Pour quelques heures de plaisir

De
Publié par

Entrez dans l’atmosphère brûlante d’une nuit d’été 
 
Le souvenir des sens, Julie Leto
Allie a laissé passer sa chance avec James, autrefois. Ils se sont follement aimés, puis elle a commis une terrible erreur, et rien n’a plus jamais été comme avant. Mais hors de question de renoncer si facilement. Car elle sait bien qu’une nuit – une seule nuit d’enivrantes caresses comme ils en ont tant connu – peut suffire à ranimer la flamme, et à rappeler à James qu’ils sont destinés l’un à l’autre, depuis toujours.
 
Embrasée par le désir, Debbi Rawlins
Jordan n’a rien d’une aventurière, et cette randonnée d’une semaine dans les montagnes de l’Idaho n’était pas son idée. Nuits à la belle étoile, marche, canoë : tout cela serait un véritable cauchemar si le hasard ne lui avait pas attribué pour guide Zach Wilde, l’homme le plus sexy de la terre. Isolée avec lui au cœur d’une nature magnifique, Jordan parviendra-t-elle à empêcher la tension sensuelle d’atteindre son paroxysme ?
 
Un ennemi pour amant, Wendy Etherington
Techniquement, Wade Cooper est l’ennemi de Tara. Car, en tant que responsable de la sécurité, il est là pour l’empêcher de faire ce qu’elle souhaite : se mêler aux invités du mariage le plus glamour de l’année pour juger le travail du traiteur qui concurrence sa propre société. Aussi son envie folle de se glisser nue dans un lit avec lui est-elle tout à fait malvenue. Car, si elle se laisse distraire, c’est Yellow Rose Reception, l’œuvre de sa vie, qui risque de faire faillite.
 
Une mystérieuse attirance, Colleen Collins
Gina mène toujours ses enquêtes avec le plus grand sérieux. Mais quand elle doit prendre en filature Hawk Shadow Bonaparte, suspect dans une affaire de vol, elle rencontre une difficulté de taille : il éveille en elle un désir bien trop troublant. Et Gina a beau se débattre pour garder la tête froide, elle est de plus en plus convaincue de l’innocence de Hawk…
Publié le : vendredi 1 juillet 2016
Lecture(s) : 3
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782280357555
Nombre de pages : 380
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
- 1 -
— Ton père est champion du monde lorsqu’il s’agit de se comporter comme un abruti ! Pour toute réponse, James Hooker ferma les yeux et resserra sa main gauche autour de son verre de bourbon. Il avait été suffisamment humilié ce soir, non ? Alors pourquoi Allie Barrie avait-elle besoin d’en rajouter ? Oh ! bien sûr, les choses se seraient passées différemment s’il n’avait pas ravalé sa fierté et accepté cette invitation à la fête d’anniversaire du petit frère de Pete Gunner. Au moins, cela lui aurait évité de voir sa sœur, qui avait fugué un peu plus tôt, apparaître au bras du héros de la fête. Il n’aurait pas eu non plus à regarder son père perdre la tête devant plusieurs centaines d’invités, se ridiculiser et ridiculiser tous les Hooker avec ! Bon sang, quelle honte… Certes, la tension entre les Gunner et les Hooker n’était pas nouvelle. C’était même une histoire ancienne, mais ce n’était pas une raison pour s’en mêler : après tout, Pete était l’un des meilleurs cow-boys du circuit professionnel de rodéo. Mais il était aussi propriétaire d’une arène censée accueillir plusieurs compétitions officielles lors de la prochaine saison. Bref, James ne pouvait se permettre de se fâcher avec lui, ou avec les membres de la populaire bande des Lost Boys. A vrai dire, l’idée de savoir que sa sœur flirtait avec Wade Gunner ne l’enchantait guère, mais cela n’avait rien à voir avec les préjugés de son père. Ginny voulait peut-être les provoquer, voilà tout. Lui-même était passé par là, lorsqu’il était plus jeune. Du coup, il comprenait son comportement. Mais, depuis, il avait mûri, il avait tourné la page. — C’est un trait de famille, répondit-il sans même se retourner. Tout le monde dans la ville savait qu’il valait mieux éviter de provoquer son père. C’était lui le shérif, non ? Seulement, son ex, dont il n’avait oublié ni la voix ni le parfum, semblait prendre un malin plaisir à le narguer. Il but une nouvelle gorgée de bourbon. Hélas, la chaleur de l’alcool ne suffisait pas à lui faire oublier qu’Allie se tenait juste derrière lui. Elle n’était qu’à quelques centimètres. Il pouvait presque sentir contre son dos la pression de sa poitrine ronde. Cette poitrine qu’il avait souvent caressée. Cette poitrine qui lui avait fait perdre la tête, autrefois. Allie avait eu ce pouvoir sur lui. Oh ! elle faisait sans doute cet effet à beaucoup d’hommes. Le problème, c’était qu’elle ne semblait s’intéresser à personne à part lui. Depuis leur rupture, neuf ans plus tôt, elle revenait en ville deux ou trois fois par an. Chaque fois, elle le traquait, comme une lionne avec sa proie. Et chaque fois, il faisait son possible pour l’éviter. — Tu as vite fait de quitter la fête de Wade. Je n’ai même pas eu le temps de t’inviter à danser. — Il était hors de question que j’intervienne pour empêcher mon père de se donner en spectacle. Ginny joue avec le feu en fréquentant Wade Gunner. Heureusement, une fois qu’elle se sera brûlée, elle comprendra peut-être. — Je ne te savais pas aussi philosophe, Hook. Lui, philosophe ? James réprima un rire sans joie. Que d’ironie. A une époque, il avait été philosophe, il avait cru dur comme fer au destin… Et puis Allie avait fait irruption dans sa vie. Son rêve avait viré au cauchemar et il avait perdu foi dans l’existence. Par-dessus son épaule, elle attrapa son verre en effleurant son bras au passage. Instantanément, il sentit son parfum fleuri lui monter à la tête. Le vertige le saisit. Il devait à tout prix résister, il le savait bien, mais en était-il capable ? Impossible d’en être sûr.
Il tourna légèrement la tête, juste à temps pour la voir passer sa langue au bord du verre puis le vider d’un trait. Elle cherchait vraiment à le rendre fou, c’était certain ! Mieux valait fuir. Ni une ni deux, il remit son stetson sur sa tête. — Bon, je crois que j’en ai eu assez. Passe une bonne soirée. Il posa un pied à terre, se retourna et se retrouva nez à nez avec la jeune femme. — Rien ne t’oblige à partir aussi vite, Hook. Tu ne veux pas danser ? — Je ne danse plus. — Pourquoi pas ? Ce taureau a massacré ta main, pas tes jambes. Pour toute réponse, James la fusilla du regard et elle s’écarta. La blessure qui avait mis un terme à sa carrière restait un point sensible entre eux. Il ne s’agissait pas du nœud du problème, mais presque. — Si tu ne danses pas, on pourrait parler, suggéra-t-elle en haussant la voix. Allie était obligée de parler plus fort car le bar était comble, à cette heure. La présence de cette foule n’allait pas la stopper dans son élan, hélas. En fait, rien ne pouvait l’arrêter. Sauf s’il partait séance tenante. — On ne parle plus, toi et moi, Allie. — Mais on parlait, autrefois, répondit-elle. Tout le temps. Tu te souviens ? Il se sentit frémir. Le regard vert émeraude d’Allie brillait de détermination. — Si on parlait, c’était parce que nous n’avions pas encore découvert qu’il y avait plus intéressant à faire. Cette découverte était intervenue juste après son seizième anniversaire. En peu de temps, ils étaient devenus insatiables. Chaque moment de libre était l’occasion de s’aimer en cachette. Jusqu’à ce que leur monde s’écroule. A ce souvenir, la nostalgie le gagna et il se rassit. C’était trop d’émotion. Au même moment, sa raison le rappela à l’ordre et il se releva. Pas question de faiblir. James fronça les sourcils. A quoi bon se voiler la face ? Allie Barrie était synonyme de problèmes. Leur relation était tellement explosive qu’elle pouvait anéantir tout sur son passage, y compris ses projets pour l’avenir. Sa main handicapée en était la preuve, de même que sa carrière brisée. Une carrière brisée qu’il commençait seulement à rebâtir. Cela ne voulait pas dire qu’il n’avait pas vécu, depuis leur rupture et depuis qu’elle avait quitté Lost Gun. Depuis neuf ans, il avait mûri et s’était reconstruit. Alors voulait-il vraiment faire marche arrière ? Voulait-il vraiment compromettre sa nouvelle vie, simplement pour passer quelques minutes avec Allie ? Non. Celle-ci repoussa sa longue chevelure brune d’un geste sensuel puis posa ses magnifiques yeux verts sur lui. Ils brillaient de mille feux. On y voyait passer des lueurs couleur d’émeraude et de jade, comme un feu de joie. James resta figé sur place, hypnotisé, ensorcelé. Autrefois, il était capable de fixer ce regard pendant des heures. Pendant l’amour, il attendait avec impatience le moment où ses yeux se voileraient. C’était à cet instant qu’elle atteignait le septième ciel. L’euphorie qui rugissait dans ses veines lorsqu’il était en elle lui procurait un plaisir indescriptible. Il n’avait jamais éprouvé quelque chose de semblable quand il tenait les huit secondes réglementaires sur le dos d’un taureau. Mais tout cela était de l’histoire ancienne. Inutile de revenir dessus. — Laisse tomber, Allie. Nous n’avons plus rien à nous dire, soupira James. — Ce n’est pas vrai ! répliqua-t-elle. Nous n’avons pas parlé depuis des années. Tu ne me laisses jamais parler ! Tu te contentes de clamer que tu m’as pardonné, que ton accident n’était pas ma faute, et puis tu fuis. Je ne comprends pas. Tu n’es pourtant pas le genre d’homme à fuir. Tu n’as jamais fui, ni devant le taureau le plus redoutable, ni devant ton abruti de père, ni devant le moindre défi, comme celui de transformer un ranch moribond en affaire rentable, par exemple. Tu ne fuis pas, Hook. Sauf devant moi, chaque fois. James se raidit. Allie était donc au courant de son dernier projet. Bon, ce n’était pas une surprise. Lost Gun était une petite ville et, même si elle l’avait quittée pour aller faire des études, elle avait de nombreux amis ici : c’étaient sans doute eux qui lui avaient donné les dernières nouvelles, notamment sur ce qui se passait au ranch J. Roger. Elle savait donc qu’il avait investi toutes les économies qui lui restaient pour transformer le ranch dont il avait hérité de son oncle en une destination incontournable pour tous les amateurs de rodéo.
Ce projet, c’était son rêve. Enfin, son second rêve, puisqu’il ne deviendrait jamais champion de rodéo. Tout ça parce qu’un taureau de deux tonnes lui avait piétiné la main. Alors pas question qu’Allie anéantisse ce beau rêve en lui faisant croire qu’ils pouvaient retrouver la complicité qu’ils avaient jadis partagée. — Je ne fuis pas, finit par répondre James, j’apprends simplement de mes erreurs. Toi et moi, nous sommes mieux l’un sans l’autre.
TITRE ORIGINAL :HOOKED Traduction française :ISABELLE DONNADIEU ® HARLEQUIN est une marque déposée par le Groupe Harlequin ® PASSIONS est une marque déposée par Harlequin © 2012, Book Goddess, LLC. © 2016, Harlequin. Le visuel de couverture est reproduit avec l’autorisation de : Couple : © GETTY IMAGES/SVETIKD/ROYALTY FREE Réalisation graphique couverture : E. COURTECUISSE (Harlequin) Tous droits réservés. ISBN 978-2-2803-5755-5
Tous droits réservés, y compris le droit de reproduction de tout ou partie de l’ouvrage, sous quelque forme que ce soit. Ce livre est publié avec l’autorisation de HARLEQUIN BOOKS S.A. Cette œuvre est une œuvre de fiction. Les noms propres, les personnages, les lieux, les intrigues, sont soit le fruit de l’imagination de l’auteur, soit utilisés dans le cadre d’une œuvre de fiction. Toute ressemblance avec des personnes réelles, vivantes ou décédées, des entreprises, des événements ou des lieux, serait une pure coïncidence. HARLEQUIN, ainsi que H et le logo en forme de losange, appartiennent à Harlequin Enterprises Limited ou à ses filiales, et sont utilisés par d’autres sous licence.
HARLEQUIN 83-85, boulevard Vincent-Auriol, 75646 PARIS CEDEX 13. Service Lectrices — Tél. : 01 45 82 47 47 www.harlequin.fr
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.