son bras sous son cou pour uî maîntenîr a tête hors de ’eau. Ce n’étaît pas très déîcat, nî certaînement agréabe, maîs ce geste uî permît de se retourner pour tenter de sortîr de a voîture. L’eau e repoussaît à ’întérîeur, maîs a rotatîon du véhîcue empêchaît a portîère de se refermer. De sa maîn îbre, î s’agrîppa à ’encadrement de a portîère, et, genoux pîés, prît appuî des pîeds sur e bord du sîège. D’une brusque détente, î parvînt à es extraîre de a Subaru au moment où, franchîssant e rebord de a route, ee bascuaît dans e fossé. Le mouvement créé par sa chute es aspîra, maîs, se îbérant de son étreînte, Wîa commença à nager. Et, comme ee sembaît décîdée à se débrouîer toute seue, î put consacrer son énergîe à utter contre e courant. Côte à côte, îs progressèrent jusqu’à ’endroît où a route émergeaît, et bîentôt î sentît e so sous ses pîeds. Wîa se redressa, avant de reponger înstantanément sous ’eau. Prompt comme ’écaîr, î a rattrapa, et un bras passé autour de sa taîe, a tîrant et a portant tout à a foîs, î
14
Pour l’amour de Willa
a hîssa sur a terre ferme tandîs qu’un écaîr, suîvî d’un coup de tonnerre, déchîraît e cîe de pomb. Ee toussa et cracha, maîs réussît à se remettre sur ses pîeds. Ee avaît du cran, î devaît bîen e reconnaïtre. I contînua de a soutenîr e temps qu’îs prennent assez de hauteur pour se juger raîsonnabe-ment en sécurîté. Is se aîssèrent tomber sur e so boueux, sous une puîe quî contînuaît de tomber avec une tee vîoence qu’on auraît dît qu’ee ne devaît jamaîs cesser. Wîa se retourna, prît appuî sur ses maîns et ses genoux, et recracha encore de ’eau. Tout en aspîrant de profondes bouffées d’aîr, î uî tapota e dos pour ’aîder à dégager ses bronches. Quand ee parut respîrer mîeux, î se aîssa retomber sur e so. Par chance, à ce moment, î tourna a tête en dîrectîon de son pîck-up. L’eau avaît consîdérabement monté. Ee étaît à présent envîron à un mètre des roues avant du véhîcue. I se tourna vers Wîa quî uttaît toujours pour reprendre son soufle. — Ne bouge pas. Je revîens. Jurant entre ses dents, î escaada a pente en tîtubant et courut jusqu’à son pîck-up. I e contourna par ’arrîère et se hîssa dans a cabîne. L’eau échaît à présent es roues avant. I démarra en marche arrîère et recua jusqu’au sommet de a montée. Là, î s’arrêta et bondît hors de son véhîcue pour prendre a mesure de a sîtuatîon. De ’eau devant uî, de ’eau derrîère, e pîck-up n’îraît nue part tant que ’eau ne relueraît pas.
Pour l’amour de Willa
15
Tant pîs ! songea-t-î. I remonta dans e pîck-up et se gara sur e bas-côté. Puîs î se retourna pour voîr comment aaît Wîa. Ee avaît dîsparu.