Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Lire un extrait Achetez pour : 5,49 €

Téléchargement

Format(s) : EPUB

avec DRM

Publications similaires

Vous aimerez aussi

suivant
1.
A ’apparîtîon de a îmousîne, î y eut un mouvement parmî a foue vêtue de noîr rassembée devant e parvîs de ’égîse. Deux autres grosses voîtures s’étaîent déjà garées devant ’édîice un moment pus tôt. Des gardes du corps, tenant chacun un takîe-wakîe à a maîn, en étaîent sortîs pour former un cordon de sécurîté. Sur un sîgne de eur chef, e chauffeur de a îmousîne aa ouvrîr a portîère à son passager. Un murmure de curîosîté parcourut a cohue et es cous se tendîrent. Leonîdas Paîs venaît de dépîer sa haute sîhouette quî attîraît tous es regards. Avec son mètre quatre-vîngt-dîx et sa beauté rare chez un homme, e magnat grec încarnaît ’éégance et a vîrîîté dans son costume grîffé et son manteau de cachemîre noîr. Cette aure rafinée s’accompagnaît cependant d’une froîdeur et de manîères parfoîs brutaes quî întîmîdaîent forcément. Leonîdas ne ménageaît personne. Issu d’une des famîes es pus rîches du monde, î s’étaît forgé très jeune une réputatîon de rebee, maîs possédaît un vraî sîxîème sens pour es affaîres. Devenu mîîardaîre, î étaît ’îdoe du can Paîs, aussî craînt qu’adué. Tout e monde s’étaît demandé s’î assîsteraît à cette messe du souvenîr. Après tout, pus de deux ans s’étaîent écoués depuîs qu’Imogène Stratton, droguée à ’hérone, avaît pérî dans un accîdent de voîture. A ’époque, ee et uî ne sortaîent pas ensembe, maîs îs ne s’étaîent jamaîs perdus de vue depuîs que Leonîdas avaît achevé ses études à ’unîversîté d’Oxford.
7
La mère d’Imogène, Hermîone Stratton, fendît a foue pour accueîîr son învîté de prestîge. Ee se rengorgeaît presque. Maîs e Grec coupa court à ses sautatîons empressées. Les Stratton étaîent pour uî des étrangers. Du vîvant d’Imogène, î ne es avaît pas fréquentés et n’en avaît eu nue envîe. De pus, ’obséquîosîté ’exaspéraît. Paradoxaement, a seue personne qu’î s’étaît attendu à trouver îcî pour ’accueîîr n’étaît nue part en vue : Marîbe Greenaway, a cousîne d’Imogène. I refusa de s’asseoîr au premîer rang avec a famîe et choîsît une pace pus dîscrète, au mîîeu de a nef. Dans a fouée, î se demanda ce qu’î faîsaît à aors qu’Imogène s’étaît tant moquée des conventîons. Mannequîn, membre înfatîgabe de a jet-set, ee n’avaît vécu que pour e uxe et a goîre, ravîe d’être fêtée et admîrée, prête à choquer à a moîndre occasîon pour e sîmpe paîsîr d’attîrer ’attentîon sur ee. Ee avaît tout faît pour séduîre Leonîdas quî, s’î étaît resté însensîbe à ses avances, ’adoraît pour sa drôerîe et son înépuîsabe énergîe. Maîs, envers de a médaîe, î avaît été contraînt à se détourner d’ee : héronomane, a jeune femme refusaît de se soîgner et son addîctîon ’avaît inaement menée à sa perte. Un voîe de trîstesse obscurcît son esprît. Avaît-î eu tort de venîr ? Déjà, deux ans pus tôt, î s’étaît faît vîoence pour assîster aux obsèques d’Imogène, et a journée s’étaît termînée d’une manîère tout à faît înattendue ! Néanmoîns, on ne changeaît pas e passé, et Leonîdas n’étaît pas homme à se compaîre dans es regrets.
Marîbe gara sa vîeîe voîture sur e parkîng quî ongeaît ’égîse. Ee étaît affreusement en retard. D’une tape, ee redressa e rétrovîseur întérîeur et, son peîgne à a maîn, une barrette entre es dents, ee s’efforça de dîscîpîner ses cheveux châtaîns fraïchement avés quî, encore humîdes, frîsottaîent. La barrette se brîsa au moment où ee tentaît de a ixer. Marîbe faîît crîer d’énervement. Ee jeta e peîgne sur
8
e sîège et entreprît de îsser ses bouces des deux maîns tout en sortant du véhîcue. Depuîs qu’ee s’étaît evée ce matîn-à, tout étaît aé de travers ; à moîns que cette sérîe de mînîdésastres n’aît même commencé a veîe, quand sa tante Hermîone uî avaît tééphoné pour uî annoncer suave-ment qu’ee comprendraît tout à faît sî Marîbe jugeaît trop dîficîe d’assîster à a messe du souvenîr… En sîence, ee avaît serré es dents. Durant es dîx-huît dernîers moîs, es Stratton uî avaîent caîrement faît comprendre qu’ee étaît devenue persona non grata parmî eux. Cea a bessaît, car ee tenaît beaucoup à entretenîr es seus îens famîîaux quî uî restaîent. D’un autre côté, ee comprenaît eurs réserves. Ee n’étaît jamaîs entrée dans e moue et ee afichaît une îndépendance quî étaît comme une însoence à eurs yeux. Quand Marîbe s’étaît retrouvée orpheîne, son once s’étaît aussîtôt proposé pour recueîîr sa jeune nîèce de onze ans et ’éever en compagnîe de ses troîs ies. Maîs, dans cette maîson où ’argent et e paraïtre prîmaîent sur toute autre consîdératîon, Marîbe avaît dû apprendre à se fondre dans e décor pour évîter es remarques îrrîtées et es coups d’œî réprobateurs. I faaît avouer que, pour ce quî étaît de ’apparence physîque, ee n’étaît pas du tout au nîveau de ses cousînes. Ces années auraîent été bîen maussades sans Imogène, dont a joîe de vîvre, ’humour et a pétuance écaîraîent es journées es pus sombres. Et bîen qu’ees n’aîent absoument rîen en commun, Marîbe s’étaît profondément attachée à sa cousîne de troîs ans son aïnée. C’est pour cette raîson qu’ee étaît bîen décîdée à assîster à cette messe, désîreuse de rendre un utîme hommage à cee quî avaît adoucî son adoescence. Et rîen nî personne ne ’en empêcheraît ! se répéta-t-ee en fermant sa voîture. Pas même a perspectîve pus qu’embarrassante de se retrouver nez à nez avec Leonîdas. Deux ans s’étaîent écoués déjà depuîs eur dernîère rencontre ! I n’y avaît pas îeu d’être sî ma à ’aîse. Le seraît-î, uî ? Sûrement pas. De toute façon, rîen ne ’ébranaît jamaîs.
9
Un écaîr de déi dans ses yeux vîoets, ee courut vers ’égîse. A vîngt-sept ans, son doctorat d’hîstoîre ancîenne en poche, ee enseîgnaît à ’unîversîté d’Oxford. Ee apprécîaît ses coègues en généra et s’étaît faît de nombreux amîs mascuîns, pourtant ee avaît choîsî de rester céîbataîre. Après e boueversement causé par a mort tragîque d’Imogène et e processus de deuî quî avaît suîvî, ee avaît inaement trouvé une certaîne sérénîté. Sa vîe actuee uî convenaît parfaîtement. Aors pourquoî se seraît-ee soucîée de ce qu’ilpourraît penser quand, de son côté, î ’avaît sans doute oubîée depuîs bee urette ? C’est dans cet état d’esprît qu’ee entra dans ’égîse et s’assît sur e premîer sîège dîsponîbe, à ’arrîère de a nef. La tête bîen droîte, ee s’efforça de se concentrer sur e servîce sans chercher à reconnaïtre quî que ce soît parmî a foue. Maîs bîentôt sa joue a pîcota et une sensatîon de maaîse ’envahît. I étaît à, ee esentaitpar un phénomène qu’ee-même ne pouvaît expîquer. Lorsque a tentatîon devînt trop forte, ee eva es yeux et ’aperçut, pusîeurs rangées devant, de ’autre côté de ’aée centrae. Impossîbe de ne pas repérer au premîer coup d’œî cette împressîonnante carrure et ce port de tête arrogant. Détaî amusant, troîs très joîes femmes avaîent choîsî de s’asseoîr près de uî. Marîbe retînt un sourîre. Manîfestement, Leonîdas avaît toujours autant de succès ! Brusquement, î tourna a tête et darda sur ee son regard noîr. Prîse au dépourvu, ee tressaîît et se sentît comme prîse au pîège. Son cœur se mît à tambourîner aors qu’ee s’étaît juré de garder son came. Ee parvînt à esquîsser un sourîre contraînt et încîna a tête en guîse de saut, avant de détourner es yeux à a hâte vers e vîcaîre. Entre ses maîns trembantes, e îvret frémîssaît. Déjà, es souvenîrs assaîaîent sa mémoîre… Par chance, ’arrîvée d’une bonde quî se gîssa sur e sîège d’à côté créa une dîversîon dans son esprît. Marîbe connaîssaît de vue Hanna, quî avaît travaîé pour a même
10
agence qu’Imogène. Sans se soucîer de perturber a céré-monîe, a ravîssante Hanna se amenta bruyamment sur es condîtîons de cîrcuatîon quî ’avaîent empêchée d’arrîver à ’heure. Puîs ee sortît un petît mîroîr de sa poche et entreprît de se recoîffer. — Tu voudras bîen me présenter à Leonîdas Paîs tout à ’heure ? chuchota-t-ee à Marîbe aors qu’ee remettaît une couche de goss sur ses èvres. — Ecoute, je e connaîs depuîs ongtemps, c’est vraî, maîs nous ne sommes pas vraîment proches… — Je saîs, tu ’as croîsé à ’époque où tu étaîs ’assîstante d’Imogène, ou sa gouvernante, je ne saîs pus. Bref, î doît bîen se souvenîr de toî. Je n’aî pas d’autre moyen d’entrer en contact avec uî, ce type est înaccessîbe ! Marîbe se mordît a èvre. Ee se sentaît au bord de ’hystérîe, ee quî mettaît un poînt d’honneur à toujours rester maïtresse de ses nerfs. Ee ne pouvaît s’empêcher de penser à Imogène quî avaît été obsédée par cet homme, e seu qu’ee ne pouvaît avoîr et quî ne ’aîmaît pas assez pour uî offrîr a stabîîté dont ee avaît sî désespérément besoîn. Son sîence ne dîssuada pas Hanna quî însîsta : — Je me suîs dît que sî c’étaît toî quî faîsaîs es présen-tatîons, cea auraît ’aîr pus nature, non ? Marîbe retînt un rîre.Naturel? Hanna portaît un taîeur rose bonbon dont a jupe étaît sî courte qu’ee uî permettaît à peîne de s’asseoîr. Et son chapeau à pumes auraît été pus approprîé pour un marîage. — Oh, s’î te paït, s’î te paït, s’î te paït… I est sî sexyyyyyy ! murmura Hanna à son oreîe. « Et c’est aussî e pîre des mules », répondît Marîbe en son for întérîeur. Tout de suîte ee eut honte de cette pensée amère quî uî venaît dans un îeu sacré pendant une occasîon sî soennee. Même sî c’étaît a vérîté.
Leonîdas avaît décîdé de ne pas se aîsser affecter par e petît hochement de tête hautaîn que uî avaît adressé Marîbe.
11
Ee étaît bîen a seue femme qu’î n’împressîonnaît pas. Et c’est sans doute cea quî ’attîraît tant chez ee depuîs e début. De nouveau î tourna a tête dans sa dîrectîon et ’étudîa avec attentîon, à ’affût du moîndre changement. Ee avaît perdu queques kîos, maîs pas à où es rondeurs étaîent essentîees, constata-t-î dans une apprécîatîon toute mascu-îne. Sa sîhouette n’en étaît que pus vouptueuse. Le soeî prîntanîer quî passaît à travers un vîtraî jetaît dans ses cheveux châtaîns des relets mordorés. Le teînt étaît toujours aussî caîr, a bouche toujours aussî généreuse. Ee n’étaît pas bee, pas même joîe sans doute, pourtant ee avaît su capter son întérêt et aujourd’huî î comprenaît enin pour-quoî : cette femme avaît ’écat et a sensuaîté d’une pêche doucement mûrîe au soeî. Etaît-î ceuî quî avaît su éveîer cette fémînîté vîbrante en ee ? Comme cette questîon uî traversaît ’esprît, î se demanda s’î seraît capabe de a séduîre de nouveau. Et, cette foîs, a lambée de son désîr ne uî permît pus de douter de ’întérêt qu’î uî portaît.
La messe s’acheva. Marîbe vît sa tante et ses cousînes se presser dans ’aée centrae dans ’întentîon d’înter-cepter Leonîdas avant qu’î ne s’en aîe. Ee-même avaît hâte de s’esquîver aussî dîscrètement qu’ee étaît arrîvée. Maheureusement, Hanna uî barraît a route. — Attends, ne te sauve pas ! protesta cette dernîère. Leonîdas regarde justement de ce côté-cî. I m’a remarquée, c’est ma chance. Je ne te demande pas grand-chose, tout de même ! — Une ie aussî bee que toî n’a pas besoîn d’înter-médîaîre. Hanna goussa et, d’un mouvement de tête, renvoya sur ses épaues sa somptueuse cheveure bonde. Puîs ee se dîrîgea vers Leonîdas de sa démarche chaoupée, te un mîssîe quî fond sur sa cîbe. Marîbe, quî avaît bîen quînze centîmètres de moîns qu’ee, en proita pour se fauier
12
dans ’aée, cachée derrîère ee. Ce n’étaît pas une sortîe très gorîeuse, et après ? De toute façon, sa tante espéraît a voîr jouer proi bas. Dans sa précîpîtatîon, ee ne vît pas e journaîste quî s’étaît posté devant ’entrée et e percuta de peîn fouet. L’homme aîssa échapper un juron aors que, par rélexe, ee s’excusaît patement. Puîs, frottant son épaue meurtrîe, ee courut en dîrectîon du parkîng.
Insensîbe aux manœuvres destînées à attîrer son attentîon à droîte et à gauche, Leonîdas se fraya un chemîn parmî a foue jusqu’au parvîs de ’égîse. Le départ précîpîté de Marîbe ’întrîguaît. Ee sî courtoîse d’ordînaîre… I s’étaît attendu à ce qu’ee vîenne e sauer et uî murmurer queques banaîtés poîes, même sî ee n’en avaît nue envîe. Au îeu de cea, ee avaît déguerpî sans même échanger deux mots avec es Stratton. Tandîs que ses gardes du corps empêchaîent es paparazzî de prendre des photos, î aperçut a jeune femme quî montaît à bord d’une petîte voîture rouge. Ee sembaît vraîment très pressée… de e fuîr, î en avaît ’întuîtîon. Irrîté, î appea d’un sîgne de tête Vasos, son chef de a sécurîté, pour uî donner une consîgne bîen précîse. Hermîone Stratton, suîvîe de près par ses deux ies, surgît à son côté, égèrement haetante. Leonîdas prît e temps de formuer queques mots sur es regrets et e temps quî estompaît es pus grandes peînes, avant de s’enquérîr : — Pourquoî Marîbe est-ee déjà partîe ? — Marîbe ? répéta Hermîone Stratton, es yeux écar-quîés comme sî ee entendaît ce nom pour a premîère foîs de sa vîe. — Ee doît être pressée de récupérer son marmot, hasarda a pus bonde de ses ies avec un haussement d’épaues. Les traîts bronzés de Leonîdas demeurèrent parfaîte-ment împassîbes, sans trahîr un înstant e choc qu’î venaît d’éprouver. Un marmot ? Un bébé ? Marîbe avaît un enfant ? Maîs depuîs quand ? Et de quî ?
13
Hermîone Stratton esquîssa une petîte moue dégoûtée et conia à voîx basse : — Ouî, a pauvre est mère céîbataîre, vous comprenez. — Ee s’est faît paquer par e père, précîsa sa ie d’un aîr entendu. Sa sœur rîcana. — C’est bîen a peîne d’avoîr tous ces dîpômes. Au bout du compte, Marîbe n’est pas pus maîgne que es autres !
Cînq mînutes après avoîr quîtté ’égîse, Marîbe se rangea e ong de a chaussée pour retîrer sa veste. Ee avaît chaud partout, une réactîon habîtuee quand ee cédaît à a nervosîté. L’îmage de Leonîdas demeuraît gravée dans son cerveau. I étaît toujours aussî beau. Maîs c’étaît norma, î n’avaît que trente et un ans… De nouveau, ’émotîon a saîsît. Ses maîns se crîspèrent sur e voant et ses artîcuatîons banchîrent. Lentement, ee reâcha sa prîse en respîrant profondément. Ee se conduîsaît comme une coégîenne énamourée ! N’auraît-ee pas dû dépasser tout cea depuîs bîen ongtemps déjà ? En dépît de tous ses efforts pour es repousser, es souve-nîrs dououreux afluaîent à sa mémoîre, et ee se força à es chasser. I ne servaît à rîen de ressasser tout cea. Son amîe Gînny Be, quî gardaît Eîas en son absence, habîtaît une petîte maîson à un kîomètre à peîne de ’endroît où vîvaît Marîbe, en peîne campagne. Veuve, Gînny avaît été professeur avant de reprendre ses études à mî-temps pour obtenîr une maïtrîse d’arts pastîques. A quarante ans passés, ee étaît mînce, énergîque, et portaît ses cheveux bruns en un carré bîen net. Ee ne cacha pas sa surprîse orsque Marîbe apparut à a porte de derrîère. — Je ne t’attendaîs pas sî tôt ! Eîas abandonna son puzze et traversa a cuîsîne en courant pour se jeter contre es jambes de sa mère. Agé de seîze moîs, î étaît adorabe avec ses cheveux noîrs boucés et ses grands yeux sombres. Son exubérance et sa joîe de
14
vîvre transparaîssaîent dans e sourîre radîeux qu’î adressa à Marîbe. Le cœur fondant d’amour, ee se baîssa pour e serrer dans ses bras et huma avec déîce sa fraïche odeur de bébé. Avant sa naîssance, jamaîs ee n’auraît îmagîné que e îen mère-enfant puîsse être aussî puîssant et încondîtîonne. Ee avaît prîs un congé parenta d’un an pour mîeux proiter de uî, et retourner ensuîte au travaî — même à mî-temps — avaît été pour ee une vérîtabe épreuve. Dès qu’ee e quîttaît pus de deux heures, î uî manquaît terrîbement. Aînsî, e pus natureement du monde, Eîas étaît devenu e centre de son exîstence. — Je croyaîs qu’î y avaît un buffet après a messe ? s’étonna Gînny. Brîèvement, Marîbe uî rapporta es propos que sa tante uî avaît tenus a veîe au tééphone, et Gînny s’îndîgna aussîtôt. Amîe de ongue date, ee n’îgnoraît pas ce que es Stratton devaîent à Marîbe quî avaît veîé sur Imogène sans reâche à ’époque où e jeune mannequîn menaît une vîe de patachon et se conduîsaît de manîère scandaeuse. — Je croîs qu’îs ne me pardonneront jamaîs d’être « ie-mère », comme îs dîsent, répondît Marîbe. Et je doîs reconnaïtre qu’îs m’avaîent prévenue. — Ta tante n’avaît pas à te presser d’avorter. Ta grossesse ne a regardaît en rîen, et puîs tu n’étaîs pas vraîment une adoescente paumée. Regarde, ee t’avaît prédît que tu ne seraîs pas capabe de t’en sortîr, et tu es de oîn a meîeure mère que je connaîsse ! Marîbe sourît à son amîe, maîs prît a défense de sa tante. — Tu saîs, ee croyaît être de bon conseî. De son temps, concevoîr un enfant hors marîage étaît très ma consîdéré. — Tu es bîen magnanîme avec cette maudîte bonne femme quî t’a toujours traîtée comme une parente pauvre ! — Ce n’étaît pas sî terrîbe. Mon once et ma tante ont eu du ma à comprendre que je souhaîte poursuîvre mes études. J’étaîs vraîment très dîfférente de mes cousînes. Le vîaîn petît canard de a famîe, en queque sorte, ajouta-t-ee avec un haussement d’épaues.
15
— Is n’ont cessé de faîre pressîon sur toî pour que tu te conformes à eurs exîgences ! — Ouî, maîs îs en ont demandé pus encore à Imogène. Avec trîstesse, Marîbe pensa à sa fragîe cousîne assoîffée de reconnaîssance et d’admîratîon, quî s’étaît révéée înca-pabe d’assumer e moîndre échec. A cet înstant, a voîture du facteur vînt se garer devant a maîson. Eîas se trémoussa pour échapper aux bras de sa mère et aa coer e nez à a vître pour voîr ce quî se passaît. C’étaît un enfant curîeux de tout, quî mettaît toute son énergîe à exporer e monde quî ’entouraît. Tandîs que Gînny aaît ouvrîr pour récupérer un paquet, Marîbe entreprît de rassember es affaîres du bébé et de es ranger dans e sac à anger. — Veux-tu un café ? uî proposa Gînny quand ees furent de nouveau seues. — C’est gentî, maîs j’aî vraîment beaucoup de travaî à a maîson. Marîbe eut un peu honte de ce demî-mensonge. En réaîté, ee auraît pu perdre une petîte demî-heure, maîs revoîr Leonîdas ’avaît teement secouée qu’ee ne songeaît qu’à se réfugîer chez ee, dans sa petîte maîson. Ee aa înstaer Eîas dans son sîège-auto. L’enfant étaît putôt grand pour son âge et e porter uî demandaît maîntenant un effort. I commença à se débattre orsqu’ee vouut boucer a ceînture de sécurîté qu’î entendaît fermer uî-même de ses petîts doîgts mahabîes. Déjà, î afichaît des veéîtés d’îndépendance et entraît souvent en conlît avec sa mère. — Eîas tout seu ! s’écrîa-t-î d’un ton péremptoîre de petît tyran. — Non, Eîas, uî répondît-ee avec fermeté. Sur a route, ee fut obîgée de douber une grosse voîture grîs métaîsé quî n’étaît pas très bîen garée sur e bas-côté. L’endroît n’étaît pas îdéa pour statîonner et ee fut surprîse de trouver un véhîcue à. Queques centaînes de mètres pus oîn, ee bîfurqua dans e sentîer bordé d’arbres quî conduîsaît à son domîcîe, une ancîenne fermette au charme pîttoresque
16